(navigation image)
Home American Libraries | Canadian Libraries | Universal Library | Community Texts | Project Gutenberg | Children's Library | Biodiversity Heritage Library | Additional Collections
Search: Advanced Search
Anonymous User (login or join us)
Upload
See other formats

Full text of "Mémoires sur la famille des fougères"

■ 



T' 
■ 



Ë 



1 



*. -Ji 







%, / cooied at Kew by Morton, 1970 frora Pee, 



Mem. Poug. 10 



.# 






Following the index on page 50 occurs 



- 
■ i <-'>_ 












V> 






^f^ ^ 



Jk- 



, <^ ÊÛ 






rjï 



^ 



^ /S, 






jïM 



v 



S : ■ 

Y ■' x. 



. 






Appendice au Neuvième Mémoire 



Fougères Mexicaines. 



& Catalogue Methodioue 



"<?,, Annotations, Additions et Corrections. 



|li KB Les espèces ajoutées a ce catalogue sont indiquées par une ] 



-C-* A crostichum scapellum, Kze, Galeotti, no. 6304, et W. Schaffner, no. 17. TI 'est 



pas identique avec la plante du Presil. 



ta, Acrostichum simplex, Sw. Ajoutez: Sierra d'Iavesia, sur les rochers. Galeotti, 



no. 6345 (H. F.) 



Ov 

jpP' A crostichum attenuatum, F. Le no. 30 de M. W. Schaffner se rapporte a l'A • 



j> a*-c 



a. /. erinaceum, F. 

% 



Acrostichum rubiginosum, var. Scheiclei. Supprime"^ ce qui a rapport au no. 2, 



de W. Schaffner. 



Acrostichum Ha rtwegii, F. Lisez Mâthewsii.. 



/> Lindsaya Guyanensis, Dryand. G-aleotti, no. £495» est bien plutôt le L. rufescens 



* / 



Pteris Feei, Schaffner, nos 138, 141 et 286. N'est peut-être qu'une variété du 
P. aouilina, var. laiiugmosa? 



Pellaea pulchella, F. Effacez le no. 151 de W. Schaffner. 

Cheilanthes chaerophylloides, F. Ne regarder comme tel que le no. 6367 de 



% leotti; les autres numéros appartiennent Ou C. chaerophylla, Kart, et Gai. 

-\ Aleuritopteris candida, F. Galeotti, Vallée de Rio grande de Lerma, entre 2,500 

v 

jp et 4,000 mètres de hauteur, no. 6442. 

f Sellaguea mexicana, F. Mexico, C. Jungersen, no. 945- 
c A splenium formosum, var. parvulum, W. Schaffner, no. S . 

Asplenium auritum, Sw. Supprimez les nos. 64» 66, et 462 de Schaffner et char/ 

>, .„ le no. 65 en no. 63. 

% . 
^ \ a- Asplenium sulcatum, Lamk. Orizaba, W. Schaffner, nos. 64» 65 , et 66. Cordoba, 

Huatusco et Orizaba. 






<w-c 



<C Polvpodium pulchrum, Mart. et Gai. ajoutez: au Popocatepelt .par W.Schaffn. ,no.22 

Phegopteris pilosula,F.et P.concinna,F.Tres-voisines et presque identiques. 

: a . v 3 



\ 



Fee, Appe ctice 10 mem. Son . 



^ 



;?, 






: 



S\ 



Goniophlebium pyrrolepis, F. ajoutez: Polypodium sepultum, Klfss. Snum. 

p. 104, teste Sartorius. 
Goniophlebium meniscifolium, Èang: . et Fisch. Variété 7 remarquable par la lon- 
gueur de ses frondules; c'est une var. longifolin . 
•j- Chrysopteris sporadocarpa, F. Ind. p. 27, non Link. , est une espèce distincte 
de C. glauca, F, 

Aspidium albicaule, F. W. Schaffner a Huatusco, 1854, no, 247, partial, 
Aspidium microchlaena,P. 8° Mem. , p. 102, et A. microcarpa ,P. 8° Mem. 

A y 

p. 105. Doivent être reunis sous le pfefcmier de ces noms spécifiques. 
Aspidium extensum, F. Gen. filic. P . 296, sub A. e«panso Galeotti. Fil. mexic., 

et . Tuer, a °rizaba ; no. 248 (I854); est distinct de l'espèce 

suiva nte . 

ipidium melanostictum, Kze. Lin. XIII j p. 147. Veracruz, Galeotti no. 6320. 
(Les autres indications de localités se rapportent a l'A., extensum. ) 
\. équestre, F. Cat. fil. mexic. p. 30, .non Kunze. Effacez les mots A. arboresce :s 
F. in litt ad Schaffn. 
f Aspidium puberulum F. 10e Mem. p. 40, '. Schaffner 247 part dm. 

Aspidium conspersum, Schrad. Effacez les nos. 336 et 462 de la collection Schaffner. 
-| Aspidium geropogon, F. 11 e Mem. ined. W. chaff ner à °ri2:aba, no. 336. 
-^ Ispidium albescens, P. 0: izaba, W. Schaffner, no. 462, 11 e Mem. ined. 
f Aspidium kunzei, F. 10© Mem. p. *± 37, Qrizaba, W. Schaffner, sine numéro. 
f Aspidium obtusilobum, F. 10© Mem. p. 41, Kuatusco, W. Schaffner no. 213. 

A. formosum,F. Gen filic, p. 296 effacez: Cuba, no. 2115, J. Linden et no. 6563 fo**^* 
de Galeotti, pour ne conserver que le no. 6473; Mexique: Galeotti. 
| Aspidium jucundum, F. Galeotti, no. 6563. Cuba, Linden no. 2115. 
Cibotium Schiedei, Schlect. Au lieu de Galeotti, no. 6488, lisez 6458. 
Hemistegia Willdenowii, F. Mexico, Jungerse :. Ajoutez no. 873. 
Cyathea mexicana, Schlect. Ajoutez aus numéros de la ^ollect 'fner 

Cordoba, no. 236; Huatusco, no. 337. 
ïrichomanes quercifolium, Hook. et Grev. Ajoutez Schaffner, no. 1. 

"T ïrichomanes pachycarpon, F. '". Schaffner, Orizaba, no. 8. 

ïïevrophyllum pinnatum, Presl. Lisez N. Hedwigianum, F. / 

spécifique ayant ete employé 



to. 



o 



% 













autre indication, 



^ -^- 



523. 

fzq 

LV. ^"3 



/ 



f\ 



\~à* ♦ A ♦ Ot ♦ <J*c£/ ♦ 



* • 




» «. 




.!' 



t/ leuvietne t/i lemot ?e 



éwz- ux jLuwilujt)^» vcnuxezéô. 



(ia la Iol\\ic m elifûbiqnc 



j 



c^ j b 1 1 q £ 5 e<> Ss-Deù Âxj co 00 i<xceei> ùu, VllxxuxwCi 



j 



Venue $é?.<j**-.fw>au/â, eu Mâ\ 



U5ï, 



OiMsK,. G. ^ttnuu, ix ^Lvot^t)^. 



/po/î-t-t- -u-l^te cXmaX<s:v\oosM, J» dttvo&i- U LaiaJûau-e tn-elAoûia-ii-e afin Je fiA-ciftle? (WOele'.'. 
,\-iA\,woX\Aj\\ de cet» ^ta^iw Jt-jCt-c-i-ie/» . icv j^Cu» aîan-tlt uatlie J en t.-,' 'effet» fa.il- pa-^t-ie- Je 
-vu>t/^e-- hetVAses? : te -je-ste- 9 e- tïcvwe/ e^pet/:^ i)tU4-5 Olcc-?';» i>nA»"î.uLi*evt> ju( mous tx-vint-t» tivJitii^e£ , 
.£*- 4^1-0-1 m.vi4 Je» l-ff-i.it> e-t e<3 i-iuzoùwasii^e£ ca,\A eie eA^-oote- ylvi-5 cvuv tJeTaXCf t>v n-uni a-viovii 
vyviA&C/ vvoo yicwcio-nea , it-wu-M-n/yv-MO vt en- uiuuhju*' Uuhv pet-i, et- ce C<tla£oau.€^ Xco *îêh ?cî . 
- wU' 4)1 WU11-C lottt-e-i», 

\x\,\XvotiiKyn ve/ - \Xo Oow\ Jot-v-c j-^-te-i» Je vowAvi.'z \*aaa/ e/xiMft e/$- le-» ftv-iilc» avi/'ito-M tiim-- 
- v&VowX/ e-e> ttti-tw Je' uh-vw-co/Udu n-e j^dh-vi-v-hI \sX\.e.vM-ùnt a. £a> ,ue-1 fec-l'i-mt ' Je 1 i/w-vjJv e j - 
.styvv-. 



Ji^axo^owra , c-t- 4^ P'îla.t-- 1 #5/. 




FOUGERE S MEXICAINE S . 

Catalogue méthodique . 



tf | # voï\\yoOuxccci> f 4. c^. 



jj'itii^ï-'onl^ 



(eu) Ol^v'Mx? Q>w>. 

1 . 'VlCàOpiieiHMii/, $. I: c: y. l\\, 

+ 5. ^w ; àt'rW^AMïJet, jaug^ û 7-®&>J« &^»Uffi«* ?c : u^,vi wû am). 

A. *cvw)eM* ; fb.ni, cl$f.c { p3%-:iU^c^,a> 1000J* t/ W. %ic^fn^^l^) {■! $5J t ), 

+ £ Uvvc^y^L^^; & $?Wti»iSfi.Cl._JM M utrt H » / ^ %u yduJfUe*-; 

7ÎÎ1 3,(1924). 

9V. '2 $5 (1555), 
fanyi fty.m. f- 95j— du, ^Wm^w &Sfcui*e*uA. îfm^iu». (185ÛJ. 
$&e(fi.4f / {b*94*nM4k &uv*ywtsffiw> <}C^uvCCuhh>. fV. % êaffit^Vî.'BO (l 85M 



v. 5\A-HytesX/ 



7. hvvV'PX.ÙxAAwf 



0. t'%VVHKC&ViAw5 



J. yiaAAMA-avy.iyiA/ 



A 0, tvtJte-wvtviA/t^Ht/ 



I'1. AAAAAÂAA,W\/ 



Si. 



4. 12 



$22, vu D. "VUivf-ti-'e-V 5 &î '<*■■ tf.^Ût^£^^fc/w+fry>âtJ jyUiléjl 01 $55). 

I 4 V^e^Ciu.HtL.H-v; V.T&lïrt: 'a-cïvrt.'jx Mù.lO 2.U #W O'iVii-ado^-; tfavivûu* (1$50). 

45. 1 h lu)^iu«/ $.WM*u«<><vVr$>.JkT.— &vfofa) W, %/tyjfatf 9l723,cS yv^Cû^aSa-^e^le. 

jvviipe- 'tév?Lcaiie- i 'jja^£ù-.-tuSii.te/ / VV.20 (1857t) , 

-ea.ita vcti-t-ievi-iOLcaU^ti ■■: 'Cl %ulvLu-ùcoj W ^eêa,ffuc? .-/f^Z." ^/ (185%), cl ^Iccvu- 
>ncca;*uï le %j>o c oiMjh tt. 9 ;%' 'S 78 \%tfaio A &M<h/ / %°.18. (1855). 

'\7, Uy&unwùt» , #. Wlptfa&HXrKp. J,î. <^/5.— &<£**&,%• G297. (^&pH»U$utfî'bOOÙ?' 

1>P. lUaflu^OÎ^SZ (1S55). 

pUzzo.iUOoriîîhO), '%?GMM. ^îyÂ^'W, c 3cka,f{ m ^l'ib (1854), 

■Y 19. ovWe^, &i7ynlH*S&*.p'G9^§a&o1fo' g yi! GSfà,**** vuvtée. iuOlca^(niO). 

20 (185V. 
2 1. .vyouh^Uïwv, %oy,0lUv; 1p. SÛ5 ._ Q*tyMt/ t - "W. ^fla/f,,^ Oï ? 2 5 (-185b). 

<n?G2G5.(18AD). 

23, Eoi.vi.-H4VtA^-Wl^Us , u. *}bv»t>, vuvv-0t : îp. 5/',— J-ùusvWivSce ; "W. Jcf}w(fpi^t^ C (7l" %2 (I85M). 

5 5 v^ti^Mw/' %k0ccêl5lM^;^., V. 18 3 ^. #?£ _ &, <? 'Ov^tJasf âviâvMÙ', W. Ci, 59 (1U 0). 

2£ Qlaçtfy ^cUffn,^ 2U à tfvpwaAfyïd^SrÛO^W. %laj>^f%'.2 $0(1»55J. 

2 ;. .feUtu™,;' tfiP. ^xyx<yjUcjx 191, a i, 19. ~ &w> A / %^iua^a i W. ifcéorff»**î9l? 29, 

(1851). 



•b, 



2 i, yxluo\Mw/ 



J vi£l jvluL-'ï 



sT>M,\-\<dc<\\-$ 



ytXwJtix/. 



é.lcjx /S — 7hL>co, ^^^^^^^/^^^^^o^^^^^^ OU CM 
^er, fl °3î (1 SS4J &*&v*uà, '(1S5C). 

J ♦ Vs&HiïVtUXM&Ç , $, %'^ï: ' wuyyC/.y. Vis, 

ne. ({no). 



vw*««*e/, 



/? 






+ i OTUotictvwtt^ 



• f 






A. 



4* «i ■vWW'ÙomAàxs'.' 



j , *\ma\\aO XlJfovWO ; 



°L. CiWw)tvtu<HVJ 



i> .i'cevOe-wUiti'C'; 



M, -wwvvi)\Ai\\\fXv 



J. amuxwU/. 



v, ç/J{mkXaaw/. 



il. u4>.j>. 7û. —-Xutuïiù*», *€»ku^iv, %L : ff,^ K %; 102. (1MA), 

£ i. ci*??. 70. _ (uipd*/, twu, Mrifua/^aioorw XL^w- % r 9% (11 u) . 

(h. fa* *JL ^m^/. _ dw <& L Ou*, Jv3âOOJ*\ W. ifdaflu e^,n °. 97, 



ï)» jJwyhvwxxY\/. 



£: 



i— a*Ueà, ¥icut* ^w^/^^/£^/^^ Tires s s 

tîep- 7-azc) -1854 ; K>4M*£ubco , yafr ù/utZi+ueSOl f 47$ (1S5C). 



fW, (?j<dartti, -■%? ÛSSJ,^ duo). 



eva^- 



/ 
III. 



*/,/■%* 




J ZICCÙ j'tiWv 



40. 



\#v,4)ts> as\\Xa*jv!mA . e-t-'p.vvwi'iwvi?-. 



-s 



%\S2\s' i OwiÀjdn 



1 VM&>$U/, 



i%ii>l,\'Maz.f. 20. <Z,f.6.— v X%lte Ijmx^ïïJv %<*Ây>aj §cuàcétù } 91°051>7 

w:. Vd*ffi*t&; n V35 (n5M)u e+t i$5û J» Ck.'wJ^ %?4Cf. eu/ 071'^aOo^ 



<~f. 



jïtvï-- Zta&tcfeu4A. 



?, Cui-«A.tcl ; Jw. l'\ 'J/L?ûu)o-,' . tliv?h>7tlli>. 



w.tft 



y 



. % 



tWvW«/, 3^« $<c d'OtlpJittgaàotlC; M! CJdM. 1/340/ ', <€otiUfa,jxa*W. %Uffn^ 

Jl . 23/ ( ' /stûtif-tte cûi 1 1 n 1 1 /îcù -'ta-vc ) /S5A ;au. ÏS/îitaJi;? .jjvl^'^oli iû'%lu£ , 

vwyfï ïiîLjvLiX^; V', ije.ii, fiilc-, jx 101. c €. 10 c i 9?lcxicû i itu-PÙ a-vit'ic ûiOicitt, 

V. X t ilV^OiXVCCft f $. C]ew, |Xc .y. 1 0M . 
13, Aiu&$CC\iVL f $)%x^u-d . 

% ^Utù, Û i. cit. [p. 10?. _~ HovL^ loooy" 01 °.ÙJ,G9 /(f Hi*> <$*U*tt& ; i/Uû). 

3. fyuAfraM&HV vo , (D vijoupO, $w. — - Çviic0Ctù f frts . à 'ûuxca.c^e^a, Hefln-ap^'Ol ° ÛA 9$ (/SA 0) . 
i), (iiwtw*, $, Cjcii,...JilS l :c.jj. 100 Ûoi.^ixuv'-W'^^&ix^-.^'^OO^^ixlMi^^ 

VI . ULdvtXlltëCi? f<£.%»y, $XMy. m. 

%. ,y-iM>e.r^U^U^iu / U/JÙ. IX, jx UG, vm, w*\h*ftMM/fî. ^vuuf>ca/dt,'3? '01/ M lin- . a ■f600~" 

'&<*>( h Veto* c^. §^Lotti/, 91 '. £305 ; C^daUfW. %fxa^f'n-e^;0l ?33 il ( lift). 

3 ^MtuwtVMV, %ovi. $yttsfitù>fy>. 10 X S ttê - Ocutata/, (§<de*ùeC' M°. ' G5G1 ' .cl'JOOO pflSi-O), 



.G. 



J. j-rttotn-^vt-ivt ,' Jvye-, ïtivttï a, %&fcM.fi, 2$ °G .15 ' , (Z.yiu>n\>yk\)luvi-iA, . 07la.7t.et fia,l. troua . 

Atpï-x: jj, û9, ,i uv-T,i/''J&-u>u-tê . . — - re.ïa.,ctuï ; cmjs OfliïaûoiSJ &4> volù huitt-ideù ; 

<%wL>m , 21 f G M G (Uiojj ^ÛcuxiMoy, 01 f MDDfw à «* *W< ' 

G, \fu*yWQ\fyo"iMM/ } $■, tiw. ctavvcl. — - \H? ua-tïv>co , Lhartvu+Civ'Je ïf w 9lloiv tùty%P. %hoyffpuc%^ 91 f 36 

ami 

7, cc-'twcu-i-iiat'.^'- M, cluboiipl; t.i-1,/ 'i'ÇiMû. IX. Z$'l.— - J%e-5 2c ( l ,iiciûaÉuiCL'ia 'a/ 100ÛV%i*.t le? 

ïvohe**; tjaicotlt :/9lf Gi,iÙ, >tJ. Ll.ajjW, WUtâ, et W G$1$. "XaUpa et 
aillent (1U0). ihiyaAas. IV. %Ê>aMi.e^ 91? 5 **? 1 '$54). 

ci ': l<5.a-&. (liol . 1355). Oï'cal peuicC're- cju omc vai lcIc Pc t Ll.Ctxydtxiï-l^CM.v: i?Z. 

A C^ydLiï-Vwiiv, %*a*i ti*>*>t£U**S. ^Mexico, ChlytLv et "&&*ecu>, W. %hctff,ier : :'yi°'^^ltl. 

AO. tâ<xÂUtïU)ldet> , WilÙ.Xc-J. 9l u 20101. iXydU^ùx^Y^n^yi.ctùjalcoU^ tiaveoiaS 

iUcvxttcttj Ltiitcottv Ji c . ' GAiôl-l+udia-we cotn+u^c- /? cz-vine ■■• U&wx- ' htii-niûcà ct^ 
ain bieuivc ••',' 

j 1, tfvOuySASj'xÛVa V". LjCn^f fvllC. J). 117, \X. V&VW/IUAm/ 272 VUVtCe^'04H/U: V'i'licj.H^l'OC. f). fi, t-tU^'Utcct. 

^ïc^-CU-Cy fy*ttcH&,%î C$17. 

4. !2, foiœfovleylQ 2, S^Ofle^ut^'jy. 7%/ 'iXd. favuCJU/. ^ÎIwîP ,'a.t 'Ûjcvl. i.ci/kïi-tou/Jw. vtwiyvJvefcceAtâ, 

__ &u> - r ^ t ,2c 2c ïfc?,u^; * 4000?* <§«, tcottC; 21 1ÛM 5 dU 0), 

I 3. cyi^v.2 ïf.Gjeiufiac,^. 119. OaauLCO/,*. SOOO^HjœLotU, 71° G6ÂZ. (l$l,0), 

I 5, (xtvuu&0yhv)tti>i4M/ àhavk / ^yny.-a, MO,&>caaa\4&J(am\V i jjm/;(c<&. VH.voi-lï'e't'&wi.). , J. iredip^. 

Cjaitvttù, %? C$52, faiïrt OAtyutâoviL* Oax+ucv, 91 f G5CG. (inO) e4Tou^*2 

| ù, 4vù *C&. Wh.v^lwVxXfas, tijftnlpHSf. 21 €.2$ fia, l _ (hlfrw&asfW. M^ 



7. 



1 5. J tes i/i> , ï, ;m ^u) ; 

a) itowdib put ne et». 
VI? 'US (135 A) 

(1$c>£) a-ti, y/Lis%<tdo^pa.^ ^cCî-lo^ihU) . @$ 

m° 112 (-1 S H) 

. pan £a,n*L0<Ut</4eiS-^~ 'H ? . %la,ff^cï f 9î 1 ' -l'57 1 Û?.^a.â<i (18fyJ. 






H. ca-udovla- , Xucj. vat: ^Tlextctuva. WaAftv', g*&H&, 01, UÛ/f/Hû). Xu.cUi^ca; 

U, ^Uo^'mO»; %#». %^$. falUx/, WaMt ct-$a.£, € tfj. /__ &*&4aj4U*MÙ>e. , 

C iSM 0) ûuu/ si Ututloï ; Ja 2 £â ?ui 5 . 



■\\i 



iAAWvùMÏVu. 



', j.vwixWutAxks t 



< tenu- j'y Utv, 



t>, y\AAcht/\MS/ 



M, vle.'Xi.uïV-iX/i 






"J* l>, M4-U^?.CJ-VViA/t<*-.' 



£/V/% [BaS9a-nca"Pc ^"'^ll^/u^j^ eô 0e> 9?f i? a<h? , ft> %4<xM^ 

! itt-ûia. connue hlfi -va-te)- uvi^ -ptleû -Ac flvpacade-pUE,/^-?. â mi è~jti£ 

i n.2M ('1355), 



.4? » 



■"Pa,Sitt'9u fflhxl^tc ijjai ù uici,,c,9l? là'/ (1$ fit). 

$ 9 ' * ''1 ■ û 

Le fiietne, otviJM et (Ahxoluu , 

$hlLùw<!vvï f atiLcJ:— tfatcsll^j^èj, D'Ûuxaca., Oî °. 63/S (181,0); tP, Çfcl<Jf*s 
Chj-aL cf&M* /Pif '/f C/3UJ; sur à fopoca.lcpal / Vl?29Ô. (&u^?e 
.OAj-a.nu ime ûdcii? aijieaL'lc aiu la fa,(A en i^foyet-^joa-l - tej '0ïleocicavHï> , 
ens-qiL l5c< De If je , ) 

tf(-»-OM,3:§e>,eï .JÏ&.J Vîhx-lcv; W- %Mf»e.% ; Vif $0(1Sty. 



J * 



yu-^e<xc ,Xic/. 



<X-) Vi.Jl'lXQ'V-'iOthuA/', 

1. OTUxCciWw^ $, V f-fit.J>' IM.. fe ^O^-J^o,; 9#«»/. <///«/. non 'HWd foit& 

3c â &«rau,ïL ( âwac* ) e4 c € e .,Ufci, t ^a, (fa te*M \ M f C5/C. foi âlJt, y«i 

Oivxuuu ta.-k*âie.ï Ueti-x. btutit-i^ï ; indiquée* coin me- loue ; 

LUiSJmJtyuÉc C0ttn.n.ey cet ê„t rtet-u-U^ (e>/v û in. / /e.9{,,, ^ Mfttf€iiai>tx,&ejl, 

l %a^, é.tjen.p:p,m,^ a*.ù^.od e.,*,, S^/«»/s. >$«&,& fîtes?*. 



f f). (2LiiyihjùXe>>i'ia, f ( 



%ed, 



î^dl^ &U ^u^i^XuU S. e4'%££.^. &*C t >, . &„tUde> <fu*c&«**>. 






A<J. 



VIII ♦ LÀïC\.t\X\*X\ï£Ct> , 



y. Gpix.flUvv. \k$. 



2 0. L^wtvx,^ic?i?>v^ , # 



qu^ta-lO/, 



J", U- Lit. p. 145 (ix-d\.w\.\\.\MW/ ] unA-ctA 



l/tMctuMs, Ifa-ùolli-, P2 fùZOO . vCiMuéu&ca, 



/ 



(dZÛûû-a,. ly. JcJ>a-4{t^eï r Jî. 1 7 3A i']$ffCJ> a-tt jll-i? aJcrt ,fiuï Jtctleïettd. 



5. 



yyvvwot/ 



Ci,JS, * fort Vty*9, à SOÛÛ'T' 

?0, '/. 3. %Jê& Ou Wcxujue, Je VûûpW. L ScLff„eï; 9l!9f. (I3tfj*4ja* 

4i-PC- ? OL*U'Ù£JLPl / t \ 

d Car. (?^lutk? , OJUrt. agati du*, mutup.yû. €.xxl 97U^c^ 

Vif 92 . CM4); m o 93 l V,tifeldu,mexl f u^él°-H / VM't de 'ZS/t^W*^ 

tty**9fi<U9 M$t<***i*A iwrcitâtf ;W* m" y?~&*2*/f 'Wfffl* 

d. fron/msp- 77. ~~ &%lpj*fii sûûûTTfù* & : yra»û* e ttfê*L7k*a*f*ec4c 

+ % eUlloytyy^, d.$rpie^f.77. Û*ipJ*,, W %Uff»e-z, 9l°y1(1$UJ. 



5, yaAeAXCWLs', 



Q, 3-wjwi/ 






11 



M 



eco$o?vi5 1 6. 



ty YlittA.jUM^AA.'ï . 



û. Suis: f tLcS.fi. MO,, tf.y.JIl , OlUxvco, %M«wU/ J dbP0WpiJ*<f 

ÙtaieclU, jl" (?$ 5 $ i VoL-lieç- 9-tt 97lex,uL<.<sey()oi*fO leA ■uwtt'tiia-uw / 7 / y. Jcf!>asff > *i/ 



M, 



jYX-txÀ 



x^iox-iA ix-' 



? va \Oiu w 



23, LA ïeu*z'tï\ïytc?it>,4 

tf.^H.jit.p. m Ou****. u$e*f*o Mât-, fic^eifâ / n?Gm,£?mr / fkM&> 






<*. J)a<iJ^oyi\^\{lux, 






&* 



VLU/IH , 



+ £ y T *»*ÙhJ& ) #tfyn£ûs r . $$&2$. £$. _1 ^M^^^e^^ r $tf %^f M ^, 



*« 






f^H^c-HVûua H.e& 3e^Wtz,i> _ 



v>. c\\£a\AA.<xa\'o t 



7, i%fty\AhsO\Â)ztt , 






n. 



0, vi^COVi*/. 
I 

11, ve-w/t/tvtoi/ 



.1 t 



<£vVp, 



3, ftM^iv; 



M AJTm/VMTtKv/ 



/t(. St/wtwx/ta/ 






Wwveo^ 



#w, w.&l$u**;n? smj ùkj^yrâyeM^j&no ociS,^ r muj 



14i-C*+ï4;' 



%2*-; — Ozi^Âv, vlu-ut. **u** ^ c 6*i M a£ M j W fc/LMt+t,, 9P: te, 0/354) 

et 9ÎUSI f/Sô'C). 






■ J )JUmt.-eig^, iiuy. Û?hx,^. 0$,^. %/*] (x*Ueà vendez*) £ <22007'&UL 

..../// -Oîf 0350. (134,0j. 

&»t. m . uCja, ; Mi* , t. j'$U. i Lu,. 9/lcx.j,, tf. 01, ferrure* , Çal iHerl 

1095, note'* 3*. J//e*, r , e/ ■ w &£„,#,„*, ws<M6?ôtàm£*; muoof fr 



y 



Jl. 10/: ' ixtwcLV-ieùtxï vT. J iA-H-taLve/ , 

10/ *-(■/$$& efc % ÏÏe^Z '&HàeJ«s Vif 10/^/S.UJ. 

tK g^,fa.\f. /$9. û^xtvccL/ fLjoLvt&.fyvu,.,^ sooo? < fytv&vm> / tliûmsiiuq. 

(-jt-tu ut/. Jùcû/c. et Çrïep.. J/lexi'CO ( fJSfveiKtPtt '.'Pi ' Ob+w-ze-'J. 



Zn Lam,c*aawU£> , 



**■ 



(DeW. _ V<d&X/ ^]1eccô T ue /f ^ Je ^Oh^eO;W. %&*$**€■*; Oîf 



£02(1350), 



13. 



A 8. iJ %v>\\\€%\aX i 6, 



AJLM/, îlllC .A}, h 1, 



1. o/jqeu/tea, 



%{*W4*tfrfùv, *J.tfen. ■ fittc. -f. /6û. "é. XV 7 r. ^ia-veu, <2ka*u>&: GrtoJio ùvu>UiÇib X,'^ , 

ù t/ / / 

(htja^, (11 f $ n^ft^el a. (%J ( J a (1lf3/??f- 



><x. 



0% J lc<> t UMJi t zuMivvv-C' 7 ^l 



yedaA.bi- t 



M 



fo*pa,/ay W. (fda/fcpez,. 92? fûl (Wtje/ 3 £.9 ffi^Ctyoafat, 



( 1l2Z>J ; coi-i 'y??^Zci^-û M t. , TJoaJo ? U 



Pï. 



yvJLyiAHxAA*/. 






X . OLwfcfrvwiweù. 



WW'l^ttÙMej,,,:pic,y, i U t 



3 4/. kXaxXi LïiHpxvvvtii/j - X i 



A. tw^e-oAAAywi^ 



"là. 



71*413 (/sïûj. (u moîajot, %Aa*u**cis$£j. 



i n°i33 / (isf4j /a ^-9n<*.<aof r/ X^^u^.r/mj. 

3, IcXAAX-tûlcJOixAAA^^ 'Jùcf-ûï. - 'M. Jcfya/Â-ieZs/jre:} ^e (évita & 

dot ■ Jos'tJvyt^où (-llfûl 



(-L-' ÙCL44& 



ct-vt J / ùr^ct 



h. fyJUvtâw', if. </é,t*1^de# a.t^i^ûjdê-^,^. 5/ ou iuXukJ&MAA^ 977 as%f. &1 tfa-f. +u>w 



Jj Cu^iyt^'.''ûL%-o^^e<y -&& "éca. 



'e/,£L%J/âÛ^y£zeï-Z6i%e-J; Ctvceœfâi ■ (3SS' 



*y 






ù Ù % U('VM 



i. yllna/, 9na*f; #/ ÇalfCfcù We^.f. 1? .1?/V . f; 4. fya'â*^ M? CI M. 

'ï*a£**<v' t rï*â%A M -^Jet/Au. 91° 2/f 



/ 



i A^vA^oty cXo^- éï?9rié*MSp : u ■ % 11. cfz o*l*u é*s. w. 'Motf/^ez, 97 r/ff 

Ci à CC>àJ ; cù*> e-cc 9 i/jr -L-d &<ri/fe' > vo tA-t 1*4.^9 eô JloxtoochïcLeAwj^, 

1 yJ&w^Wo, Cf. ^%M^^'^cJa^ : % Mï*//h*Z, 9t?J£9f4SJ&. 

\ 

v, UL? tAwi imA . 
***: dtJoéa/. — - W. %&$*e* y 92 C 40 C/XUJ. 

92° c?y. t //^xx« / f/suj, 0*$ a /«- y n f /c/ ciz^jy <*«. &2i**~ 

/ 

**à&, $îf. /û'^%4 /CS d iàûi*, /m^-vJe* ( W. ïfc£*ffl***s. 2SUJ. 

h. <xfi*vJ& Cf. fC 97lA*iS-f. Si. ÛS4A «JtcfL //%/. W JcJa//L*Z, 9l?4C2. 

+ 5'. yiic^lv,; Cf. C9fleL^f>. fi. - &&«*&? ÏP- CUa.// ( ,€.Z,, 92fJ£4{iMAJ. 



\$. 



3 Ù . Ci t.&VI- 3 l tU H , (K> otfo, 
!. Çoieo. lU (f.ÇaiCfUu,. p, 117. OlfMcatzpe/t * ftOÛO^ U{ %UJf„ez , 72 ° ?$1 (ïttâ'.l 

shasZ fro--t4sfJ?eà ,, CmJhrUi/j 72" G.tGO, vi\,b lXt>yle\\\.o 0)"li c tau xii , s/st. 
O'Tlt'i.a-â/^- JaS?/2û<&UsOÙ ( ' /77bJ. 



/ 6K4-t< 



k y<x*wJiuÂ4*/ Wioat. eJ ÇaJr f&u*. 372*^ /?■ Ûd CUxttca,, ' 0«. , 92 f £462. 



1&. 






V </ j/ S y w / / 

m e 3u mm 



%Uwlé^ y (777'£3£9. Û^cccti-œj )fl JcÂccfâie^ 



t, 



Uj 



vH U-H4UVM 3 fci-1 M/tyl H- 



Jpm/l'h, I ris, 



00*0*0,, fyJeoiù ■ n °7£%£2, £370 j a $9 . ,** &' e & 



û' . ' / y]/ 

^i/S^t-te. "7?2cx, i.t.-i-i'-'foesi* ûti/fiei-fû ,3u /i/pe^ , 



a / 



J- CAAA. V tvl t X, \- \<Y ■' 



310. 



U'U'Hi)^ litiv; 



jjawCUpts 027 £3 7 a . Ûhu*. 977ê-a>. 

Ï.VclW'OyH.-C-a ''Je J.'^ \)7lcVz7ofyVy-7/^yùJ. 



\ \. oJrtcfrovMts. ÏMÙ. Ûaoc^ca,, âjcÂoUi^ 7ÏÛÛ7^ÏÏ7 ÛÏSt; Orityra.i)**. S, 



tXsSZClIst^ 



ca 7e ■ J.'~'7)7/<iA'27tsis' / 4(3 JcéaJ^e^ /Jlf^Û, (fa-put -mai fjeu pptsod-i/iet) 

OtvyJuy ;jc^ â ,.-ppe r Pi^-/: ) 27y2,7£, (77 7' £.7 



4. ' 7:Mveodco 



y i 



13 

il 

17 
\ù. 
1V, 



liXyvvyyy-^i acoyv\.to\A,- J. (jespp-: f^fpc-.-p- '(77t. (7L ■seAA\\J-co u pd-<*3\A.\w' / J 2lcx,%3. ey7ùio£. J#.u.p», 33? ex. ta. 

79 ^>p(%<:vâ7, â^ac 777° £37,7 

' y/ ' 

{/lAXlVt-VMViW,) ÛïesïL? (hayt-ÏCUPCO. 9t (f^T^a-PPCC Ï-OÛ ; ÛetliX. ■ ■£>-t4»kU7)éû. P/Jci/afAiy; 927 32 £l^4j, 

Û'e^eÀ/, ) lj Z) e > Lipi<y27. Qo&opùù, ïol-i-po ctiytyl? & ytpp-7 i,cci7. ( 7~ 7, y22c+pis< G, 1v .7/1 ô.) 

sfl^\\7'-Lv^oXi^n\y(/iUx77. ih ïhïcoLjx ,J&iey. l€pi/ 3 / £,t,v acTs? , JayïTtrZiistsï.l '/73£7. 

I (/ « ' 

J) W01y\£y\A-'2\\y t J, ipi^.TK/ifye/yoLAAÛvTLiAA/SA/Jll J/le-yZy, f>. 7> £ t n^cws (su 2.e-i -(hpijcjdt 

jh-t,i>wpu?6ô 3i^y'3772>yZcL3i;% ; â<xj7ec>2l3 y 7727(7277/, 1/747) ' $P. ^cdayfj^, i~*i7é3pp&ù 
â^, 97 f S2 e333 tij&J; a 3 3Ucï r aJ^ / n.U73 fffâÇ/ . 31 ?l- °.$Z 



veèsti 



n 



\ 9, m vxUiXMiwA/, ' 97/a ri. e/lfuf. t£up. Wle&f. Û2. 4w«^«^ M? û39/. f cv? â ***£**eS 

-pùv> é-fôeiéù- Ûï'izœA.; //? JcStxM-ret ^? fi/y^u, 9/ , lïUtfoi i 97? $7 , a, -'JbuûUi. 

(n^, 9l à G? ei (Jm.-10AJ. 

2 0. auVrtittiv %t>. ÎCIh+6'jh*****. $êa,6tft^ (faJeû&é, 92? G392. a^ *9?2i-taûr*Sj W. 

sJjjr97?U ; â?JJa, W. '%&aff»e.9, 92? ôi, ■X*u*6*e*, 92-f tf, 0t*pu. 
Jeu, 9l'Çf CÎS^ehM^u^^aA^ W?ÀG9y-p**. 6-+*+Z**4/{fXf6j. 

-f-31. oAh'U'ziv'iûtt , i?, S^yJhuifx $3, . . i ôa/ï ?.o44<cct. Je J?"977a9-fàn^ fK Jc$aAfae^jl?/P &r 

ÛvuaL,97?4U/JSS^J. 

du, 9?foaâ*j WX&ffi+e*; (7»Ujn?/4. 

20. AM<u&\*/llâ/letyale' Mx-S. f if-v/^'A^a^cn^iak^%i^it- / j77d%£e4~ûaJ > . J'ûtùa- J/ieac, -fi. Pli — _ : J fl&gcta-ue. 
2$. •vM,tVH-&ou-i i> , ïfcxe/ -<¥-é.'a.-i40 -pet-de-j Ûajxacat/j Çtvùe-a'£fâ y 97? b54/ i ,cL , %300 ^ '■ Jh> uvoCl<s>c0 / ' rv. 

3û/ï MfJ. 

1)). UJiA/Z^i30A.%\A-Vw'. 

ty &&*,//*+% n?û2 <W Mfà&dv&S 



■15. 



0. tuAAkojii 



Wi-Hl, 



CUt 



■%K*i4tec4*fedt£*u4+<L-&4UH0 feô ?B.a*-ïa*+<MU> Je ¥."?>? laitue iS ' foîfV 



-f" 31, mv»iAyït%i>ws 



ClêfyljtfZ+t* ■à'ÛvptcaUèpc/fyàfn* 9c 300ù"f 97!2$Ji. (hââ'J. 



3$. ^VocOiVa^Oto- , fj. 



J\}\AW\Xv 



■OOiS 



eWe^£*T'ci-O0**Ja*4tâZ y W, JcSaJ/trez t P2?*2£feJ déû. u. tf cwev-t/ j»*6£> Je- <¥e$/tfcc 
Jl . %o/, (1354— /aâôj ( ' Jt y U- -/je-i-is/-frfïc-;9eiixx. f2SjcceJ>). 



\vu\'i A,y tiï 1 



XIII . O co- tov cvpd^tceù , & ^. fiiez, y.iov, 



au 



xiv. CDipd 



vy> laxtecù , ± §««$&« Y . 2 \ z . 






V 



A0.($y(oL>jA 



tvu^v] "iw. 



- 1 (V1M.1 Oco en luieti. 



l, yl<M\\Âxvr\.\^C\,\AAA/ ; Jh>. Jy-vi/, JJ. 91. b.2. fi. 4. i&<«W- fiï JcbaAfytet VÎ^Ag^' fâtclo VOj-tHJUZ, 



49. 



aX-U/H-tl4l 



3. ^tvtoXe, à £ e +*fîfc6 f K 21$. __ ÇLàetify 97? Û2S3, MuxOUô-c*; W. i£A^W 

0, ^hephcfydVj <¥£. Vyeo'.fiJU f>. £4 (&,u 9'/79?.*Jc>z y Xiu^^tlt^ô, f/#$6j , 

-f k c^lUaœ*cMyi* s rf/rWleL*'/*. U Xu*vt£>e*j 4t! '9 > cÂu//^e^ / 9î°9Û/ y W/ 

1. doM^vJtiwsf # ge+içj&f,. 21 f. fe/â^y y Çu^X7P / 91 f 64/1; -?W & ùtf; 



. ôoï\\ VOOhCeà, âGw.fJtey.m, 



tAHt"Vi£'. 



iXj •■' te '.•'Villes ttbïw, 

4 l . . X o l\ j y ou un H ,i «„ ewt) 

ai < ,4 .'^itJc-f pvivm ait xidtù, 

'ffa&n/fa&y. 9?n^. f . 39. tf.vni. ^. 1 ff. ^TW^w, m*£ 



.«> 



f 2. C^9IvUyvo / à! lï'meUsf?. U—~ X^tcOe^O^^e* Je 977c^- 9n&c^ / 9u9?0Û j 

W9U^^9Zr2/1tf'292. ( jji^ 






%o, 



£e^**-£i*^9l?27û (77737. 






%fi92.âtuAp*i*afreS£s^-2?ÛÛ?y*#> 9e- nUca^.9?7ec^n? 274. 



(■ISâ'ÂJ. UtLs'9?2-ù&-acd&% / '' tfa&TcT&ct&û (775&J. 
9. ^itï^vu^Vu^/ <9?l^àeS 0«.& jLt*. 9?tea>,^. 3S> ÇaJwtëï, $2?C336 fa+S 

&&%-£. ^pt/0-fa.J 7'2 ? G A 17 ^tTt^ â&ÎX^U^cT^e^KAMAAA) OllùiteAA'Usl'lA-l/ 077 C7/*7, 



W\AA/, 



\Q. ajaaaj e/yoCviO t 



'Mcx/f*^; 97. » /// {77Ï7/J. 



» 1. AAAsClAAAWWl/f 
•J-* \3.. iAHMAAAJ-UU C/3 . 



", 



£g?9n£«S/>. SL Ûc^xcvcay, ^aJzottî', 9tf6$Û.9. (177,ûJ y i^W^-, 
&^*/^<faf&S,W %A<*//**^ 917709 ftSf& 4tt* /lO&y^^ 

t/e"0fî& / ?O-7 r 7?e'C&Ô VCMAsÔ /e^M^t^î^tyU^OCr'' 

VSAAAVOÏ/^V. ^U,%\\A^V^Ct*AA^^ tS cÂ> 7e>cJ) 77 ( VV- ^PCuTTUA^VoJ • Jv U^UTlA CV ; Tt. 

Ak ^yUc^y-o^ $7^977**^7/7.77. d^ê^j M îfdajfi+ïts. 97". 794 (1757,7, 



\ V. w\MvO\A/v^\yf 



21. 



M 



y> i<ÀAA,v\xK\\M t> 



H. (fi 



\aa*\*aJLo/ 



\r, i*Ut«P 



4 9. 



3. j-iowdeo yectt\veet> yewi)a,Mte-i). 
5^^W; $2? /9f£/#â4J. âUs 5%^,^^ %rt.&?^ f/JMJ. 

kiwa^,v ; 97Uïi.;/^^.m^ P . zrxva.tf/, _a>jU*f WS&rfUs*, 



5 C\x> y e-vvo xww, ' 



20, 



.V\ \A)\3-0^\AA/\A/ 



v I, "ÙCnwJUMWAMA- 



CVcw. (JU^r^^V/,32/. ^avvUkjWm^ 977a*tf tTgUrp. $4,,*>*w%>. 






/itv 



U. 






%$. faiUc^ 



WtcUf%wu<V.f>. ÛÛ9. ^cOym/el -*u/9nUia#Zî &iâ*M; M*Û32/. 

fc&^;:%«*au*c* / ty. %£<*ffi+eesj 9l-f2Z3&S$4j. 



%z. 



71? 31 dfïây. 






w&5 



%$. ftV f l<y i ZAAAAAA/ / 



•/* j 0. e<%D\A\iyu>y4£> 



feXtpçKAXOVViA/ 



lX/J îl-0/wdt>D yAAMWtti f W ^%-OAAàAjJLç/D y%^A\Vi^Ct\X2) ZO . 

<n"C3oê. 



-\- X, yJUyïwUA/^ fr. X^9/le**ts/f>. 90. 07l&x^yH*^bast*5 ch^^^'^^c^Jl^^^^U^ 



^^ Ql?49t?0#m?û< pmj. 



CiM-VObWVM'O/ 



M , fr MA> 1AA&U) &y 



5 u'jXuOxa/ 



•f» ù, Aw*y %-efy>vs / 



(/•zùZ'O.-fai/ &e-vi-x^'%>-t4,+t*4(?&£> ef'o+pré v^tstf e# ■ 92? '22/ ' flj/fy/ ', 

£% Ivjy o Ùlw^9?ZaA#i&g!x£ &H4*. 971^ f . 43 . ^&**X%/^ 

Veto* @M< t * f Ûu.Acsteï 91° G39û(iHÔj 

tf alïpyh'dix/ 'Wlas'UreJ ^asésjLuj. 9n*xSf>. 7S. <&.XXII. ®joIÙah>ÙU 



1%. 






-^■i-ii 






■f 43, lU^o 



if,, 



'4 tfk 



uu-t-e-i/ 



1 5. frpifWiJw 



'O/ 



16. Cjfu^< 



VlliaAsClAAWl/ 



{1 $$4Jsui4<&/ 



t£ — -%/ttitfu, me^ f ^/ 9-6^.^ w. Xéaf/^., w m. x 

LlXïo). 



B / JVvVJxXX&b oo\AAM**?twkifr 



%Â 



mA ♦ \A<nù^yXe^\^> , 5W-. 



CÏC-H U/tlA 



Jte-yl. Veut. p. J£3. <3olyyvd^x\/ l x t .vcl. 'tâ*MiUu*co ; Vuirt Ao utcnrtatfP, 






*«/ 



-45. Uauwvbiein 



tttllV, {f-erl'-. 



a.) ^avt Je s pu tu vX\X\deft . 



I \JU 



CO^VO-'. 



^^^au^/^X^ 7?.x\m. $3n / 3Li.&. fa & 



^ r , 



a* 



+ 2. .^u^ tftrm^f. 9z. _ ^^ i^, ^ ig^fc^ . #r 



iso^'^cn^j. 



3. yt^p^ A^Wu^^^ yL^-ftM.f,. 313. ^uZù/ea^X^. ^^ 



'e-ù i-M-ovi-^ 



4* 



i ^«yujlvhy*», tfQptvi fJUe//^. 2ty{ÛJ, <$«LyodioJ ett*" MeUsf. 6Z . t. XIX .£ Z. 



if. 



°}?Uïu.ûcsZ/ peut Ja^'éû^M^ô. (-/$££/. 

& ) jt mid e/o y m \mcz-5 . 



4- 10 



-j~ 11. \MSfî>ï\.tAtf) . 



+ 1Z, ^t/yZ&ÂAAAw' 



Û*à*u6«* ty. ïfaêaM***,- nUMtimj; ( < &e*9*co/L 



± 13. 



ylùcÂ-vttyvt> 
-7 we/lMeM, s 



tfrmeUsf. te. 

(Ifte*.) 



te>ï . 92 



"ll9(/fjy ; Û7^iJc^f?aA. â^t^^, ÏÏ.Ufû. 



1$. 



<a*^>^u&aaaaa/ gv^ï. U1&t&. 'Payants f. //. f.XlL CkitoJaj W ' ftdaMpe*, ?{. ' , e 

m/*iP>: (mu 



A(û. <ue/^\ijvUA,vvi-vf J. %t4S Jat^M^w^of âofrfjj, £/. „ Cht- 97lt&cul-trt. Ja^ùrt^iâ 



rf> 



- (?euH*caft4*4 êà ^dc^, -a, llâû* ûa,& 92°û?f3. '(1U$\ &*&&*? 

p. m 



mr~ 



2, Zr 



yzAVo 



à. {^K^tiw 



&&>&. ^e+ar f .m (joU^oà^^y tyalj. 



Û.14/ JvZùZtvûir^. , ~pas% 



JuuZ/fô 



<?r-uivo. 



1-V Oi-lVW 



/ 



'U,c4^: 



tkyvJas. MMa/fi***,, 3?*/ÏÏ^(imj^ / taA,£c 



£~- ^i-^i^&piA^t^' 



ZG. 



-^1-i^e-pt^e^' 



■j" A ' ockaa-\)<\Kaam\2 



^oOfjeoe-5 !^tx,£lu>ezLœJ , -rzx>-M-ûe>5 «w(u^ Ovefù e^eà , ( âA. 2r. /.*" ' 972ein < ^'' 
fJ . 129.) 

J/l&xsLc-.yj. 30. JbaUtyv^ ' LfULtcûUt/jl? '02/3 '. ihûi-ti)câ> f tn,>f vient e-pul 

O^-pt-t-v^ic-c-à c-ti/ust^/j-LS-i^a / /je<t'is0&e~j/uiu ce ■ atc-t- Ce- ,3c3 loua t ce- 2i4^ --ex, \%*,ytW3. 

CCfz. ^WU^f?. 229.) 



J tcoycltvt? f^x^vt. tA 



(h, 

■f 1, OTleooiouiA-x-a/ 9, Oc-. Lpoi-vui-wisûo ^Lvaa-U ■■■' °}?1 vt-V l, d ■''&*,&. fJ'isu-a. 9?2cx4,' c . o. ? #. 

7Uw%*. 7-^«- 2%^ /Ce*u* fv-ovOeï. cv3000^^fcW:lc 92° 02,21. 

[-IMOJ. ¥li/Ju,e £&/y H! 9c1bajf,p-e-z / 92 ? //9 ; ef'fja*. fe m-è-tH-e, *u#. &- 

ûaptcdLéêpOfy' 922 292 .(1$m*: 3200 T 

x v^tu^/ tfûrwhLts'g/v. tf.3, e o^âc^ / u-f;oo^^a,â,uo, n?6$3z.cmg, 

2)e ■ Ut, yaJâ>£- -J-uS 9'22ca.^aic-o;'92 27ûÛT'jvaA 2e -pu-et-t-t e-, 02.° '17$ f 

(1S55J. 

3, Icyid-ofa/j Jïcùl: SaaA> vtwyeXtôuk/Vetvti Z/4e ZvO . /j. -29 3. Œt^'T/Ii^uOct tfa-ï^ 



k. çXowa tjlivi/ 



%uù2/ùuc-/ "'VI ° 0/2/ -ftvz Oe jn-cptie-'-fl tfâ'3J , 



-\- d, ovjA'i>wWVivUA/' (2. iï.VTlew-. y?. 9Z (2v>t>&a,ùiA(/ / 9a*4# Cee i*pxPt*éa2ft<Le-ù'ûu,Z 7c. 



Vl.ôe44X> ' 



Lvv-OvOci/ Jl-2 V S '9 [1 '806J; t& 2)22 1/^ e#2 L.isi.re~<i.-a.Vie2c 9e r'cv- .pi^c/ue 



Il 



ùe<*.^c<M,ijO ; p/ ; !L ,ï élevas . ^/4 //' J*'j>?2eLt.i^-j}. i31. 
M 8. t) Lut? tOium | 6\ i]cAu fUc, y^c 2 73 . 

"ii-'.'-Zf? tllà. 



m.. 

/ 



71 f 311 Ml M, 



c/jtzf/ppe^ 



l , „ v y t 



'XVLLxiclodiceù , cf. q^-^ 









2 t. 



(ùjpec-c. dettsCOsles, fâù& - divisée . &->l/acu,t- étë&-<U**e* eù/jece- 2<£ ftw o/e / 

2. yUtyyhylU^ WutÙ. yJUf. ZJiï. ^vl aoy^dvo W. %J,«JjLet / 71. 3 1 $ (fa^tZ**^? 

a<Us JfùisiJvdirZ / JaA.'t<rï.i4.iù , 

ffio Wasi-i -de,- '/. 
A Jtdwnxïvvvi^ 1%>Zes';<&ii.-n/1S^À. f. 34/-. tWk urtyiàio. <% ija.Ha,. ty. £J>aJfi+e<2. y 9Z?3l3f 



<4> 



+ X o^x^OeJ, 'tisr mûris, f- 9! tëtuUïitH»; W. fcttJj/U*, 71 ° W* et ù . ( Sf£ 

^e#(<:vbK>iA/:.ybe>'Z\dn. $D. \Xoy\à\AA<w/ JCnte-cul JbtAAnu.wïxt-, &xy Ûtâ. 



\. AU)h'\sl\s5 



2-, \)\AA.\\vUx. /l 



fort. f Jos'i-ïw. 'lias) . (ifê. 7 £* ' 7)7oti^: a- 132 J 

J.ûew.J+t/ï f>. -?//. C\'oy.\,à\.\,\.\.\\/ / yt'la/l'v. û7 Cja.fr. ^. r ûivcj 7fl&x>. -£>. ûJ/. u.XVIU. 

7. 1. Jl<.>-c/3^-ù ctX-ùca.i't e5 9e 7/a-M o -yez-Je./ 7ly° b%71 / a c-ift- e-fe e ti eS>r^e__ 

aui^A^e>A/^a-t.te^.i.i'a..-v^i.€^^e eà/bec-o . p '.? e c c7c.wfa. / 



o2,LXiuvi\i(A f QivoV. 



ÀAA^toAA^i.v^ol-u^S J^eàu fren^ù. tJl&zld . )) \)Vxiy,v d\ Aaaaa/ .,-rbi.iAi4-l>. eJ (fa. 



VOL 



OCOsCCV O, 2dW 



7133, 



o) O'Xc'zviiie.ï iwxu-oiouivotct) . 



'). irvjvtt.aAvtt.-vv', <7Â Jf. f7 ■ f. 114. 4Xo-ç'uJiu.\\v; Xv. l'Ll 7'lci-aÂ'ty 7t,t/^tni4. 

2/, he.'u\cicif!vii\.\s\.v7 tA \Xo y v J i.\.\a,w/ 



,'a, t ■' V\ l (XX i c lv t-v iA/ . 



feïa - IA..14/X Cf\vc°e o4ù. '' 



Z9. 



' XVII . LXày u) iccb , % tyw. fvtvc : y . % oo , 

i y 1 v * ' ■ - o • 

ex- / u-jv ec c-f y M 1 t-t-C 6 3 "-)-» \AAA\<AM/yu) tO . 

l4cLC&otët/\#asi4& J'2 a Û?i'Zax>(xy. H. Jct!>adjM<i^Z-- si ? 2s/ . (/ à Ô^J e^^ûû, 
^ÙiM^'j^^'i^i^i^^l^o^^.J'^^i'Cé^^^ y/le<x-ù-&i<.£'~/ûasZ Ce 't*p€^H^&< / 'sc / . 232-, 



'71° 2$ 9 fisizJ. 



•f 5 eîowLyvfw,^ tf.srVTItU^. ?Û3. C&$«4** 'P. %&$**&>, 9t?Â99. C/lïûJ. ' 



•f- 7, -O^ydw^, é ' mn£*tSf>. iûÀ - Û-*tjaJ*f W. ^oÂuJ/^e^ 9l?464f1MÇ/. 

i ^lc W <c<xzyvA^' iïrOne^f- 10f. û&fo&k** 'W. î&tyffLe*-', 91? Z14 . (1S54J. 

&), Ovyt-œ-0 %>\AA/)\.-tAAJl J 3 IuÀ/j yxAA-w&t'b , 



sO. 



■t^e-t/ 



vu. là . ' (1 $5m) | eX,' ,as û^e^+OAs-c^ctcs-^tzst (szcuve&i/j V'I f J3 .' /^o: 









Ccmdv&^U; 



th^asfras- H. ycS-ùtMn^e^ su, t-4 3 ; (/iïjslj. [ (X&v\sû\MAMs'e/xkeAAS3*A,\4\/^s Çe*t^~ 

fil: f . 2 S'a', ) 

£ f??77sÏHSj*. m. . 3Lu O^Jy Wyj./f^z-, 91*309 v -X*^ 



-j» lit- ixa<\A/y>v-l€-y^ 



(1^^/91° 3 03 s ' (/#&J. 






/ 



CS / 

'iW4;^ Zûûû^w. .%i<vf/ lM otrfï. 



A d>, ^t^eiyfye/' 



sb-ze/j ^Ui44^)(\l III fi>. 3à7. , — — MuM,-ûc-ixe f - J i', JcJ>-aJft*&Z .fl 242 (y^32Jz2^ 
%. 45Û* etfl Oukaday. fttftj 






! A co\u>yQfrï>\\A\%/ jcJazat). _ Uwzcjuua,- 'ry- 



'c/j-a.'ff-i-pe'Z 



, 91 nôZsU-eju, cy , s3C { V «t 



MS.(-iS£4-4Sfû/. 

10, ,V\A<iM> J WW2M'U\A/'' JvCU>à, (ywUVWU; ,p, 2 39. iZl/U S/lu!~(t.Jû$ <SOsfyéffl£i60Ù , 

%o. yai^w, & a .JXSiwt>./,. 32.22 XLVin Û^w^ W.JÏU«$U**.j%f4ûZf> 



j%-iS^avlvD / 



Û-z-vZaJs-as; 'W JchizffH&Z,; 



%fÂ9c atfçj. a*/ ffîUirf*t,.!&*&*«Uà. 



-> a>i i o i ;x te. 1 ', 






â t/ 






•AÀ-wla// 



d§ t 



&n<r Jk,t>f fi> 



: 3ÛÛ. 



c -t'o 3 c/^^a-â-iC'fCfoi.c. Je ■ &% 6â ,-ôi4s& ùîàù-ttkïû .sy-asq4>&tS 






i. WVff/W^, 



Joljûll-, . iJ-LO -^ ûz-jyXûUV^y J-T- 



%*#tj WMfflïfÇl 






r£ 



C) Jle>ï-vi/vl&t> uu\'txfrtoxvw5^c&5 



ÔT.cfc 



iXiXC\XXiX/' } flsUsJ/, 



JHe/XvciXM- 



■IXs, 



& §eAM jlU.f>. 313. __ Û6uc6cca^ ; ÇasUétât/, yi?G4S4 ttûtel,^ 



■Mn-ucs 



tyO/. 



Ou* \^x/z*k*>c\?£cue>%A4A/}$. 






CZc^ Jlu-ï/za^P-ûZy -fH*^^Jct#_ 



2>l. 



XVIII. J leyhwityldeeà , $. c^.^u, f . w, 

1. tve^fwU . Xje, ^H4v. <A///. ^. UL &*/ Je foy*à ; W. %Lff»eï r 91, J 60. (1JSÀJ. 

ii. c-lee>J /. 

3. eOCOA/Uvlu,/ JrJ>ûlst . Ùe*u: fi-C/ - CllA, Ol'li.la-Jtrt ; JcIsZ/tST/M-J . 



XIX • UJx\*?*\tllCCÎ> f # fyw. fiUc< f .323. 
GO. J I Uczolcyux *, f^eVe. 

1. CyxZeoiti , Ji Ljei^:^f'vt . f>. 32/. XeûluL-tii uû UûUeûl'Ci 91 3 Câ 2 b. 

G I ♦ UDcn t tcM i>\\\\X } 

dihle,cklc.-\\d<xliv / l Jze#u benl. 3 te^J. /.>. /? 9. &) ckv^JUU+x,^ ui-ic/. put,?. L?a,<x-u£a/ ûnûofâïs 

n*£37Z 



♦ t 



XX . DÛ iCkïiïiitCCÙ, 6. Cy^. jlVus; y. Td U . 

I. OtfoeoLa., JtÇ. ^.-uo-t . fit. p. fjê>. __ . i/lûcfyc&J k>um t iJe.3 Je, 'ZctcurUfJa** } Cm teo'ï-ii^. 

77* G292 / /Uû). Jëu^occ. W. tfd<xM^ 9î°2fS. (f/£4j 

2. d\,0 tfrvv'tiA/j Jvze. , Clu aiecd**/ J£c>ïJ . /-->■ 39. JcfoLcJe, , 'J&uuùzœicL' , /1I29J /3sùt*4*Me&C0, 

3, ÎH-UtU-Vtt UÏUL-;' .3bt/i>t> . éflWH4< j3- C 22û. ilus 9j ' ItfrtU/vH , J^U-V-Cch-l-UO , 



3i. 



Go, À h\\£>eiiuxliiut\ ' "Miot>, 



dlc f ). Jiii. ut /ùook cfcpec. fitic. p- GO. ' nuue- Ou J/(cxLaiu.- / ûastp?>tec>tuoiL-- 

Gis . L l V aUiVWi/X tfv s . 



w i4xvcati-a 



Go. {^VOvy-fo-isUAs- ttfi.&v. 

Jl? 234 ( fiïâttj. Ô7û/ic eptiiciix-. &uJ /e/.?ciih.'ï Ju,3lt>?i 't-i-ù , 

X. o.vt-'jec'L- JcJ>aJj-i^e^ . fut Lvicvlfoea.-,' Lo? Jûôx ,Jl'eù3 / ex Jctici/j/?u-e>?.-- / J l ■* -> £4 a /ÛûÛ~" 

cx-tihe Je 30pie.3&. 

3. a-3-tdÂ/vux/U^^ J&ùfo-ù. daynvoo? ia- ^%\\-\.A\a.{iA- / Jte-^l. COt-e- C\e^c^t>5 , /-'■ ?/, Vcta- L-?wZ , Çcl-- 

AoUv, 31 Û C3U (fMDj f i/i£t*eUuacc. W. "Jdaff^t , 313235 1 Ip-ii. &zé?e- 3<3-3 m - 

<iLouui-iie e3 ûiautc-; (iu J/IlîclÎ)ci'!, / JaïJc>? u-vj , 
-ce&cetite , tau t en 3 c--. 



G G. JU ex nlîrlea ut- &n>l 



1. ivtiiOe-xwwi-v-; f/ïJ/Uczt>ïl.eatiu<3 / -J2£0&(S^\.cC\L^oo p.4û. J /Ze<x,ccv Juriruqe45e4ru ? ■ 

% twcvùos, Jl uiur.fCl.js. 331 . (JasX-acix ; Cjixt'eolii :>'l ? 3533, , 3ie<n>tlu'eJ 00144*1 

i>eit iej; pe^Cit/ùe. ejz-u*. eiux )■ 

0. eieauw-O, J, — — J/ LùXsLttisLù'i Jn-i-Jzurfl JLùï vttZa-ù ùu-i-t-ttivetiisô J. cu-v- J/icc-Jcù **W-a/. 



24 



1 i 5dxxW>Jhw l nU?C$c, yl, (hwuO.f. 77. <$,& Oa.xax^ tfouâott^ 27 7 (333,7. (iUOJ. 

.+ °l ^^lu-vtUxto., 37, _ l'UlaL- CUstit-j Ça 7. -.accu <i> 772° ^llÛo., OciH 3e n<3u.ic ; 71 !' G331 . 

5. jU*^' m*** ^/ d,y. m<^f. //, "£.33, %& a^iïoyULZ: thxa^f*/. 

n°C3AC, 



vu- eoc vc a+va-' 



?. hz/X4MMï\\-Ck/\ 



%iàJt;I;^t-:^.Y.,p, (7 /G ûa^uca Ûvteotës. 77 û (3337- GtfrU* W-U 






eût 



i e^yc4-j 



ei-L-x . 



Jy. Jchaffiit 



%u<diïn*. n n ï3/(?04);,^J 7 e Je lûdZû.fJU'Jf tt 



f 



7sOi4-C' 



co-iitnleIetn ui-i le/ire-, ( C eâ7 a. *wfo-t contiail'aa.idcc t 3a jeu te eûaece. - <ii/cu-lJ 



-*>tMs- 'ùzoï i c K>exi 



vavri-e..) 



j<Ax\yod\\xcec$ \nexic<xuieî>c\i\,\ ne yowl y<xo yowXuesùi f iW&u? V, 



CLc^-oïUx-hiA-M/ 4tH<]it.cu:(nJa,di). ot; 3hn utf>, -p. 33, %.XV, 

m-Usi>co>tAA<nf'3Ui>. JX.UwO. Ûcc.f. 1S9i. vtùtivScU; Çal. Û4C?>. / 733ûJ. 

CUuHuytcî-tS co^a-ij'vuhL^^', OwivbKtUhwrtVj Jaxa. CoVt/.Jl.M 107. Jietja 3/îa.die SbeSaÙ 372' 

1 33 J ■ J- Jh-vw. J^ 'lia . s/leoct 

Cjal, 91-rCW. (taie?, 

Obteofo-Hi-u^v"' jyoUfpoâte-ideà, ûbaJâ Gim/ï qA Jjj. a. $3. Tfa^u ùVlll.a/3fl. Otvxaca, <£a-n*; vôidc 

%300~2 $00 7 âaÀ(JS40j. 

, tiCaAi,<)u-un}UsHd/ Jbcpà.'&ti, dbotî.QOvrvtvvwfyij. 7û.. 7botCaf>ay 3/cê-te.3&. 

iswfeZ4it edtwipt- ■'■33tA4-K.- • / %?<o A î t. (httolxAVÏ p. 73. s3ba.33a.pa-, JcS-l&dc: ùLu. Jfli/t/vdot, 

JaA'toïuiô. 

\AÂ)uxA^AAAr\vi/ cnA^eoyiLii-u.^ :jyt3£d fi-3-, p.^pû. Jtxtt- CLtt-dveù. 3>c(jte3e oé COejwe. <Jum.. 6 V ,£>. 6/3, 

/e-n-e-z-it^-pi.-/ Ju>. iliuJ.C.tU: OJoxho le# fîvêlï 3e L'Jitpa-M-ftci c3 sj7cï 9e Jiaa^3 



3£ 
$ut (Ja&vUï ouest?. (1 Mû), 

, — » viilMïUiH-.vf. Jy. yl,l35L ! .'Ja.ïïcLiPCa, 3e j" 311aftài^.' ' (Ztw J/lcta.t)<j% ■ âa.h_ 

rttt, 9ï°£3ûâ. 

t 3up J/îex>. '..'. ô. 

eacu>tiin Jl >, t , Ctpni-t . Jîetld / ». 33. b.3t. -Ûovxacot , eZ- 34ûû^-1'$lWT'' Ùll&vÛi, Tl? 

1360(1 MO). 

t-non.ttto , fleeo dù3t+dee£. <&*nS%. XI X p. G$4. STLaypo (Z cilenJoï-u,, 71? 34 L 

$te*te tutUtiu+ptdos, 1ft«u> Do^nêcdc 3 1 ?lextc<; / (Xtdci-Jcnu, 3] "CXI, 33: tl ,„ < %! X\X , 

p. 3X5 , 

jt.ci.iica, «.Av. Jui-t-r foci&Sp, ivD. J/lc<x.uco, (Zocfo&i* v&Zus' JT, 3 ' 'f$4 "13333. 

pit.tcêva , «'■'/" JcnL'exSi. 3u>n^i* %. V.p.oIX,. JicO. J/'e?33&:' Ct^^^OTlù^OA^ttÙc/ei 

Couùna ;" Je ii ud. e1u)eppù. 

pàu âlfiâtv, y îfapt mt Ûaxaca . ÇoJ/ fl ? 33)3 (IXÀÛj. 

$MiU^v^Ï€a/iïQllv9\AAUÀ;Xp* :V?e,XLco i $ <?Au*J&p / $13 ÛÛ1 ,%3h^. f, XX .p'339. 

^Lk'l)?t!cfna' -Actteuistoi- .Jitàt; 3>m t'tcd.p. 133. JuJ Jût-Cde^f _. Lucxfiv] )1c3u'3c ej éQ&yipe* 

Juin-. c 'o. k tj. 0/4- 

011 vj-'i^V^- l3 Jindëe+nieV-i .3 <-(-tt; Lhe4ia.ii.ih0O, ffbûVK., Jic?%a.^ 3)'la31z€^ 3*ce.tv3) ./[ 3 1333,1 ' £f 

Ji-it-ilh . tll'uu, J/lex. } f>.A. 
^__ * Ac^urta.ftftyxS^d/jP, 149. CielL~U», Xa.tJf. (k%<d«S. ÇtJevtà-, ïft?C25ê 

3,3X00 ~ -42007" 
i:Ut.uA-..lcrplc?t ■o ^^^^f.^-;^^^i^r^6^^^^e<iv.v Xw/*fXI//,^. 353. _.„__ Ût Chaptt êlèftCf- 

( =Xll1tl: A X P. À'I/, s 

ibïyyzû-pkiiUa/ 3'. J't&ûà , H31Ù CUt Cx^ap-t^ilcfJt^^tp-iiU. i. &(£ 

ekti&Mvthù cwHtefieUO, &£6$x#**\ht #. '/t. t. XXXV $?2e*.^ y Çiode^ôot^ 31*13 1. fl^ 

Jtcho e/f' 3f^3l-aJù. C: ûb?èH 3e^.û. Jfistw^'XX , p>, 33/. 

jyi.iU6ocei.i3, 330.(13. cl Jv. _ t/tœfcLtteL-el 3?texico. 

f1H iu ' xea ''i 3.3'ûlôcA. ^vviiVXX. *?, 33$. , , OTlixi-ce?. Chcleu 3,"?tt - 3l ° 5G3. 

i-eucoj3odaj-3l, V\t: opte, p. Gù, ... 3llexlcû . £ â&%t*t>£e&q. 

lùxnU&fâtyts&xtf. (htïol.ll 4Û (J&H*uf e G.X\lt.a. I44J 3)lcxcc^ 

'oiifacui-ï 331 % %v. (hm.ol. I. uéf$L»+t.& ail 33hxoco ? 

— 33lv?u(ita.wï)t / ' '3v&e,-/\AA.S%vwA/. 1Ê30 ) pj.34*4 . JçÂicJe- 3L''S0û 

3e£,M.iat.%u-L-/ XûOtc. _ Ju<?.za/--'3'?lcié)ïe'- / 0. %h< îJavui. -i.pieœ--:p..', . 

cit^eaécv; 33l.. •jy. ^dW/o. 33. k /3e.^a. 'Mvuke- , ^^«fy '3? "3332. G**» Del- 

pvuo 31 J tXtlû. 

ocStitcéa,; ^.-.'J-yzc-: §dlc.Jl,p 114. 3'7lexLC0 ■ MvA-Xwe'j ; 7l3 '.4 ' 1 3. 

3\oi^oAia^^a/ dïde.i4-ê.cniLUuvuX%3. i^Uvn/'XX 313. Hov Ûbfufâpeo? CXocêti-i-ù^u-: 71 

XWm.vom^Ud icûe.?,0U!J û i>t3a.< 3 %^4vU^ TKle^ ïtU&riâ fUB. 

■<X^l?vyh'h)viA-\\< / ciïï3Jolviu-i^'iï C^iW. \\b: p. 113. ilctûUtteltitti ai<.ct1vvtSZ. .. Z u n cap> ai* r( 13 

&ua} LfcJeotll, 32 ° 3301 31340), 
^w*>uy^oJû^ G33Mjyo3^vlde,o i 3/3) (%L 1 t -.i U p^r3ù, 

,P û '}ff 3iv-t33et> , Jps e-utj, /vtAj. tcliA-My &zée-, %Ïaa^\, . X V I / / . p. 3 10. 

. r)oka;3U3. -Od^û^pp. 13 < VI. _ m^cvdjp a. f0Û<h~ Çà&*Ù% 3i°G3o;. 



OJÏC 






14/. es. 



^Ju£cUïo^ : /X^i ef 'ÔUu^/ULtMeecS.fK 31?. 1g.i1.JL- tyv ic ,. <Ziy efï3t%ej 
J-fH,lvou,ùûtoui ; û)cïi>. )')1a^.3X Ç û al:<3o\va ) .^\tou f- G/.%uC4 (}3Àyla#AAAMAÂuAA/- 
YoXos, 0~ L'j&ii.ï-il; p, 71 3. 
iïctJuin? tboï.u ? 7/Utt.C'f Çui V"o\AAi. JWtcil/jJ. G1. „ ÛouxwoaScL 7 3>0CJr2 7ûC" 

ùwtbotfâ/ 713 G7 21 



7, 



^^rpLnuiit, 77 '%. 4%0. cLvc.àt^, a. ~2 00- ZJûO^, GJalc^ti 7l°G77l 

■- - . . j ' / y 

W, ' c ■ tAtxlust^'^cé. cu'..\A-^cMA^\A)L)vlb'z-oXt/ j?luL%<t\ e.7 Gai: vaz. (ftvéeoitï/, 3^2°G3jû. 

Gaaacct-, CIia, jHi^a-êof. ;Ja,2tvZtiU> , 

rcliGicupfvL^np Triait eS'tja&ÔoxK^. vm-vx,./? G3. t.U ÇaAotlt 92? Û2Ï9 et 

2Ïà-ô£ttsi*4 / -jG^es, ^w.uA'Hl, ,o. 331 3%y. a.-. yiA^vuiuuv; Vfli^-t. ri ua /'. 3, f. p /7.J 

jXtolloyiei-vo Jliduà , 7. -, '; n-r Lli>pte<ti t-ti/iu^'^ ■ &e*>7c ■■■ 7a^u ei Gv£ùe.( J. Jm. Ûou^i 1//ex.p.G2. 

dfaw/w<\^OJM<i^e/&fove44'$e>V^ 3uui/'XX .f), À1Z-. ?Jzt3ii De. IfZcvnûc û.2?Âzen Scta 

711GG2. 

VViAjyvduAAM/ pr>ieêcu<f^i-; JchûicJil, otxvvvv V, a. Gû/. Jbvtùipa^ 7cSt &â. cl lUcpjpa 

pii&e#u-li4.i-uvfJchtecÂf , l.ô-. J 1 Ce<x^au-e'- / <éui**a vendes /3<ix,ctv6W 77 77J,1û 7 

■ OtOOO -ZÏÛÛ^- , * 

pvi-uf£pjt,ù / tlbcH-ii'et t so>j£-; s.\a\vv: \ \ 1 1 , p>. 131 . G-. oêï.e^dï&'ï.y f 777t-ur&2a,21 3i7 



A*4oi-i-'t&-, / 



ptù^tfc'XtA^e-, ■ 7.7/i-iX r 4,. 1û%3. -J.JG4. lv.vcu-ii.tt) ajuualt -t> . JcljceJc-. -/ut ri. G. 6> 

iiiJe.' JGzt'. l'uni. H. cié; . ~ï <ï 1i./;>ci Jc/yceJe-, 

-CLu.iiitï'Uf2<?f.i-Z> / , -'vxe.. Uimh C.C-. — l. — ■Yuô ~vïoja.à Jc/ncGc- 

C Jïlnd'-!e^^t / '.''• Jt44^rJ<}\MX- jfii/xy.b.ïtXXllI. Jitiïa, ?j12a,t)'?e.- / Me^-vâd, 

p1u'v()vri'1f^'j<',; K <ï\.\\xx\ 6, iXfJ.4%, St'lcx tec &1i '-c-nôc-ta . 

Ci' a., t'en 11 a J?1u-z1. vu\^a. O'il&cc-.-' o. 4*3. _ Soicuap. u-t "-1 1??'? l* a-dvï. . ûa-^et/lû-, ?1. "639,1. 

Lj.tf vav-cj^j h Ubi.-w.i m toict fi.xj.ri letut i J] iixw: ' '2'JV. J-u na,i t-i-tt i-iou- ItiGvumii. t U? c$G: dpcucctfra,. JcJ?<<:Je~ 

&t iVeppC', &ni , V. p. 3/f. 

Ca,i-i^y"ulv.\-\-e)zvo.u c<;J li-litt-u-. fhe-Jt. ''t-eitla-tn/. p. 49û. JbaÂLfîtt> et 7/ li-ia.<?i>Z , LÏa l'e-oMu 71 'Gl^P^. 

Oj^-wwxA ta' ùi cv poDîv i-Jeë 3' Vcvxa puiiuLw-v und. vci%. J/ÎlO-oa i ùuxs. «Ww< X 1 1 1 p 133, 

co" ûifoticv Jl 3vi\i yo Jvvlv-iv ,3/la.zf. c-1 ' Lfcvl-, GHnlu.ni<^', ^ïed 3e Veto, -CïiasZ . La^lt- 

0(13,71 °G31 3. 

0t>VVj^iXclzH.WM/ cnpï'fople-'oiïk/),, Jlecù &i<e-ti 3, 3fi itu< AtX /). û$3>. J /1e<CL-cc ■ LV^ohe^i'ôati t.H . 132. 

i3j3\3\^0\AAAAA Sae/Lvotw' Pw. Ve\ ■ i^clxD. hixixdt. ////, L.lie»1iL- ytoA-iDe, Ht 2J a.-lax-t*i<j t '-, JcSie^e^ 

Ifiwu XUi.pi. 4X,9. 

jciurotu-iti, 3 r . Jtrr: Jn£ <*a. ïliecv r 'ji.Hvo ] '"^le/x p. /-Jju&vow- JlcaXIz^Vbe/iùu). a. 

i a i o 

I SsM ô ■ 

je/t'ïa ,Jw t \in. (vite. .-/,?. 3//. Llicna.-nlcdL'' viMcctf-a/ Ua-ttûli-ù- ■■. /t. ù3/y(/p 1oDÛ) t 

tlsùzivptllsUi ■■; 3X3&es, L-'tXOClMCCL. • LjtA,t€vttl , . r 1. ù>3o/. 






vt+oLCVfittïut^ JGffiô. QMMMA/.p. 239. ÛU-q. /.sutf.ivxv^XVlU .p. 3ÂA. 

at-êyu'oÏJcJ. 97 /a?/, &i ÇvlC. ^ucj. JYlçoo.p. 0. ËXVIII (%ea,l. iïel' .ncnU, p?-ià 

■Oeï ■n.UfùeLiiKX,! ?/uÛ'~ WûÛ,.'? 

Ticyh^jJx.vvi-u,;' /yat-yct/uuuu-, X-je , Ce. -' _ ïfepêv'Ù , ÛbJa. iHtJj, $ U i\ -t-; '£ A V III , «. 3-45? 

CeffîmacHt-U) ,%je . Uc. cii . &ÀSùù) . (h>zq. dïi/wfo. 

'ïlLvdïe.Mïc. , J. Xppt' 6'owx. Ollc'x-, 7z LXXlll . tfb&tta, Tïlu-he^ 'MùpoJJ. 

uhwAïytanini-i, X&£i. &vuuo.ea/X X./P. 3S1. Ollcouco , £éïto*Âzq. 

nrn: 

la/ uuj-n^uxy', Jcàùedù-fMs^AAï? X 1 1 1 , p. 14, 

1li!ia -aléay, U tffL^^A., Ç^âclU, n ? £3/2 ' 



5/. 



$ II ♦ uKdx\\\yciu>^^x\\u 



y 



>yfïx\\ivLcceî> , 



(j^vcfe 



OWUXWCb f %Ufl: 



-1 ■ t iWvwvtvi? , 






M . ,û \4,W\,OÏ>4AsV\. 1 ' 



ù. j en ve-de- 



iKMA,\M \-V 



Mu*UuAcà, Leusto lu4**U)e*j ïf, tfda,//pi.e* , 71'° 163 lU^J, (hvuxvux-'vvvXv.. 
,jaiux/ t Jtyhci'ffuez , 

(% OTlilfÂt . $.<;(W .^Mi. '1$£ùf>. ï/6. iZu 0?Uuuh/Z f %U^ivù / DêcuSap*/ 

% ^, JXê/ p.-M WU~afr^ ; Ç«.â<,tâ M a 6ï3û (fUûj, 

îkiâli WyvtoUtotykytiU y* m . tfa/u».;* Mua 4 " Ç^àcttl , 71? 646S .(/UÛ). 



G. X%\,Joo\ù 
7. ua-cÙhA?! 



IAAAA4/, 



y 



-l-VM-VtV't VIAW/ 



*>&«% 



■M-ùï V, 



M, 



M , à\3\\ t m eiwyjvxtl unît f •Sv, 

Z A\xo^lù5ctA\'3 l Jilui.iiLA-ii.-it -, (lu D'Jliïaùe': < , Ai. 7 Lu? lu. y, ( /33o. , 

4 aby ltA.\lo'i Ovb %-. 'oui*,-. )tUc. a. 133. . du Ollaa^c^j Ja,frt*U-ît<ù. 

0- itixy^ovûwiey^ 33ue êu-t a. m i t . OLu 0?l3i : aJv?. ■ %.^/û?u-tà , 

tfu'. à u 1 1- ~ /3ut£ . /? 



lslM0. 






2. c liiixiAA 1 1 1 ; Jl etl. î. tÂté, f- U. ïênaLiïco ■ W. ttçt>*,/ftt ç ? , -'V ','0. 



^ti-tvt-'X V fil, p. 33C/. 

1 ^hw^U^j^v^ é„f. I c^ v >,?/. ? ?T ^oy^lU,yXo, _ .O^&rfùéJ* h. (fa^ 

cmyû, Jc4te<) t ye-f(drsfwô--4%\v\\v.\i. QJ9Î 



âo. 



I. al-axvd<U> l J~. hùïb, 771. IvwkX\.\o\.\a\. -'. J'K JcÂôum* ci . <M><u.oUia/>cû tyTZvï-aJ&t , %er£u/éay 

de ta- 'ù'tA**'-t)e{&ujï>es ' <9e 44-0 7ze^- cviuc^i^^','' 

Tl . 231. Jduû te- 1^-0. m- 9e. y/i' . ft.coci4.-o-!> cl- 9ejd. 9û-t4i4-e f>„i% j%, yhsvfieA , ( /$f7>ïj- 
C et^'âiJ' 971. ri'. J<J>et.-f/44 &ï- 1 û-v A ùuù 4j e/^'/e- 9e- <fî>44jeô 7cû cj/jcczô cvn-titicâ. 



3. yAAs&eVc&H*, tylfÙ. fit/, 4». 73. . ùïu yTît'iasâtriCj J^^oïut-y. ('/%%■) 

97le4(sici'iit>-, ùas£esofât3' / Po^mcu--, ' jl '•? £382 (i^ÀûJ. MuouTZ^co^- 7/ ? - JcÂaJ^***t 

û. i!\UA.\.\.ct'>ùiw5 'Wi-CCd. j\A\.U. -p- 77 1 . 9/leococo f ûo^teû/7^. , fl ? CJ< û % . 



île tiûuv ■ .i44--tM4-a-t-te- ' oe fLi^/e-fëc--, cet- fïtût-t-dc 44 co/,4?a& iïaJît t ee . jnciù<ï &t<e44^" > 
Si-fi^au&é-; Q-us-z&âfè- otCc t> e44-d>7'e 3-th Tt-nc/e ■ C ei>7^ U4t e- 9 eu /ji'1.10 -O&iicô 
èZiïeccû Je ce oe-tt-^e^J, 

S. Jvcf? ^ Unvvyi; W-ùtê-û. j\iic : p. 73 . 9'7i '. aljiA^ctà-ctuV f OQltuf.f. eflfai 9 -. 44.041,' ïfii9£Ù. ajj&à *e*+t>3 

vioi/utes osvc ÛLeioêe4't44i^ / ffie&wt-a*****/. sCch/k. c/'uïm'. Jcou, ■ v X lit. _ (Çu/évf 

n° 6J<n.(/uûj. 

0. ^oJiMo iJ HÀ/. û. — iTUi- JTliïcipcrï ,.fja.t Ji&Z</o y vuA . (/$££/. 

>\ TfïwbUi à-Ca/ '(h iKM-cn-ol I / \m3. 'sùtwk. 5y . fclu/.sj. i& IV. A. t>,\aA> (a ttith caaaaa/ m3JÙoU) . 
X. i&wMAvlvQ-v*/, <7u-'. JViMs. idCc/' LTaoubtJûisuu: Ûu4»c4vca^ / ua^te-o/lC M- ■ u3/3. 



m, 



/ iv. C^c^yWciXcceiy , %$*». 



y 



V'ICt'lV; 



2. o\,lia.'toi. 



à. juî Lv^wiAÀ v tt <vj 



Y)(XvU)lrt/ 



. . op 



tA-COX 



Cs OwtcAAA/y 



/. y nul 



>w, 



%, '}\J>iX€^VV.ti 



^;w */■<;«/ 4.u^. oiiea,^. /*. ^//.// -~.0**ua*,,f.*sô&r / ,64ft • 



i/*udée* tftzoâ* ^eji.tieù, p,, w +te* , feîfârt '- fj '. fûi :â a & ^e-, a fz^_ 

Jk»+i4)eà J&riàà,^i+iiicv; d ' /*o*t âtJô* Joue- yunteé*; ct/&d 3e dtsé&tsM*. 
f«*'j*L*i*uâa / £.4y4*t***& "âe44^>.^e*J^ / Z y»ù>yU&&d ûe.h^â^gù. <à> SUbcaeï,**» 

IhtwJtù ïUï v&sj .pw,-tee.ù ^i4 4+wtifiûeô, ^w.j^w^ £ve0tt**t*& ^oiïeJ 



JZ. 



Ç * } f * * 

ftlyvtwpvù , Jw, JU tv. Jvt< /?. ///£ _ (?*, â/sït-tpSeïa. 

— — -sut-Mas Ovttt. voit : XayZ)-Vi-t^Aia.-i^e<s-'- iïa.i!f'ct-i-ïéi , 'Ôt. 9)Imo. J?/."/ 

— wâ'à+aî&aJÛ. éj/ioXnf^U^/. et^ul ffa*ty. Mie** p. ?#. ûl,*e£cz» £>efi uin,. 

qcsO Je ^ t' ù c v -icu-'yj a c c/oa^te^. fia/fc Dt" û3£4. 

_ yra.CLCtf) JcJjiel IfoeJf. ^tt. ulaM- fHI^, . ffilcxt-cc? - c7Â?e,ii é'e?q. 

. "tyecSà,; farta (hll. %OM*l yf. 14 . f.Xl./U JfltaUa*^ Mx^lty 

— ty&ct'oùOs ■■JJneùi. y.iAfjJ. Qtitiô ,f. Su. Dfhmïa+te.j 97 ce; 






7 

2. A>e*+ua4ÂAMAS £v. **/$<& ioJù\ 3^4k^//|. Ve*a,-&uA . fia/. ~J2f£3f£. 

-f- 3 D7le&icaMAA4*ij ,/. CuxcvccVi cjct-l 7 . Jl?64i9 efauttfi* "^t^e^^ &f <%ust<t-aezœ e*c 22/? ?û3. 

Aé't-i-ist;-!>ee/> . 



4^AaoA)-\AAAAA^ / foaà'fayUtij't^' OJeôV. Jo^l. Uû^a. t-iyi^lZptt-t^. ^ûO. JÏst**!^ CJu/C, VI ^' ?#4. 

6316. 



43. 



i> vi . Oà\\\o\ lOiXcceô , 






DYleocÀ,UAA'UA,'j 0'. , jy&ikoX'xXx'V , sfla/PË. et ÇaurQowA. 071 eoc ; \œ>. ?f, t+oii'J{<ùÙJ. . (sa4UA.£ds' / 

u-eïi'itté& ieu?/>i?oc&e&& rt-pa/tge cïe*te-ùe 'jei^ec. 

0&\*\*M^f*/,CwM*xwA)M*4^ f w. Ji'i'.lfJ '~J\v-\.sj. J$. - ÛJosuid Peà A-n.t*4cub. J&i/ùvÙ. #Àmaa/$H\\ 

p. $0$. 




vil J l liXnvUïiiXcecû, %t^ 



% . OjlïCOÏ ICiXXiX^ C Xeo l, L $-^yy. y. i I , 

i Uevlï, facàt f.cvl, ra&uiMLujjy*. Ûcvxcc-cu, âaAtfâ, 91 û Û3À9 . ( fHôJ . 

Jt-t dut u ce cvi.ppppi-e (ze^o -ta? e- ■■'. elle, ei>f' Ctmi,et,cOe-: 

.tïè/J -'laie-, 



& VIII . (ztyht^ 

A , di>OV%\\C^yW\A\Yy $v. 



c> ' /y 



AU. 



e^ té-»-*,. .-cÂa^dty - W. %6cuffi*^,?Lr 10L(iKM.) TUâe ^ ^W**2> %*z* 
-ûe Ùt C**t& . d îfûû^aï A +Ê*€*t+es.C4$&J *fa,u. &f>rcaJéf,eJl' / cù 2700.^31X14. 

z ^CcnW # $y. 15 U . (h i) «£»/; W. yjtaffuuv, 97 '411. (1$5àJ 

Oy^u>yiopLVA:^eà a i^cccuz^xvn^e^ ^ **/ ^w£y^ yatuv ov V^vJtiuA, i. 

Sho-fe'ijohxxvwi, %%os, f.Mp [iX-do-U-i> f Jùït<; 4Às\a\a/X VI 11 . f>- 30$, 

J^um- WJ-Ù. éâiv.f. 6S M.tva/alrta. ) C. êfaurê*** 71 '. &û. 

OyUo y la ï»iw LM ,v5.t. W v; 77UJ. él. Om^A . toi/. ÏÏ . ? 7£ TTImoÙc// . fàealfJel Mo^ù-,- iï&it*^ 



û y. 



docAXvyiv-yj^ ycM\vixta/ l Ûz&fié'. "5w,yy. fytitid. -//. f/. Oyïrlo^lvfou^y9'77a?./.e-/ Ça£ 7û<ta. ffîeau 
% a 4%0f 



ô i 



<f 









f: e<> - % a ï e/ 



4£ 









4/ 



UAMAMAArt/ ¥ fyUïig. VY[ OA+vy* . v. ?9. CttiSa, e/ Ou^eJa^. W !fd affile? y M ° M '/. 

HSM} 



Jchajjfa et , }'] ? 12 S ( 1.04 ) '02 c '/-? 'S. .(r^-i-ne . (.uihat-teC' coi-i-i-we l? &ù-'iu,*ze,./ 
1 0. coi«yl*AAulMM, : : t S. ^tiyulÛM, WMtû. (?4wu*é&w;*i lûÛÛT Ûaxaca ; ÇaJ, 91 ? ÛÉÛ.4 

(lUûj. ihi^êa,} W. idajf,i^ ; ù 25 ûû "V ' 2Uû~y 92° 13Z. (1J&J. 






4~ 



4. cv^ïyxûixïa. , 'Jpittta II v.fâ. __ Ollcxiaue , te'vï-e cba-itûe et /cupeVPe . (Jaùcrlit, 27° 

QÛI3. (lUû). VafPee Ou Mexique . M X4«J/t,€» ; % û â^x j titâoU, <%n, 
Cltit)?^. (Oxï'c&tcvn t u /a . ihc ù'Ûnxivûa , à. ?/t?û "."" Pau (Zqooit.u Je /au 
iiuva/ï, J? f 112 a ic ef d. X,taln>ro c( Cl^chSa^'eii Uiie c bauàe , 02 ' f '//J , 
Céùféas tffoz e)i%eâ&a4> Oeo Wlexicalnï. 



r£ 



( fda.ff^et, 71-f il 1(1^4. , 









e-M4 e. 



/ 



J. ai/LUiA4A qtAlcV' 



0. fcWfo<wu-c h H*> j 



J^tù-iia (-ai: i, 'î.e-Muli^vUi*/:'- 



''Ml 



lA'iX/tuù-CO It/fli-lfa.- ùérZâû&tl- 2J2l$a.0fZ. 



fy *t*nj . 911 o\ xv itfv, % f -If Cf. z*i y-LÛt-iwcuâ^. 



ft> (, 



/ù>Lia/fii>co' ■ Ty. Jcfjci.ffne? 



3. w-frwhrtvUvt/, %. 
%itS3. (ft&y. du. Mua**; ^LtUï.iviûj/jïcj. 



X>x\coyodi\xc£C$,\^\saKiciXvvvzï> ^^-^ $^i P <xv r ^ù^ oc i U%liw 6. 

%Ji f ccyoO\.v\AA\y i la/X'isfviii.Li.i-u Jw. 6 Jt, %xO. OcclO, IL! , 1$73. 

, - .***/&*<?, MfrÂcfjf; ' rfuviv: V675. . {% eo âe 9êiA,êaj&€LS Jc&ie-ûe*. 






j./33A/Picj . cvpt-vi-it -c ..tst-tû-t-tietuo De Jcwa^y 



Clode+J. 72° 7 Vf. 
■\. v&iiXi*\.\\vlta/-ïWyzHo l ÛJûs,i;. Ouctjc. L^I, ^jvupy. HI.fâ3. 'fvïi-Ma II fût. ii'vivtrXVlll. -p.3û* 



>4. 



i. 



m 



V 



vvzofrve^%\\iXcctô » 



'%o>y> 







II . c/ I U\# * i u a^€^ 



AS. 



VxccixyvUiuxïu^v vvi\\\w%Aj&i\A/ ù&> ô ï>yece<X3 f 



yVo\Av2 dc£> ttx-u-vtvte^C?. 


ÔùptCL 

Dey ' 


^<£^ . 


n-e- ^x\/DiXAA-\yyoJo 




I Joîxiyaùuxce-e^ , 


(0 "3 A 1 


M 


II «X? M^v^vujyhviX^AKcte^} 


2 1 


2> 


III Lle-L-c-foc-v-UHA-ce^f , 


5 - 


1 





J 


9 


y %u \xv dvixct/t^! 


3 


X 


YI C»'M4xuvM3-<xce^ï> / 


1 


1 


VÎT. OYLkXaxAXCvl* ùù& t 


3 





A711I l5p h'w^ lojjiHxxUe*, 


3 


A 


u^a c oyv-di-ixoey&0 f 


2 2 





6v> hv^oïy&lwX'ixot'V'ï' i 


X 


V 


VVV&M/X/ : 


A ! 3 


I 10' 





?3 


S. " 



(1) 6vv -m cumtn««>««i 9 «wwto ■pxtM.vifaleé . 



/ // 



APPENDICE AU NEUVIÈME MÉMOIRE. 



FOUGERES MEXICAINES. 
CATALOGUE MÉTHODIQUE. 



ANNOTATIONS, ADDITIONS ET CORRECTIONS. 

NB. Les espèces ajoutées à ce catalogue sont indiquées par une f. 

Acrostichum scapellum, Kze. Galeotti , n° 6304, et W. Schaflher , n° 17. N'est 

pas identique avec la plante du Rrésil. 
Acrostichum simplex, Sw. Ajoutez: Sierra d'Iavesia, sur les rochers. Galeotti, 

n° 6345. (H. F.) 
Acrostichum attenuatum , F. Le n° 30 de M. W. Schaffner se rapporte à Y A 

erinaceum, F. 
Acrostichum rubiginosum, var. Scheidei. Supprimez ce qui a rapport au n° 2 , 

de W. Schaffner. 
Acrostichum Hartwegii , F. Lisez Mathewsii. 

Lindsayà Guyanensis, Dryan'd. Galeotti, n° 6495, est bien plutôt le L. rufescms, Kze. 
Pteris Feet, Schaffner, n os 138, 141 et 286. N'est peut-être qu'une variété du 

P. aquîlina, var. lanuginosa? 
Pell^ea pulchella, F. Effacez le n° 151 de W. Schaffner. 
Cheilânthes ch/Erophylloides , F. Ne regarder comme tel que le n° 6367 de 

Galeotti; les autres numéros appartiennent au C. chœrophylla, Mart. et Gai. 
f Aleuritopteris candida , F. Galeotti, Vallée de Rio grande de Lerma entre 2,500 

et 4,000 mètres de hauteur, n° 6442. 
fSELLiGUEA mexicana, F. Mexico, C. Jungersen, n° 945. 
Asplenium formosum, var. parvulum, W. Schaffner, n° 58. 
Asplenium auritum , Sw. Supprimez les n os 64 , 66 et 462 de Schaffner et changez 

le n° 65 en n° 63. 
f Asplenium sulcatum, Lmrk. Orizaba, W. Schaffner, n os 64, 65 et 66. Cordoba, 

Huatusco et Orizaba. 
Polypodium PULCHRUM,Mart. et Gai. Ajoutez: auPopocatepelt.parW.Schaffn.,n°295. 
Phegopteris pilosula, F. et P. continua, F. Très-voisines et presque identiques. 



Goniophlebium pyrbolepis, F. Ajoutez : Polypodium sepullum, Klfss. Enum.. 

p. 104, teste Sartorius. 
Goniophlebium meniscifolium, Langsd. et Fisch. Variété remarquable par la lon- 
gueur de ses frondules ; c'est une var. longifoliam. 
f Ghrysopteris sporadocarpa, F. ïnd. A p. 27, non Link., est une espèce distincte 

de G. glauca , F. 
Aspidium albicaule, F. W. Schaffner à Huatusco, '1854, n° 247 partim. 
Aspidium microchl/ena , F. 8 e Mém. , p. 402, et A. microcarpa. F. 8 e Mém., 

p. 105. Doivent être réunis sous le premier de ces noms spécifiques. 
Aspidium extensum, F., Gen.filic., p. 296, s?^ A <?#/m«so Galeotti. Fil.mexic.,p.645 r j, 

et W. Schaffner, à Orizaba, n° 248 (1854); est distinct de l'espèce suivante. 
Aspidium melanostictum, Kze, Linn. XIIÏ, p. 447. Veracruz, Galeotti, n° 6320. 

(Les autres indications de localités se rapportent à VA. extensum.) 
A équestre, F. Cat. fil. mexie., p. 30, nouKunze. Effacez les mots .4. arborescent. 

F. in lift, ad Schaffn. 
f Aspidium puberulum, F., 40 e Mém., p. 40, W. Schaffner, n° 247 (partim). 
Aspidium conspersum, Schrader. Effacez les n os 336 et 462 de la collection Schafïner. 
f Aspidium geropogon, F., 44 e Mém. inéd., W. Schaffner, à Orizaba, n° 336. 
f Aspidium albesceïxs, F., Orizaba, W. Schaffner, n° 462. 44 e Mém. inéd. 
f Aspidium Kunzei, F., 40 e Mém., p. 37, Orizaba, W. Schaffner, sine numéro. 
f Aspidium obtusilobum, F., 10 e Mém., p. 41 , Huatusco, W. Schaffner, n° 213. 
A formosum, F., Gen. filic., p. 296 effacez: Cuba, n° 2145, J. Linden et n° 6563 

Mexique; Galeotti, pour ne conserver que le n° 6473; Mexique; Galeotti. 
-j- Aspidium jucundum, F., Galeotti, n° 6563. Cuba, Linden n° 2145. 
Cibotium Schiedei, Schlect. Au lieu de Galeotti, n° 6488, lisez 6458. 
Hemistegia Willdenowii, F., Mexico, Jungersen. Ajoutez n° 873. 
Cyathea mexicana, Schleclit. Ajoutez aux numéros de la collection Schaffner: 

Cordoba , n° 236 ; Huatusco , n° 337. 
Trichomanes quebcifolium, Hook. et Grev. Ajoutez Schaffner, n° 4. 
f Tbichomanes pachycabpon, F., W. Schaffner, Orizaba, n° 8. 
Nevrophyllum pinnatum, Presl. Lisez N.Hedwigianum, F. 
Hymenophyllum macrocabpon, Schaffner. Ce nom spécifique ayant, été employé 

par Presl doit être changé en celui de Schaffneri, F. 
Spilerocionium hirsutum, Schaffner. S. asterothryx, F., herb. 
-j-Selaginella ingana, Spring. , Motiog., p. 457, Mexique; sans autre indication. 



t/~te 






% 



Jb* 



ICONOGRAPHIE 

DES ESPÈCES NOUVELLES 

DÉCRITES OU ÉMÉRÉES DANS LE GENERA FIUGDI 

ET 

RÉVISION DES PUBLICATIONS ANTÉRIEURES 

RELATIVES A LA FAMILLE DES FOUGÈRES 

PAR 

A. lu A. FÉE, 

PROFESSEUR DE BOTANIQUE A LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE STRASBOURG. 



DIXIÈME MÉMOIRE, 



V e BERGER-LEVRAULT ET FILS, LIBRAIRES-ÉDITEURS 

PARIS > STRASBOURG 

RUE DES SAINTS-PÈRES, 8 ' RUE DES JUIFS, 26 

1865 



AAAAAAA/V\A/vV\A/VV^/V\AA/^AAA/>j^yvv^^ V^/^J\/V\/\/\.V\/V^J\A/^J'\/V\AAA/^-'U\J^/VAA^ 



DESCRIPTION 



DE 



FOUGÈRES EXOTIQUES RARES OU NOUVELLES, 



PAR 



A. L. A. FÉE, ; 

Professeur d'hisloire naturelle médicale à la Faculté de médecine de Strasbourg 



DIXIEME MEMOIRE. 



I. POLYPODIACEES. 

Cette famille, incomparablement la plus nombreuse de toutes celles que ren- 
ferme la grande classe des fougères, a été divisée en deux tribus principales, d'après 
la direction de l'anneau : les Polypodiacêes vraies, chez lesquelles il est latéral et 
fait suite au pédicelle, pour s'interrompre au stoma, point de déhiscence de la 
sporange ou capsule, et les Cy athées, chez lesquelles il entoure souvent complète- 
ment et obliquement la sporange, qui n'a point de stoma, d'où il suit que quand 
le sacculus se déchire, il faut que préalablement l'anneau se sépare. Mais ces carac- 
tères différentiels sont loin d'être absolus, particulièrement dans les Alsophilées , 
qui ont parfois un anneau à peine oblique, tandis qu'il l'est évidemment dans quel- 
ques espèces de Polypodiacêes vraies; ce qui nous disposerait à ne regarder comme 
cyathées que les genres pourvus d'un indusium: Cyathea, Schizocama, Thyrsopteris 
et ceux qui sont semi-indusiés, Hemithelia et Hemistegia. Quoi qu'il en soit, et dans 
l'impuissance où l'on se trouve de construire des classifications parfaitement natu- 
relles, nous conserverons les bases adoptées dans nos précédents travaux. 



2 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

I. ANNEAU DES SPORANGES VERTICAL: CATHETOGYRATM 

\ Puissance prolifique universelle : Alaxiocarpeœ. 

I. ACROSTICHÉES, F. 

Gen. ftlic, p. 41, tab. I-IV; Mém. antér., p. 1 , 23, 67 et 112. 

Gomme on peut le voir par la place que ce groupe occupe dans la série, les 
caractères qui les différencient des autres tribus consistent dans la présence , sur 
la lame inférieure, et plus rarement sur les deux lames, de sporanges qui naissent 
sans ordre et s'étendent sur Tépiderme d'une manière universelle. Cette particula- 
rité est commune à tous les genres, à l'exception d'un seul, le Nevroplatyceros , 
qui peut en être distrait pour former un petit groupe spécial, les Névroplatycériées 
ou par syncope les Plalijcériées , terme déjà proposé par M. Thomas Moore; nous 
en parlerons plus loin. 

Les Acrostichées sont essentiellement écailleuses, très-fécondes, assez souvent 
prolifères par le développement de bourgeons adventifs qui naissent du système 
vasculaire. Toutes sont herbacées, rampantes ou grimpantes, de proportions très- 
variables et généralement robustes. Elles sont terrestres, arboricoles ou rupicoles; 
les Chrysodium se plaisent dans les terrains inondés ou marécageux; l'Europe n'en 
possède aucune espèce; la plus rapprochée du continent européen, YAcrostichum 
hirtum , se trouve aux Canaries. 

L'épiderme des deux lames est à pans sinueux; il n'y a de stomates que sur la 
lame inférieure ; le tissu vasculaire se compose de faisceaux de vaisseaux annulaires, 
entourés de paraphyses sur lesquels s'appuie un tissu cellulaire abondant, succi- 
noïde , à cellules hexagonales , ayant leur plus grand diamètre dans le sens vertical. 
Ces cellules sont parfois ponctuées; après une longue macération , elles se séparent, 
deviennent flasques et comme vésiculeuses. Nous n'avons pu voir les vaisseaux scala- 
riformes prismatiques, aussi nettement figurés qu'ils le sont dans les traités de bota- 
nique. Les vaisseaux rayés ou annulaires réunis en faisceaux, étant creux, peuvent se 
presser mutuellement et prendre la forme prismatique, comme il arrive à certaines 
cellules, mais cet état de pression , qui n'a lieu que par exception, permet diffici- 
lement d'en faire des vaisseaux spéciaux. 

Les particularités organiques que présente ce groupe ne lui sont pas toutes 
spéciales. Les sporanges ne se développent pas toujours normalement. Dans VA. 



- 



RARES OU NOUVELLES. 3 

Boryanum l'anneau avorte et la sporange prend l'aspect d'un godet. Nous avons 
donné le nom de sporangiastres à des sporanges , munies de leur pédicelle, qui se 
termine par une capitule d'apparence glanduleuse, ou bien qui se dilatent en ma- 
nière de chapeau avec des bords ondulés ou même lobés; c'est surtout dans le genre 
Chry sodium qu'ils abondent, très -diversifiés déforme. Dans le Nevroplatyceros, 
ils prennent l'apparence d'un bourgeon écailleux, longuement stipité. Les spores, 
en quittant le sacculus, entraînent après elles le tissu cellulaire dans lequel elles 
se sont développées; on dit alors qu'elles sont épisporiées, ce qui n'est pas un 
caractère et dépend uniquement d'un degré plus ou moins avancé de maturité; 
elles ont dans tout le groupe une forme ovoïde ou légèrement réniforme. 

Les frondes, quand elles sont simples, affectent presque toutes la forme lancéolée. 
Dans le genre Egenolfia, les nervilles sont libres et pinnées ; elles se bifurquent et 
la branche extérieure sort de la lame sous l'aspect d'un mucron, assez raide; c'est 
là un caractère générique d'ordre inférieur, mais commode, parce qu'il est con- 
stant et qu'il n'existe pas dans d'autres genres de ce groupe. 

D'autres singularités morphologiques méritent d'être encore signalées. La mobi- 
lité de forme des frondes (hétérophyllie) est extrême parmi certaines espèces du 
genre Lomariopsis. Le L. sorbifolia, entre autres, se présente sous trois formes si 
tranchées, qu'on aurait pu établir chacune d'elles comme espèce distincte, et 
cependant ce ne sont pas même des variétés, puisque le même individu présente 
ces modifications; les L. ludens, variabilis, spinescens, sont dans ce cas. 

Les frondes peuvent différer, suivant qu'elles ont des lames fructifères et sté- 
riles distinctes; on les dit alors diplotaxiques. Les modifications qui les séparent 
sont plus ou moins profondes. Souvent elles se bornent à réduire les dimensions , 
comme dans certaines espèces d' acrostichum , de lomariopsis et d'hymenodium, 
mais parfois la forme diffère complètement: Acrostichum piloselloïdes, Polybotrya, 
Lomariobotrys , Rhipidopteris. Les espèces à frondes diplotaxiques deviennent assez 
fréquemment mixtes : Lomariopsis, Olfersia, Nevrocallis , Heteronevron , etc. Quel- 
ques genres ont normalement des frondes mixtes , par exemple les genres Chryso- 
dium et Photinopteris . 

Les sporanges et les spores varient à peine et ne fournissent aucun caractère 
propre à faire distinguer les genres et encore moins les espèces ; on peut tirer 
quelque parti de l'anneau, qui diffère quant à son étendue, à sa largeur et au 
nombre de ses cloisons; les écailles ont une grande fixité de formes; mais souvent 
la même espèce en a de différentes sur le rhizome et sur les lames ; elles se dé- 
gradent en dimensions en parvenant vers la partie supérieure de la fronde et de 
ses subdivisions, au point de devenir piliformes. Dans les Acrostichum piloselloïdes, 



4 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

elles sont si abondantes qu'on ne peut voir l'épiderme des lames ; certaines espèces 
leur doivent une véritable beauté , tel est entre autres l'A decoratum. 

Les genres Aconiopteris , Cheilolepton et Anetium ne sont que faiblement carac- 
térisés. 

Les Lomariobotrys ont cela de curieux et d'anormal de porter, sur un même 
rhizome , des frondes stériles simplement pinnées , à frondules plus ou moins élar- 
gies, et des frondes fertiles bi ou même tripinnées, à frondules linéaires. La dis- 
similitude est complète. 

Les espèces de ce beau groupe sont très-inégalement réparties dans les genres ; 
elles s'élèvent à près de 250 environ, parmi lesquelles le seul genre Acrostichtim 
figure pour plus de la moitié ( { ). 

I. AGROSTICHUM. 

F., Gen. filic, p. 41; Mémoires antérieurs ( 2 ), p. 1, 23, 67 et 112. 

1. Glaucum, F., Mém. antér., p. 67. 

Nous ajouterons à ce que nous avons dit de cette plante (l. c.J que le méso- 
nèvre est extrêmement large, aplati et delà même couleur que la lame, celle-ci est 
jaunâtre à l'état de dessiccation. Cette nervure disparaît avant d'atteindre le sommet 
de la fronde. 

Icon.: Tab. XXVIII ( 3 ), jig. i; magnitudine naturaliif). 

2. Aphlebium , Kze mss. Klotz., Linn. , XX, p. 419. 

Frondibus sterilibus parvis, oblongis, oblusis, cartilagineis, répandis; stipite brevi; 
nervillis tenuibus, immcrsis; fertilibus longioribus , auguste oblongis, obtusis, 
basi attenuatis, longe slipitatis; sporangiis flavidulo-umbrinis , rotundalis; spo- 
rts opacis, ovalibus. 

Habitat ad Meridam Columbiœ. (Moritz, n° 332.) 

Filix parvula, repens, caudice crassiusculo , fusco, paleaceo. 

Icon.: Tab. XXVIII, fig. 2. A, magnitudine naturali. 



i. Voyez pour d'aulres détails le 2 e mémoire: Histoire des Acrostichées. 

2. Par mémoires antérieurs nous entendons parler des mémoires 6, 7 et 8, insérés dans les Mémoires de la 
Société d'histoire naturelle de Strasbourg; t. IV, t. V, I re , II e et III e Partie. 

3. Nous faisons suivre la numérotation des planches, la 27 e étant la dernière des mémoires antérieurs. 

4. Nous ne donnerons les dimensions des espèces décrites que quand les figures auront été données par 
fragments. 



RARES OU NOUVELLES. 5 

Ce nom spécifique aphlebium, sans nervilles, signifie seulement qu'elles sont 
difficiles à voir. 

3. Huagsaro, Ruiz. herb. Bertero, Amœnit.Ital. t. II. Opusc, Scienc.Bon. 1, t. VIII. 

A. Calaguala, Kl. Linn. XX, 4847, p. 421. 
Elaphoglossum Ruizianum, Th. Moore, in Incl, p. 365. 

Celte espèce est parfaitement décrite par M. Klotzsch (Le), et nous n'avons rien 
à ajouter à ce qu'il en a dit. Les frondes naissent très-rapprochées les unes des autres 
sur un rhizome rampant, un peu dressé; les pétioles sont courbées à la base, nous 
les croyons légèrement visqueux. La plante a beaucoup de rapport avec l'A rubi- 
ginosum, elle diffère même à peine de certaines formes de cette plante , commune 
dans toute l'Amérique tropicale. 

11 est difficile de comprendre pourquoi le nom donné par Ruiz n'a pas été con- 
servé; la loi d'antériorité exigeait qu'il le fût; le mot Calaguala fait naître en outre 
une idée fausse, car il existe plusieurs espèces de Calaguala, soigneusement diffé- 
renciées par M. Guibourt (Hist. drog. simpl., II, p. 87). Le rhizome de l'A Huaesaro 
serait sa deuxième espèce, dont le rhizome est représenté fig. 54, figure infé- 
rieure; la supérieure semble se rapporter assez exactement au rhizome de l'A 
Preslianum F. (Voy. Hist. des Acrost., t. XXIV, fig. 4.) 

Le Calaguala de Ruiz, qui est le vrai, ou du moins celui qui, le premier, a fait 
son apparition dans les pharmacies, porte les noms de Cuaccaro et de Coacsaro. 
M. W. Schaffner écrit que ce nom de Calaguala est mexicain et donné à plusieurs 
fougères à rhizome rampant, notamment au polypode que nous avons décrit sous 
le nom tXOulolepis. Cette espèce serait dans les pharmacies mexicaines l'un des 
succédanés du Calaguala de Ruiz. 

Quoique l'A Huaesaro ait déjà été figuré, nous avons cru devoir le reproduire 
d'une manière plus rigoureusement exacte. 
Icon. : Tab. XXIX, fig. 1. 

4. Gratum, F., Mém. anlér. , p. 69. 

Ajouter à la description ce qui suit : 
Frondes stériles souples, plutôt oblongues-lancéolées qu'ovales-lancéolées; lames 
abondamment couvertes d'écaillés roussâtres, laciniées; les nervilles atteignent la 
marge et vout s'y perdre; elle est très-variable dans ses dimensions, mais les 
frondes fertiles dépassent toujours en longueur les stériles; les sporanges assez 
grosses portent un anneau à 14 articulations; les spores sont noirâtres et irrégu- 
lièrement arrondies. 

Icon.: Tab. XXX, fig. 1. 






6 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

5. Tenuiculum, F. 

Frondibus anguste linearibus, petiolo gracili, squamoso, lamlnis apice obtusiuscu- 
lis, pilis stellalis et squamis rufis, adpresse vestitis; fertilibus angustioribus , 
! petiolo longiori; sporangiis rotundis, annulo 10 articulato; sporis rohmdis, 

V fuscis. 

Habitat in Venezuela, agro Tovarensi. (Fendler, n° 272.) 

Filix parvula, gracilis, rhizomate crassiusculo , squamoso, radiculas brevissimas 
obtusas ferente. 

Icon.: Tab. XXIX, fig. 2. 

Cette jolie espèce est bien distincte ; les frondes sont rassemblées en faisceau à 
l'extrémité d'un rhizome horizontal, relativement assez gros et écailleux. 

6. Angustissimum, F. 

Frondibus tenuatis, angustissimis , linearibus, acutis, petiolis filiformibus , flexuo- 
sis, rubricosis, squamosis, unisulcatis, laminis basi attenuatis; sterilibus et ferti- 
libus conformibus ; sporangiis ovatis, pedicello brevi donatis, annulo crasso 
10-12 articulato; sporis ovatis, episporio lacer ato vestitis. 

Habitat in Bolivia. (Bridges, 1850.) 

Filix debilis, elata, angustissima ; frondibus ad summitatem rhizomatis erectifasci- 
culatis, squamis aterrimis, anguste linearibus, longe acuminatis rigidisque. 

Icon. : Tab. XXIX, fig. 3. 

Cette espèce a des frondes flexibles , portées sur des pédicelles fort longs , avec 
des lames opaques, atténuées aux deux extrémités; elles sont très-étroites, légère- 
ment courbées et portent quelques écailles roussâtres. La marge des frondes 
stériles est roulée de dehors en dedans. 

7. Squarrosum, Klot. Linn. , 1847, p. 424. 

Frondibus aggregatis, rigidis; sterilibus brève petiolatis, pallide viridibus, ulrin- 
que attenuatis, paleis fuscis , lanceolatis , acuminatis vestitis, prœcipue ad pagi- 
nam inferiorem, petiolis hirtis; fertilibus longissime petiolatis, dorso paleis bre- 
vibus, ovatis, applanatis obtecto, laminis ovatis, brevibus; sporangiis cr assis, 
annulo lato, 10 articulato; sporis ovalibus, rugosis. 

Habitat in saxis ad Paramo de Mucute Colombiœ. (Moritz, n° 319.) 

Filix parvula, rhizomate repente, crassitie pennce corvinœ, dense squamoso; squamis 
longis, lanceolato - subulatis. 

Icon.: Tab. XXVIII, fig. 3. 



RARES OU NOUVELLES. 7 

Espèce parfaitement distincte, qui tend, par sa squamescence, à se rapprocher des 
Acrostichum piloselloïdes. 

8. Rœzlii, Schaffn. in F., Mém. antér., p. 69. 

Nous n'avons que peu de chose à ajouter à la description que nous avons donnée 
de cette plante (l. c). Les frondes fertiles sont chargées d'une prodigieuse quantité 
de sporanges presque rondes, portant environ 14 articulations à l'anneau; les spores 
sont noirâtres et d'assez petite dimension. Le pétiole des frondes est grêle, blanc, 
presque filiforme ; il porte des écailles roussâtres qui s'écartent de leur point d'attache. 
Icon. : Tab. XXX, fig. % 

X. LEPTOCHILUS. 

F., Gen. filic., p. 54 

Ce genre a éprouvé de grandes vicissitudes depuis 1824, époque de sa création 
par Kaulfuss. Nous lui avions d'abord reconnu 9 espèces , 6 à frondes simples et 
3 à frondes pinnatifides ; mais dans le Gênera fi licum les espèces pinnatifides sont 
allées s'ajouter au genre Gymnopteris. Presl (Epim. botan., p. 183) n'en conserve 
que 2 parmi les espèces à frondes simples et il éparpille les autres dans ses genres 
Anapausia et Gtjmnopteris. Dans le Gênera de M. Th. Moore, il faut les chercher 
dans les genres Nevrocallis et Gymnopteris. Ce qui caractérise pour nous le genre 
Leptochilus, ce sont des frondes fertiles d'une étroitesse comparable à celle des 
Vittaria et des frondes stériles simples , à nervilles anastomosées , dont les mailles 
sont appendiculées. 

Voici quelques espèces nouvelles de Leptochilus. 

J . Thwaitesianus , F. 

Frondibus sieriiibus lanceolatis, glaberrimïs, ulrhique acutis, cartïlagineis, opacis; 
feriilibus longissimis, linearibus, glaberrimïs, supra striatis; sporangiis fulvis, 
pi/riformibus, pedicello longo donatis, annulo lato, i4 articulato, ariiculis rubellis, 
remotis ; sporis crassis, reniformibus. 

Habitat in insula Zeylanica. (Thwait.es, ri 316.) 

Filix satis robusta, tennis, frondibus aggregatis; rhizomate repente. 

Cette espèce a des proportions supérieures à celles du L. lanceolatus , tel qu'il 
est figuré, Histoire des Acrostichées , t. XL VII, %. 1. Les lames sont courtement 
pétiolées, cartilagineuses, opaques, décurrentes. Le rhizome est petit et rampant. 
La diagnose microscopique le sépare complètement du L. lanceolatus, dont il a le 



8 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

port. Les sporanges sont pyriformes, très-allongées, avec un anneau très-large , 
dont les articulations sont écartées; les spores, courtement ovoïdes dans l'espèce 
à laquelle nous la comparons, se montrent ici réniformes. 

2. Zeylanicus. 

Frondibus sterilibus laie lanceolatis, sessilibus, laminis decurrentibus, acutis; ner- 
vatione campylonevrorum, sed magis irregulari; fertilibus angustissimis, longis- 
simis, petiolo nudo, extenso; sporangiis ovoideis, annulo lato i6-i8 articulato; 
sporis brevibus, reniformibus. 

Habitat in insula Zeylanica, (Thwaites, n° 1317.) 

Filix repens, rhizomate tenui. 

Icon. : Tab. XXXI, fig. i, magnitudine naturali. 

Cette espèce a quelque chose du port du L. decurrens, mais elle en diffère es- 
sentiellement par la nature du tissu des frondes stériles, par les dimensions et par 
la manière dont est constitué le réseau nervillaire , à mailles extrêmement petites ; 
c'est aussi là ce qui la sépare du L. Mlocarpus, espèce à frondes plus courtes et 
plus manifestement sessiles. 

Le L. Zeylanicus rappelle, par ses frondes stériles, YAnetium citrifolium, Splitg. 

NB. Le Gymnopteris normalis, Leptochilus minor F. , tel qu'il a été récolté au 
mont Khasia par MM. Hooker fils et Thompson , semble différer de l'espèce des 
Philippines, provenant de Cuming, distribuée sous le même nom, n° 326, et repro- 
duite tab. XXV, fig. 3 , de Y Histoire des Acrostichées , où elle est décrite p. 87. Les 
•frondes stériles sont oblongues, obtuses, assez longuement pétiolées, à marge des 
i lames sinuées ; la lame fertile est presque lancéolée ; les frondes sont portées sur 
un rhizome délié. Les frondes stériles ressemblent aux frondes stériles des Craspe- 
daria; nous en donnons la figure , tab. XXXI, fig. 2, sous le nom de L. minutulus. 

T. PLATYCÉRIÉES, Th. Moore. 

Ce petit groupe, à bon droit séparé des Acrostichum , a des sporanges nervil- 
laires et non plus sporadiques comme dans les vraies Acrostichées. Il ne renferme 
qu'un seul genre et cependant on pourrait y faire rentrer certains niphobolus des 
genres Polycampium de Presl, N. Penangianus , Hook-, et Gyrosorium du même 
auteur, N. fissus, Blum. Le système pileux est pareil et l'on trouve mêlées aux 
sporanges ces singulières productions qui ressemblent à des bourgeons , et dont 
nous avons donné la figure tab. LXIV, fig. 5 de Y Histoire des Acrostichées; nous 
avons dit plus haut que nous les regardions comme des sporanges transformées. 



RARES OU NOUVELLES. 9 

ff Puissance prolifique se manifestant sur un réceptacle propre; sporo- 
thèces continus, coupant perpendiculairement les nervilles. 

II. LOMARIÉES. 

F., Gen. filic, p. 65; Mém. antér., p. 24 et 70. 

Les Lomariées renferment des plantes en général vigoureuses, très-féraces , à 
frondes tantôt monotaxiques et tantôt diplotaxiques, d'ordinaire pinnées ou pinna- 
tifides, simples dans une seule espèce, le Bleclmum Lanceola, Lk. bipinnées par 
exception dans le Lomaria Fraseri, Gunnigh., très-rarement mixtes. On en connaît de 
volubiles. La géographie de ces fougères est très-étendue; l'Europe en possède 
deux espèces, Lomaria Spicant, Desv. et Acropteris septenlrionalis , Lk., Asplenium 
septentrionale, des auteurs. 

Les Lomaria unissent ce groupe aux Acrostichées par le Lomariopsis , mais les 
sporanges sont nervillaires dans le premier de ces genres et épidermoïdes dans l'autre. 

Les genres Dendroglossa et Hymenolepis ont un port particulier; cependant les 
conditions organiques dans lesquelles se trouvent les sporanges sont exactement 
les mêmes. 

Les espèces que renferme le beau genre Lomaria sont en général d'une diagnose 
facile et ne laissent que peu de prise aux doubles emplois ; il n'en est pas de même 
du genre Blechnum, dont certaines espèces très-polymorphes, semblent s'unir les 
unes aux autres, comme si elles dérivaient d'un seul et même type. 

Ce groupe nous suggère les remarques suivantes : 

20. LOMARIA, Willd. 

F., Gen. filic, p. 66, et Mém. antér., p. 24 et 70. 

i. L. Dregeana, F. 

L. pumila, Kze, Linn., X, p. 508, non auctor. 

Frondibus diplotaxicis, glaberrimis, rigidis, siccitate helveolis; sterilibus in ambitu 
lanceola tis, pinnatis, ad apicem pinnatifidis ; frondulis sessilibus, arcualis, acu- 
tis, basi cordatis, sursum auriculatis, inferioribus brevioribus, obtusissimis , 
remotis, decrescentibus ; fertilïbus pinnatis , apice pinnatifidis ; frondulis linea- 
ribîts, obtusis, basi dilatatis, auriculatis, indusio inlerrupto; sporangiis taba- 
cinis, ovoideis, parvis, annulo i2-14 artiadato; sporis subrotundis. 

Habitat in promontorio Bonœ spei (Drège.) 

Fïlix rigida, glaberrima, opaca. 



10 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

(Dimensions: longueur 50 centim.; dans notre spécimen la fronde fertile est plus petite; envergure 
des frondes fertiles, 71 centim.; celle des stériles ne dépassant pas 7 centim.) 
Les frondes fertiles et les stériles sont absolument différentes de dimensions et d'aspect. 

M. Th. Moore, Ind., p. 203, fait un Blechnum du Lomaria punctulata, Kze, 
dont, les frondes sont manifestement diplotaxiques. Le nom spécifique punctulata 
s'entend des nervilles qui se terminent par un renflement ponctiforme de couleur 
noire. Le Lomaria punctulata de Drège, récolté au cap de Bonne -Espérance, ne 
serait autre chose que B. rigidum de Swartz. 

Le Salpichlœna Cumingiana, F., Gen. fdic, p. 79, est réuni avec raison au 
B. orientale var. longifolium par M. Th. Moore. 

21. BLECHNUM, L. 

F., Gen. fdic, p. 72; Mém. antér., p. 25 et 71. 

1. Angustifrons, F.; Mém. antér., p. 25, tab. IX, fig. 1. 

M. Th. Moore, lnd., p. 192, réunit cette espèce au B. ceteracinum de Raddi, qui 
n'est autre que le B. polypodioides de Swartz. Notre espèce est distincte par ses 
frondes sessiles, dont les segments sont séparés par de très -larges sinus; les in- 
férieurs tendent à la forme deltoïde, tandis qu'ils sont ovoïdes dans le B. polypo- 
dioides, ce qui explique le nom de B. ceteracinum, attribué à cette fougère par Raddi; 
si l'on compare la figure donnée par nous avec la planche donnée par cet auteur, 
les différences deviendront tout à fait évidentes. 

2. Malaccense, F., Gen.filic., p. 74. 

Réuni par plusieurs auteurs au B. serrulatum, Rich., et avec raison. 

3. Schlimense, F.; Mém. antér., p. 71. 

Réuni par M. Th. Moore au B.fraxineum, Willd. La description de cette plante, 
donnée par Willdenow, se rapproche bien de notre espèce; toutefois je ne vois pas 
sub lente, margo apicem versus denticulis dissitis setaceis, brevibus obsitus, non plus 
que les sort a basi vix ultra médium excurrentes. Ces caractères manquant, je doute 
que notre espèce et celle de Willdenow soient identiques. 

4. Australe, L., Mantissa, p. 130. 

Cette espèce, figurée par Schkuhr, t. 110 B., est bien un véritable lomaria, 
ainsi que l'a victorieusement établi Kunze (Linnœa, X, p. 508); mais ce botaniste 
a eu tort, suivant nous, de la rattacher au L.pumila de Kaulfuss, qui nous semble 
différent, c'est pourquoi nous avons cru devoir en faire une espèce distincte, le 
Lomaria Dregeana (voy. plus haut, p. 9.) 



RARES OU NOUVELLES. H 

Le B. occidentale, L. , cultivé dans tous les jardins botaniques et très-répandu 
sous les tropiques, est une plante dont il est difficile de déterminer avec précision 
les caractères spécifiques, tant elle est mobile dans ses formes. 

UI. YITTARIÉES. 

F., Gen.filic, p. 84; Mém. antér., p. 26 et 143. 

Nous avons dit (/. c, p. 95) que ce petit groupe se liait aux Lindsayées par le 
genre Sehizoleptôn , aux Polypodiées par le Drymoglossum , dernier genre dont les 
espèces ont le système pileux des Niphobolus et le port des Craspedaria. 

Les véritables Vittariées seraient représentées par les genres Vittaria , Pteropsis , 
Sehizoleptôn et Tmnitis, qui tous produisent des sporangiastres succinoïdes; plus 
ils abondent et moins les sporanges sont nombreuses; les écailles de la souche 
sont toujours cancellaires , c'est-à-dire qu'elles forment un réseau à mailles noires 
et en saillie; de plus, les radicelles se chargent constamment d'untomentum très- 
abondant et de couleur fauve. 

Les Vittariées privées de sporangiastres sont plus ou moins dissidentes. Le genre 
Lomagramme est couvert d'écaillés peltées, comme lesPleopeltis. Deux seuls genres 
ont des frondes divisées , le Cuspidaria et le Tœnitis. Le Diblemma est une plante 
paradoxale, qui n'a pas encore une place bien déterminée dans la série des genres. 

M. Th. Moore a réduit les Vittariées au seul genre Vittaria; les Tcenitidées ont 
reçu tous les autres. J'adhérerais volontiers à cette réforme, si l'on conservait dans 
ce petit groupe tous les genres à sporangiastres. 

Le genre Vittaria, comme la plupart des genres nombreux, est d'une diagnose 
difficile dans les espèces qu'il renferme, et les doubles emplois sont très-difficiles 
à éviter. On peut regarder comme une grande singularité dans quelques espèces, 
le développement des sporanges entre les deux cuticules. 

Nous donnons comme nouvelles les deux espèces suivantes. 

27. VITTARIA. 

F., Gen. filic, p. 85. 
1. Latipes, F. 

Frondibus lanceolato-linearibus , sentis, coriaceis, opacis, rigidis, sessilibus, pen- 
dulis; mesonevro superne auguste canaliculato , laminis sessilibus, basi latis- 
simis. (Reliqua ut in V. Zeylanica, F.) 

Habitat in insula Madagascariensi. (Boivin, 1853, n° 1590.) 
Filix robusta, rigida, frondibus congestis, rhizomate crasso. 
Icon.: Tab. XXXI, fig. 3; magnitudine naturali. 



12 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Le caractère qui sépare cette plante du V. Zeylanica, consiste dans la largeur 
extraordinaire de la base des frondes, qui sont sessiles et aussi larges en haut 
qu'en bas; le mésonèvre, dans cette même partie de la plante, est plan du côté 
inférieur et montre latéralement deux bandes, qui disparaissent vers le tiers infé- 
rieur de la lame. Les sporangiastres abondent, ce qui explique le petit nombre de 
sporanges contenues dans les sporothèces ; ajoutons que notre espèce est coriace, 
opaque, très-fragile à l'état de dessiccation, tandis que le V. Zeylanica est dans des 
conditions absolument contraires. 

2. Hirta, F. 

Frondibus linearibus, fere filiformibus , obtusiusculis , piïis longis, patalis, hirtis 
vestitis; sporotheciis extramarginalibus ; sporangiisrotundis, annulo i6-18 arti- 
culato; sporis magnis, reniformibus ; sporangiastris cyathiformibus. 

Habitat in insula Borneensi (A. R. Wallace). 

Filix nana, frondibus congestis, rhizomate repente. 

le on.: Tab.XXXI,fig.4. 

Cette espèce est l'une des plus petites de toutes les fougères connues et la 
seule qui soit velue. Les poils sont longs, étalés et blanchâtres. 

3. Amboinensis, F., Hist. des Vittar. , p. 14, 1. 1> fig. i. 

Cette espèce doit prendre place parmi les espèces à sporothèces endophylles. 
Elle a été trouvée à Bornéo par M. A. R. Wallace. 

Parmi les Drymoglossum se trouve le D. abbreviatum, F., mém. antér., p. 26 
tab. X, fig. 2; espèce qui, n'étant fructifiée que vers le sommet, semble mieux 
placée parmi les Hymenolepis , à côté de 17/. plalyrhynchos , Kze. Elle deviendrait 
ainsi 17/. abbreviata, et cela avec d'autant plus de raison que ses frondes sont 
monotaxiques ; le contraire, comme on sait, a lieu pour les Drymoglossum. 

IV. PLEUROGRAMMÉES. 

F., Gen. filic, p. 96. 

Ce groupe, qui renferme de très-petites fougères, se compose de six genres 
nettement séparés les uns des autres. Nous y avons placé YAdenophorus deGAum- 
chaud, genre ambigu qui pourrait être placé ailleurs, sans y être beaucoup mieux. 
Le Vaginularia est le plus curieux et le plus distinct de tous. Nous avons accru le 
genre Xiphopteris d'une nouvelle espèce , le X. extensa de la Guadeloupe. {Hist. 
inéd. des Foug. et des Lycopod. des Antilles.) 



RARES OU NOUVELLES. 13 



*j-J*-j* Puissance prolifique nervillaire, terminale, partielle; 

sporothèces indusiés. 

V. LINDSAYÉES. 

F., Gen. fdic, p. 404. 

Ces fougères ont le port des Adiantum, dont elles ne diffèrent guère que par le 
mode de déhiscence des sporothèces, qui s'opère de dedans en dehors; dans les 
deux groupes les spores sont trigones. 

La fructification est si rapprochée de la marge, qu'on pourrait les croire endo- 
phylles. Lorsque les deux cuticules ne se modifient pas , comme dans le genre 
Isoloma, elles prennent une apparence bilabiée. A l'exemple de quelques botanistes, 
nous croyons qu'il est sans inconvénient de réunir les genres Schizoloma et Syna- 
phlebium, qui diffèrent uniquement par des frondules symétriques dans l'un et 
dimidiées dans l'autre. 

Il existe quelques rapports entre les Lindsayées et les Davalliées par les genres 
Slenoloma et Oclontoloma. 

VI. ADIANTËES. 

F., Gen, filic, p. 412; Mém. antér., p. 4, 27 et 72. 

Le genre Adiantum, type de ce groupe, le domine presque tout entier numéri- 
quement, Th. Moore, dans son Index, en énumère 422 espèces, sans compter de 
nombreuses variétés. M. Hooker, dans son Species, en décrit, 408. Dire d'un genre 
qu'il est très-étendu, c'est annoncer que la détermination des espèces est difficile. 

On trouve des Adiantum dans toutes les parties tempérées du globe. VA. Ca- 
pillus VenerisL., est la seule espèce qui soit européenne, encore n'habite-t-elle que 
les régions méridionales; le nord de la France ne la possède pas. 

M. Th. Moore ne regarde comme appartenant à ce groupe que les genres Adian- 
tum etHewardia; il fait du Casebeeria une cheilanthée, et de YOchropteris une pté- 
ridée. Nous ne croyons pas pouvoir nous ranger à l'opinion de ce botaniste, dont 
nous savons apprécier, comme nous le devons, les travaux consciencieux. 

Les Adiantées et les Lindsayées sont presque universellement glabres et ne portent 
d'écaillés que sur le rhizome. 



14 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

48. ADIANTUM, L. 
F., Gen. filic, p. 112; Mém. antér., p. 4, 27 et 72. 
1. Confine, F. 

Frondibus pinnatis, ambitu lanceolatis, apice virgatis, radicantibus ; petiolis longis, 
rufis, lucidulis; frondulis satis remotis, glaberrimis, oblongis, dimidiatis, basi 
truncatis, redis, superne incisis; laciniis paucis , latissimis , petiolulo aterrimo; 
nervillis tenuibus; sporotheciis cr assis, indusio hippocrepidimorpho ; sporangiis 
rotundis, annulo i6-18 articulato ; sporis pellucidis , trigonis cordatisque. 

Habitat in insula Mascarenensi (de Montbrison). 

Filix glabra, flexibilis, frondibus cœspitosis, surculo recto. 

Icon.: Tab. XXXH, fig. i, magnitudine naturali. 

Cette espèce est radicante comme les ^4. rhizophytum, hirsutum et rhizophorum, 
au groupe desquels elle appartient. Elle diffère de ces trois espèces par la grandeur 
des frondules et par la grosseur des indusium; elle porte à la base des pétioles de 
longues écailles linéaires-lancéolées, roussâtres, faiblement adhérentes; ces pétioles, 
ainsi que les rachis, ont une belle couleur rouge; le rachis se prolonge beaucoup 
et devient prolifère; il est chargé de frondules de plus en plus petites, ovales- 
cunéiformes. On compte au centre 5 frondules seulement sur une étendue de 
4 centimètres, tandis qu'il y en a 12 pour Y A. caudatum, L. et 10 pour VA. rhizo- 
phorum, Sw. 

NB. Nous possédons en herbier, provenant de MM. Hooker, F. et Thompson, 
récoltée à Canara, dans l'Inde anglaise, une espèce qui offre une très-grande 
singularité: les découpures des frondules, au lieu de se diriger vers le haut, se 
dirigent vers le bas; c'est une espèce pendante qui reprend sa station normale. Le 
nom iïinversum lui conviendrait parfaitement , mais on doit regarder cette parti- 
cularité comme accidentelle; aussi nous contentons -nous de la signaler comme 
un fait curieux. 

•H"H* Puissance prolifique marginale ; sporothèces continus avec indusium. 

VIL PTÉRIDÉES. 

F., Gen. filic., p. 124; Mém. antér., p. 4, 31, 73 et 113. 

De même que pour la plupart des groupes, les Ptéridées ont un genre qui do- 
mine numériquement tous les autres ; tel est le Pteris, qui renferme aujourd'hui 
au delà de 120 espèces, dont la gravure et la lithographie n'ont reproduit que la 



RARES OU NOUVELLES. 15 

moitié. Les grandes fougères ont besoin de grandes planches et ne peuvent être 
admises que dans les ouvrages in-4° ou même in-folio, qui sont les plus chers et 
par conséquent les plus rares; c'est là ce qui nuit à la détermination des genres à 
espèces nombreuses: Adiantum, Pteris , Phegopleris , Aspidiam, Diplazium, etc. 

Le groupe des Ptéridées a généralement été adopté , tel que nous l'avons con- 
stitué, ce qui prouve combien il est naturel. Il réunit à lui seul toutes les modifi- 
cations possibles de fronde, même la sagittée, la palmée et la pédiaire, si rares 
dans les autres groupes. Quelques espèces sont extrêmement amples. Il n'en existe 
point de grimpantes; le Pteris actdeata, Sw., des Antilles est arborescent, avec un 
stipe de la grosseur de la cuisse, couvert d'aiguillons; le P. marginata de Bourbon 
est désigné par Bory comme sous-arborescent. Quelques pétioles sont aiguillonnés; 
plusieurs espèces portent des épines molles, assez longues, sur le mésonèvre des 
lames supérieures. 

Les sporothèces sont linéaires. L'indusium est continu , plus ou moins distinct 
de 1 epiderme ; les spores sont généralement trigones. 

Il est à remarquer que les Ptéridées ne sont jamais ni radicantes ni prolifères, 
du moins n'en connaissons-nous aucune qui soit dans ce cas. 

Le Pteris crœsus de Bory sécrète sous les indusium une matière blanche , ana- 
logue à celle qui charge les lames inférieures du Ceropteris calomelœna, Lk. 

Nous possédons en herbier plusieurs pLéridées nouvelles, dont nous ne décrirons 
que la moindre partie. 

52. PTERIS, L. emend. 

F., Gen. filic., p. 124; Mém. antér., p. 31, 73 et 113. 
1. Longifolia, L. 

Cette espèce, très-répandue sous les tropiques, varie beaucoup dans ses propor- 
tions; nous avons sous les yeux des spécimens provenant delà Guadeloupe, qui 
mesurent près d'un mètre. Une variété mexicaine a des frondes presque sessiles, 
avec des frondules étroites, nous en faisons une variété mexicana. Peut-être est-ce 
une espèce distincte. Les frondules sont étroites, sessiles et très-rapprochées; la 
base des pétioles est courbée et couverte d'écaillés fauves très-abondantes, un peu 
crépues, qui lui donnent un aspect laineux. Elle provient de M. W. Schaffner, 
qui l'a récoltée près d'Orizaba; elle porte, dans la collection dont nous lui sommes 
redevable, le n°484 (partim). 

Une autre variété, P. ophioderma, mérite d'être encore indiquée. Les frondules 
sont très-étroites, roulées sur elles-mêmes et semblables, très en petit, à la peau 
d'un reptile. Elle a été récoltée à Garaccas , par M. Moritz. 



16 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

2. Mysorensis. 

Frondibus amplis, petiolo subqtiadrangulari, longo, lœvi, purpurascente ; frondulis 
lanceolatis, oppositis, sessilibus nitidisque; superioribus decurrentibus , basi 
coadunatis , apice longe acuminatis, mesonevro valido; sporangiis ovoideis, 
annulo 20-24 articulato; sporis fuscis, trigonis. 

Habitat in regione tropicali Mysorensi. 

Pteris Cretica var., latifolia. (Hook. fil. et Thompson.) 

Filix elata, longe petiolata, glaberrima, frondibus homomorphis. 

Icon.: Tab. XXXII, fig. 2; fragm. magnitudine natarali, fig.3. Fr ondula Pteridis 
Creticœ ad comparandum. 
, (Dimensions: longueur 45 cenlim.; frondules inférieures: 16 centim. sur 2 centim. de largeur.) 

Quoique cette espèce doive être placée à côté au Pteris Cretica h., elle en diffère 
grandement. Les frondules , beaucoup plus grandes , au lieu d'être aiguëment 
dentées à la marge, sont parfaitement entières et à peine ondulées; la pointe 
est entière et non dentée en scie; les nervilles ouvrent avec le mésonèvre un 
angle de 90°; elles sont si rapprochées qu'on peut en compter 20 par centimètre, 
tandis qu'il n'en existe environ que 12 dans le P. Cretica. La diagnose microsco- 
pique montre des différences dans la dimension des sporanges et dans la nature 
des spores, opaques dans notre espèce et transparentes dans le P. Cretica, etc. 

3. Rostrata, F. 

Frondulis .... pinnis primariis in ambitu oblongis, sub sessilibus, rachi superne 
sulcato, sulcis duabus, prof undis ; pinnis secundariis (pinnulis) lanceolatis, 'alter- 
nis, sub sessilibus, caudatis, cauda fertili undulata ; mesonevro laminœ superioris 
spinuloso; segmentis marginem non altingentibus , rostratis, apice longe mucro- 
nato; mesonevris segmenlorum canaliculatis , sporolheciis marginem totaminva- 
dientibus; sporangiis oblongis, pedicello longiculo intestiniformi , annulo 20 
articulato; sporis trigonis. 

Habitat in America œquinoxiali. 
Filix magna a me non visa statu integro, sed tamen distinctissima. 
Icon.: Tab. XXXIII, fig. i, Fragmenta. 
(Dimensions: pinnules, 45 centim.; pinnelles, 12 centim.) 

Les caractères spécifiques ont ici une grande valeur. Le mésonèvre de la lame 
supérieure est canaliculé et le canal s'interrompt à chaque entre-nœud pour émettre 
une sorte d'épine molle et couchée; les segments sont fortement arqués et garnis 
latéralement de fructifications qui s'élèvent jusqu'au sommet du segment, ne lais- 
sant de libre que la pointe , qui est semblable à un petit bec. 



RARES OU NOUVELLES. 47 

4. Philippinensis, F. 

Frondibus in ambitu pyramidatis , basi tripinnatis, heteromorphis, inœqualibus, 
superne bipïnnalis, flexibiUbus, translucidulis ; pinnis et pinnulU petiolatis, 
peliolo et rachi fuscis lœuibusque; pinnulis lanceolatis, longe acuminalis; seg- 
mentis distantibus, oblongis, sinu acuto, apice obtusissimo , argule serrato ; ner- 
villis tenuibus; sporotheciis inlerruptis; sporangiis ovoideis , annulo 18 articu- 
lato ; sporis trigonis. 

Habitat in Luzon Philippinarum. (Cuming, n° 8.) 

Pteris pellucens, J. Smith Enum. Fil. Philipp. in Ilook., Bot. Joum. III, 405: 
Hook., Spec. filic. II, p. 491. 

Icon.: Tab. XXXI II, fig. 2, pars superior. 

Filix tenera, subheteromorpha, glaberrima. 

(Dimensions: 50 centim. de longueur; partition de la base des frondes: 16-18 contirn. ; frondules: 
12 centim. La pointe des pionules mesure près de 3 centim.) 

Cette plante ne saurait être le P. pellucens de M. Agardh (Monog., p. 43, sp. 54), 
duquel il est dilfrondis ternatce ramis subsimplicibuspinnalis, pinnis sessilibus, etc. 

5. Grœsus, Bory, Min., II, p. 292. 

Cette plante est fort rare; nous la tenons de Bory lui-même. Elle est parfaite- 
ment décrite par M. Agardh, dans sa consciencieuse monographie du genre Pteris, 
p. 39. Nous noterons cette particularité que , mêlées aux sporanges et sous les 
indusium, quel que soit leur âge, se trouvent des granulations blanches très-abon- 
dantes, qui donnent à la plante l'aspect d'un ceropleris; délayés dans l'eau, ces 
corpuscules se résolvent en petits grains atomistiques. 

A côté de cette curieuse espèce pourrait se placer une fougère aussi de Bourbon, 
récoltée par feu de Montbrison. L'indusium est semblable, mais il n'y a pas de 
sécrétion et les segments pinnulaires sont linéaires et plus écartés; le nom de 
P. crœsoides , destiné à consacrer les analogies qui unissent ces deux plantes, 
serait convenablement appliqué. 

6. Oppositi-pinnata, F. 

Frondibus oblongis, bipinnatis, glabris, petiolo anguste canaUculato , atro, purpu- 
reo, asperiusculo ; pinna infima biparlita, partitione inferiore reflexa; pinnis 
lanceolatis , sessilibus, numerosis, approximatis, oppositis, terminait conformi, 
apice caudato, cauda lineari, crenulalo-undulata ; segmentis lanceolato-lineari- 
bus, oblusis, pectinatis , usque ad costam divisis; mesonevro pinnarum et seg- 
mentorum spinulas rigidas, prostratas superne ferentibus ; sporotheciis angustis, 
procul costa evolventibus ; sporangiis ovatis, annulo 20 articulato ; spoi^is trigonis. 



18 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Habitai in Philippinis. (Curning, sine numéro.) 

Filix formosa, elegans, multipinnata, pinnis oppositis, Sessilibus. 

Icon.: Tab. XXXIII, fig. 3, a) pars superior; b) pars inferior. 

(Dimensions: près de 50 centim. sans le pétiole, qui est tronqué dans notre spécimen et de la gros- 
seur d'une plume do pigeon. La fronde porte 14 paires de frondules ayant 13-15 centim. de longueur 
sur 2.5 centim. de largeur; il existe jusqu'à 40 paires de segments. Les entre -nœuds sont distants 
les uns des autres de 3 centim. environ.) 

Il sera facile de distinguer cette espèce du P. quadriaarita , de Retz , d'abord 
parce qu'elle est biaurita seulement et que ses frondules sont exactement opposées, 
sessiles et pectinées, ensuite et surtout à cause de corps semblables à de petites 
épines couchées, qui occupent le côté supérieur de la fronde et qui naissent sur 
le rachis des pinnules ainsi que et sur lemésonèvre des segments, si nombreux sur 
ceux-ci, qu'on peut en compter jusqu'à 16 et 18 dans le trajet du mésonèvre. 

7. PUNCTATA , F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis, oblongis, glaberrimis , petiolo et rachibus atro- 
purpureis, lœvibus; pinnulis inferioribus bipartitis etreflexis, omnibus sessi- 
libus, curvatis, lanceolatis, suboppositis , acuminatis, terminali longe petio- 
lala; segmentis oblongis, apice paucidentatis , cullcula laminarum punctis 
atomisticis, numerosissimis, cribrala; sporotheciis continuis, marginem totam 
invadientibus. 

Habitat in insula Borbonica (Bory). 

Filix pellucens , glabra, tenuis, satis delicatula. 

Icon.: Tab. XXXH , fig. 4; magnitudine naturali. 

(Dimensions: 34 centim. de la naissance des pinnules au sommet de la terminale, qui est un peu 
plus large que les autres frondules; celle-ci mesure 16 centim. sur un peu moins de 3 centim. de 
largeur; il existe sur notre spécimen 6 paires de frondules seulement.) 

Cette espèce est parfaitement caractérisée par les myriades de petits points glo- 
buleux qui chargent les lames de l'un et de l'autre côté. La dernière paire de pin- 
nules porte deux pinnelles, dont les deux inférieures sont dirigées vers le bas et 
naissent à quelque distance du pétiole. 

VIII. CHEILANTHÉES. 

F., Gen. filic., p. 145. 

Nous nous sommes efforcé, dans les mémoires précédents (Gênera, p. 155 et 
16 u 2; Mém. antér. , p. 115-117), de caractériser, le plus nettement possible, les 
genres qui composent ce groupe difficile, voisin des Adiantées par le genre Adian- 



RARES OU NOUVELLES. 19 

topsis, des Ptéridées par quelques espèces du genre Cheilanlhes, et des Davalliées 
par le genre Hypolepis. Onze genres le constituent, tous très-distincts par le port 
et par l'organisation des sporothèces. La nécessité où nous nous sommes trouvé 
de démembrer le genre Cheilanlhes, pour le circonscrire dans des limites natu- 
relles, nous a fait créer plusieurs genres, que nous persistons encore aujourd'hui 
à regarder comme parfaitement distincts. 

Malgré tout, les botanistes qui ont admis plusieurs de nos genres, ont compris 
ce groupe autrement que nous ne le comprenons , laissant au genre Cheilanlhes 
une extension démesurée , si bien que les caractères sur lesquels il est établi , 
ne sauraient être fixés, ni se rapporter à toutes les espèces qu'ils y renferment. Le 
premier que l'on invoque est la présence d'un indusium; or, ce tégument n'existe 
que très-rarement ou bien ne tire son origine que de la marge amincie devenue 
scarieuse. 

Les frondes des Cheilanthées ont une grande propension à se diviser. On n'en 
connaît point qui soient simples ou même simplement pinnatifides; les frondes 
pinnées sont rares et n'existent que dans deux genres peu nombreux en espèces, 
Nothochlmia etJamesonia; les frondes composées ou surdécomposées sont les plus 
nombreuses. Beaucoup d'entre elles sont écailleuses ou poilues, ce qui est plus 
rare. Les Hypolepis ont presque tous des stipes épineux; ce sont les plus vigou- 
reuses de tout le groupe, qui, en général, se compose de plantes délicates. Quel- 
ques-unes ont une odeur agréable, voisine de celle du mélilot {Cheilanlhes odora, 
S\v.,pyramidalis, F., Chileîisis,F.). Le système pileux est très-remarquable. Les poils, 
étranglés d'espace en espace, sont intestiniformes; on les trouve mêlés aux spo- 
ranges dans les genres Myriopteris , Plecosorus et Eriosorus. Ils sont glanduleux 
dans le Cheilanlhes viscosa, Klfss. 

Le genre Jamesonia est remarquable par le développement indéfini de la fronde. 

Nous n'avons que très- peu d'espèces nouvelles à indiquer; les remarques cri- 
tiques sur quelques espèces controversées nous mèneraient trop loin; aussi nous 
abstiendrons-nous de les faire. 

64. PLECOSORUS. 

F., G en. filic, p. 150. 
? 1. Leptocladon, F. 

Frondibus tripinnatis, glabris, rigidis, spissis ; pinnis oblongis, biplnnatis, longe 
petiolalis, rachi cylindrico, helveolo; pinnidis alternis, approximatis, lanceo- 
latis, acutis, brève petiolalis; mesonevro pubendo; segment is sublinearibus , 



20 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

crenatis, acittis, crenis convolutis; sporotheciis rufescentibus ; sporangiis crassis- 
simis, sessilibus, cum pilis longissimis, villalis, passim slrangulatis , immixtis; 
annulo fere completo , latissimo, 30-32 articulato; sports crassis, tricmgula- 
ribus, marginatis, margine crenulato. 

Habitat in Novo-Granatensi, Ocana. (L. Schlim, n° 438.) 
Filix magna, crassa, rigida, incrmis. 
Icon.: Tab. XXXIV, fig. 1; magnitudine naturali. 
(Dimensions: partition primaire 32 centim.; secondaire du côté inférieur 9 centim.; du côté supé- 
rieur 12 centim.; les unes et les autres atteignent 2 centim. de largeur. Le pétiole ne dépasse guère 
4 centim.; les pinnelles sont au nombre de 25 et plus.) 

Cette plante est fort curieuse et laisse du doute sur le genre auquel il convient 
de la rapporter. Il nous a semblé que les sporolhèces étaient nervillaires ; mais la 
manière dont les crénelures se recourbent sur les sporanges, ainsi que les longs 
poils, mêlés à ces organes reproducteurs, semblent en faire une Cheilanthée. 

L'anneau est presque complet , fort large ; le stoma n'occupe qu'un espace extrê- 
mement restreint. Le sacculus très-élastique est rempli de spores qui le distendent, 
si bien qu'il s'élève au-dessus du niveau de l'anneau, et paraît bilobé; il donne à 
la partie supérieure de la sporange une apparence obcordée; comme cet effet n'est 
pas général, on croirait, en comparant les sporanges turgides avec celles qui ne le 
sont pas, qu'il en existe de deux sortes, tant est grande la dissimilitude. 

67. CHEILANTHES, Sw. 

F., Gen. filic, p. 155. 

1. Venusta, F. Cal. Fong. Mexic, p. 12; var. aurata. 

Cette espèce, ainsi que la variété, doivent rentrer dans le G. angustifolia H. B. 
Kth. Nov. Gen., i , 21 ; elle ne mérite guère le nom d' angustifolia, plusieurs con- 
génères ayant des segments encore plus étroits. Les sporothèces sont continus, 
avec un faux indusium assez large. Les sporanges, remarquables par leur gran- 
deur, portent un anneau sur lequel nous comptons 30 articulations; il est fort 
large; les spores, très-grosses, globuleuses et très-légèrement papilleuses, ont un 
aspect noirâtre. 

68. NOTHOCHLiENA, R. Br. 

F., Gen. filic, p. 158. 
'I. Pruinosa, F., Mém. antér., p. 78 et Cal. méth. Foug. mexic, p. 12. 

Frondibus pinnatis, linearibus, apice obtusiusculis, petiolo longo, rufescente, squa- 
moso; frondulis alternis, remotis, sessilibns, triangidaribus , obtusis, basi auri- 



RARES OU NOUVELLES. 21 

cidatls, subtus sqUamis lanceolatis, rafescentibus, supra pruino sis , ciliato-lace- 
ratis vestitis; sporotheciis marginatis; sporangiis opacis, crassis, pyiiformibvs, 
umbilicatis, annulo obliqno; sports crassis, globulosis. 

Habitat in Mexico (vallée de Toluca); W. Schaffner, n° 107 e . 

Icon.: Tab. XXXI V, fi g. 2, magnitudine naturaU. 

Getfe espèce semble intermédiaire entre les N. simiata et trichomanoides , et 
peut-être n'est-elle qu'une variété de l'une ou de l'autre. Cependant elle est tout à 
fait remarquable par les écailles ciliées blanches et très-étroitement appliquées qui 
recouvrent entièrement les lames supérieures. 

*H**M*i* Puissance prolifique agissant sur toute l'étendue des nervilles: 

sporothèces nus. 

IX. HÉMIONITIDÉES. 

F., Gen. filic, p. 164; Méra. antér., p. 41 et 118. 

Ce groupe semble bien caractérisé; les genres, au nombre de huit, ne renfer- 
ment tous qu'un petit nombre d'espèces. Il donne lieu aux remarques suivantes : 

Le genre Trismeria a cette analogie avec le Ceropteris , de se recouvrir inférieu- 
rement dune sécrétion céreuse, blanche dans le T. argentea, dorée dans le T. aurea. 
Il faudra voir sur des spécimens plus nombreux que ceux que nous possédons, si 
ces deux espèces sont vraiment distinctes. 

Le genre Botnjogramme {Gen. filic, p. 166) a été créé bien avant nous, par 
Lagasca, sous le nom de Llavea. (Voy. Mém. antér., p. 118 et 122.) 

Les espèces du genre Coniogramme , que les ptéridologues persistent à placer 
parmi les Gymnogramme, genre dont il est impossible d'indiquer les caractères et 
les limites, semblent présenter une grande confusion dans leur synonymie. Sous 
le nom de Javanica on comprend deux espèces pour nous distinctes, le Javanica 
des Philippines (Curning, n° 86) et le Javanica des Indes orientales, qui lui-même 
a deux formes très-différentes, celle du Javanica, herb. Graham, et celle du Ja- 
vanica , herb. Hook. , F. et Thompson , ainsi que celui d'Assam , recueilli par 
M. Griffith. Voici comment nous croyons pouvoir établir la spécificité de ces 
formes : 

I. G. Javanica, Blum., tab. XLI sub Gymnogrammute , Philippines, Cuming, n°86. Marge 
parfaitement entière, roulée sur elle-même; sporothèces atteignant la marge. 
-— Cultivée clans les jardins. 



22 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

II. C. SERRULATA,Blum., t. _ XLII, éub Gymnogrammate, Lady Dalhousie; herb.Graham. 

— Indes orientales. Frondules denticulées, à dents molles; sporothèces atteignant 
la marge. 

III. C. Procera, Wall, sub Gymnogrammate, herb. Hook fils et Thompson. Frondules 

a dents cornées, raides; sporothèces ne dépassant guère la moitié de la lame. — 
Sikkim, Indes orientales. 

IV. C. Indica, F. Grammitis caudata, Wall. Assam par Griffith, n° 49. Frondules den- 

tées, à très-longue pointe; elles sont atténuées à la base; sporothèces dépassant 
les deux tiers de la largeur de la lame. 

Nous réduisons le genre Syngramme à une seule espèce, analysée par nous dans 
le Gênera, t. XV, B., f. 1. Les frondes sont simples et diplotaxiques. Le Syngramme 
alismœfolia, Sm., est une Diplaziée, devenue le type du genre Pleriglyphis. (Gen. , 
p. 219, Tab. XVIII B., ûg. 1.) Le S. pinnala, Sm., nous est inconnu. 

Le Pteriglyphis , fougère indusiée, ne saurait être réunie au Syngramme, qui 
est gymnosore. 

Les auteurs ne reconnaissant que trois espèces iïHemionitis, nous croyons qu'il 
faut en ajouter une quatrième, provenant des Philippines (Guming, n° 285) ; nous lui 
donnerons le nom du collecteur. 

77. HEMIONITIS, L. 

F., Gen. filic, p. 171. 

§ 1 . Frondes à marge entière. 

1. Sagittata, F., Gen, filic., p. 172, tab. XXIV, D. 

Plante vigoureuse, cartilagineuse; frondes stériles cordiformes; les fertiles 
sagittées; elle est glabre et souvent prolifère. 

Hugel, Asie orientale, n os 3573 et 3882; herb. de Vienne. 

2. Gordata , Roxb. Mssc. Hook et Grev. Icon. fd., LXIV. 

Frondes presque coriaces, les fertiles plutôt triangulaires que sagittées, à pétio- 
les vigoureux, élancés, couverts d'écaillés roussâtres, piliformes, très-abon- 
dantes sur les lames inférieures et mêlées en grande quantité aux sporanges; 
les spores sont trigones et non ovoïdes, comme le voudrait la figure citée. 

3. CUMINGIANA , F. 

Frondes molles, membraneuses, pétioles écailleux; les stériles radicales, cour- 
tement pétiolées, cordiformes, très-obtuses; les fertiles très-longuement 
pétiolées , pétiole très-grêle , lames cordiformes à lobes , peu dilatés , poils 



RARES OU NOUVELLES. 23 

extrêmement nombreux, mêlés aux sporanges, qui sont assez petites, avec 
un anneau portant 18 à 20 articulations et des spores obscurément trigones. 

Cuming, n°185; Philippines, île du Corregidor (herb. F.). 

§ 2. Frondes à marge divisée. 
4. Palmata , L. et auct. 

Spores courtes, ovoïdes, arrondies, obscurément trigones et finement papilleuses. 

Le genre Dictyocline, Th. Moore, in Gen.fiUc., rentre parfaitement dans ce groupe, 
quoiqu'il ait un port très-spécial; nous ne le connaissons qu'à l'état stérile. De 
longs poils raides et blanchâtres naissent sur toutes les nervilles, dont ils dessinent 
élégamment les anastomoses. 

X. ANTROPHYÉES. 

F., Gen. filic, p. 174; Mém. antér., p. 42. 

Nous n'avons rien de particulier à dire sur ce groupe, dont le genre type, An- 
trophyum, a été étudié dans une monographie spéciale. Il renferme environ cin- 
quante espèces , réparties dans trois genres. Les frondes sont presque toujours 
simples et les nervilles constamment réticulées avec ou sans appendices. 

80. SELLIGUEA. 

Bory, Dict. classiq., t. XV, p. 344. 

Bory ne connaissait qu'une seule espèce de ce genre curieux, le Selliguea Feel, 
de Java. La description qu'il en donne, faite sur un seul spécimen, est incomplète 
et nous y suppléons, ayant vu cette belle fougère dans un état magnifique; nous 
la possédons vivante, provenant d'Amsterdam, où elle est cultivée dans le riche 
jardin de fougères de M. J. A. Willink. Le rhizome est rampant, de la grosseur d'une 
plume d'oie et couvert d'écaillés dorées; les frondes sont dissimilaires, simples, 
glabres, ovales-lancéolées, à marge entière cartilagineuse, portées sur de longs pétio- 
les, minces et fort souples. Elles atteignent environ 60 centim. de longueur sur 7 de 
largeur; les pétioles sont aux lames :: 2:1. Les fertiles plus étroites, plus petites, 
plus aiguës, avec une pointe ondulée, se chargent de sporothèces linéaires, d'or- 
dinaire interrompus, fort gros, portés sur un réceptacle très-étroit, continu , légè- 
rement proéminent; l'anneau est large, avec 14-16 articulations; le sacculus est 
abondamment rempli de spores ovoïdes, très-grosses et d'apparence striée. 



24 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

XI. LEPTOGRAMMÉES. 

F., Gen. filic, p. 178; Mém. antér., p. 43 et 78. 

Ce groupe renferme des genres qui diffèrent beaucoup par le faciès. Le Pterozo- 
nium a des frondes presque orbiculaires, qui rappellent celles de YAdiantum reni- 
forme, L. lïHecistopteris est l'une des plus petites fougères connues, tandis que les 
Gymnogramme et les Ceropteris sont, au contraire, très-amples. Tous, cependant, 
sont très-bien caractérisés, à l'exception du Gymnogramme, qui, comme le Chei- 
lanthes, n'a point de caractères fixes. En effet, on regarde comme Gymnogramme 
toute plante à sporothèces nus, nervillaires, non pas arrondis, mais ovoïdes et plus 
ou moins allongés ; or ils se raccourcissent souvent et ne peuvent plus être distin- 
gués des Phpgopteris, dont ils ont tout à fait le port. Les transitions qui conduisent 
de l'un à l'autre de ces genres sont tellement ménagées, qu'il n'est pas possible de 
voir où elles s'arrêtent. Dans la plupart des Polypodium et des P/iegopleris , si le 
sporothèce paraît arrondi, les sporanges n'en reposent pas moins sur un réceptacle 
ellipsoïde, plus ou moins allongé; c'est donc à l'arrangement des sporanges, dont 
les pédicelles sont de longueur différente, qu'est due cette apparence. Dans cet 
état de choses nous croyons qu'on peut, non-seulement sans inconvénient, mais 
avec avantage, faire des Gymnogramme un sous -genre du Phegopleris, comme on 
peut faire des Grammitis un sous-genre du Polypodium. 

Notre Ceropteris monosticha est devenu un Nothochlœ-na pour M. Th. Moore, et 
en effet les sporothèces sont marginaux et disposés sur une seule série, mais ici le 
port est absolument le même que celui des autres espèces, et cette considération 
doit l'emporter, car malgré leur situation, les sporanges sont nervillaires et anato- 
miquement semblables. Les spores sont triédriques et non globuleuses comme dans 
les Nuthochlœna. (Voy. Mém. anlér. , p. 44.) 

L'hybridité de certaines espèces de Ceropteris, admise par les auteurs, était, 
avant la découverte de MM. Suminski etN/EGELi, d'une explication impossible; 
maintenant elle est facile à donner. Si l'anthérozoïde est un agent de fécondation 
pour l'archégone, comme le pollen pour l'ovule des phanérogames, on peut croire 
que quand les fougères se développent les unes à côté des autres, un anthérozoïde 
étranger à l'espèce, en voie d'évolution, peut pénétrer dans l'archégone et féconder 
le petit corps qui en occupe le fond et qui semble remplir le rôle d'ovule, au pré- 
judice de l'anthérozoïde normal, de manière à donner la vie à l'un de ces êtres 
mixtes, que nous qualifions d'hybride. Ainsi seraient formés les Ceropteris Martensii, 
Massoni et quelques autres, observés principalement dans nos jardins botaniques. 



RARES OU NOUVELLES. 25 

Le nom de Ceropteris n'est pas chimiquement exact. La sécrétion blanche, rose, 
dorée ou jaune, produite par des glandes, est plutôt résineuse que céreuse. L'alcool 
et l'élher la dissolvent avec une très-grande facilité, et la dissolution qui se trouble 
reprend sa limpidité par l'action des alcalis, ce qui n'a pas lieu pour les cires. 
Certains genres sont en quelque sorte caractérisés par elle, Ceropleris, CincmdHs, 
Âleuritopteris , Trismeria, tandis que chez d'autres elle est exceptionnelle : Adian- 
tum suïfureum Klfss., Pteris argyrœa et Crœsus Bor. , Anogramme rosea F.; le 
genre Adenopkorus, si riche en glandules, n'a aucune sécrétion apparente; beau- 
coup d'autres fougères sont dans ce cas. 

Le genre Anogramme, qui renferme les plantes les plus délicates de la famille 
des Polypodiacées, devra plutôt réduire qu'augmenter ses espèces. Il en est un 
certain nombre qui constitue un petit groupe curieux, composé de plantes grim- 
pantes dont le rachis, très-lisse et rougeâtre, est fléchi en zig-zag. Dans toutes les 
espèces les sporanges sont entremêlées de longs poils; elles ont un anneau portant 
de 20 à 24 articulations. On les connaît sous les noms suivants, et ce ne sont 
guère que les formes d'un même type : 

A. flarellata, Hook., sub gymnogrammate. 

A. ruiziana, F., Gen. fille, p. 184. 

A. REFRACTA, F., I. C, t. XIX, %. 2. 

A. villosa, F., I. c. 

A. rifida, F., S. iiov., semblable par le port aux A. Ruiziana et réfracta, mais à 
segments allongés, linéaires, bifides, à branches très- ouvertes, obtuses. Elle a 
été récoltée à Ocana, Nouvelle- Grenade, par M. L. Schlim et distribuée sous le 
n° 367. 

VA. rosea, F., a , quoique dressée, une organisation semblable aux cinq espèces 
plus haut énumérées. 

XII. ASPLENIÉES. 

F., Gen. flic, p. 483; Mém. antér., p. 46, 84 et 420. 

Les Aspléniées reproduisent, dans l'universalité de leurs espèces, toutes les 
formes possibles de frondes, moins la pédiaire. Les Athyriwn et les Hypochlamys 
ont le port des Aspicliées , et plusieurs Aspidium celui des Diplaziées. On trouve 
des Aspléniées sous toutes les latitudes, moins les régions polaires; cependant 
c'est sous les tropiques et Téquateur qu'elles abondent. Elles sont en général ro- 
bustes ; il n'en existe point d'arborescentes. 

Les Aspléniées sont moins disposées à se charger d'écaillés que la plupart des 
autres fougères, mais bien plus disposées à la viviparité , le genre Asplenium sur- 



26 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

tout. Plusieurs espèces ont une synonymie assez embrouillée, ce qui s'explique par 
une très-grande mobilité dans la forme des frondes , pinnées ou bipinnées dans un 
même type spécifique, témoin les A. abscissum, Willd., auritum, Sw., falcatum 
Lmrk. , prœmorsitm, Sw. et d'autres encore. 

Quoique l'on connaisse plus de 300 espèces cYAsplenium, M. Th. Moore en énu- 
mère 322, parmi lesquelles 128 ont été figurées. Ce nombre peut admettre encore 
les espèces suivantes : 

88. ASPLENIUM, L. 
F., Gen. fîlic, p. 189; Mém. antér., p. 46, 81 et 120. 

* Indes et archipel africain. 
I . DUFOURII , F. 

Frondibus pinnatis, in ambitu oblongis, membranaceis, glabris, rachi helveolo, 
lœvissimo, debili, depresso, subtus late canaliculalo, superne curvato, petiolorum 
decurrentia subalato; frondulis ovato-lanceolalis, petiolatis, altemis, terminait 
ampliori, basi abrupte cuneiformibus , apice caudatis, marginibus remote et 
brève dentcdis; nervillis tenuibus, marginem non attingentibus , sporotheciis 
centrcdibus,cr assis, leviter curvatis, tabacinis ; indusio angustissimo ; sporangiis 
rotundis, annulo 20 articulato ; sporis ovoideis. 

Habitat in insida Borbonica (Bory). 

Filiœ, latitudine frondidarum , rachi alato, flexibilitate frondium, nervillis tenui- 
bus, remotis notata. 

Icon.: Tab. XXXV, fig. 1, magniludine naturali. 

Cette espèce a des caractères parfaitement tranchés; le spécimen que nous dé- 
crivons, et dont la figure ici donnée reproduit les deux tiers supérieurs, provient 
de Bory, qui avait cru voir en lui le Diplazium juglandifolium de Swartz; il 
nous a été communiqué par feu notre excellent ami, M. LéonDufour, à la mémoire 
vénérée duquel nous le consacrons comme un témoignage d'estime affectueuse et 
de profonds regrets. 

°2. Resectum, Smith, Icon. incd., t. LXXII, Sw., Syn., p. 80, etc. 

Ce ne saurait être la plante figurée parHooK. et Grev. Icon. CXIV. Nous possé- 
dons un spécimen authentique de cette espèce, très-facile à reconnaître à ses 
frondules tout à fait climidiées. La fougère du Malabar, récoltée par MM. Hooker 
fils et Thompson, appartient bien à celte espèce; mais les n os 40 et 110 des Phi- 
lippines, distribués par Cuming, se rattachent à la forme suivante, que l'on trouve 
aussi au Mexique (SchafTn., n°51), quoique légèrement modifiée. 



RARES OU NOUVELLES. 27 

3, Gristatum, Wall, Cat., 211. 

C'est à cette plante, qui n'est pas simplement une variété, ainsi que le voudrait 
M. Th. Moore, que se rapporte la planche GXIV des Icônes de MM. Hooker et Gré- 
ville. Presl, Epim. bot., p. 74, et nous-même (Gen. filic) en avions fait l'A ex- 
cisum, mais le nom donné par M. Wallich doit prévaloir, étant plus ancien. 

Le n° 40 des Philippines (Guraing) est un peu différent. 

4. Semidentatum, F. 

Frondibus extensis , in ambitu lanceolatis, petiolis elatis, rigidis, squamulosis , 
rachibus virgalis, fuscis , glabris; frondulis alternis vel oppositis, lanceolatis, 
caudatis, petiolatis, basi cuneiformibus , sursum latioribus, marginïbus ad 
dimidiam partem inferiorem integris seu tantum leviter crenatis undulatisve, 
superne dentalis, dentibus obtusis, validis; nervillis tenuibus, nigricantibus, mar- 
ginem attingentibus , super laminam superiorem rima indicatis; sporolheciis 
linearibus, centralibus, indusio angusto; sporangiis rubricosis, annulo i8 arti- 
culato; sporis ovoideis, lœvibus, vitreis. 

Habitat in insula Borbonica. (De Montbrison.) 

Filix magna, angusta, mullifrondulosa , apice caudata; couda anguslissima et 
virgata. 

Icon. : Tab. XXXVIII, fig. 4, (pars). 

(Dimensions: longueur lotale 75-85 centim.; les frondules centrales 10 centim. Le pétiole atteint 
à la base la grosseur d'une petite plume d'oie; il fait le tiers de la longueur totale; les sporothèces 
ont de 9 à 11 millim. d'extension.) 

Cette fougère est très-belle, très-élancée, à frondules étroites, longuement acu- 
minées, dressées, les supérieures arquées, la terminale lancéolée, étroite, dentée, 
crénelée; les frondules du haut de la fronde produisent en grande quantité de 
petits bourgeons adventifs qui émettent quelquefois une très -petite expansion 
linéaire, obtuse, qui s'arrête dans son développement. Les pétioles et le rachis sont 
assez abondamment couverts d'écaillés ovoïdes, facilement caduques. 

Nous appelons l'attention sur une espèce, aussi de Bourbon, dont nous n'avons 
qu'un fragment inférieur. Elle se rapproche de la précédente. Le pétiole et le rachis 
sont quadrangulaires; la marge des frondules de cette fougère est dentée dans 
tout son pourtour; nous en faisons TA letragonum. 

5. NOTABILE, F. 

Frondibus pinnatis, oblongo-lanceolatis , rachibus squamis angustissimis, nigres- 
centibus parce vestitis, petiolo supra tricanaliculato , fuscescente; frondulis pa- 
iulis, brevissime petiolatis, lanceolatis, acuminatis, argute serratis, apice steri- 



28 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

libus, basi cuneiformibus, sursum subauricidatis, ad centrum oppositis, omni- 
bus proliferis, prolificationibus obcordatis, pellucidis, toi sporotheciis quoi 
dentibus, circa mesonevron nascentibus, linearibus , indusio angusto; sporan- 
giis rubescenlibus , annulo angusto, 24 articulato, sacculo facile sohdo; sports 
leviter reniformibus. 

Habitat in insida Borbonica. (Bory.) 

Filix splendida, rigidula, multifrondulosa, frondulis eleganter serrcdis, proliferis. 

le on. : Tab. XXXVI, fig. i, magnitudine naturali. 

(Dimensions de la partie fronduleuse seule 50 centim. Frondules centrales: 9 centim. sur 9-11 
centim. de largeur à la base; les entre-nœuds, 2 centim.; je compte une trentaine de paires de fron- 
dules et 20 à 22 sporollièces sur chaque côté des lames.) 

Cette espèce est aussi belle que distincte; les frondules portent, presque sans 
exception, surtout au sommet vers le mésonèvre, de petites souches noirâtres et 
arrondies qui émettent de courtes expansions foliacées, ne dépassant pas un cen- 
timètre; elles sont obeordées et translucides. Il en existe parfois jusqu'à 6 sur la 
même lame; la plante leur doit un aspect tout à fait curieux. 

** Espèces américaines. 

6. Débile, F. 

Frondibus pinnaiis, linearibus, cdlenualis, peliolo rachique filiformibus ; frondulis 

alternis, brevissime petiolatis , subquadratis , basi truncatis , in ambilu dentatis, 

dentibus mucronalis ; sporotheciis quatuor aut minus, indusio ovoideo, cur- 

x / vato; sporangiis labacinis, rotundis, annulo angusto, 28-32 artiadalo; sports 

rotundis , parvidis. 

Habitat in Bolivia, provincia Tominense. (Weddell, n° 3790.) 
Filix parvula , glaberrima, rhizomate crasso, fibrilloso. 
Icon. : Tab. XXXV, fig. 2, magnitudine naturali. 

Petite espèce très-délicate, flexible, portant un assez grand nombre de petites 
frondules qui décroissent de la base au sommet. 

7. Macrodon, F. 

Frondibus pinnatis, lanceolcdis, glabris , apice gemmiferis , rachi nudo ; frondulis 
alternis, ovoideis, obtusis, abscissis, in peliolo desinentibus, sursum plus minusve 
auriculalis, marginibus dentatis, dentibus crassis, obtusis, arcuatis, inferio- 
ribus bifîdis; sporotheciis crassis, ovoideo-elongatis; sporangiis rufididis, ovoi- 
deis, annulo 24 articidato ; sporis ovoideis. 

Habitat in Quito. (Jameson, 1845, sine numéro.) 

Filix apice virgato, prolifero, frondibus basilaribus reflexis, suborbicularibus. 



RARES OU NOUVELLES. 29 

(Dimensions: 36 centim. sans le pétiole; frondules: 3 contins, sur 8-9 milliin. de largeur.) 

Fougère à frondules très-obtuses, celles du tiers inférieur légèrement arquées, 
toutes profondément dentées, à dents grosses, recourbées en bec et obtuses. La 
planche LXVIII deScHKHUR (Crypt. Gew.) , donnée pour l'A marinum L., rappelle 
beaucoup cette espèce. 

XIII. SCOLOPENDRIÉES. 

F., Gen. filic, p. 209; Mém. antér., p. 56 et 122. 

Ce groupe, très-peu nombreux en espèces, ne présente aucune particularité nou- 
velle à ajouter à ce que nous en avons dit ailleurs. 

XIY. DIPLAZIÉES. 

F., Gen. filic, p. 242; Mém. antér., p. 84. 

Les Diplaziées seraient plus nettement caractérisées si tous les sporothèces 
étaient doubles, mais il existe un grand nombre d'espèces, celles précisément qua- 
lifiées de vrais diplazium (Eudiplazia) , qui n'ont qu'un très -petit nombre de spo- 
rothèces, quelquefois un ou deux seulement, ainsi conformés. Cette particularité 
en fait des Asplenio- diplazium, bien plus asplenium que diplazium. Sauf ces cir- 
constances assez fréquentes, que nous avons du reste indiquées ailleurs {Gen. filic, 
p. 220), ce groupe est bien limité; ajoutons pourtant que quelques espèces, le port 
excepté, rappellent, par la disposition des sporothèces, le petit groupe des Scolo- 
pendriées. Beaucoup de Diplaziées acquièrent de très-grandes proportions, il en 
est même quelques-unes qui constituent de petits arbres. Il en existe environ 
130 espèces, dont le seul genre Diplazium fait plus des cinq sixièmes; il peut s'ac- 
croître encore des espèces suivantes : 

99. DIPLAZIUM, Sw. 

F., Gen. filic, p. 212; Mém. antér., p. 84 
1. PlNNATIFIDUM, F. 

Frondibus pinnatifidis, lanceolatis, acuminatis, petiolo squamoso ; segmentis oblon- 
gis, siùbpellucidis , obtusis; sporotheciis oblongis , superioribus diplazoideis , 
inferioribus asplenio ideis; sporangiis ovoideis, pedicello longissimo donatis, 
annido 20 artictdato; sporis rolundis, episporiatis. 

Habitat in insula Zeylanica. (Ceylan, Thwaites, n° 3101.) 

Filix fade Goniophlebii coriacei, F. 

Icon.: Tab.XXXV,fig.3. 



30 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Cette espèce est la seule qui ait des frondes pinnatifides; les segments sont de 
plus en plus profonds, en allant du sommet à la base, où ils sont espacés; les 
sporothèces naissent à une certaine distance de la côte médiane; les segments 
frondulaires s'accroissent souvent beaucoup plus les uns que les autres; il en ré- 
sulte une sorte d'hétérophyllie très-marquée. Nous l'avons vue vivante (1865) à 
l'exposition horticole d'Amsterdam, étiquetée, species nova. 

2. FlRMUM, F. 

Frondibus pinnatis, glabris, rachi quadrangulari; frondulis petiolatis, lanceo- 
latis, acutis, caudatis, cauda fertili , marginibus undulato-crenatis , basi oblique 
rolundatis; nervillis callipteridastrum, fere omnibus fertilibus; sporotheciis de- 
cussatis ; sporangiis ovoideis, annulo 14-16 articulalo; sports reniformibus. 

Habitat in insula Zeylanica. (Thwaites, n° 1349.) 

Filix magna, frondulis longissimis , integris , palulis. 

Icon. : Tab. XXXVII, fig. 2, pars magnitudine naturali. 

Le n° 1349 de la collection de M. Thwaites correspond, dans l'index de M. Th. 
Moore, au D. sylvaticum, Sw. Notre plante est absolument différente et porte sans 
doute par erreur ce numéro, soit dans notre herbier, soit dans l'herbier de 
M. Moore. Nous ne la possédons pas entière; le pétiole manque. Notre fragment 
mesure 35 centim. de longueur; les pinnules, 17 centim. sur 17-18 millim. de lar- 
geur. Les entre -nœuds sont espacés de 4 centim. 

3. Pr^elongum, F. 

Frondibus pinnatis, apice pinnatifidis, flexibilibus , rachi tenui helveoto; frondulis 
lanceolatis, brève petiolatis, mesonevro rubescenle, marginibus primum undu- 
latis, dein crenatis, basi rotundo - subeordatis , apice extenso, dentatis; sporo- 
theeiis inœqualibus; sporangiis laxe congestis, tabacinis, auricidœformibus, 
annulo 16 articulato; sporis reniformibus. 

Habitat in insula Mauritiana. (Dédit Th. Moore.) 

Filix magna, tener a, frondulis apice curvatis, assurgentibus , inferioribus mino- 

ribus. 
Icon. : Tab. XXXVH, fig. 1, pars magnitudine naturali. 

(Dimensions: partie fronduleuse, 45 centim. Frondules 14-16 sur un peu moins de 2 centim. de 
largeur à la base ; entre-nœuds 2.5-3 centim.) 

Nous avons reçu cette plante comme provenant de l'île Maurice, sous le nom 
de D. sylvaticum, Sw., auquel elle ne peut être comparée. Cette espèce a quelques 
rapports avec l'espèce précédente. 



RARES OU NOUVELLES. 31 

4. Pallidum, Blum. , Enum., 177, sub asplenio. Cette espèce est bien un véritable 

diplazium. 

5. Deplexum, J. Sm., in Hook. Joum. bot., III, 407, ne saurait être rapporté au 

D. tomentosum, de Blume, étant tout à fait glabre. 

XV. MÉNISCIÉES 

F., Gen. fille, p. 221. 

C'est dans ce petit groupe, réduit à deux genres, que l'on commence à trouver 
des sporanges portant de longs poils roides sur le sacculus. 

XVI. STRUTHIOPTÉRIDÉES, F. 

XVII. POLYPODIÉES. 

F., Gen fille, p. 229; Mém. antér., p. 6, 57, 85 et 123. 

Ce groupe très-considérable renferme, dans une vingtaine de genres, au delà 
de 400 espèces, toutes herbacées. On les trouve dans presque toutes les régions 
de la terre. Beaucoup sont rampantes et à rhizome écailleux. Quelques espèces 
laissent des doutes sur leur détermination. Les particularités organiques que nous 
pourrions noter ici ont été indiquées dans les mémoires antérieurs auxquels nous 
renvoyons; ce qui suit peut leur servir de complément. 

109. CRYPTOSORUS. 

F., Gen. fille, p. 231; Mém. antér., p. 124. 

Ce genre, que connaissait M. John Smith sous le nom de Cystidium, et qui n'a 
pas semblé suffisamment distinct du Polypodùim, pour quelques botanistes, doit 
s'enrichir d'une espèce nouvelle de Tlnde, le C. Khasianus, Polypodium Khasia- 
num, Hook. 

110. HOLCOSORUS. 

Nous ne connaissons ce genre que par la planche 998 des Icônes plantar. de 
M. Hooker , qui en avait fait un polypodium. Cette fougère est devenue pour 
M. Th. Moore le type d'un genre nouveau qu'il place dans les Taenitidées; autant 
qu'il nous est permis d'en juger, elle semblerait mieux placée parmi les Polypo- 
diées. 



4 



32 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

444. PHEGOPTERIS. 
F., Gen. fUic, p. 242; Mém. antér., p. 62, 89 et 127. 
1. Brevinervis. 

Frondibus in ambitu oblongis, bipinnatis, petiolis validis, subtus sulcatis, lœvibus, 
siccitate castaneis, rachibus leviter tomentosis; frondulis olternis, palulis, pe- 
tiolatis, ovato-lanceolatis, acuminatis , acumine angulari integro ; segmentis 
usque ad mesonevron divisis, crenatis, inferne cuneatis, apice abrupte termi- 
natis; nervillis brevibus, remotis; sporotheciis rotundis; sporangiis ovoideis, 
annulo i2 articulato; sporis subrotundis. 

Habitat in Brasilia. (Claussen, sine numéro) 
Filix ampla, magna, frondulis discretis, curvatis. 
(Dimensions: 1 mètre de longueur totale, dont le pétiole fait les deux cinquièmes; frondules écar- 
tées; les intermédiaires 25 centim., sur 8-9 centim. de largeur au centre; segments pinnulaires, 
4 centim. sur 11-14 millim. de largeur.) 

Grande espèce, à segments arqués, particulièrement au sommet; ses nervilles 
peu nombreuses, écartées, se terminent assez loin de la marge; elles portent quel- 
ques poils courts. 

Nous verrions dans cette plante le Poly podium formosum, Radd. , PL Brasil., 
p. 25, t. XXXVIII, s'il n'était question, dans la description donnée, tfauricidis 
inciso-serratis, dont nous ne voyons pas ici la trace. 

2. MOLLIVILLOSA, F. 

Frondibus subtripinnato -parlitis , amplis, petiolo longissimo, robusto, basi in- 
crassato, cum squamis cr assis, lanceolatis, opacis; pinnis oblongis, petiolatis, 
acuiis, superne pinnatifidis ; frondulis sessilibus, apice coadunatis; segmentis 
oblongis, curvatis, obtusissimis , sinubus acutis, siccitate viridibus, stipitibus 
subtomentosis ; laminis in uiroque pilis sericeis , mollibus vestitis ; nervillis tenui- 
bus; sporotheciis medianis, rubescentibus ; sporangiis laxe congeslis, annulo 
12-i4 articulato; sporis ovoideis, nigrescentibus. 

Polypodium subincisum. Mart., FI. Brasil, n° 320, non Willd. FUic, p. 202. 
Filix magna, pilosa. 
(Dimensions: très-grandes, pinnules inférieures 40 centim., frondules 11 -13 centim. au centre, 
sur 3 centim. de largeur; le stipe à la base est gros comme le doigt d'un enfant.) 

Cette fougère ne saurait être confondue ni avec la plante de Willdenow que cet 
auteur déclare à deux reprises être glabre, ni avec celle de M. Martius qu'il dit 
être arborescente et à peine velue, tandis que la nôtre est herbacée avec des lames 
couvertes de poils abondants, blancs et soyeux. 



RARES OU NOUVELLES. 33 

Faisons remarquer qu'un grand nombre de Phegopteris ont le port desAspidium 
à frondes pinnées-pinnatifides et pluri-pinnées; quand Tindusium est caduc, ce 
qui arrive souvent, rien n'est plus facile que de commettre des erreurs de dia- 
gnose et de décrire comme phegopteris ce qui est un aspidium et vice versa. 

GONIOPHLEBIUM, Presl. 
F., Gen. filic., p. 254; Méra. antér., p. 62 et 92. 

i. CORIACEUM, F. 

Frondibus pinnatifidis , lanceolatis, crassissimis , glabris, opacis , petiolo lœvi, 
cylindrico, rachi valido, apice elongato, crenato; segmentis auriculiformibus, 
obtusis, integris, sinu angusto, ultimis subrotundis, basi decurrentibus ; spo- 
rotheciis cr assis, centralibus, receptaculo ovali prominente, fusco; sporangiis 
oblongis, pedicello longissimo, annulo 16 artiadato ; sporis fuscis , oblongis. 
Habitat in insula Borbonica. (Bory.) 

Filix lucida, opaca, rhizomate repente, squamoso; squamis angustissimis, elongatis. 

Icon.: Tab. XXXVII, fig: 2. 

Espèce facile à reconnaître à sa consistance ferme, à ses segments très-épais, 
opaques, qui ne permettent pas de voir la disposition des nervilles, à la présence 
d'un réceptacle ovoïde, proéminent, noirâtre, etc. Notre spécimen est un peu arqué 
en son centre. 

2. Invertens , F. Cath. méth. Foiig. Mexic. , p. 25. 
Icon.: Tab. XXXVII, fig. 3. 
Espèce tout à fait curieuse, profondément pinnatifide, à segments distants, 
translucides, auriculés vers le haut, ce qui semblerait indiquer qu'elle est pen- 
dante, tandis, au contraire, qu'elle est dressée et terrestre, avec un rhizome traçant 
et flexueux. Les nervilles sont noirâtres à la base et conniventes seulement près de 
la marge. Les sporothèces ovoïdes se composent de sporanges portées sur un ré- 
ceptacle mince qui se détache en noir sur la lame supérieure. On trouve sur les 
spores des ponctuations qui les font paraître comme réticulés. Cette plante mesure 
75 centim.; les plus grands segments atteignent au centre 12 centim. sur 12-13 
millim. de largeur; un intervalle de 2 centim. les sépare du pétiole qui fait la 
moitié de la largeur totale; il est fort délié. 

118. GRASPED ARIA, Link. 

F., Gen. filic., p. 263; Mém. antér., p. 15 , 64 et 130. 
1. Jayanica, F., Mém. cit., p. 65. 



34 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Frondibus sterilibus ovalibus , obtusissimis , brevepetiolatis, remotis, glaberrimis, 
crassis, opacis ; fertilibus conf omnibus sed apice acuminatis , acumine lantum 
fructifero ; sporotheciis paucis, crassiusculis , apicilarïbus ; sporangiis amplis, 
subrotundis , pedicello longo donatis , receptaculo rotundo , leviter gibboso , 
annule- lato 12 - 14 articulalo ; sports ovoideis , fuscis , subreliculatis. 
Habitat in Java. (Zoellinger, n° 1 086.) 

Filix repens, rhizomate squamoso, tenui , longe repente, radicellis brevibus , atris, 
verticillatis , squamis lanceolalis , ciliatis , cancellatis. 

Icon. : Tab. XXXIX, fig. 1. 

Cette espèce que nous avions indiquée (/. c) et que nous n'avions vue que stérile 
se trouve ici complétée; elle est fort distincte de ses congénères. 
2. Borbonica, F. 

Frondibus dissimilaribus , opacis , cartilagineis , glabris , brève petiolalis ; steri- 
libus ovalibus, acutiusculis ; fertilibus lanceolatis, obtusis aut raro acutiusculis ; 
sporotheciis crassis , laminam tolam invadientibus , rotundis , supra inquinan- 
tibus , receptaculo punctiformi ; sporangiis magnis , annulo latissimo , 14 -16 
articulalo, articulis remotis , spissis ; sporis subreniformibus , pellucidis magnis, 
superficie punctatis. 

Habitat in insula Borbonica. (Bory.) 
Filix arboricola , longe repens, caulïbus crassis , irregulalim ramosis depressis- 
que ; squamis niveis , lanceolatis, integris abunde veslitis , ad ramos juniores 
aureis. 
Icon.: Tab. XXXIX, fig. 2. 
Cette espèce a de l'analogie avec le C. vaccinifolia , Lk., fougère américaine, par 
le port et les tiges, couvertes dans les deux plantes d'écaillés qui passent de la cou- 
leur roussâtre à la blanche, en vieillissant; du reste, les formes des frondules sté- 
riles et fertiles diffèrent suffisamment pour qu'elles soient regardées comme par- 
faitement distinctes. On peut lui trouver encore des rapports avec le C. lycopo- 
dioides, F., dont elle diffère par la grosseur des tiges et la brièveté des frondes 
stériles. 

423. DRYNARIÂ, Bory. 
F., Gen. filic, p. 269; Mém. antér., p. 16, 97 et 131. 
1. Vestita, F., Gen. filic, p. 171. 

Nous avons dit (/. c.) que les sporothèces étaient dépourvus d'écaillés, mais il en 
existe. C'est bien un véritable drynaria de la section des Pleopellis. Elle est assez 
voisine du D. elongala, F., /. c, plante ayant des frondes dissimilaires, ce qui 
n'a pas lieu pour notre D. vestita. 



RARES OU NOUVELLES. 35 

124. PLEURIDIUM. 

F., Gen, fille, p. 273; Mém. antér., p. 98. 
1. Angustum, F., Mém. cit. 

Nous donnons ici la figure de cette belle espèce. 
Icon.: Tab. XXXIX, fig. 3. 

XVJII. CYCLODIÉES. 

F., Gen. filic, p. 277; Mém. antér., p. 20, 98 et 132. 

Le genre Pohjstichum constitue à lui seul la presque totalité des plantes de ce 
groupe. M. Hooker, t. III de son Species, en a décrit 44 espèces, mais ce nombre 
est inférieur à la réalité. Elles sont en général dune détermination difficile. Vin- 
dusium, étant pelté et fixé en son centre par un petit support très-délié, est faci- 
lement caduc, de sorte que, dans les herbiers, la constatation du genre laisse 
parfois des doutes. 

Ces fougères ont une grande tendance à se couvrir d'écaillés; presque toutes 
sont dentées, à dents souvent aristées, et, en outre, fréquemment vivipares; leur 
habitat est fort étendu. L'Europe en possède trois espèces. Le P. coriaceum de 
Swartz, plante à géographie très-étendue, est remarquable par un gros rhizome, 
introduit autrefois dans les pharmacies sous le nom de Calaguala. (Voy. plus haut, 
p. 5.) 

Nous pouvons enrichir ce groupe d'une espèce nouvelle: 

138. AMBLYA. 
F., Gen. filic, p. 283; Mém. antér., p. 101 et 133. 
1. Serra ta, F. 

Frondibus pinnatis , oblongis, glabris, petiolo flexuoso, squamoso, squamis rufis; 
frondulis altemis , ovatis , acutis , argute serratis , basi cuneiformibus , supeme 
auriculatis , terminait pinnatifida ; sporotheciis subbiseriatis , parvis , recepta- 
culo punctiformi ; sporangiis ratundis ; annulo i2 articulato , pedicello longis- 
simo ; sports ovalibus. 

Habitat in insula Sanctœ Helenœ. 
Filix parva; squamis ad partem superiorem petioli lanceolatis, amplis, ad rachim 

angustis, subpiliformibus, in utroque rufis. 
Icon. : Tab. XL, fig. 2. 
Cette espèce a des caractères si bien tranchés qu'il serait superflu d'insister 
davantage. Peut-être le spécimen sur lequel nous établissons notre diagnose ne 
donne-t-il pas une idée exacte des dimensions. 



36 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

2. Latifolia, F., Mém. antér., p. 101, 

Cette espèce très-distincte et très-robuste, fragile quand elle est à l'état de des- 
siccation et de couleur plombée, n'avait pas été figurée; nous remplissons cette 
lacune. 

Icon. : Tab. XL, (ig. 1. Fragmentum et pars superior. 

La figure 3 appartient à l'A juglandifolia , Presl. et nous la donnons afin de pou- 
voir comparer les deux espèces. 



XIX. ASPIDIÉES. 

F., Gen. fdic, p. 291; Mém. antér., p. 133. 

Les Aspidiées renferment au delà de 200 espèces de fougères réparties dans 
13 genres. M. Th. Moore, dans son Gênera, comprend ce groupe autrement que 
nous; il y introduit les Cyclodiées et le genre Onoclea. Ces vues différentes, trop 
fréquentes dans les sciences naturelles, en rendent la marche incertaine et vacil- 
lante. 

Ces fougères sont très-rarement simples et, en général, fort souples; elles sont 
éparses sur tout le globe, à l'exception des pôles. L'Europe ne possède que des 
aspidium et des cystopteris. Le genre type renferme à lui seul autant d'espèces 
que tous les autres. Il règne bien des incertitudes sur la détermination de plusieurs 
d'entre elles; une monographie pourrait les lever; le botaniste qui l'entreprendra 
fera une œuvre difficile. Le genre Nephrodium, généralement adopté par les au- 
teurs, se lie très-étroilement au genre Aspidium; il en diffère par des nervilles qui 
s'unissent, à la base des segments, aux nervilles des segments correspondants; par- 
fois, sans que la soudure soit parfaite, elles sont si rapprochées qu'elles semblent 
conniventes; ce qui ajoute à la difficulté, c'est la présence d'une petite membra- 
nule blanchâtre qui semble les unir. Le port ne fournissant aucun caractère, il en 
résulte une très-grande similitude et de grandes difficultés de diagnose. 

Il est des aspidiées d'une merveilleuse délicatesse de tissu, témoin les espèces 
du genre Cystopteris. Nous ne connaissons que les Lepidonevron qui soient arbo- 
ricoles; toutes vivent sur la terre, dans les lieux humides, particulièrement dans 
les forêts. Les espèces prolifères sont extrêmement rares, le Fadyenia a reçu son 
nom spécifique de cette particularité, chez lui constante. 

Voici quelques espèces à ajouter aux genres Aspidium, Nephrodium et Çardio- 
chlœna. 



RARES OU NOUVELLES. 37 

ASPIDIUM, Sw. 
F., Gen. filic, p. 291; Mém. antér., p. 402 et 133. 

* Espèces pinnées-pinnatifides. 

A. OOCHLAMYS. 

1. Kunzei, F. 

Frondibus flexibilibus , suboppositis, glabris, helveolis, petiolo et rachi lœvibus; 
frondulis patulis , lanceolatis, acuminatis, sessilibus; segmentis obovatis, obtu- 
sis, ultime inferne auriculato, auricida inferiore dentiformi multo breviore; 
sporotheciis marginantibus , rufescentibus , indusio ovato, glabro ; sporangiis 
taxe congestis , rolundis, annido 14 articulato ; sports subreniformibus. 
Habitat in Orizaba Mexicanorum. (W. Schaffner, sine numéro) 

Filix facie phegopteridorum Europœorum. 

Icon.: Tab. XLI, fig. 1. A. Planta intégra. B. Pars inferior. 

(Dimensions: 75-85 centim. de longueur sans le pétiole; les plus grandes frondules 18-20 centim. 
sur 2 centim. de largeur. Le spécimen figuré a été choisi parmi ceux de petite dimension.) 

Cette espèce que nous consacrons au souvenir de feu le professeur Kunze , jus- 
tement estimé par ses travaux sur les fougères, présente un caractère unique qui 
pourrait dispenser de toute description. Sur le dernier segment et inférieurement 
se trouve une petite oreillette, un peu écartée, semblable à l'incision qu'auraient 
faite des ciseaux pour en détacher une faible partie; cette sorte de dent est légè- 
rement écartée. Nous ne connaissons rien de semblable chez aucune autre espèce. 

2. MlCROTHECIUM, F. 

Frondibus oblongis , membranaceis , pinnatis , apice pinnatijidis ; frondulis basi 
oppositis, dein allernis, sessilibus, lanceolatis, caudatis, cauda elongata, dentato- 
mucronulata; segmentis latis, oblongis, acutis, curvatis, grosse dentatis, in sinu 
dentem latiusculumrigidum,fuscum ferentibus; nervillis tenuibus, fuscis, apice 
soriferis ; sporotheciis minutis , indusio ovato , parvulo. 

Habitat in Luzon Philippinarum . (Guming, n° 13, herb. F.) 

ïcon. : Tab. XLI , fig. 2. A. Pars superior. 

(Dimensions: 50 centim. sans le pétiole. Les plus grandes frondules mesurent au delà de 20 centim. 
sur 3 centim. de largeur; la pointe est très -longue.) 

Les auteurs ont confondu cette plante avec VA. spectabile de Blume, et ils re- 
gardent comme tels les n os 13, 14 et 354, édités par M. Cuming; le n° 14 seul lui 
appartient; notre espèce, le n° 13, a des sporothèces terminaux et des frondules 
sessiles; dans VA. spectabile, les sporothèces sont dorsaux et les frondules longue- 



J 



38 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

ment péliolées; les segments courts et arqués, dans VA. microihecium , sont beau- 
coup plus longs et à peine arqués dans VA. spectabile. Il existe encore d'autres 
différences , mais celles-ci sont suffisantes pour les caractériser nettement l'une et 
l'autre. Nous avons cru devoir la reproduire, tab. XLI, fig. 3 A. Pars superior et B. 
Frondes novellœ; teste Kunzeo. Cuming, n° 354, herb. F. 

3. Producens, F. 

Frondibus extensis , lanceolatis, glabris, in acumine longo, pinnatîfido terminalis, 
basi decrescentibus , petiolis helveolis , lœvibus ; frondulis alternis , membrana- 
ceis, translucidis, patulis, leviter curvatis, acutis, linearibus; segmentis oblongis, 
curvatis, sinubus rotundis ; sporotheciis dorsalibus , indusio parvulo ovali; 
sporangiis laxe congestis, annulo lato , 14 articulato , articulis spissis ; sporis 
atris, reniformibus. 

Habitat in imperio Mexicano ; ad Tolutlam. (W. Schaffner, n° 220 , partim.) 

Filix extensa ; frondulis utrinque decrescentibus, teneris. 

(Dimensions: longueur 1 mètre 30 centim., 35-40 frondules; les centrales 11-13 centim.; les 
inférieures extrêmement réduites dans leurs dimensions et très-espacées; pétiole et rachis très-minces.) 

Cette espèce est remarquable par son étroitesse et par sa longueur considérable, 
qu'atteignent très-peu d'espèces pinnées-pinnatifides. C'est une plante délicate, 
translucide, flexible; le rachis est très-faible et n'a guère que le diamètre d'une 
plume de pigeon. 

I. INDUSIUM GLABRE. 

4. Dasychlamys, F. 

Frondibus oblongis, rachi supra subtomentoso ; frondulis alternis, lanceolatis, 
arcuaiis, profunde pinnatifidis ; segmentis oblongis, acutis, crenato -undulatis ; 
sinu rotundo, nervillis tenuibus , approximatis, omnibus fructiferis ; sporotheciis 
in medio nervillarum nascentibus , rubricosis , indusio crassissimo , turgido , 
in medio depresso; sporangiis subrotundis , annulo 14 articulato ; sporis par- 
vis ovalibus. 

Habitat in insula Borbonica. 
Filix siccitate fuscescens , spissa, rigida. 
Icon. : Tab. XLI, fig. 4, pars. 
(Dimensions: 40 centim. sans le pétiole; entre-nœud des frondules 3 centim. sur 10-11 millim. de 
largeur; 10-12 sporothèces de chaque côté du mésonèvre.) 

Les segments sont fructifères dans toute leur étendue. L'indusium qui est épais 
se déprime sur son point d'attache et ressemble alors, vu à la loupe, à un petit 

godet. 



RARES OU NOUVELLES. 39 

5 Calcigenum , F. 

Frondibus rigidis , subglaucescentibus , elasticis , ellipticis , petiolo rachique to- 
mentosis , pube brevissimo ; frondulis alternis , sessilibus, patulis , infimis vix 
brevioribus , truncatis , acutis ; laciniis oblongis , fere costam attingentibus , 
margine undulato; nervillis simplicibus , apice incrassatis , supra crustam 
lenuem rotundam producentibus ; sporotheciis crassis , covfluentibus , indusio 
parvulo , annulo i8 articulato ; sporis ovoldeis. 
Habitat in insula Borbonica. 
A. leucoslicton , Kze, Linn., Tom. XXIII, p. 301? 

Plusieurs fougères présentent ce singulier phénomène d'avoir des nervilles, 
épaissies au sommet, indiqué sur la lame supérieure par une production blanchâtre 
parfaitement arrondie, dans laquelle les auteurs ont cru voir des écailles. Cette 
production épidermoïde est bien plus curieuse, car elle est inorganique. On peut 
très-facilement la détacher, l'écraser et la délayer dans l'eau. Nous nous sommes 
assuré qu'elle était formée entièrement de carbonate de chaux et qu'elle faisait 
effervescence avec les acides. On retrouve cette sécrétion d'une manière générale 
dans le genre Chrysopteris, ainsi que dans plusieurs espèces de Cam-pylonevron et 
dans quelques Drynaria. Quel est l'organe excréteur? Sans doute, le sommet de la 
nerville, en son point prolifère. 11 est curieux de ne la trouver que sur la lame 
supérieure, laquelle, du reste, remplit surtout les fonctions évaporatoires. Le 
carbonate de chaux est peu soluble dans l'eau, cependant il faut bien qu'il le soit 
dans les liquides qui circulent dans la plante. Ils traverseraient 1'épiderme et, 
après leur évaporation, laisseraient le sel dissous en liberté à titre de dépôt. Mais 
il est difficile de se rendre compte comment il se fait que cette sécrétion est loca- 
lisée en un point unique et limitée, quant à son étendue, à la dimension du som- 
met de la nerville, organe sécréteur, sans s'écarter de la forme arrondie, et puis, 
pourquoi n'exsude -t-elle que d'un seul côté? Cette particularité semble donner 
une preuve de plus de l'indépendance des deux lames. Ce phénomène, très en 
dehors des lois ordinaires de la végétation , mérite d'être soigneusement étudié. 
Sans doute, le carbonate de chaux se trouve exister dans presque toutes les 
plantes, ainsi que le prouvent les analyses; mais c'est le seul cas qui le montre 
éliminé par la seule action des forces vitales. 

Feu Kunze (/. c.) a décrit un Aspidium leucoslicton , de Bourbon, très-voisin de 
notre espèce. Il a des frondes glabres, des sporothèces confluents; les segments 
atteignent presque le mésonèvre. Avant ce botaniste, Willdenow (Fille, p. 242) 
avait fait connaître, d'après Bory, un A. albo-punctalum , et nous possédons, pro- 
venant de cet ami, un spécimen authentique de cette espèce qui diffère de la nôtre. 



40 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

M. Hooker (Spec. fdic, IV, p. 84) adopte ce nom spécifique sans citer Will- 
denow, attribuant la plante à Desvaux qui en aurait fait un Nephrodium (Mém. de 
la soc. Linn. de Paris, t. VI, p. 255). Le botaniste anglais croit qu'elle est iden- 
tique avec le Lastrea Boutoniana, figuré tab. 931 de ses Icônes; mais elle semble 
absolument différente. On voit qu'il règne bien des doutes sur la détermination 
précise de cette plante curieuse, ou plutôt de ces plantes, car il existe certaine- 
ment deux espèces distinctes qui semblent confondues. 

6. Frondulosum, F. 

Frondibus ovatis , membranaceis ; rachi et peliolis frondulosorum rufescenlibus ; 
frondulis numerosis, approœimatis , subsessilïbus , exacte oppositis, lanceolatis , 
basi paulo minoribus , segmentis oblongis, acutis , marginibus integris, subci- 
liatis ; sporotheciis ad partent medianam nervïllarum simplicium positis ; spo- 
rangiis parvulis ; annido 10-12 articulato ; sporis ovoideis. 
Habitat in insula Borbonica. 
Filioc magna, flexibilis , siccitate rubescens ; apice brevi angidoso , sterili. 
(Dimensions: partie fronduleuse 45 centim.; frondules 12 centira. sur 3 centira. de largeur; on en 
compte 16 environ de la base au sommet qui est pinnatiflde, l'intervalle qui sépare les entre -nœuds 
est de 2.5 centim.) 

Très-belle espèce, à segments oblongs, obtus, atteignant presque le mésonèvre; 
ils sont tellement rapprochés qu'ils s'imbriquent légèrement par l'extrémité des 
segments. L'indusium, glabre à l'oeil nu, est entouré de poils de nature glan- 
duleuse, courtement pédicellés. Il est du reste assez difficile de voir cet indusium, 
très-caduc de sa nature. 

II. Indusium velu. 

7. PUBERULUM, F. 

Frondibus oblongis, petiolo helveolo , basi glabro, rachique superne pilosis; pilis 
candidis , mollibus ; frondulis alternis , sessilibus, subdecussatis , approxi- 
matis , lanceolatis, supra glabris, subtus pilosulis , profunde pinnatiftdis , leviter 
arcuatis , apice serratis; segmentis oblongis, ciliatis, nervillis simplicibus , scal- 
pturatis ; sporotheciis dorsalibus, indusio cordiformi, tenui, persistente; 
sporangiis laxe congeslis , annido 18 articulato ; sporis subreniformibus. 
Habitat in regno Mexicano circa Huatusco. (W. Schaffner, n° 247 in parte.) 
Filix siccitate flavidida , multifrondulosa ; petiolo bisulcato , lœvi, basi rufes- 
cente. 
(Dimensions: longueur totale 85 centim. dont le pétiole fait la moitié; frondules centrales 13-14 
centim. sur 13-15 millim. de largeur; elles sont au nombre de 20 paires très - rapprochées les unes 
des autres.) 



RARES OU NOUVELLES. 41 

Cette espèce rappelle un peu par le port notre A. Filix-mas, avec plus de déli- 
catesse et de transparence; les frondules inférieures sont étalées, celles du haut 
dressées; les dernières, dentées en scie, ne portent point de sporothèces; le tissu 
de l'indusium est à mailles flexueuses et très-délicates. Les segments sont libres 
dans les trois quarts de leur étendue; il en existe au delà de 36 sur chaque fron- 
dule, les marges sont entières. 

** Espèces pluripennées. 
8. JUCUNDUM , F. 

Frondibus ovatis , dilatai is , tri-quadripinnâtis , glaberrimis ; petiolis helveolis , 
lœvibus; unisulcatis ; parti tionibus primariis curvatis , alternis, longe acu- 
minalis , petiolaiis; segmentis ultimis pinnatifidis , laciniis curvatis, arislatis ; 
sporotheciis magnis, subapicilaribus , brunneis, indusio reniformi, crasso, per- 
sistente, turgido ; sporangiis rotundis, annulo i8 articulato ; sports papillosis. 

Habitat in regno Mexicano. (Galeotti, n° 6563. Cuba, Linden n° 2115.) 

A formosum, F., G en. fîlic, p. 296, partim. 

Filix dilatata, decomposita , ambitu ovata, facie polystichi, rachi primario 
flexuoso ; petiolo longissimo. 

Tab. : XLJI, fig. 1. fragm. 

(Dimensions: 70 cenlim. de longueur totale dont le pétiole fait plus de la moitié; les deux partitions 
inférieures mesurent 21 centim. ; les supérieures assez distantes se dégradent successivement en lon- 
gueur ; toutes sont courbées en dedans.) 

Cette belle espèce est presque multifide, flexible, glabre, presque aussi large que 
haute; la fronde ressemble à certaines feuilles surdécomposées d'ombellifères; les 
sporothèces sont très-gros, couleur de kermès; l'indusium est épais; vu au micros- 
cope, il se compose d'un tissu à mailles épaisses et ondulées; l'étude microsco- 
pique de ce tégument pourrait fournir quelques bons caractères pour les espèces 
critiques. 

L'A.jucundum a des rapports avecl'X formosumF.; aussi avions-nous rattaché à 
cette espèce les spécimens 6473 récolté au Mexique par M. Galeotti et le n° 2115, 
récolté au Cuba par M. Linden. C'était à tort, et les différences qui les séparent 
sont assez notables. Les caractères microscopiques tirés des sporothèces et de l'in- 
dusium les montrent aussi fort différents. Les derniers segments, aristés dans VA. 
fucundum, sont absolument mutiques dans Y A. formosum. 

NB. VA. obtusilobum, F. : Mém. anlér., p. 105. W. Schaffner, n° 213, a les dernières paires 
des frondules réfléchies et le tissu des lames ponctué par transparence. 

L'A. patens de Raddi n'est pas celui de Swarlz; ce sont deux espèces distinctes. 

6 



42 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

L'A. Sprengelii, Klfss. Enum., p. 239. Tel que je l'ai reçu de la Guadeloupe provenant 
du Docteur L'herminier, il a des frondes fasciculées sur une souche assez consi- 
dérable; les pétioles sont robustes, écailleux à la base; il s'élève à près d'un mètre 
et se prolonge en une très -longue pointe; les frondules sont opposées, très- 
étalées, la dernière paire est réfléchie. 

A. expansum, F., Gen.ftlic, p. 294. Gomme il existe déjà un A. expansum, Mart., nous 
changeons ce nom spécifique en celui (Yextensum; cette fougère est distincte 
de l'A. melanosticlum , Kze, Linn., XIII, p. 148, contrairement à ce que nous 
avons écrit. (Cataloy. méth. foug. Mexic, p. 30.) 

140. NEPHRODIUM,Rich. 

F., Gen. filic, p. 304. et Mém. antér., p. 408. 

1. AURICULATUM, F. 

Frondibus pinnatis , lanceolatis , rachi trisulcalo, tomenloso ; frondulis petiolatis, 
patulis, alternis, anguste lanceolatis, acuminatis , oblusis , apice integris } basi 
truncatis, sursum auriculatis, acuminatis, crenatis, dcntatis, nervillis tmuibus , 
monoarcuatis ; sporolheciis dorsalibus, indusio glabro; sporangiis subrolundis , 
annule- i4-16 articulato ; sporis globosis. 

Habitat in insida Borbonka. (Bory.) 

Filix elala, pinnata, apice pinnatifida, mullifrondulosa , siccitate rufescens; 

frondulis inferioribus minoribus. 
Tab. XLII, fig. 2. 
(Dimensions: partie fronduleuse près de 50 centini.; pinnules 6 centim. sur 9 millim. de largeur.) 

Fougère élégante, dont les frondules sont portées sur un pétiole d'un millimètre 
de longueur; elles sont auriculées, crénelées d'abord, puis dentées, pour laisser 
la marge entière vers la pointe. Le haut de la fronde se termine brusquement. 

2. Zeylanicum, F. 

Frondibus pinnatis, teneris, pellucidis, glaberrimis ; frondulis lanceolatis, in cauda 
longaextensis, crenatis, sessilibus, basi inœqualiter rotundalis ; nervillis paucis, 
tenuibus, leviter flexuosis ; frondula terminait maxima, subpinnatifida, segmen- 
tis oblongis , curvatis; sporotheciis dorsalibus , indusio glabro ; sporangiis ro- 
tundatis, annulo 14-16 articulato ; sporis oblongis. 

Habitat in insida Zeylanica. (Thwaites, n° 3391.) 
Filix tenera, flexibilis , pauci-frondulosa , basi paululum decrescente. 
(Dimensions : de la partie fronduleuse 36 centim., huit paires de frondules sessiles, dressées, longues 
de 10 sur 11-12 centim. au centre; elles sont séparées les unes des autres par un intervalle d'environ 
3 centim. La frondule terminale mesure 14 centim. sur 2 centim. à la base.) 



RARES OU NOUVELLES. 43 

On reconnaîtra facilement cette espèce à sa frondule terminale , beaucoup plus 
grande que les latérales, celles-ci étant longuement coudées. C'est l'une des plus 
souples et des plus délicates du genre. 

3. Malabariense, F. 

Frondibus lanceolalis, elongatis , pinnato-pinnatifidis , rachi canescente, in cauda 
longa, pinnatifida terminatis; frondulis sessilibus, auguste linearibus, caudatis, 
crassiusculis, tUtimis oppositis, clein altemis , remotis, patulis , parce pilosis ; 
sporotheciis dorsalibus, crassiuscidis , approximatis , indusio cordato , glabre- 
scente, persistenle; sporangiis subrotundis, annulo 14 articulato ; sporis ovalibus 
episporiatis. 

Habitat in regione tropicali Malabariensi (Hook, f. et Thompson)., sub nomine 
Nephrodii mollis. 

Filix elata, rigida multifrondulosa, stipite cinerascente. 

(Dimensions: partie fronduleuse seule 65 centim.; les plus grandes frondules 12 centim. sur 12 
millim. de largeur. II existe 15-17 paires de frondules; celles du bas, séparées par un intervalle de 
5 centim.) 

Cette espèce ne saurait être confondue avec le Nephrodiiim molle de Presl. Elle 
est plus élancée, plus raide, beaucoup moins velue, avec un indusium presque 
glabre. La pointe, très-allongée, est fructifère jusqu'au sommet; il en est de même 
des frondules, terminées un peu brusquement en coin; à la base, les segments, 
oblongs, n'atteignent pas la moitié du segment, celui-ci porte de 5-7 sporothèces 
rufescents. 

4. Inquinans. 

Frondibus oblongis, frondulosis, flexibilibus , rachi tenuipiloso, helveolo; frondulis 
lanceolatis, longe acuminatis, sessilibus membranaceis, truncatis, pellucidis, 
siccitate viridibus ; nervillis simplicibus, scalpturatis , basibiareolatis; segmentis 
usque ad mediam partem latitudinis lamince extensis; sublus inquinantibus ; spo- 
rangiis auratis, remotis, indusio vix puberulo, persistente; sporangiis ovalibus, 
annulo i4 articulato ; sporis reniformibus. 

Habitat in insida Borbonica. (De Hell.) 

Filix elegans, frondulosa, membranacea, glabrescens; segmentis leviter ciliatis. 

Icon.: Tab.XLIV,fig. I. 

(Dimensions: partie fronduleuse 50 centim., 14 paires de frondules dont les plus grandes mesurent 
18 centim. sur 3 centim. au centre; entre-nœuds 3 centim.) 

Tab. 



44 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Très-belle espèce , très-souple et transparente. Le mésonèvre des frondules est 
étroitement canaliculé et pointu, ainsi que le mésonèvre des segments, qui se ter- 
mine en pointe déliée ; les sporothèces forment des séries de 5-6 sporothèces , qui 
ne se développent que sur les deux tiers environ des frondules, celles-ci étant très- 
larges , ne laissent entre elles qu'un faible intervalle. 

5. Excisum, F. 

Frondibus ambitu lanceolatis, cauda longissima terminais, pilotis, petiolo rachique 
pilis brevissimis, reversis ferentibus; frondulis altemis, ad basim minoribus, 
lanceolatis, acuminatis, acumine integro, sterili, basi inœqualiter cuneatis; 
segmentis oblongis, brevibus, arcuatis, obtusiusculis , inter se membranula rufa, 
extensa coalitis; nervillis curvatis, ullimis biareolatis; sporangiis rufis, indusio 
glabrescente; sporangiis et sporis ut supra. 

Habitat in insula Zeylanica. (Thwaites n° 1359.) 

Filix extensa, frondulis inferioribus patulis, superioribus assurgentibus, pilis bre- 
vibus reversis notata. 

Tab. XLIV, fig. 2. fragment. 

(Dimensions: longueur totale 1 mètre au moins; la partie fronduleuse mesure près de 75 centim., 
les frondules de la base 14 centim. sur 15-18 millim. de largeur.) 

Cette espèce, très-élancée et relativement étroite, a des segments rapprochés 
courbes, oblongs. Pour trouver la justification du nom iïexcisum, il faut la voir 
dans son ensemble; elle n'est fructifiée que dans la moitié inférieure des frondules, 
plus on approche du sommet et plus les frondules sont dressées. 

6. Schaffneri, F., Cat. mélh. foug. Mexic, p. SI. 

Icon.: Tab.XLIlI. 
Cette belle espèce est à peine pinnatifide, très-glabre, à frondules écartées, 
courtement pétiolées, conservant une belle couleur verte par la dessiccation et 
comme papyracée; les nervilles médianes des segments sont blanchâtres, ainsi que 
le mésonèvre de la frondule, qui est étroitement canaliculé; les frondules fructi- 
fères sont plus étroites que les stériles ; le tissu des lames est tiqueté de petits 
points incolores. Elle est fort étalée, munie d'un long pétiole, irrégulièrement 
quadrangulaire , ainsi que le rachis. Les frondules terminales stériles peuvent 
atteindre jusqu'à 30 centim. de longueur sur 6 de largeur. L'indusium est petit, 
glabre, mince et en fer à cheval. Cette espèce splendide a été trouvée au Mirador, 
par M. W. Schaffner , qui nous l'a envoyée sous le n° 244. 

NB. Nous aurions à faire un long travail si nous voulions étendre nos observa- 
tions sur toutes les espèces d'Aspîdium et âeNepkrodium, dont la synonymie laisse 



RARES OU NOUVELLES. 45 

des cloutes; nous ne les donnerons pas maintenant. Les Nephrodium molle, viola- 
scens, nymphale, sont mal connus, les caractères spécifiques invoqués n'ayant rien 
de tranché. Parmi les espèces exotiques il en est qui ont été distribuées sous un 
même numéro et qui diffèrent. 

Nous avons établi comme espèce distincte un N. dicarpum (Gen. filic. , p. 305), 
ainsi qualifié parce que les segments des spécimens que nous avions observés ne 
portaient que deux sporothèces; nous en avons vu d'autres qui en sont chargés dans 
toute l'étendue du segment. Ce nom, qui implique une erreur, devrait être changé 
et nous proposons celui de N. decipiens. 

146. CARDIOCHLiENA. 

F., Gen. filic., p. 314. 

Ce genre renferme des espèces à frondes très-amples, diversement lobées, les 
unes asiatiques, les autres américaines. Toutes sont glabres, à l'exception d'une 
espèce peu différente de ses congénères par son faciès, mais dont le rachis et les 
lames, particulièrement l'inférieure, sont velus, à poils très-courts et rubanés, avec 
des étranglements d'espace en espace. 

Cette espèce, récoltée en 1843 au Brésil, dans les environs de Rio- Janeiro, par 
M. Weddell, et distribuée sous le n° 656, pourrait recevoir le nom de pilosa; il 
rendrait compte du caractère qui la distingue, si toutefois il paraissait suffisant. 
Nous en donnons un fragment , lab. XL , fig. 4. 

XX. NÉPHROLÉPIDÉES. 

F., Gen. filic., p. 318; Mém. antér., p. 134. 

Ce groupe, peu nombreux, se compose de cinq genres seulement, très-bien 
caractérisés par le port , qui les sépare nettement des Aspidiées. Le caractère qui 
lui est propre consiste dans l'indusium. Ce tégument protecteur, au lieu d'être fixé 
au centre, est largement attaché par la base. Il suit de là qu'il ne se détache jamais; 
les sporanges, en se développant, se bornent à le soulever d'avant en arrière. L'in- 
dusium des Aspidiées n'adhère à la lame que par un petit pédicelle , comme dans 
les Polystichum , avec cette différence qu'il n'est pas pelté. L'effort que déterminent 
les sporanges en s'accroissant le soulève dans tout son pourtour et il tombe. 
Cette circonstance ajoute singulièrement aux difficultés de la diagnose de ces 
plantes, souvent très-voisines les unes des autres par le port. Les botanistes, ne 
s'étant pas préoccupés de cette organisation , réunissent les Néphrolépidées aux 
Aspidiées. 



46 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

Le genre Nephrolepis , type du groupe , renferme des plantes arboricoles , étroites, 
multifrondulées, pectinées, pendantes; l'une d'elles est tubérifère (voy. Gênera, 
t. XXV, fig. A). Celte circonstance est très-rare, sinon unique parmi les fougères. 

XXI. DAVALLÏÉES. 

F., Gen.filic.,ç. 323. 

Une dizaine de genres , dont les espèces ont en général une grande élégance , 
constitue ce groupe, qui rappelle, par le faciès, certaines fougères des genres 
Asplenium et Athyrium. Mais la forme de l'indusium, qui est tout à fait caractéris- 
tique, ne permet pas de les confondre. Nous avions cru devoir réformer le genre 
Dav allia, qui est dans ce groupe ce que les genres Çlieilanthes , Polypodium et 
Aspidium sont dans les groupes qui portent leur nom. Les genres Odontosoria, 
Scyphularia, Stenoloma et Lindsaynium avaient été proposés, et deux d'entre eux 
seulement ont été conservés à titre de sous-genre; nous persistons à les croire 
nécessaires. Presque toutes ces fougères sont terrestres; quelques-unes grimpantes, 
tomenteuses , parfois épineuses , très-divisées , presque jamais villeuses ou écail- 
leuses. Nous décrirons ici une espèce naine $ Odontosoria. 

155. ODONTOSORIA. 

F., Gen. filic, p. 325. 
1. Parvula, F. 

Frondibus pinnalis, linearibus, stipite rachique filiformibus , frondulis alternis, 
petiolulatis , dimidiatis obovatis, bi- trier enatis, nervillis paucis, aliquando 
exsertis et dentiformibus , marginem non attingentibus ; sporolheciis apicilàri- 
bus, uno aul rarius duobus. ' 

Habitat in insnla Zeylanica (Hartweg, n° 1282.) 
Filix parvula, terricola, surculo fibrilloso. 
Icon.: Tab. XXXVI, fig. 2, magnitudine naturali. 
Les frondules portent trois à quatre nervilles ; elles sont inégales et amincies 
en coin. 

XXII. DICKSONIÉES. 

F., Gen. filie., p. 334; Mém. antér., p. 66 et 135. 
Un nouveau groupe , celui des Péranémées , a reçu plusieurs des genres que 
nous avions placés dans les Dicksoniées. Cette disjonction n'a aucun inconvénient 
réel. 



RARES OU NOUVELLES. M 

Les Dicksoniées sont des fougères à physionomie très-diverse : les Dicksonia et 
les Sphœropteris ont le port des Athyrhmi et des grandes espèces de Phegopteris ; 
le Leptopleuria celui des Nephrolepis ; elles sont très-rarement arboricoles; on en 
cultive dans les jardins plusieurs belles espèces. Ce groupe ne renferme guère 
qu'une soixantaine d'espèces, parmi lesquelles nous pouvons indiquer celle qui 
suit comme nouvelle dans un genre curieux. 

CULGITA. 
F., Gm. filic.,v, .340. 

i . SCHLIMENSIS , F. 

Frondibus qùadripinnatis, passim lanatis, lanalonga flav escen le ; partilionibus pri- 
mants et secundariis triangularibus , iertiariis lanceolatis, omnibus acutis; spo- 
rotheciis magnis, bivalvibus; valvis œqualibus; sporcmgiis maximis, pyriformi- 
bus, pilis vittatis, immixtis, annulo latùsimo ; sporis subtrigonis, gramdisrolun- 
dis repletis. 

Habitat in Novo Granatensi, Ocana. (L. Schlirn, n° 322.) 

Icon.: Tab. XXXVI, fig. 3; fragm., magnitudine naturali. 

Nous ne possédons que des fragments de cette plante; les dernières partitions 
sontpinnatifides, et terminées en pointe. Les segments ont une consistance coriace; 
les sporothèces sont très-gros, les inférieurs présentent latéralement un appendice 
qui s'élève au-dessus d'eux, en manière de petite corne. Les sporanges sont des 
plus gros que Ton connaisse et portent un anneau fort large; les spores lisses sont 
obscurément trigones et gonflées par des granules nombreux, très-apparents. 

Cette plante appartient au groupe des Balantiées, qui peut être regardé comme 
une subdivision des Dicksoniées. 



II. ANNEAU DES SPORANGES EXCENTRIQUE: HELICOGYRATM 

XXIII. ALSOPIIILÉES. 

F. ; Gm. filic, p. 345; Mém. antér., p. 109. 

Ces fougères font, avec les Cyathées, l'ornement des tropiques. L'anneau des 
sporanges a, dans plusieurs espèces, une excentricité fort douteuse. Le type de ce 
groupe, genre Alsopàila, renferme quelques plantes critiques dont la synonymie 
est difficile à débrouiller. En général, elles sont trop grandes pour être admises 




48 DESCRIPTION DE FOUGÈRES EXOTIQUES 

en entier dans les herbiers, et le stipe, qui manque d'ordinaire, ne peut servir 
pour les déterminations. 

Ce groupe, à sporothèces nus, est uni aux Cyathées par le genre Hemithelia, 
véritable type de transition. Les Alsophilées renferment au delà de cent espèces. 

XXIV. CYATHÉES. 

F., Gen. filic, p. 351.; Mém. antér., p. 111. 

Les Cyathées ont le port des Alsophilées, avec des sporothèces indusiés; elles 
sont bien inoins nombreuses. L'anneau est décidément oblique, sauf cette particu- 
larité elles seraient, les unes et les autres, pour la plupart de véritables Phegop- 
teris. 

Le petit groupe des Thyrsoptéridées , qui ne renferme qu'un seul genre , et ce 
genre une seule espèce , ne donne lieu à aucune remarque particulière. 



Nous nous proposons, si rien ne s'y oppose, de faire dans un prochain mémoire, 
la révision des autres familles de la grande classe des fougères, dont nous avons 
seulement jusqu'ici étudié les Polypodiacées , à la vérité la plus considérable de 

toutes. 



49 



TABLE ALPHABÉTIQUE. 



NB. Les espèces nouvelles sont indiquées par une ~\ , les espèces figurées portent un * à fa suite de leur nom. 



F. 



ACROSTICHÉES. 

ACROSTICHUM, F. 

t angustissirrraiH , ' 

aphlebium,* Kze. 

at.lciruatum , F. 

Calaguala , Kl. 

Jglaucuri] , F. 

gratnrn , * F. 

Hartwegii, F. 

Huacsaro, * F. 

Rœzlii,* Schal'f. 

rubiginosuiii , var. 

Scapcllum , Kze. 

simplex, Sw. 

Squarresum , * Kl. 

tcmiiculum ,"* F. 
ADIAMTÉES. 
Adiaistum , L. 

t confine,* F. 

hirsutum, L. 

rhizophytum , Schrad. 

rhizophorum , Sw. 
Aieuritopteris candida , F. 
ALSOPHILÉES. 
Amblya, Presl. 

t]uglandifolia ,* Pr. 

latifolia,* F. 

fserrata,* F. 
Anogramme, l.k. spec. plurcs. 
ANTROPHYÉES. 
ASP1DIÉES. 

ASPIDIUM , Sw. 

albescens, F. 
albicanle, F. 
albopunctatum , Willd. 
arborescens , F. 
f calcigénum, F. 
conspersum, Schrad. 
fdasychlamys, * F. 



Pages 

2 

4 

6 

4 

49 

5 

4 

5 

49 



Schcidei, F. 4 9 
49 
49 
6 
6 
13 
14 
14 
14 
14 
14 
49 
47 
35 
36 
36 
35 
25 
23 
36 
37 
50 
50 
39 
50 
39 
50 



équestre , Kzr. 
expànsùm , F. 
cxlensum, F. 
formosum , F. 
ffrondulosum , F. 
geropogon , F. 
jjuçundum, * F. 
fKunzei, F. 
leucosticlum , Kze. 
melanostictum, Kze. 
mïcrocarpon , F, 
microchlaîna , F. 
t microtliecium , F. 
obtusilobum , F. 
patens, Radd. 
païens , Sw. 
t produoens, F. 
fpuberulum, F. 
spectabile,* Blum. 
Sprengclii, Klfss. 
ASPLENÏÉES. 

ASPLENTOM , L. 

aiiritum , Sw. 
cristatum, VN^all. 

t débile, F. 

fDufourii,* F. 

formosum, F. var. : 

tmacrodon, F. 

fnotabile, * F. 

resectum, Sm. 

f semidentatum , * F. 

sulcatum, Lmrk. 

f tetrag&num , F. 
ATAXIOCARPEM. 
Blechinum, F. 

angustifrons, F. 

australe, L. 

ceferacinum , Radd. 



par 



ulu t 



38 1 fraxineum, Willd. 



I 


HgCS 

50 


Malacccnse , F. 


Pages. 

10 


42 


, 50 


occidentale , L. 


11 


42 


, 50 


orientale, var. : longifolium Moor. 1 


41 


50 


polypodioides , Sw. 


10 




40 


rigidum , Sw. 


10 




50 


Calaguala. 


5, 35 


41, 


50 


CARDIOGHLiENA, F. 


45 


37, 


50 


pilosà,*F. 


45 




39 


CA THE TOC YRA TAS. 


2 




50 


Ceropteris, Ile. 


25 




50 


monosticha, F. 


24 




50 


CHEII.ANTHÉES. 


i» 




37 


Cheii.asti-ies , F. 


20 


41, 


50 


ehserophylla , Mart. Gai. 


49 


-» ) 


41 


chaerophylloides, F. 


50 




41 


venusta , F. 


20 




38 


Chrysopteris, glauca, F. 


50 


40 


50 
37 


sporadocarpa, F. 
Cibotium, Scheidei, Schlecht. 


50 
50 




42 


Cokiogramme Indica, F. 


22 




25 

26 
49 
27 
28 


Javanica, F. 
pror.era, F. 


21 

22 




serrulata, F. 


22 




Craspedaria , Link. 


33 




tBorbonica,' F. 


'64 




26 


t Javanica , * F. 


33 


m. 


49 


Cryptosortjs , F. 


31 




28 


Khasianus , F. 


31 




27 


Culcita , Presl. 


47 




26 


fSchlimensis ,* F. 


47 




27 


Cyathea Mexicana , Si hlecht. 


50 




49 


CYAÏHÉES. 


49 




27 


CYCLODÏÉES. 


35 




2 


DAVAIXIÉES. 


40 




10 


DICKSONIÉES. 


46 




10 


Dictyocline , T. Moore. 


23 




10 


DIPLAZIÉES. 


29 




10 


DlPLAZIUM, Sw. 


29 




10 


deflexum J., Sw. 


31 



50 



TABLE ALPHABETIQUE. 



ffirmum ,* F. 
pallidum , Brum. 
Ipinnatifidum, * F. 



Pages. 

30 
31 

29 

t preelongum , * F. 29 

tomentoium, Bluni. 31 

Drymoglossum abbreviatum, F. 12 

Drynaria , Bory. 3 4 

vestita, F. 34 

Eiaphoglossum Muizianum,'Ï.W. 5 

Goniophlebium , Presl. 33 

fcoriaceum , * F. 33 

invertens,* F. 33 

meniseifolium, var: longifolium. 60 

pyrrholepis, F. 50 

Gp.ammitis caudata, Wall. 22 

Gymnogramme procera, Wall. 2 2 

serrulata, Wall. 22 

HELICOGYRATM. 47 

HÉMIONITIDÉES. 21 

IIemiomtis, L. 22 

cordata , L. 22 

tCumingiana, F. 22 

palmata , L. 23 

saghtata, F. 22 

Hemistegia Willdenowii, F. 50 

Holcosorus, Th. Moor. 31 

Hymenolepis abbreviata, F. 12 

platyrhynchos, Kze. 12 

Hymen ophyllum macrocarpon , 



Schaffn. 

Schaffneri, F. 
Lastrea JBoutoniana, Hook. 
T.eptochilus , F. 

minor, F. 



tminutulus, * F. 



fThwaitesianus, F. 
tZeylanicus,* F. 
LEPTOGRAMMÉES. 

Lindsaya Guyanensis , Dryand. 



50 
50 

40 
7 
8 
8 
7 
8 
24 
49 



Pages. 

LINDSAYÉES. 13 

LOMARIÉES. 9 

LOMARIA , F. 9 

australe, Kze. 10 

Dregeana, F. 9 

pumila, Klfss. 10 

pumi/a, Kze. 9 

pu/icfu/a/a, Drcg. 10 

puncfulata , Kze. 1 

MÉNISCIÉES. 31 

Nephroditjm, Rich. 42 

t auriculatum , * F. 42 

detipiens, F. 45 

di'carpon, F. 45 

fexcisum , * F. 44 

tinquinans,* F. 43 

tMalabariensc, F. 43 

Schaffneri,* F. 44 

t Zeylanicum , F. 42 

NÉPHROLÉPIDÉES. 45 

Nevrophyllum Hedwigianum, F. 50 

— pînnaium, Presl. 50 

Nothochl^ena , R. Br. 20 

monosticha, T. Moor. 24 

tpruinosa,* F. 20 

Odojstosoria , F. 46 

tparvula*, F. 46 

Peix.ea pulchella, F. 49 

Phegopteris, F. 32 

t brevinervis, F. 32 

concinna , F. 49 

tmollivillosa, F. 32 

pilosula , F. 49 

PLATYCÉRIÉES. 8 

Plecosortjs, F. 1 9 

t?leptocladon,* F. 19 

Pletjridium, F. 35 

angustum , * F. 35 



PLEUROGRAMMEES. 
POL YPODIACÊES. 
POLYPODIÉES. 
Polypodium Khasianum, Hook 

pulchrum , Mari. Gai. 

sepultum, Klfss. 
Pteriglyphis, F. 
PTÉRIDÉES. 
Pteris, L. 

Cretica,* L. 

crœsus, Bory. 

Feel, Schaffn. 

longifolia, L. 

— Mexicana , F. 

— ophioderma, F. 
tMysorensis,* F. 
t oppositipinnata ,* F. 
Philippinensis,* F. 
t punctata , * F. 
t roslrata , * F. 

Salpichl^na Cumingiana, F. 
SCOLOPENDRIÉES. 
Selagpneixa incana, Spring. 
Seluguea, Bory. 

Feei , Bory. 

Mexicana , F. 



Pages 

12 

1 
31 
31 
49 
50 
22 
14 
15 
16 
17 
49 
15 
15 
15 
16 
17 
17 
18 
16 
10 
29 
50 
23 
23 
49 



Sph/erocioisium hirsulum, Scbff. 50 

Syngramme alisniœfolium, $m, 22 

pinnata , S m. 22 
Trichomanes pachycarpon , F. 50 

qnercifolium , II. et Grcv. 50 

Y1TTARIÉES. 1 1 

VlTTARIA , F. 11 

Amboinensis , F. 12 

hirta,* F. 12 

latipes,* F. H 

Xiphopteris extensa, F. 12 



/ 



F1LIGES NOV/V, 



Tab.XXVM. 



mgnt.nal 




i-y.2. 



J. C.Frank, del.et lUh. 



IUkJ?.SvnwTicb$tF&sd$ 



Fig.l AcrOStichum glaucum, F Fig.2. ACTOS tïchum apMeôium,,Me. 

Fig. J'.AcrOStiehuin .^uetrrosum.^loéz. 



FIMCES NOVM> 



7h/>.AA7,Y. 







J. C ■ Frank det et iiéà 



Ziffi. E- iVïmon à, StraslF 



ftf. S. AcrO S ti Chum Buju>tan>,Jlui* . Fi?. 2. Ac r OS tichlim éenuicctlusn,F. 
Sijf.â. AcrOSticllUITl anyusâùi.fimezyn.J: 



FÏLICES NO ViS. 



Tab.XJCX 






■■ ■ * 






■-;-; 




*&■* 




w 


\ 


' \ 








Si s 






%f 



v/ 



•/. /■'. P'rwik de/, a /'Ji' - 



£iÛi-E. Sinum. ccStr&sW' 



/',; (/ ./ Acrosliehum j/ra/um.F. 



Fig.2. Ar rO S II C h UIll tfoëzlu F. et Scàaffi 



FI LICES NOVA 



7<<i>.xy:yi . 




J. C. FranA M.eJ lilh 



l:tÂ..£'.Simi>7i,,5'f//i,rl'f 



Sty. /. Lep toctlilu S Zey/cuiîcu*,F. 
ffîç. 2. minutulue F. 



F/g. 3. Vi 1 1 a ri a icaipes, F. 

F~ùj 4 /lirla , F. 



FI LICES i\Om. 



ratxxx/f. 




J. C. Frank M et Util . 



li&.E.Sùrum.d.StraJlh?- 



Mg, /.A di anl u m confine , F 
/ïj?. 2. Pteris E Ui/sorcmû^F. 



Fia. y. pimoùita s. 



wi . cu> couipaîcuuWii/14 . 






FILICtiS NOWfc 



Tai.xxxm. 




J-Cfranl JJ.etlSÛt. 



Lilh.S. SimmiCL^irasi" 



//f.ï.PteTis 3//ippinensis,J^ Il /tf.S. PteriS o/)f>ûs'7/ïpi/m/i/M ,/' 



FILICES NOVM 



rai.-YA'X/K 




,J, C.Fra.nA M. et lu 



Uth F. «JBbou à ■ £trià4 ? 



Fig.f. PleCOSOrUS /eptocladon , F . Fty 2 No thochlaena pruinosa, F. 



FILICES NOVM . 



raà.xjrjrr. 



ifes 



iMl 




Sa v ■ 



"■ ■'■■■...■ 



*/■ C.Frank d<>? . êf {.Ur/t, 



Jt ùh J? Simon a fi'.m. tâtizœ y/ 



/^./.Asplenium z?u/owru./?\Fy.2. Asplenium deôue, F. 

Fiy ,3. D ip I a Z mm pùinatîfîduvK, F. 






FILICES tfOVJE. 



Ta&.XZZVI. 




* if/fi ■ '■- ■-■ 







3 ■ "^*^4* 
.-■-•- «e"--"-c v 

-■"'—.,-■■• y- a\hvS 




A'i?. /. frndl in fii 



'a.l.frndl imiin 



J.C.R-arJcMetlith. 



Litk-ESimma Strasd? 



Fig. /. Aspleilium notabih, F. 



Fiy. '2. OdoiltOSOria parvula,F. 



Fiji. 3. Culcita Schlimensis, F. 



PIMUKS NOVM. 



Th&XZTfaff. 







■ -' r./'nrs/A- ./■'/< ,. ,, 



lilhE. Simon à Sfosl?- 



fig. /., JJiplaziUTTI pm'/onyiu/} , /'. ! y>y .2 . (ronioplllebillTIl coriaceum, I '. 

Fitf.J. Goiliuphlebiliin. irtuéMem^K 



FILICES NOm 



ras.jrxjrvm. 




e/. C. Frank (tel- et fità. 



Zita. F-Stman ÂStraséoitty 



//^/AsplenilIlU <n-»t/</e/i/<iftJ/u F. | My.sM^VàÛviVCl/ï/mi/MF. 



fin U-xlu «#«*«* Tafi.XXXI'//. >. 



FILICKS NO m 



Taè.XXX/X. 




J. C- J^ranA ciel, cl UiA 



ZifA.£.S"Ï7r/07t d tftrasbfmrg. 



j^ù?./. Cfaspedaria jaoanica ■., f. /^.^.Craspedaria ^o^ôonica ., f 1 . 

Fùjf.d. Pleur idium a/iyuntum,,/ 7 . 



FIMCKS NOV.Y. 



7aù X/, . 



I 

'4 







J. C-Frant de/ et (ij/i 



IicÂ-.-ESïmim, S.'rasi.^ 



Fty / . Amblya , zaç/biùt. , r. 

Fig.â. e y'ujr?û.n.di/btùr .fresl. Frapm.cu? corryjarandu/// 



F(<y.2. AmMya serrata,/ 7 . 

ffy*-.- Cardiochlœna miio$a,JF. 



PIIJCES NW& 



Tai.JJJ. 





; 












- 



" 



~ " 



.;,Cs. 



' 






■a *».• 









' 



; 



1 




-, ■ ■ - - • - 



:■■ 






L ■ . • 



















'--•":, 






Fiq.t.U. 



^sT 






Fif.il. 






'Si. te* !^ ! -v & & -•' '- v ^ '''''■i-'^'-v.' - . - 

-- , ■ ■.-■-.... § "■■■■. ' -.•■ ■■■..■ - - 

«sgy es? v i 



. 



'-'\ 




J.V.fYmk dd,et.titJi. 



IctÀ„Mi$im0n. Sirariïeitty. 



Ficj.l. Aspidi um Kumei . F 

Fia. 3. svectabïle , Blum. 



Fig. 2. Aspidium mierolhecium ,F, 
Fw. ^ iasijcM.am.il s ,F. 



FILICES NOVJ&. 



TaiXl/l. 




J. C. Frank, i&U-el tid. 



Lzrh.S. Simon-, Sera.s6t.mru. 



Ay./AsYiàixnnju('tzn</am,/! ^.^.Neplirodnim aurt'culatum,F. 



FI M CE S NOVA. 



Tal.XLM. 




I il ii .]!_■■ Aï ' ûum- . iJtxrasSâtiiy- 



Nep tlT O dlTlJll Sehafjhm, F. ( Status varii. > 



IILICES JNOVA 



rai nrr 




'■:; 



/ 



m 



. Y Y \ ;■ I •' \i\\. ■' -\ ' -.s. r- c*>~ ^^ kl~ ' ■ ■- 1/ y«f 










-;• -,- 



^7j7« (iiT^J^/ 



v</' Frank tir / 



Fiy. / iJepKrodiultL myuinuns.J? fty : 2. ¥eplirodilim excisum.,f. 



x/ 



3 






HISTOIRE 



DES 



FOUGÈRES ET DES LYCOPODIACÉES 



DES ANTILLES 






i 

; 



' 



STRASBOURG, IMPRIMERIE DE VEUVE BERGER-LEVRAL'LT. 



HISTOIRE 



DES 



FOUGÈRES ET DES LYCOPODIACÉES 



DES ANTILLES 



PAR 



A. L A. FEE 



PROFESSEUR DE BOTANIQUE A LA FACULTE DE MEDECINE DE STRASBOURG 



ONZIÈME ET DERNIER MÉMOIRE SUR LA FAMILLE DES FOUGÈRES 



PARIS 

J, B. BAILLIÈRE ET FILS, LIBRAIRES VICTOR MASSON ET FILS, LIBRAIRES 



RUE HAUTEFEUILLE , 19 



rue de l'école de médecine, 17 



VEUVE BERGER-LEYKAULT & FILS, LIBRAIRES 

eue des beaux- arts, 5 
meme maison a strasbourg 



CE LIVRE 

QUI CONTINUE LE TRAITÉ 

DES FOUGÈRES D'AMÉRIQUE 

DE PLUMIER 

EST CONSACRÉ A LA MÉMOIRE 

DE CE SAVANT 

L'UNE DES GLOIRES 

DE L'ANCIENNE BOTANIQUE 

FRANÇAISE 



1705—1866 



INTRODUCTION. 



L'archipel du Mexique, plus connu sous le nom d'Antilles, occupe une 
surface évaluée approximativement à 4,380 milles carrés géographiques. 
Ces îles, très -nombreuses, d'une importance très -variable, forment une 
chaîne qui s'étend de l'ouest de la Floride jusque près des côtes nord-est 
de la Colombie, entre le 10° et le 27° de latitude nord-est et le 62° et le 
87° de longitude occidentale. Après avoir, en 1492, pris terre à Guana- 
hani, l'une des Lucayes, Christophe Colomb découvrit successivement 
Cuba et Haïti (Saint-Domingue), les deux îles les plus considérables de 
cet archipel, restes d'un continent aujourd'hui submergé, qui aurait dû 
porter le nom du grand navigateur qui l'a visité le premier. Le nom d'An- 
tilles rappelle celui d'une île imaginaire, l'île d'Antillia, l'un des mythes 
géographiques du moyen âge. Colomb, croyant que les terres qu'il venait 
de découvrir n'étaient qu'une sorte de prolongement de l'Inde orientale, 
les avait qualifiées d'Indes occidentales, et l'on trouve encore, dans les 
ouvrages d'histoire naturelle, notamment chez Swartz, cette qualification 
.fautive, comme un équivalent du mot Antilles, le seul que l'on doive 
admettre aujourd'hui. 

L'étendue de mer où se trouvent ces îles, forme une véritable médi- 
terranée, partagée en deux grands bassins, dont la plus grande étendue 
de l'est à l'ouest est d'environ 200 myriamètres, sa plus grande largeur du 



VIII INTRODUCTION. 

nord au sud d'à peu près 100 myriamètres, avec une surface de 36,000 my- 
riamètres carrés. On les divise en petites et grandes Antilles, et parfois d'a- 
près le nom des nations européennes qui les possèdent. Il existe, dit-on, 800 
îles, si tant est qu'on ait pu exactement les compter, sur lesquelles il n'y en 
aurait qu'une quarantaine environ de cultivées ou de cultivables. Les grandes 
Antilles sont de formation primitive; les petites Antilles, de la Trinité 
jusqu'à Saba, d'origine volcanique. On y compte de nombreux cratères et 
sept d'entre eux sont encore en activité ; les solfatares y sont exploitées 
avec avantage et les eaux thermales y jaillissent abondantes et nombreuses 
du sein des montagnes. Ces îles, de merveilleuse végétation, où le règne 
animal est varié à l'infini, où les oiseaux sont richement vêtus, les insectes 
parés des couleurs les plus éclatantes, où l'homme trouve une température 
douce et une lumière toujours égale, sont exposées à de terribles tremble- 
ments de terre et à des ouragans dont la violence est inconnue en Europe. 
Saint-Domingue, la Martinique, Saint -Vincent, la Guadeloupe, en ont 
souffert et en souffrent fréquemment. La possibilité du retour de ces fléaux 
ôte toute sécurité aux habitants, sans cesse menacés dans leur industrie 
et souvent même dans leur existence. 

Il n'entre ni dans nos projets ni dans le plan de ce livre de parler d'une 
végétation dont la beauté a été célébrée par tous les voyageurs assez heu- 
reux pour l'admirer et l'étudier de près. Nos fleurs sont belles, nos arbres 
majestueux de port, mais l'habitude nous ôte la possibilité de leur accorder 
la place élevée qui leur est due. Ce qui est nouveau, ce que nos yeux n'ont 
pas vu, nous séduit par-dessus tout. Nos chênes, nos hêtres, nos sapins 
sont plus beaux que les plus beaux palmiers , que les plus vigoureux bam- 
bous; notre digitale pourprée, notre pivoine, nos rosiers, n'ont rien à 
envier aux fleurs tropicales, malheureusement nous les voyons trop. Ce qui 
est vraiment admirable sous l'équateur et sous les tropiques, c'est cette 
nature active qui semble se jouer des formes; à voir les troncs d'arbre se 
couvrir de plantes, il semble que la terre soit trop petite pour suffire à ce- 
besoin de production. 

La richesse des Antilles, en ce qui concerne le règne végétal, provient, 
non de productions du sol , mais de végétaux naturalisés et entretenus par 
la culture. La canne à sucre, originaire de l'Inde, le caféier d'Arabie, le 



INTRODUCTION. IX 

cotonnier, et plusieurs arbres à épices y fournissent des produits d'une 
grande importance, malheureusement très-incertains en raison de la diffi- 
culté d'assurer la main-d'œuvre et de l'impossibilité où l'on est de remédier 
complètement aux désastres qui tourmentent le sol et qui détruisent en 
quelques heures l'espoir des récoltes, non-seulement pour l'année où ils 
sévissent, mais souvent pour plusieurs années. 

Peu de parties du globe ont été plus fréquemment explorées sous le 
rapport des productions naturelles. Sloane en 1696, Browne en 1756, 
Lunan en 1814, Mac Fadyen en 1837, ont publié des catalogues et des 
Flores de la Jamaïque ; plusieurs botanistes français ont fait connaître les 
plantes de Saint-Domingue, Plumier en 1687, Chevalier en 1752, Desportes 
en 1770; Sainte-Croix et Saint-Thomas ont été étudiés par West en 1793, 
les Barbades par Maycock, en 1830. Ramon de la Sagra a publié, sur les 
plantes de Cuba, de 1838 à 1842, un magnifique ouvrage, lequel, malgré 
son étendue , laisse encore aux botanistes la possibilité de glaner après lui. 
D'une manière plus générale, les Antilles ont été étudiées par de Tussac 
(1808-1827), dont nous possédons l'herbier; par Descourtils (1821-1829), 
qui s'est principalement occupé des plantes médicinales de l'archipel 
mexicain. On doit à Maycock un catalogue assez complet des plantes qui 
vivent dans les colonies anglaises des Antilles, les plus nombreuses, sinon 
les plus riches. 

De toutes les familles de plantes des tropiques et de l'équateur, ce sont les 
fougères qui ont donné lieu aux monographies les plus complètes et les plus 
étendues; elles y forment environ le neuvième de la végétation totale. La 
grâce du port, la singularité des formes, le caractère spécial qu'elles im- 
priment au paysage , quand, à l'état arborescent, elles rivalisent d'élégance 
avec les palmiers , tout attire sur elles les regards du voyageur. Quoique 
distribuées d'une manière très-inégale, on les trouve dans toutes les parties 
de la terre; les rochers, les vieux murs, le tronc des arbres moussus en 
sont couverts; il n'est pas de plantes plus faciles à dessécher, et comme 
elles sont très -riches en tannin, les insectes ne les attaquent presque 
jamais; seul le Ptinus Fur, quoique très -rarement, aime à vivre aux 
dépens des sporanges, quand elles se développent en abondance sur cer- 
taines espèces. 

2 



X INTRODUCTION. 

Plumier est le seul botaniste qui ait publié une sorte de monographie des 
fougères des Antilles; elle a paru in-folio, en 1705, et renferme la figure 
et la description de 180 espèces, dont 5 lycopodes; le trait est parfois 
grossier, mais la fidélité est irréprochable, et le texte, latin et français, si 
l'on se reporte à l'époque où cet auteur écrivait, ne mérite que des éloges. 
Il ne paraît pas que Plumier ait accordé aux spores la faculté reproductrice 
dont elles jouissent. Ce botaniste a surtout exploré Saint-Domingue et la 
Martinique. Voici les localités qui lui ont fourni les fougères qu'il a figurées. 

Saint-Domingue, partie française, espèces 102 (une espèce à l'île de la 

Tortue). 
La Martinique, 63 (une espèce de la Guadeloupe). 
Antilles dans le sens général, 15; deux sans localité précise. 
Saint- Vincent, 2. 
La Jamaïque, espèces communes à Saint-Domingue et à la Martinique, 

citées par Plumier, d'après Plukenet et Sloane, 32. 

Les botanistes qui ont étudié la botanique des Antilles, et plus spéciale- 
ment les fougères, sont très-nombreux: Sloane et Swartz, à la Jamaïque; 
de Tussac, à Saint-Domingue; Linden et Wright, à Cuba; M lle Rivoire, à la 
Martinique, MM. L'Herminier père et fils, que j'ai connus, l'un et l'autre, 
par leurs bons offices et leur zèle éclairé, à la Guadeloupe. 

Grâce à ces explorateurs, la flore ptéridologique des Antilles est bien près 
d'être complétée. Nous portons ici le nombre des espèces qui appartiennent 
à l'archipel mexicain à 722, en y comprenant 39 lycopodiacées, quelques 
rhizospermacées et 2 eqidsetiim. Sur ce nombre, 326 sont indiquées comme 
propres à ces îles, mais ce chiffre devra se réduire beaucoup; toutes les 
espèces continentales ne sont pas encore connues, et plusieurs d'entre elles, 
qui seront plus tard découvertes, devront rentrer dans les espèces indiquées 
aujourd'hui comme vivant exclusivement dans les Antilles. Quoique nous 
n'ayons pas donné toutes les localités continentales, nous avons du moins 
indiqué celles qui se rapprochent le plus des îles et plus spécialement le 
Mexique. 

Les fougères exotiques ont deux physionomies qui leur sont propres, 
l'une qui les caractérise et qui les distingue de nos espèces, l'autre qui les 



INTRODUCTION. XI 

y rattache. Nous n'avons point de fougères arborescentes, presque point 
d'espèces à frondes simples et à nervures anastomosées. Sous les tropiques 
et sous l'équateur, elles varient leurs formes à l'infini et se trouvent partout. 
Les arbres en sont chargés , elles pullulent dans les mousses , pendent du 
haut des rochers, se montrent dans tous les terrains, tantôt dilatées en 
frondes membraneuses, tantôt finement et élégamment découpées, souvent 
pellucides et d'une légèreté comparable à des plumes d'oiseau. Non-seule- 
ment elles végètent pour produire des spores, mais telle est la puissance 
de leur développement qu'elles se chargent de racines et de bourgeons 
adventifs, parfois même de bulbilles; cette viviparité fréquente n'a pas lieu 
pour les fougères européennes. En présence de toutes ces particularités, il 
est facile de reconnaître que nous n'avons que les enfants perdus de cette 
belle famille et que son centre est ailleurs. 

Tous les genres de fougères qui vivent en France et en Europe ont des 
congénères dans l'Amérique tropicale, à la seule exception peut-être du 
genre ceterach; encore, s'il faut en croire Kunze, existerait-il au Brésil. 
Quelques espèces cosmopolites, témoin les Adiantum Capillus-Veneris, L., 
Asplenimn Trichomanes, L., A. Adiantum-nigrum , L., et Athyriam Filix- 
fœmina, Roth., ont été trouvées dans diverses parties de l'Amérique tro- 
picale; cependant, en y regardant bien, elles offrent toutes quelques diffé- 
rences, ce qui a lieu pour les individus d'une même espèce séparés par de 
grandes distances. Les spores de nos congénères exotiques, qui ont pu ger- 
mer dans nos serres, n'ont pu ensuite supporter la pleine-terre, dans la- 
quelle on a tenté de les faire vivre. 

Quoique très-analogue, la Flore du Mexique diffère sensiblement de la 
Flore des Antilles. La végétation des Florides, assez rapprochées de Cuba, 
est encore peu connue et ne pouvait servir à établir des rapports entre le 
nombre respectif des fougères du Continent et celui des îles. Nous les cher- 
cherons ailleurs, et les Terres chaudes du Mexique nous les fourniront. Sur 
une centaine de fougères arborescentes, éparses sur la vaste étendue du 
continent américain, le Mexique en possède 16, tandis que l'Archipel en 
a 25. Les espèces herbacées mexicaines pouvant être évaluées à 500 es- 
pèces, — nous en avons énuméré 487 dans notre catalogue des fougères du 
Mexique — les espèces ligneuses seraient aux espèces herbacées :: 31,25: 500; 



XII INTRODUCTION. 

d'un autre côté, les espèces antillanes herbacées, s' élevant au nombre de 
675, seraient aux espèces ligneuses ::27:675. Différence très-notable, qui 
trouve peut-être son explication dans la préférence que les fougères arbo- 
rescentes affectent pour les rivages de la mer. Or, les nombreuses îles des 
Antilles, découpées de cent manières, ont, avec des terrains très-variés, une 
immense étendue de côtes. Les seuls genres d'Europe qui n'ont pas de 
représentants génériques aux Antilles, sont les suivants : scolopendrium , 
osmunda, ceterach et woodsia. Quatorze genres seulement qui habitent le 
Mexique n'ont pas encore été observés aux Antilles : amphiblestra, alea- 
ritopteris, bolryo gramme {Llavea), cheilolepton , cibotium, discostegia, 
hy droglossum , Presl., neottopteris , odontoloma, physematium , plecosorus , 
soromanes , stegnogramme et woodsia; mais un assez grand nombre d'es- 
pèces leur sont spéciales , et il sera facile de les trouver en compulsant ce 
mémoire, où se trouvent indiquées les stations continentales après les sta- 
tions propres aux îles de l'Archipel. 

Nous donnons ici, aussi complète qu'il nous a été possible de le faire, 
rémunération des fougères trouvées jusqu'à présent dans les principales îles 
des grandes et des petites Antilles. Les espèces depuis longtemps connues 
et depuis longtemps figurées dans les ouvrages regardés comme classiques 
sur les fougères, sont dans toutes les bibliothèques; nous n'avons pas cru 
nécessaire d'en reproduire les diagnoses, excepté quand il nous a été dé- 
montré que certaines d'entre elles laissaient des doutes sur leur détermi- 
nation ou que leur synonymie avait besoin d'être éclaircie. C'est au point 
de vue critique qu'elles ont été traitées, autrement nous nous sommes 
contenté de bien fixer la nomenclature et de renvoyer aux ouvrages où 
les espèces ont été figurées. Agir différemment eût été donner à ce mé- 
moire une étendue qui n'eût pas été en rapport avec les avantages qu'il 
peut offrir. 

Nous nous sommes écarté de la règle commune sur deux points, et il 
n'est pas inutile de le dire. Il est passé en usage, et cet usage nous le blâ- 
mons, après l'avoir cependant adopté dans nos précédents mémoires, de 
faire suivre le nom d'une espèce, si elle vient à changer de genre, du nom 
de l'auteur qui opère le déplacement; ainsi, la nomenclature linnéenne a dit 
la première : Poly podium trifoliatum. L. Swartz, ayant cru devoir, à bon 



INTRODUCTION. XIII 

droit, en faire une espèce du genre aspidium, on écrit A. trifoliatum, Sw. ; 
mais, voilà que Link en fait un bathmium, et l'on met B. trifoliatum, Lk. 
Le nomenclateur primitif, Linné, qui a introduit cette fougère dans la série 
des espèces, est ainsi mis en oubli. C'est pour lui conserver cette priorité 
que nous écrivons Bathmium trifoliatum, L., Sp.pl., p. 1547, sub polypodio, 
en ajoutant pour complément, afin de montrer la place qu'elle occupe dans 
le genre créé plus tard et adopté: Bathmium, Link, Fil. sp., p. 114. D'a- 
près le même système, nous écrivons Litobrochia aculeata, Sw., Prodr., 
p. 129, sub pteride, Olfersia cervina, L., Sp. pi., 1521, sub osmunda, et 
ainsi des autres. Cette manière d'agir semble conforme à la justice, puis- 
que, faisant remonter jusqu'à l'origine de l'espèce, elle la restitue au 
botaniste qui l'a créée. 

Les grandes dimensions des fougères que nous avions à figurer, nous ont 
contraint de les réduire au dixième, afin de pouvoir en donner le port, nous 
contentant de reproduire une partie de la fronde de grandeur naturelle; 
nous espérons ainsi faciliter les diagnoses. Longtemps nous avons hésité 
entre le format in-4° et l'in-folio, et nous nous serions prononcé pour ce 
dernier format si, comme l'in-4°, il ne nous avait paru insuffisant. Il ne 
donnait qu'un encadrement de 40. centimètres sur 25 à 26; or, la presque 
totalité des espèces à figurer mesurait presque toujours 1 mètre et même 
plus; il aurait donc aussi fallu les réduire ou n'en donner que des parti- 
cules. Sans doute, les plantes réduites dans leurs dimensions perdent de 
leur élégance, mais le procédé suivi a cet avantage de permettre de figurer 
un plus grand nombre d'espèces. Il résulte d'ailleurs de ce procédé que 
le prix du livre est plus modéré quoique l'importance scientifique soit 
pareille. 

Nous avons cité les numéros donnés par les collecteurs aux plantes au- 
jourd'hui introduites dans les herbiers, mais avec une certaine réserve, par 
la certitude acquise que souvent une même espèce a reçu du même voya- 
geur des numéros différents, suivant l'époque à laquelle les centuries ont 
été distribuées. Pour n'en citer qu'un seul exemple, nous dirons que, dans, 
notre herbier, les numéros des collections des fougères du Brésil, de Claus- 
sen, ne sont pas les mêmes que ceux des autres collections. Il y a enfin les 
erreurs d'étiquette à redouter. Bory de Saint- Vincent, qui a reçu une no- 



XIV INTRODUCTION. 

table quantité de fougères de la Guadeloupe, de MM. L'Herminier, père et 
fils, dont les mains pour nous ont été et sont encore si largement ouvertes, 
a donné à ses amis une même plante sous des noms différents, ayant né- 
gligé de prendre note du nom primitivement attribué à l'espèce. Il faut donc 
agir avec une grande réserve pour ne pas jeter de l'incertitude dans la 
détermination des espèces dont on cherche la justification en s' appuyant de 
l'autorité des numéros donnés par les botanistes voyageurs. 

Peu d'accord sur les limites du genre, les auteurs font passer une espèce 
dans une foule de cases différentes, suivant la manière dont ils comprennent 
les caractères sur lesquels ce genre est établi. Ce grave inconvénient, auquel 
nous-même avons concouru, se trouve mis en pleine lumière par M. Th. Moore , 
dans son Index des fougères, travail ingrat fait avec le plus grand soin. Une 
espèce qui ne porte que quatre à cinq noms, et qui n'a passé que dans deux 
ou trois genres, est une espèce favorisée: YAneimia glauca, J. Sm., et YAl- 
sophila glauca, du même auteur, ont reçu neuf noms différents : Y Adian- 
tum flaccidum , Forst., dix; YAsplenium Ruta-muraria, L., onze, répartis 
dans six genres; l' Adiantum prionophyllum , H. B. K., treize; YAsplenium 
Adiantum-nigrum , L., quatorze; le Blechnum orientale, Sw., et sa variété 
longifolium, quinze; notre Lomaria spicant, ainsi que le Blechnum serrii- 
latum, seize; YAspidium Filix - fœmïna , Roth., dix-sept; tous éparpillés 
dans six genres : le Diplazium radicans, vingt-trois; le Callipteris ambigua, 
Th. Moore, trente, distribués dans sept genres; nous pourrions continuer 
encore à citer de pareils exemples. 

Pourquoi si peu de fixité? Ce que nous disons des fougères, s'étend à 
presque toute l'histoire naturelle, la question s'élève donc en importance; 
abordons-la. 

La première cause de cette instabilité se trouve dans l'impossibilité où 
l'on se trouve de pouvoir caractériser une espèce sur un nombre suffisant 
d'individus. Les formes qu'elle affecte, oscillent comme le pendule dans un 
rayon qui reste le même pour chacune d'elles; il faudrait, pour trouver le 
type et le faire connaître, avoir sous les yeux toutes les modifications qu'il 
affecte; faute de quoi, le botaniste le plus consciencieux peut prendre une 
variation pour une espèce. Les agents modificateurs sont nombreux : l'ex- 
position, l'humidité plus ou moins grande du terrain, la température, les 



INTRODUCTION. XV 

vicissitudes atmosphériques, bien d'autres circonstances exercent leur in- 
fluence. D'ailleurs, en ce qui concerne le règne végétal, tout tend à modi- 
fier l'individu; rien n'est rigoureusement fixe, ni les dimensions des tiges, 
ni le nombre ou l'amplitude des feuilles. Il n'y a d'invariable que les or- 
ganes reproducteurs, dont il n'est pas toujours possible d'invoquer le secours; 
sous ce rapport, la botanique descriptive offre moins de ressources que la 
zoologie. 

Mais c'est surtout dans l'étude des fougères que les ressources de dia- 
gnose font défaut. Dans la plupart des plantes phanérogames, on est aidé par 
l'inflorescence, le nombre et la situation des étamines, la forme du fruit 
et celle de la graine; enfin, par les organes de la nutrition, racines et 
feuilles, la durée même de la plante et son habitat, l'époque de la floraison 
fournissent des moyens aussi variés que nombreux pour différencier les 
espèces. Rien de tout cela n'existe en ptéridographie; tout y est d'une uni- 
formité désespérante. Dans les polypodiacées , les sporanges d'un même 
genre diffèrent à peine; il n'en est pas autrement des spores. L'anneau ne 
fournit que des caractères de famille. L'indusium, souvent caduc, laisse 
les espèces de certains genres clans un état d'ambiguïté dont il n'est pas 
toujours facile de sortir; la maturation des sporanges a lieu d'une manière 
universelle, de la base au sommet et simultanément. Dans les inflorescences, 
épis, grappes ou cymes, il est toujours possible de trouver la fleur à tous 
ses états de développement, depuis le bouton jusqu'à la fleur épanouie ou 
même fécondée; cette ressource échappe dans l'étude des fougères, à moins 
d'avoir à sa disposition plusieurs individus de la même espèce. 

Un autre inconvénient grave, qui ne s'applique pas uniquement à l'étude 
des fougères, consiste dans l'isolement dans lequel se placent les bota- 
nistes descripteurs. Chacun travaille d'ordinaire sans chercher à s'entendre 
sur les espèces difficiles, souvent même sans voir les grands herbiers. Pour 
décider qu'une espèce est nouvelle, on se contente de consulter les planches, 
qui ne donnent et ne peuvent donner qu'une forme, et l'on décide. C'est 
ainsi que bon nombre de doubles espèces sont venues grossir les synonymies 
qui s'allongent à la manière clés queues de comètes, mais dont il n'est pas 
toujours facile de constater la transparence. 

Dans ce genre de travail on peut pécher par légèreté et par excès de 



XVI INTRODUCTION, 

conscience; faire une espèce après un très-court examen ou hésiter long- 
temps en se préoccupant, pour décider, de différences de mince importance; 
ce sont là deux écueils qu'il faut savoir éviter, malheureusement l'expé- 
rience apprend qu'en toutes choses rien n'est plus difficile que de garder 
l'équilibre. 

Les divers inconvénients que nous venons de signaler, les avons-nous 
toujours évités? Nous ne l'espérons pas, et cependant ils ont toujours été 
présents à notre esprit. 

A. F. 

Strasbourg, octobre 1866. 



HISTOIRE 
DES FOUGÈRES ET DES LYCOPODIACÉES 

DES ANTILLES. 



^NN<S§cs=#^§» 



I. POLYPODÏACEES, F., Gen. filic, p. 35, 48SO-4852. 
I. ACROSTICHÉES, F., HisL des acrostich., 1844. 

A. Nervilles libres. 
(1)* i. ACKOSTICHUM, F., I. c, pp. 8 et 27; Gen. filic., p. 41, CI. 

1. decoratum, Kze. , Linn. , IX, p. 25, et Analect. pterid., p. 9, t. 5; F., Acrost. , 

p. 27, t. 22 (fragmenta). Guadeloupe , au Matouba , exclusivement L'Herminier, 
1861 et 1864. — Cette espèce, la plus splendide de toutes les fougères à 
frondes simples, atteint presque la taille des feuilles de canna; ses écailles 
amples, dorées et de forme différente, suivant les parties de la plante où 
elles s'attachent, sont très-belles. 

2. alismjEFOLïum , F., I. c, p. 28, t. 3. Guadeloupe, Perrottet et L'Herminier; 

Cuba, Linden, n° 2158, Wright, 791-970; Porto-Rico, Jamaïque; Mexique, 
Schaffner, n° 15; Cumana, Funck, n° 654; Caracas, Linden. 

3. làtifolium, Sw., FI. Ind. occid., III, 1589; Willd. , Filic, p. 105; A. Schom- 

burgkii , F. , /. c. , p. 32 , t. 8 , fig. 2 ? Jamaïque , la Dominique , Saint - Vin- 
cent, Cuba; Guadeloupe, L'Herminier, 1864; Guyane anglaise, Pérou. — 
M. Th. Moore, Index, rattache à cette plante l'A pachyphijllum de M. Klotzsch, 
dont les nervilles sont anastomosées , caractère qui nous l'avait fait placer 
dans le genre Hvmenodium. Quoique cette plante ressemble à certains égards 



* Nous nietlons entre parenthèses les numéros qui correspondent aux genres du Gênera filicum. 

1 



2 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

à notre Aconiopteris longifolia, elle en est parfaitement distincte par ses ner- 
villes soudées en arc vers la marge. (Voyez Aconiopteris) 

4. impressum, F., /. c, p. 33, t. 5, ûg. 3. La Martinique, Herb. A. Richard; 

Guadeloupe, L'Herminier, 1864. — Cette espèce ne mérite pas plus que beau- 
coup d'autres le nom ÏÏimpressum, destiné à rappeler la saillie que font les 
nervures en se dessinant fortement sur les lames; la tige ou caudex est grim- 
pante et les frondes qui s'y attachent sont courbées à la base et nigrescentes. 
Dans le spécimen de la Guadeloupe les mésonèvres sont très-prononcés, les 
lames , de forme lancéolée , se terminent en pointe au sommet et à la base. 

5. scandens, Bory et F. , Hist. acrost. , p. 33. Guadeloupe, Thiouville; L'Herminier, 

1861 -1864, au Matouba, près de la Solfatare; Caracas et Venezuela, Linden, 
1842. — Elle grimpe sur les arbres dans les forêts montueuses, à l'aide 
d'une longue tige , un peu anguleuse , garnie d'espace en espace de longues 
radicelles noirâtres. Les frondes se désarticulent facilement et la base des 
stipes persiste; les lames, qui sont ovoïdes, se terminent assez brusque- 
ment; l'une d'elles atteint jusqu'à 7 centim. de largeur. Spores très -abon- 
dants, noirs, presque papilleux. 
Icon. : Tab. I, fig. 1 (magnitud. natar.). 

6. Lingua, Radd. , Syn. ftlic, p. 31 ; ejusd. Filic. Bras., t. 15, p. 4. Guade- 

loupe, L'Hermin. , 1864; Brésil, Mexique, Pérou. 

7. flaccidum , F. , l. c, p. 35 , t. 7. Guadeloupe , sur les bords de la rivière 

Lézarde, L'Hermin., et probablement toutes les Antilles; Guyane, Le Prieur, 
et par Schomburgk , sous le n° 448. 

8. alatum, F., /. c, p. 35, t. 5. Jamaïque; Cuba, Wright, n° 969; Guyane, Le 

Prieur, n° 120; Schomburgk, n° 449. 

9. simplex, Sw., FI. Ind. occid., 1587. Jamaïque, Sw. ; Guadeloupe, Saint -Vin- 

cent, Martinique; Mexique, Galeotti, n os 6304 et 6345; Schaffner, n° 283. 
— Nous avons dit ailleurs que cette plante, non figurée, était mal connue. 
Faisons remarquer que l'épithète simplex qui la caractérise est applicable à 
toutes ses congénères. (Voy. Hist. des acrost., p. 36.) 

10. Boryanum, F., /. c, p. 40, t. 1. Guadeloupe, L'Hermin.; la Martinique, Gui- 

raud, fide Bory. — Belle espèce, très-bien caractérisée; les frondes fertiles 
sont très-écailleuses, principalement sur la nervure médiane de la lame in- 
férieure. 



DES ANTILLES. 3 

11. erinaceum, F., /. c. , p. 41 ; A. hybridum, Hook. et Grev., Icon., 21, non Bory. 

Guadeloupe, Thiouville; L'Herminier , rivière Saint -Louis; Mexique, Kar- 
winski, 1827; Schaffner, n° 30. — Les frondes stériles atteignent jusqu'à un 
mètre de longueur, avec des frondes fertiles plus petites de moitié. La souche 
est grosse , écailleuse, à écailles roussâtres, tandis que les lames stériles 
sont ciliées d'écaillés d'un beau noir ; la marge des lames fertiles est glabre. 

12. undulatum, Willd. , Filic, p. 105; F., I. c, p. 42; Plum. , Filic, p. 110, 

t. 126. La Martinique, Sieber, n° 346. Commerson l'a récoltée à l'Ile-de- 
France. (H. F.) 

13. apodum, Klfss. , Enum. filic, p. 59; F., /. c, p. 42; Hook. et Grev., Icon., 99. 

Montferrat, Ryan, Herb. Wallich; Saint -Vincent, Guilding; Cayenne, Poi- 
teau; elle existe aussi à la Guadeloupe avec des proportions plus petites, 
L'Hermin.,1864. 

14. platynevron, F., /. c. , p. 43, t. 4, fig. 1. Cuba , Linden, n° 2056, Herb. 

Bory? Martinique, Garnier, n os 290 et 291; Jamaïque; Mexique, Schaffn. , 
n° 28, 1854. 

15. L'Herminieri, Bory etFée, Hist. acrost,, p. 43, 1. 11. Guadeloupe, L'Hermin. ; 

Cuba, Wright, n° 971 ; Guyane française, Panama, Brésil. — Nous disions, 
/. c. , que cette curieuse espèce, remarquable par ses frondes fertiles radi- 
cales et sessiles , avait été donnée par Bory sous les noms de Zosterœfolium 
et de L'Herminieri; nous avons préféré adopter ce dernier nom spécifique, 
qui rappelle le souvenir d'un homme modeste, qui a récolté à la Guadeloupe 
et donné généreusement aux botanistes européens des matériaux précieux 
dont il était lui-même fort capable de tirer parti. Ce que nous disions autre- 
fois du père s'étend au fils , explorateur infatigable et éclairé des richesses 
de la Guadeloupe , où il s'est fait la réputation d'un médecin habile et d'un 
homme de bien. 

?16. Schomrurgkii, F., /. c. , p. 32, t. 8, fig. 2; A. latifolium, Kze. , Herb. Deless., 
non Sw. , non Sieber. La Trinité, Germain, 1864; Guyane anglaise. (Voy. 
l'espèce 3.) 

17. procurrens, Metten. , msc. Eaton, Mém. acad. amer. se. n. s., t. VIII, 194; 

Cuba, Wright, n° 791. (N. V.) 

18. unitum, Bory et F., /. c, p. 44; A. affine, Galeotti; Foug. mexic, p. 24, 

t. 3, fig. 1? n os 6454 et 6548. La Martinique, Desvaux; Cuba, Wright, 
n° 968 f Pérou, Dombey (H. F.). 



4 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

19. martinicense, Desv. , Herb. mus. Par., F., Eut acrosL, p. 45, l. 16, fig. 3. 

Martinique, Bélanger; Guadeloupe à Matouba, de Thiouville, 1844; Jamaï- 
que; Cuba, Wright, n° 786 (in part); Saint- Vincent; Brésil; Guyane, etc. 

20. viscosum, Sw., FI. Ind. occid., III, p. 1588; F., Hist. acrosL, p. 45. Hook. et 

Gr., Icon., t. 61 , et Plum., Fille., p. 113, t. 129 (rudis). Toutes les Antilles 
très-probablement, ainsi que la plus grande partie de l'Amérique tropicale. 
— Nous n'avons jamais pu constater que cette fougère fût en effet visqueuse. 

21. rubiginosum, F., /. c, p. 47, pi. 5, fig. 1, et pi. 13, fig. 1 (minor.). A. Scheidei 

et nivosum, Kze., Anal, pterid., p. 10 et Bot. Zeit, III, p. 281; A. tectum, 
Willd., Filic, p. 102; Jamaïque;/^ Moore, Index; Guadeloupe, L'Hermin., 
1864; Mexique, Galeotti, n° 6344; Schaffn., n os 18 et 218 a; Bolivia; Quito. 
La synonymie de cette plante est quelque peu confuse. 

22. Feei, Bory, in Litier., F., /. c, p. 48, 1. 18, fig. 2, Guadeloupe, de Thiouville, 

L'Hermin., 1862 et 1864; la Dominique. — Cette espèce a le port des craspe- 
daria , et comme son rhizome rampe sur les arbres en se glissant entre les 
mousses, elle s'étend parfois jusqu'à près d'un demi -mètre. Les frondes 
fertiles sont plus longuement pétiolées que les stériles , ce qui est un fait 
assez rare. 

? 23. obcrenatum, F., Guadeloupe, L'Hermin., 1864. — Cette forme a le port de l'es- 
pèce précédente; nous ne l'avons vue qu'à l'état stérile, ce qui nous empêche 
de l'adopter définitivement comme espèce. Les frondes sont distantes , lon- 
guement pétiolées, à limbe presque arrondi, crénelé au sommet et paucinervé; 
la marge est légèrement roulée en bourrelet sur elle-même. Icon., tab. 1 , 
fig. 2 {statu sterili, magn. natur.). 

24. brachynevron, F., /. c, p. 49 t., 22, fig. 1. Guadeloupe , Matouba, L'Hermin., 

1861; Brésil, Gardn., n° 5928. 

25. strictum, Radd. , PI. Bras., p. 3, t. 15, fig. 3; F., /. c, p. 49. Cuba, Wright, 

n° 789 (partim); Colombie, Moritz, n° 121. 

26. Wrightii, Metten., msc, Eaton, Mém. acad. se. amer. n. s., t. VIII, p. 194; 

Cuba, Wright, n° 965. (N. V.) 

27. villosum, Sw., FI. Ind. occid., 111,1592; F., le., p. 49; Jamaïque, Sw.; Gua- 

deloupe, L'Hermin., 1861-1864; Pérou, Venezuela, Fendler, n° 266. 

28. Plumieri, F., Hist. acrosL, p. 50; Plum., Fil, p. 111, 1. 127 D; Guadeloupe, 

L'Hermin.; Saint- Vincent; Saint-Domingue; Jamaïque, Wilson, n° 696; 
Brésil. 



DES ANTILLES. 5 

29. xMORItzianum , Kl., Linn. , XX, p. 423; F., Gen. fille, p. 43. La Dominique; 

Cuba, Wright, n° 1040; Colombie, Moritz, n° 237. 

30. muscosum, Sw. , FI. Ind. occid., III, p. 1591; F., /. e, p. 54; Jamaïque, Sw.-; 

Quito; Pérou. 

31. perelegans, F., /. c. , p. 55, t. 23; Saint-Domingue, de Tussac; la Domi- 

nique; Brésil; Venezuela, Fendler, n° 466. 

32. LANGSDORFFii,Hook. et Grev., Icon., t. 164; Saint-Domingue et la Martinique ; 

Plum. , Fille, p. 120, t. 139. — Il reste quelques doutes sur cette déter- 
mination. (Voy. Hist. acrost., p. 56.) 

33. cuspidatum, Willd., Fille, p. 106; F., /. e, p. 57, t. 14, fig. 2. Guade- 

loupe, L'Hermin.; Brésil, Langsdorff; Mexique, SchafFner; n° 31. 

34. hirtum, Sw., Syn. fille, p. 194; F., /. c. , p. 61 ; A. squamosum, Sw., /. e , 

p. 10 et 195; A. veslltum, Lowe, msc; Hook. et Grev., Icon., 235; Jamaïque; 
Madère; Mexique, Schaffn., n° 29. (Voy. F., Hist. acrost., p. 61.) 

Piloselloides. 

35. piloselloides, Presl , Rellq. Hœnk., p. 14, t. 2, fig. 1; F., /. c, p. 51, t. 14, 

fig. 6. Cuba, Wright, n° 794. 

(2) 2. LOMARIOPSIS, F., Hist. des acrostiche p. 10. 

1. sorrifolia, L., Spec. pi, p. 1526, sub acroslicho, F., /. c, p. 69; Plum., Fille, 

p. 102, t. 117. Probablement toutes les Antilles; Mexique, Galeotti; Brésil, 
Guatemala. — Cette plante est très-polymorphe et se montre différente suivant 
ses périodes de développement. La variété caudata, à frondules allongées en 
pointe au sommet, se trouve à la Guadeloupe. 

2. Prieure ana, F., /. c.,p. 66, tab. 25, fig. 1. Trinité, Germain, 1862; Guadeloupe, 

L'Hermin., 1862 et 1864; Guyane française, Le Prieur (Herb. A. Richard). 

NB. Nous avions indiqué comme se trouvant à la Guadeloupe un L. ery- 
Ihrodes de la Guyane et du Brésil; M. le D r L'Herminier nous écrit qu'elle 
n'existe pas dans son île. 

(4) 3. POLYBOTRYA, H. et B., Nov. Gen., 1, p. 23. 

1. osmundacea, H. etB., /. c, tab. 2; F., Hist. acr., p. 74; Martinique, Sieber, n° 185; 
Trinité, Germain, 1862; Nouv. Andalousie, H. et B. — Fougère très-ample, 



6 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

bi-tripinnée, arboricole, grimpante; souche contournée, grosse, chargée d'é- 
cailles roussâtres, étroites et fort longues; segments fertiles, allongés, li- 
néaires. 

2. cylindrica, Klfss., Enum. Jilic., p. 56; F., Eût. acrost., p. 74, t. 36. Jamaïque, 

Heward; Brésil, Marti us, n° 374. 

3. cyathifolia, F. et L'Herm. 

Frondibus sterilibus bipinnatis, amplis, petiolis lœvibus, inferne squamosis, su- 

perne, prœcipue ad racheos , pilosis, pinnis alternis ; petiolis brevibus , hirsu- 

tissimis, in ambitu ovoideo-lanceolatis , apice pinnatifidis ; pinnulis glabris , 

lanceolatis, acutis, basi pinnatifidis, apice dentatis; fertilibus tripinnatis, 

\j stipite squamoso, segmentis glabris, angustis, subpinnatifidis , patulis; spo- 

rangiis subrotundis, pedicello brevi stipitalis, annulo 18-20 articulato; spo- 
rts cum episporio nigrescentibus , subrotundis, crassis, episporio delapso 
ovoideis , lœvibus. 

Eabitat in Guadalupa (L'Herminier, 1864). 

Filix dendricola, scandens, surculo crasso, squamis longissimis, linearibus, rufis 
vestito, radiculis numerosis affixo ; fasciculis vasorum in fertilibus quinque, 
in sterilibus novem , circulum exteriorem formantibus. 

Icon. : Tab. II. 

(Longueur de la fronde stérile : 90 centim. à un mèlre; des pinnules de la base, 25-27 centim. ; 
des pinnelles, 5 centim. sur 2 centim. de largeur; on compte une douzaine de paires de pinnules 
environ, séparées par un entre-nœud de 8 centim. Le rhizome est droit, entièrement recouvert 
d'écaillés roussâtres, ayant 9 à H centim. de longueur; la fronde fertile a la même dimension , 
mais ses divisions extrêmes sont très-déliées , courtes et linéaires.) 

Cette belle espèce, que M. L'Herminier n'a récoltée que dans une seule localité, 
près de l'habitation Bovie, a quelques rapports avec le P. osmundacea, H. B., par les 
frondes stériles, mais elle en diffère absolument par les frondes fertiles, grêles, à pe- 
tits segments courts, qui leur donnent un aspect appauvri. Dans notre spécimen la 
souche est fibrilleuse dans tout son pourtour, ce qui tient sans doute à son déve- 
loppement dans un milieu humide. 

NB. La plante décrite et figurée par Plumier, Fil., p. 63 , t. 81 , est rapportée à 
un pohjbotrya par quelques auteurs; mais elle prend place dans les incertœ sedis. 

(6) 4. RHIPIDOPTERIS, Schott., Gen. filic. 

F., Hisl. des acrost., pp. 14 et 78. 

1. peltata, Sw., Syn. filic., p. 11, sub acrosticfio ; Acrost. fœniculaceum, H. et Grev., 
Icon., 119; Martinique, M lle Rivoire. — Guadeloupe, L'Hermin., 1861, 1864; 



DES ANTILLES. ' 

Tout l'archipel mexicain très-probablement. Mexique, Schaffn., n° 33. Vene- 
zuela, Funck et Schl. , n° 967. — Sur les troncs et les rochers dans les lieux 
humides parmi les mousses. Quoiqu'elle s'étende beaucoup, chaque stipe ne 
porte guère qu'une fronde fertile, bilobée à la manière des Bauhinia, mais 
d'une façon bien moins prononcée. M. le D r L'Herminier a découvert une 
localité où les frondes fertiles atteignent la largeur d'une pièce de deux 
francs. 

(8) 5. ACONIOPTERIS, Presl, Tentant, pterid., p. 236. 

1. longifolia, Sw., Syn. filic, p. 9 et Willd., Filic, p. 105, sub acrosticho; Plum., 
Filic, p. 148, 1. 1 35 ; F., Bief, des acrost, p. 80, t. 41 , synonym. plurib. exclusis. 
La Martinique, Hautissier; Guadeloupe, L'Hermin. et probablement la plupart 
des Antilles. — On peut sans trop d'inconvénient réunir les espèces de ce 
genre aux acrostichum dont elles ne diffèrent que par l'union des nervilles 
qui forment avec leurs correspondantes un petit arc en atteignant la marge. 
L' Aconiopteris longifolia a été, et est encore, confondu par la plupart des au- 
teurs avec X Acrostichum latifolium de Swartz. Notre plante est facile à distin- 
guer, d'abord par la soudure en arc des nervilles et en outre par la nature 
des tissus. Si l'on humecte la lame inférieure et qu'on regarde ensuite l'en- 
droit mouillé à la loupe, on découvre une multitude de petites granulations 
blanchâtres qui recouvrent complètement la lame, tandis que si l'on opère de 
la même manière sur la lame de VA. latifolium, rien de pareil ne s'offre à 
la vue. 

(9) 6. OLFERSIA, Radd., Filic. Bras., p. 28. 

1. cervina, L. sub osmunda, Kze., Flor. 1824, p. 312. Presl, Reliq. Harnk., p. 14 

Polybotrya cervina, Klfss., Enum.,\).55. Hook. et Gr., Icon., 81. V\u.m., Filic, 
p. 132, t. 154. — Commune sur les arbres et les rochers dans les lieux éle- 
vés de la Guadeloupe, L'Hermin.; Jamaïque, Heward; Saint-Domingue, de 
Tussac; Colombie. — Elle se trouve parfois à l'état mixte, fructifère par le 
bas et stérile par le haut. (Voy. F., Hist. acrost., p. 81.) 

2. corcovadensis, Radd., I. c, p. 7, t. 14. La Trinité, Hautissier; la Martinique, 

M 1,e Rivoire ; Brésil, Martius , n° 375. 

B. Nervilles anastomosées. 

(12) 7. GYMNOPTERIS, Presl, Tent. pterid., p. 244. 

1. semipinnatifida, F., Hist. acr., p. 83, t. 44. La Martinique, M lle Rivoire; Guyane, 
Le Prieur. 



8 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. aliéna, Sw., FI. Ind. occid. 1595, sub acroslicho. F., Hist. acr., p. 84. Plum., Filic, 

p. 10, t. 10. Partie ouest de la Guadeloupe. L'Herrain., 1861. La Trinité, la 
Martinique et probablement tout l'archipel mexicain. Bogota, Linden. —Très- 
grande espèce extrêmement férace, parfois mixte: les frondes qui s'amincis- 
sent vers le haut, tendent à la forme linéaire et deviennent prolifères au 
sommet. Cette belle fougère est pellucide et très-mince de tissu. 

3. portoricensis, F., Hist. acr., p. 85, Acrost. cladorrhizans , Spreng., Syst. IV, 

p. 37. Porto-Rico, fide Balbis, par Bertero. 

4. acuminata, Willd., Filic, p. 1 16 sub acroslicho. Presl , Tenlam. pterid., p. 244. 

Plum., Filic, p.100, t. 115. La Martinique, Willd.; Guadeloupe, L'Hermin.; 
Jamaïque, Heward; Pérou, Willd. 

5. nicotian^folia, Sw., Syn. filic, pp. 13 et 199 et Willd., Filic, p. 118, sub acros- 

licho. F., Hist. acrost.,^. 86, t. 46. Saint-Thomas, Willd. Cuba, Linden, 2117; 
Porto-Rico; Guadeloupe, L'Hermin., 1861 et 1864; probablement toutes les 
Antilles; Colombie, Herb. Weeb. — Cette fougère très-dilatée est remarqua- 
ble par le grand développement que prennent les frondules, peu nombreuses, 
et attachées sur un rhizome rampant, sinueux et relativement fort petit. 

(14) 8. NEVROCALLIS, F., Hist. des acrost., p. 89. 

1. pr^estantissima, F., /. c, p. 89, t. 52. Guadeloupe, bois humides et élevés, au 
bord des eaux, L'Hermin., 1851 et 1864. — Cette fougère, l'une des plus bel- 
les du groupe, a parfois des frondes mixtes; elle estpapyracée et pellucide par 
dessiccation. 

(15) 9. HYMENODIUM, F., Hist. des acrost., p. 89. 

1. crinitum, L., Sp.pl., 1523, sub acroslicho. Plum., Filic, p. 109, t. 125, acros- 
tichum, Hook. et Grev. Icon. 1. Martinique, Plum. Guadeloupe, L'Hermin., 
1861-1864; Saint- Vincent, Guilding. — Cette curieuse fougère a de très-larges 
frondes, épaisses, ovales, rappelant les feuilles de certains caladium; nous 
avons en herbier un spécimen dont la lame seule mesure 50 centimètres de 
longueur sur 27 de largeur; c'est le géant des fougères à frondes simples. 

10. ANETIUM, Splitg., Tijdsch. natur. Gesch.,W, 395. 

1. ciTRiFOLiUM, L., Sp.pl. 1523, sub acroslicho; Plum., Filic, p. 101, t. 116. Tout 
l'archipel mexicain. Brésil, Martius, n° 369. Fougère paradoxale, quant au 
genre; autant antrophyum qu'acrostichum. Voy. Histoire des antrophyées, p. 51 . 



DES ANTILLES. 9 

(17) 11. CHRYSODIUM, F., Hisl. des acrost, p. 97. 

i. vulgare, F., I. c, p. 98. Acrostichum aureum, L., Sp. pi., 1525 et auct. plurim. 
Schk., Crypt., t. 1. Plum., Fil., p. 87, 1. 104. — Toutes les Antilles et presque 
toute l'Amérique tropicale. 

2. hirsutum, F., L c, p. 99. Saint-Domingue, Ritter; Guadeloupe, L'Herminier; 
Guyane franc., Le Prieur; Guatemala. Ces deux espèces se trouvent à la Gua- 
deloupe dans les parties marécageuses du littoral, noyées par les eaux. 
(L'Herminier.) 

NB. Sur 19 genres que renferme le groupedes acrostichées, les Antilles en pos- 
sèdent dix et même onze en y comprenant les genres anetium, qui est ambigu, et 
aconiopteris, qui est fondé sur des caractères insuffisants. Tous sont continentaux 
à l'exception du seul genre nevrocallis qui est monotype et jusqu'ici propre à la 
Guadeloupe. — Ces magnifiques fougères, que ne possède pas l'Europe, ont des 
frondes simples, pinnatifides , pinnées et très-rarement bipinnées, ce qui n'a lieu 
que pour les frondes fertiles des polybotrya. Les espèces à frondes simples sont de 
beaucoup les plus nombreuses, et elles ont cela de particulier (genres acrostichum, 
aconiopteris, leptochilus et hymenodium) que la marge reste entière et ne tend ja- 
mais à la forme pinnatifide. Même dans les genres acrostichum et hymenodium les 
frondes fertiles diffèrent toujours de taille ; ordinairement plus petites, et rarement 
plus grandes, elles sont tout à fait dissimilaires dans les genres rhipidopteris , 
photinopteris , leptochilus , polybotrya , sensiblement plus étroites dans les autres 
genres. Les frondes mixtes normalement dans le photinopteris et dans lenevropla- 
tyceros deviennent mixtes par luxuriance dans les espèces à frondes dissimilaires. 
Ce groupe est uni aux lomaria par le genre lomariopsis ; les frondes fertiles des 
leptochilus ont quelque analogie avec les vittaria. Quoique les acrostichées soient 
éparses dans toutes les régions tropicales et équatoriales, elles sont surtout américaines. 
Les Antilles possèdent environ le quart des espèces connues. Les Acrostichum 
Lingua , Radd. , tcctum, Sw., simples, Sw., et muscosum, Sw., qui n'a point été figuré, 
demandent à être mieux connus. Les espèces piloselloïdes, si communes sur le 
continent américain, ne sont représentées que par le seul A. piloselloides , Presl, 
encore n'a-t-il été vu qu'à Cuba. Nous ne connaissons aucune espèce $ acrostichum 
qui soit vivipare ou radicante ; Y Hymenodium crinitum offre parfois cette particula- 
rité, plus fréquente chez le Gymnopteris aliéna et Y Heteronevron heteroclitum.— Les 
Antilles possèdent environ le tiers des espèces américaines connues. 



40 FOUGÈRES ET LYCOPOCIACÉES 

IL LOMARIÉES, F., Gen. filic, p. 65. 
(20) 12. LOMARIA, Willd., in Mag. d. Ges. naturf. F., z. Berl., 1809, p. 160. 

A. Frondes pinnalifides. 
1 . exaltata, F. et L'Herm. 

Frondibus pinnatifidis , inambitu late lanceolatis, slerilïbus flactidis , segmentis 
lanceolatis, aculis, terminait triangulari, laminis superioribus punctis mi- 
nutissimis eribratis; nervillis apiceincrassatis, passim inter se confluentïbus ; 
fertilibus exaltatis, petiolo multo longiori, segmentis linearibus, acuminatis, 
rostratis; sporangiis rotundis, annulo 14-16 articulato; sporis crassis, 
ovoideis. 

Habitat in Guadalupa ad cacumina montium (L'Herminier, 1861). 

Filix magna, satis ftexibilis , glabra; stipitibus adiantinis, lucentibus; surculo 
recto. 

Icon. : Tab. III (particulce varice). 

(Longueur des frondules, 80 centim. à 1 mètre. Envergure prise au centre des frondes stériles, 
18 à 20 centim. 5 stipe, 27 à 32 centim.) 

Les frondes fertiles sont sensiblement plus petites que les stériles ; quand on 
regarde les lames interposées entre l'œil et la lumière, elles semblent perforées à 
la manière deshypericum; élargies du bas, elles se touchent par les bords qui quel- 
quefois même s'imbriquent très-légèrement; les nervilles se rapprochent de la marge 
sans l'atteindre ; si l'on regarde leur sommet du côté de la lame supérieure, on voit 
une dépression arrondie, scarieuse qui peut se séparer parfois à la manière des 
écailles. Aucune autre espèce ne présente ce caractère. Nous avons choisi , pour la 
figurer, un spécimen de petite dimension. Elle atteint, dans ses limites extrêmes, la 
taille dé 65 à 75 centimètres. 

2. L'Herminieri, Bory, Kze.,DieFarr., p. 173, t. 73. Guadeloupe, L'Hermin.; Gara- 

cas, Linden, n os 181 et 193; Colombie. — Proportions inférieures à celles des 
autres espèces; segments fertiles, étroits, écartés, tandis que les segments 
stériles sont souvent imbriqués et relativement assez larges. 

3. Plumieri, Desv., in Berol. mag., V, p. 325. — Lomaria martinicensis, Nées Esenb. 

— Plumier, Filic., p. 69, t. 90; Saint-Doming., de Tussac; Guadel., L'Hermin.; 
la Martinique, Plum., I. c; Guyane; Brésil. — Les jeunes frondes sont hétéro- 
morphes, entières, linéaires, lancéolées; les frondes adultes pinnatifides, à 
segments ovoïdes, terminés en pointe hastée; elles sont portées sur une 



DES ANTILLES. 11 

souche étroitement appliquée sur l'écorce des arbres ou contre la paroi des 
rochers; elle est fort grande: Plumier n'ayant figuré que la fronde stérile, 
nous remplissons cette lacune. 
Icon. : Tab. IV (ad dimidiam partem redticta). 

4. decrescens, F., Gen. filic., p. 68 et 8 e Mém., p. 24, t. 9, fïg. 1. Cuba, Linden, 

n° 2019. 

5. onocleoides, Sw., Sijn. filic, p. 115, sub blechno. — Hook., Spec. filic, III, 

p. 9, tab. 146. — Jamaïque, Swartz; la Martinique, Kohaut; Saint- Vincent, 
Guilding; Mexico. 

B. Frondes pinnées. 

6. robusta, F., Gen. filic, p. 69. Guadeloupe, L'Hennin. , et probablement dans 

quelques autres parties de l'archipel mexicain. — Elle prend par la dessicca- 
tion une belle couleur orangée; les stipes sont inférieurement munis de très- 
longues écailles, linéaires, luisantes et réfléchies par le bas; les frondules très- 
nombreuses sont épaisses et imbriquées. 

7. striata, Swartz, Syn., p. 304 et422, sub onoclea, Saint-Christophe, Sw.; Martinique, 

M Ue Rivoire; Guadeloupe, L'Herminier, 1861. — Cette belle espèce, très- 
incomplétement décrite par Swartz et Willdenow, est fort grande, à pé- 
tioles robustes, facilement compressibles, chargés de grandes écailles ovales 
que l'on retrouve , très-abondantes sur les mésonèvres des frondes stériles et 
fertiles ; les premières sont sessiles, lancéolées, les inférieures cordiformes à 
la base et terminées en une longue pointe serretée; les supérieures sont sou- 
dées ; les fertiles linéaires se terminent en une pointe stérile ; elles portent 
une grande quantité d'écaillés fauves; les marges conservent les indusiums 
qui sont lacérés. Nous avons en herbier provenant de la Guadeloupe, un spé- 
cimen qui atteint l m ,32 avec des frondules de 25 centimètres sur 25 milli- 
mètres de largeur. Les écailles assez caduques sont entremêlées sur la lame 
inférieure stérile de poils aranéiformes. Kaulfuss (Emm. filic., p. 157) fait 
remarquer qu'il existe à la base des pétioles, des tubercules lisses, ce qui est 
vrai. Les sporanges ont une forme elliptique avec un anneau qui porte 20-22 
articulations; elles renferment des spores d'une grosseur considérable, noi- 
râtres et largement épisporiées. 

8. violacea, F. 

Frondibus sterilibus pinnatis, in ambitu oblongo-lanceolatis , rigidis , petiolis 

adiantinis, sulcatis , glabris, spinescentibus , spinis brevibus remotis ; fron- V 



12 FOUGÈRES ET LYCOPODIÀCÉES 

dulis approximatis, subimbricatis , basi oblique cordalis, tune obtusiuseulis , 
tune acuminatis , apice serratis , marginibus crenulato-dentatis , siccitate re- 
volulis; nervïllis sculpturatis , tenuibus , approximatis ; fertilibus pinnatis , 
linearibus , patulis , apice attenualis; rachi inermi, longo, canaliculato , 
squamas rufas ferente; sporangiis crassis, ovoideis, annulo lato 20-22 articu- 
lato ; sporis ovoideis. 
Habitat in montibus excelsioribus et circa solfataram, locis sphagnosis 
Guadalupœ. 

Filix splendida, longe stipitata, petiolis spinulosis, surculo crassissimo. 

Icon.: Tab. V. 

(Longueur, 1 mètre; envergure des pinnules fertiles, 20 à 25 centim.; largeur des entre-nœuds, 
15 à 18 millirn. ; je compte 40 à 45 paires de frondules alternes; pétioles, 45 à 50 centim.; très- 
grosse souche difforme et écailleuse.) 

Très-belle espèce, robuste, à stipe ou pétioles luisants, prenant par la dessicca- 
tion une teinte pourpre noire (atro-purpurea) à nervures très-rapprochées et for- 
tement en relief. Les lames des frondules sont pâles et très-légèrement dorées. 
Nous avons choisi, pour la figurer, un spécimen de petite taille. 

NB. Il n'est pas rare de trouver parmi les lomaria des frondes mixtes, moitié avec 
des frondules stériles et. moitié avec des frondules fertiles. 

(21) 13. BLEGHNUM, L., Sp.pl, 1534. 
A. Eublechnum. 

1. occidentale, Linn., L c.; Jacquin, le. rar., III, t. 644; Plum., Filic., p. 48 , 

t. 62 B. Tout l'archipel mexicain , ainsi que les variétés B. caudatum et 
pumilum, L'Herminier; commune dans toute l'Amérique tropicale. — Cette 
plante est si variable dans son port et ses dimensions qu'il devient presque im- 
possible de retrouver le type spécifique. La variété suivante est peut-être une 
espèce: P. minor , souple, membraneuse, à stipe graminoïde, presque fili- 
forme, courbé; segments ovoïdes , surtout les inférieurs; le terminal très-al- 
longé; tous sont ciliés; la souche est dressée et semble annoncer une plante 
annuelle. 

2. unilatérale, Willd., Berol. mag., IV, t. 3, fig. 1. Saint-Domingue; Jamaïque; 

Martinique; Mexique; Karwinski, n° 23. 

3. longifolium, H. et Bonpl., in Willd. , Filic., p. 413. Trinité; Saint- Vincent ; 

Caracas , Moritz , n° 63. 



DES ANTILLES. 43 

B. Blechnopsis, Presl. 

4. serrulatum, Rich., Act. Soc.par.,i, 114; Levrault, Bict. se. natur., atlas, t. 88. 
Dominique; Trinité, Germain; Guadeloupe, marais des lieux élevés; L'Herm., 
Guyane franc.; Brésil, Martius, n° 370. 

(24) 14. SALPICHL.ENA, J. Smith, in Joum. bot. Hook, IV, p. 168. 

1. volubilis, Klfss., Enum. filic. , p. 159; sub blechno; Bory, Voy. Duperr., p. 272, 
tab. 36; sub blechno; Guadeloupe, L'Hermin., 1861. Sur les arbres qu'elle es- 
calade, dans les endroits ombragés, à une très-grande hauteur; les jeunes 
pousses ont l'odeur et la saveur des amandes amères ; contiendrait-elle de 
l'acide hydrocyanique? — Nous pensons qu'il faut réunir le B. volubile de 
Kaulfuss et le B. scandens de Bory, devenus pour Presl deux espèces distinctes 
de Salpichlama, du moins est-il certain que la comparaison des figures don- 
nées par Kunze, Analect. pleridogr., p. 20, tab. 13, et par Bory, Voy. cité, 
t. 36, l'une et l'autre de l'Amérique tropicale, ne présente aucune différence. 

Les lomariées ne renferment qu'un petit nombre de genres très-bien caracté- 
risés. Les Antilles possèdent les plus belles, A l'exception du Stenochlama volu- 
bilis, Klfss., toutes sont dressées, à frondes dissimilaires dans le seul genre lômaria. 
Ce groupe n'est représenté en Europe que par le Lomaria Spicant des forêts mon- 
tueuses de l'Europe et par YAeropteris septentrionalis , L. (Asplenium septentrio- 
nale, des auteurs), faibles représentants de ce beau groupe. 

III. VITTARIÉES, F., Hist. vitlar., 3 e Mém., p. 1 et suiv. 
(28) 15. VITTARIA, F., I. c., p. 14. 

1. lineata, Sw. , Syn. filic., p. 109; Plum., Filic. , p. 123, t. 143; Guadeloupe, 

L'Hermin., 1861; Mexique, Sartorius. — Elle dépasse parfois un mètre de 
longueur. 

2. filifolia, F., /. c, p. 20. Porto-Rico, Blœrer, n° 308; Guadeloupe, L'Hermin. 

et vraisemblablement dans toutes les Antilles; Mexique, Schaffn., n os 135 et 
467; Venezuela, Linden,n°168. —M. le D r L'Herminier indique deux variétés, 
l'une d'un vert brillant, l'autre d'un vert glauque. Seraient-ce deux espèces? 

Les vittaria, comme toutes les fougères à frondes pendantes, varient beaucoup 
dans leurs dimensions. Ce sont, par le port et l'étroitesse des lames, les usnées 
des plantes vasculaires. 



J 



14 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

(30) 16. PTEROPSIS, Près!., Tent.pterid., p. 225. 
1. angustifolia, Desv. , Prodr . Foug., p. 218; Vittaria costata, Kze., Anal pterid., 
p. 29, t. 18, fig. 2. Martinique, Goudot; Guadeloupe, L'Hermin., sur les 
arbres et les rochers; Brésil; Pérou, etc. 

(31) 17. CUSPIDARIA, F., I. c, p. 8 et 25. 

1. furcata, L., % ^/., 1531 , sub piéride; F., /. c, p. 25; Plum., Film., p. 122, 

t. 141 (mnplificata) ; Pteropsis, Presl., Tentam. pterid., p. 226; Tamitis, Willd., 
Fe7âc., p. 136. Saint-Domingue; la Trinité, Germain; Pérou; Colombie, etc. 

2. triguspis, F., I. c, p. 26; Pteris tricuspidata,Sw., Syn.,p. 95; Plumier, Filic, 

p. 121, t. 140. Saint-Domingue; n'a pas été retrouvée depuis Plumier. 

3. surripinnatifida, F., /. c, , p. 26; Tœnitis furcata, Hook. et Grev. , Icon., 7, 

radn Willd. Pteropsis furcata, Desv., Prodr., p. 218. Se trouve à Saint-Do- 
mingue, à la Trinité, à la Guyane; Pérou; Colombie. 

(36) 18. NEVRODIUM, F., I. c, p. 28. 

1. lanceolatum, L. , Sp.pl, 1530, sub pteride; Plum., Filic, p. 116, t. 132; 

Paltonium; Presl., Epim. bot., p. 156; Drymoglossum , pteropsis, tœnitis, 
Auct. var. Saint-Domingue; Guadeloupe; Martinique ; Jamaïque ; Barbades; 
etc., etc. 

IV. PLEUROGRAMMÉES, F., /. c, p, 30. 

(41) 19. XIPHOPTERIS, Klfss., Enum. filic, p, 85. 

i. serrulata, Sw., Syn filic, p. 22, sub grammitide ; Sckh., Crypt., p. 9, t. 7. Ja- 
maïque, Wilson; Martinique, Sieber, n° 157; Guadeloupe, L'Hermin. Toute 
l'Amérique tropicale et probablement la plupart des Antilles; cette fougère 
forme de gros gazons, sur les lieux élevés, elle a le port d'une mousse, ainsi 
que l'espèce suivante. 

2. EXTENSA, F. 

Frondibus elongatis, linearibus, depressis, denticulalis, glaberrimis ; mesonevro 
fuscescente, prominente, lateralibus brevissimis; fertilibus et sterilibus 
conformibus ; sporolheciis pluribus , rotundis, confluentibus , fuscis; sporan- 
giis parvulis , annulo 6-8 articulato , pedicello brevi, sporis globulosis ; pa- 
raphysibus cum sporotheciis immixtis. 

Habitat in Guadalupa (L'Herminier 1864). 

Filix parvula, inter muscos nascens; surculo erecto, fibrilloso. 

Icon. : Tab. XIX, fia. S. 



DES ANTILLES. 15 

(Longueur, 10 à 12 centim.; largeur, 1 millim. au plus.) 

C'est avec plaisir que nous décrivons cette espèce nouvelle d'un genre jusqu'alors 
monotype. Les frondes, rarement bifurquées, sont deux à trois fois plus longues 
que celles du X. serrulata; le port est le même, mais les sporothèces, au lieu de 
naître sur un sommet élargi replié sur lui-même, occupent une surface qui reste 
plane et qui devient fructifère dans une longueur qui souvent n'est pas moindre 
de 3-4 centimètres. La fronde ressemble alors à un pleurogramme. Si l'on cherche 
à voir comment la masse prolifère est constituée , on s'assure qu'elle est formée , 
comme dans les polypodes, par des sporothèces qui naissent des nervilles latérales, 
pour devenir confluents; il suivrait de là que ce serait une plante de la tribu des 
polypodiées et non plus une leptogrammée, bien voisine des grammilis. Le Xiphop- 
teris serrulata a sans doute la même organisation. Quelques espèces de polypodes 
trichomanoïdes rappellent ces petites fougères muscoïdes. 

(42) 20. PLEUROGRAMME , Presl. , Tent. pterid. , p. 1 01 . 

1. linearis, Klfss., Enum. filic, p. iM ;sub tamitide. Martinique, M lle Rivoire; Gua- 
deloupe, arbres et rochers, L'Herminier. — Il n'est pas rare de trouver des 
frondes bifurquées au sommet. 

V. LINDSAYËES, F., Gen. filic, p. 104. 
(43) 21. LINDSAYA, Dryand., Act. soc. Linn. Lond., III, p. 40. 

1. guyanensis, Dryan., I. e., Hook., Sp. fil., l,t. 72. Aubl., Hist. pi. Guyari., t. 365. 

Guadeloupe, L'Hermin. ; Guyane, Aubl; Mexique, Schaffn., n° 37. — Lesfron- 
dules très-rapprochées les unes des autres et souvent même imbriquées sont 
très-nombreuses et portées sur de très-longues pinnules. 

2. trapeziformis, Dryan., /. c, Langsd. et Fisch., t. 24. Saint-Domingue, de Tus- 

sac; Guadeloupe, L'Hermin., 1861; Cayenne, Poiteau. — Cette espèce est fa- 
cile à reconnaître à ses frondes qui se terminent par une très-large fron- 
dule trapéziforme. Elle diffère essentiellement de la L. falcata avec laquelle 
M. Hooker la confond, et notre herbier, qui possède des spécimens authen- 
tiques de ces deux espèces, en témoigne victorieusement. 
Igon. : Tab. VI, fig. 4. (pinnules pour comparer avec les espèces suivantes). 

3. L'Herminieri, F. 

Frondibus bipinnatis, glabris, lœvibus, elatis, paucipinnulalis, siccitate helveolis, 
petiolis quadrangularibus , longis; pinnis 4-5, lineari-lanceolatïs ; frondulis \ 



,1 



16 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

numerosis, approximatis , fertilibus parallelogrammatibus , oblique inferne 
truncatis, apice elongato, subcaudato, terminait latiori, sœpe bifido; sterilibus 
crenatis, rhomboidalibus , margine superiori dilatatis, omnibus basi cunei- 
formibus; nervillis tenuibus, remotis; sporotheciis marginem superiorem et 
apicem invadientibas ; sporangiis parvulis, pedicello longo; annalo 8-10 ar- 
ticulato, sporis parvulis, trigonis. 

Habitat in sylvis Guadalupœ ad centrum insulœ. 

Filix elata, glaberrima, ad modum rara; rhizomate tenui, repente. 

Icon. : Tab. VI, fig. 1. 

(Longueur, 80 à 90 centim. , dont le stipeseul fait les trois quarts; les plus longues frondules me- 
surent de 22 à 25 centim. ; les pinnules portent 20 à 28 frondules ayant 15 à 17 millim. de lon- 
gueur sur 7 à 8 de largeur ; le rhizome atteint la grosseur d'une plume de pigeon.) 

Les frondules stériles sont fortement crénelées et se rapprochent de la forme 
pyramidale ; le sommet se prolonge en une pointe mousse. Cette belle espèce, comme 
la plupart des lindsaya, a des frondes parfois simplement pinnées; elle est moins 
fructifère que ses congénères. 

4. CONSANGUINEA, F. 

Frondibus glaberrimis , alatis, petiolo longissimo, subtetragono, stramineo, sed 
basi intense nigricante ; pinnis alternis, lanceolatis, rectis, frondulis approxi- 
matis, obtusissimis , curvatissimis , terminait in angulum brevem desinente, 
basi in petiolo brevi terminata; sporotheciis marginem superiorem et apicem 
tegentïbus. 

Habitat sylvatica in nemorosis excelsis Guadalupœ (L'Hermin., 1862- 
1864), necnon in Bahia Brasiliensium (Luschnath, n° 22). 
Filix magna ; pinnis paucis, frondulis arcuatis ; surculo parvo, fibrilloso; fron- 
dulis novellis crenatis. 
Icon. : Tab. VI, fig. S (pinnula). 
(Longueur, 60 centim. environ; pinnules, 22 à 23 centim. ; frondules, 16 à 18 millim. de large 
sur 7 millim. de hauteur; le stipeseul mesure 45 centim., et je compte de 25 à 28 paires de frondules.) 

Cette espèce diffère de la L. guyanensis par des frondules beaucoup plus écar- 
tées, plus arquées et moins nombreuses ; elle est plus robuste et ses pétioles sont 
tétragones ; la pointe qui termine la frondule terminale est très-courte ; dans la 
L. trapeziformis elle est, au contraire, très-large. Toutefois le nom spécifique que 
nous lui attribuons est de tout point convenable. M. le D r L'Herminier, auquel nous 
devons la connaissance de cette espèce et de la suivante, affirme qu'elles ont un port 
très-différent l'un de l'autre. 



DES ANTILLES. 17 

.5 MONTANA, F. 

Frondibus bipinnatis, rectis, elatis, petiolis casianeis, lucidulis, inferne asperis, 
cylindricis, rachibas obscure quadrangularibus ; pinnis lineari-lanceolatis , 
assurgentibus ,in cauda obtusa, sinuala, fertili terminatis ; frondulis numero- 
sissimis, oblique ovatis, inferioribus minoribus , brevissime petiolatis ; sporo- 
thecis continuis, sed non raro interruptis, marginem superiorem et apicem 
occupantibus. 

Habitat iti sylvaticis montosis, L'Hermin., 1 861 -1864. 
Icon. : Tab. VI, fig. 2 (pinnula). 
(Longueur , 85 centim. ; la pinnule terminale fait le tiers de la dimension totale qu'égalent presque 
les latérales, les frondules sont extrêmement rapprochées , très -obtuses et coupées vers le bas pres- 
que en ligne droite; on peut en compter de 35 à 40 : elles ne sont jamais imbriquées. Le pétiole n'a 
pas moins de 45 à 50 centim.) 

Dans la L. guyanensis les frondules sont imbriquées, assez fortement arquées 
et portées sur des pinnules très-étalées. 

6. multifrondulosa, F., Gen. filic, p. 105, tab. 28, fig. 1. Trinité, Germain, 1862. 

Talea, Mexique, Galeotti. Cette espèce se rapproche delà L. concinna, J. Sm., 
distribuée sous le n° 198 par Cuming, Foug. des Philippines, ici les spo- 
rothèces sont continus, ce qui la caractérise nettement. 

7. PARVULA, F. 

Frondibus bipinnatis, glabris, pinnis paucis {2-3), aliquando pinnalis, apice 
caudatis, petiolis tenuibus, pallidis, fdi emporetici crassitadine ; frondulis 
multis, parvulis, ovoideis, pedicellatis , basi nervillam crassam fer ente, spo- 
rotheciis apicilaribus, brevissimis; sporis triedricis, lœvibus, succineo colore- 
Habitat in insula Trinitatis. Germain, 1862. 
Filixparvula, petiolis stramineis ; rhizomate brevi, contorto. 
Ico^.:Tab.VII,fig.l. 
(Longueur : 25 à 50 centim. ; les pinnules, 9 centim., la terminale plus longue; on compte jusqu'à 
50 frondules sur une même pinnule : elles sont très-rapprochées , mais non imbriquées, et dépassent 
à peine 5 millim. sur une largeur un peu moindre.) 

Cette espèce , la plus délicate de toutes les espèces américaines connues , est 
celle qui porte le plus grand nombre de frondules et en même temps les plus 
petites. Le stipe est lisse, souple et couleur de paille ; il est à la fronde entière :: 2:1. 
Sprengel (Syst. veget. , IV, p. 79) indique comme se trouvant à la Guadeloupe une 
espèce de lindsaya à frondes simples, le L. sagittata de la Guyane, mais nous ne 
croyons pas qu'elle existe dans cette île. 









48 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

NB. Ce petit groupe, qui se compose de cinq genres, n'est représenté dans les 
Antilles que par le seul genre Lindsaya dont le continent américain possède la plus 
grande partie. On peut voir ce que nous en disons dans le Gênera fUicum, p. 111. 
Les frondules stériles sont crénelées dans leur jeunesse et quelques espèces ont été 
décrites dans cet état comme nouvelles; les frondules fertiles sont toujours entières 
et les sporothèces, comme dans les adiantum, sont tantôt continus (synechia) et 
tantôt interrompus (apotomia) ; nous n'en connaissons qu'une seule qui ne soit pas 
glabre. 

VI. ADIANTÉES, F,, Gen. filic, p. 112. 

(48) 22. ADIANTUM, L., Sp. pi, 1556. 
A. SYNECHIA (sporothèces continus). 

1. macrophyllum, Sw., FI. Iud. occ., III, p. 1707. H. B. et Kth., Nov. Gen., VII, 666. 

Hook. , Ieon. filic. , 132. Saint-Domingue, de Tussac; Guadeloupe, lieux om- 
bragés, L'Hermin.; Jamaïque, Wilson, n° 25; Heward; Trinité et probable- 
ment toutes les Antilles. 

2. asperum, F., Gen. filic., pp. 113 et 115. Cuba. 

3. lucidum, Sw., Sijn. filic., p. 121, Kze., Linn., IX, p. 78; Hook., Spec. filic, 

p. 4, pi. 79, G, fig. 4 exclusa. Jamaïque, Heward; Trinité, Germain; Gua- 
deloupe, L'Herminier, 1864. 

4. deltoideum, Sw., Prodr., p. 134; Kze., Anal., p. 32, 1. 17, fig. 2. Saint-Domingue , 

de Tussac; Jamaïque, Wilson, n° 23; Cuba. — Cette petite fougère, pinnée 
comme les deux espèces différentes, n'a pas le même port. 

5. pulverulentum, L., Sp. pi., 1559. Schkh., Crypt., p. 110, 1. 119. Plum., Filic, 

p. 42, t. 55. Saint-Domingue; la Martinique, M lle Rivoire; Guadeloupe, 
L'Hermin.; Tabasco; Linden, n° 1492; Trinité, Germain en 1862; Mexique, 
Cordoba , Schaffn. , n° 35, b. Brésil, etc. 

6. OBLIQUE TRUNCATUM, F. 

Frondibus ambitu ovoideis, stipite adiantino-fusco , Incidulo, glabro, longissimo; 
vachibm squamoso-pilosis, pinnis remotis, flexuosis, patulis curvatisque; ter- 
minali acuminata , dentata et angulata; frondulis basi cuneatis, superne 
oblique truncatis, infimis minoribus, ovatis, integris ; sterilibus crenato-den- 
tatis; sporotheciis continuis a ut rarissime interruptis ; sporangiis ovatis; 
annulo i6 articidato; sporis trigonis, punctatis. 



DES ANTILLES. 19 

Habitat in Guadalupa (Grande-Terre), 1861, nec non in insula Trini- 
tatis. Germain, 1862. 
Frons flexibilis , siccitate viridi-lutescens ; rhizomate crasso, fibrillas cras- 

sissimas ferente. 
Icon. : Tab. VU, fig. 2. 

(Longueur totale, 80 centim., dont lestipe fait les trois quarts ; pinnules, 20 centim.; envergure 
au centre, 6 centim.; pinnules, 1 millim.) 

Cette fougère est très-élancée et très-flexible; tantôt les pinnelles sont fructi- 
fères vers le haut et vers le sommet sans s'interrompre, et tantôt seulement fructi- 
fiées vers la marge supérieure en s'interrompant. La forme singulière des pinnelles 
la caractérise entre toutes ses congénères. 

B. AP0T0M1A (sporothèees interrompus). 

7. pumilum, Sw. , Prodr., p. 134; Pluken, t. 251, fig. 4; Martius, Icon. crypt., 

p. 94 , t. 56 , fig. 4. Jamaïque. 

8. JAMAÏCENSE, F. 

Frondibus pinnatis , linearibus, ylabris, basi scepe bipinnatis ; petiolq capillaceo 
adiantino ) brevi, squamoso, sqnamis lanceolatis, longe acuminatis ; frondulis 
petiolatis subtriangularibus, obtusissimis , alternis, petiolo crinuliformi; spo- 
rotheciis 3-5 sublunulatis ; sporangiis subrotundis, annulo 14-16 articulato ; 
sports trigonis. 

Habitat in Jamai'ca (Wilson) , n° 23. 

Filix parva , siccitate virescens , delicatula. 

(Longueur totale, 18 à 22 centim.; envergure, 2 centim.; frondules aussi larges que hautes.) 

Cette plante, récoltée par M. Wilson, nous a été donnée sous le nom à' A. deltoi- 
deum; elle est absolument différente de l'espèce de Saint-Domingue, telle que 
nous l'avons en herbier et telle que l'a figurée Kunze, t. 17, ûg. 2 de sesAnalecta. 
Il est très-probable que les auteurs auront décrit, malgré la différence qui les sé- 
pare, tantôt la plante de la Jamaïque et tantôt celle de Saint-Domingue. 

9. Kaulfussii, Kze., Linn., XXI, p. 221 ; Hook., Sp. filic, II, p. 7. A. obliquum , 

Hook. et Grev., Icon. , 190. Guadeloupe, L'Hermin.; Porto-Rico; Jamaïque, 
Saint- Vincent; Martinique; Mexique, Jungersen. 

10. macrodon, Klfss., Flora, 1839, p. 42. Guadeloupe, L'Hermin., 1861; Trinité, 

Germain, 1862, où elle est tantôt pinnée et tantôt bipinnée; Brésil, Martius. — 



V 



l 



20 FOUGÈRES ET LYGOPODIACÉES 

Rhizome rampant, sinueux, de la grosseur dune plume d'oie; elle conserve à 

sa surface les débris noirâtres et anguleux des pétioles des anciennes frondes. 
H. obliquum, Willd., Filic, p. 420; Hook., Sp. filic, II, p. 8, Lowe, Ferns, 

III, t. 13, B. Probablement toutes les Antilles; peut-être n'est-ce qu'une 

simple forme de Y A. Kaulfussii? 

Var.: p. majus ; Hook., Spec. filic, L c, t. 79, A, fig. 1. Guadeloupe, 

L'Hermin.; Trinité, Germain, 1862; Colombie; Cayenne. 
11 cubense, Hook., Sp. fil., II, p. 8, t. 73, A. Cuba, Lind., n° 1867. 

13. cayennense , Willd., Herb., n° 20,084; Klot., Linn., XVIII, p. 552; Hook., 

Sp.fll, II, p. 20, t. 61, A. 

Var.: p. stenophyllum , Hook., /. c Jamaïque, D r Distin. 

14. fructuosum, Kze. , Linn., IX, p. 81. Cuba; Brésil; Mexique, Galeotti , 

n os 6300 et 6416. 

15. prionophyllum, H. B., Kth., Nov. Gen., I, 20. Trinité; Jamaïque; Martinique, 

Sieb., n° 196; Colombie, Moritz, n° 58. 

Var.: p. subcoriaceum , Hook., Sp. fil, II, p. 22. Trinité, Saint- Vincent ; 
Jamaïque; Guadeloupe, Le Prieur. 

16. serrulatum, L. , Sp.pl, 1 557; Pluken, t. 125, fig. 2. Sloan.,/«m., l,t. 35, 

fig. 2. Jamaïque (forme pinnée). 

17. villosum, L., /. c, 1558; Schkh., Crypt., p. 111, t. 120. Antilles; Mexique; 

Galeotti, n° 6303; Venezuela, Fendl., n° 85. 

Var. : p. m.acrosorum , Hook., Sp. fil, II, p. 18. Trinité. 

Var.: y. falcatum, Sw., Syn., p. 123; Sloan., Jamaïc, t. 55, fig. 1; Plu- 
ken , t. 353 , fig. 1 , Jamaïque. 

18. obtusum, Desv., Berol rnag., V, 327; Hook. et Gr.; Icon., n° 188. Jamaïq.; 

Guyane angl. Hossmann, n° 1733; Brésil; Pérou; etc. 

Var.: p. majus, Hook., Sp. fil, II, p. 19. Indiquée à la Guyane et à Saint- 
Vincent. 

19. hirtcm, KL, in Linn., XVIII, p. 563; A. striatum, Hook. in Spruce Herb. 

Amazon., n° 14, non Schk. Guadeloupe, L'Herm.; Guyane angl.; Brésil. — 
Grande espèce qui mesure jusqu'à 80 centimètres et au delà; stipe parfaite- 
ment quadrangulaire , noir, luisant, glabre; rachis rougeâtre, hérissé d'é- 
cailles piliformes; rhizome de la grosseur d'une plume d'oie; couvert d'écaillés 
roussâtres, couchées. Je compte six paires de frondules, terminées par une 
longue pointe. 



DES ANTILLES. 21 

20. intermedium, Sw. , Vet. acad. handl. Stockh., 4817, 76; A. triangulatum , 

Klfss. , Enum., p. 204. Trinité, Cuba; Guadeloupe, L'Hermin.; Mexique, 
Galeotti, n° 6491. — Cette espèce, ainsi que les A. denticidatum , priono- 
phyttum, crenatum et serrulatum, forment un petit groupe dont les espèces 
sont étroitement unies entre elles. 

21. denticulatum, Sw. , Prodr., p. 135; Plum., Fil, p. 40, t. 52; Pluken., Ja- 

maïca, t. 252, fig. 5 (Jeune). Martinique; Guadeloupe, L'Hermin.; Brésil, 
Mart., n° 352. 

22. cristatum , L. , Sp.pl., 1558; A. striatum, Sw., Prodr., 135; Plum., Fil., 

p. 80, t. 97; Jacq., Icon. rar., t. III, 646. Jamaïque, Cuba; Saint-Domingue, 
L'Épagnier (H. F.) ; Trinité , Germain , 1 862 ; Venezuela ; Caracas. 

23. melanoleucum, Willd., Filic, 443; A. Kunzeanum, Kl, Linn., XVIII, p. 555; 

Plum., Filic, p. 79, t. 96. Saint-Domingue; Jamaïque; Cuba, Otto, n° 63. 

24. nigrescens,F., Gen. filic. , p. 113 et 117; 7 e Mém., p. 28, t. 11, fig. 2. 

A. microphyllum , Kze.; var. : p. coriaceum, Hook., Spec. fil, II, p. 47. Cuba; 
Guadeloupe ; Saint-Domingue (H. F.). 

25. microphyllum, Spr., SysL, 113; A. striatum, Sdùsh., Filic, t. 118, fig. A-G, 

non Sw.? Jamaïque, Cuba. 

26. crenatum, Willd., Filic, 446.; Plum., Filic, p. 41, t. 53. Saint-Domingue, 

Plum.; Martinique; Guadeloupe, L'Hermin., à la Grande-Terre; Trinité, 
Germain, 1862. — Plante de grande dimension. 
27?. pyramidale, Willd., Filic, 442; Plum., Filic, p. 42, t. 54. Saint-Domingue. — 
Cette plante n'a point été retrouvée depuis Plumier, qui ne l'avait vue qu'une 
seule fois. La roideur du port , l'écartement des frondules terminées par une 
pointe acérée et dentée, la présence de petites épines sur le rachis, tous ces 
caractères et d'autres encore nous font douter de la légitimité de cette espèce. 

28. polyphyllum, Willd., Fil, 454; A. cardiochlama , Kze., Linn., XVII, p. 569; 

F., Gen. fil. , 114 , t. 11 , B, fig. 2 (fragm.). Trinité; Venezuela; Caracas. 

29. Wilesianum, Hook., Sp. fil, II, p. 50, t. 83, C. Jamaïque. (N. V.) 

30. tenerum, Sw., Prodr., p. 135; Dict. se mat., Levr., t. 87;Th. Moore et Houlst., 

Gard. mag. bot., III, 162, fig. 32. Antilles; Guadeloupe, L'Herm.; Cuba, 
Otto, n° 233; Mexique, Leibold, 12. — Très-belle espèce, bien distincte. 

31. parvifolium, F., 7 e Mém., p. 27, t. 23, fig. 2. Saint-Domingue, de Tussac. 

— M. Th. Moore (Index) ne voit dans cette espèce qu'une forme de Y A. 
fragile, Sw. 



22 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

32. laxum, Kze., Linn., IX, p. 79; Cuba. 

33. trapeziforme , L. , Sp.pl, 1559; A. rhomboideum, Schkh., Crypt., p. 414, 

t. 422. Jamaïque, Cuba, etc.; Mexique, SchafFn., 1854, n° 36. 

Var. : p. oblongatum, Hoo-k., 5j». ^/., II, p. 33. Cuba; Mexique, Galeotti, 
n° 6338. 

34. gultratum, J. Sm., in Hook., Sp.fllic.,l\, 34; T.Moore, Gard, chron., 1855, 

660 avec fig. Saint-Vincent ; Brésil. 

35. Capillus-veneris, L., Sj». j»/.,4558; Jacq., Mise, 11, 77, t. 7 (souvent 

figurée) plante cosmopolite. Jamaïque; la Dominique; Trinité; Mexique, 
par Schaffner, n os 43, 44 et 49 a, b. 

36. fragile, Sw., Prodr., 135, Hook.; Icon.pl, 965. Antilles; Saint-Domingue 

(H. F.), par de Tussac. 

37. concinnum, Willd., Fil. , 451 , H. B., Kth., Nov. Gêner. , VII, 668; A. tenerum, 

Schk., Crypt, p. 112, 1. 131. Jamaïque; Saint- Vincent; Guadeloupe, L'Hermin. 
1864; Mexique, Schaffn., n° 38 a. 

38. trapezoides, F., Geti. fil , p. 114 et 117; Plum., Fil, p. 78, t. 95." Saint- 

Domingue; Vera-Cruz, Galeotti, n° 6317. — M. Hooker (Sp.fU., II, p. 33) 
rapporte la planche de Plumier à une variété de Y A. trapeziforme , L. 

(51) 23. HEWARDIA, J. Sm., in Hook., Journ. bot., III, 452, t. XVI et XVII. 

1. Wilsoni, Hook., Sp. fuie., 2, p. 6, t. 72 A; sub adianto. Jamaïque, Wilson. — 
M. Th. Moore le réunit aux adiantum, mais un spécimen authentique , pro- 
venant de M. Wilson , montre que les nervilles sont vraiment anastomosées; ce 
genre, du reste, est fondé sur un caractère bien léger. (Voy. F., Ge»./S/.,p. 422.) 

VII. PTÉRIDÉES, F., Gen. fîlic, p. 124. 

(52) 24. J>TERlS,L.,Emend. 
1. EUPTERIS. 

Frondes pinnées. 

1. longifolia, L. , Sp. pi, 4532, Schkh., Crypt., t. 88; Plum., Fil, p. 52, t. 69. 
Saint-Domingue, le long des ruisseaux; Guadeloupe, L'Hermin., dans les Abîmes, 
près de la Pointe-à-Pître , où elle atteint jusqu'à un mètre de hauteur; Ja- 
maïque; Mexique, etc. Elle est cosmopolite. 
Ici devrait trouver place le P. stipularis, L.,Sp. pi, 4532, Sw., Syn.,p. 96; mais 

il semble que Plumier qui l'a figurée, tab. 70, a décrit quelque forme accidentelle, 



DES ANTILLES. 23 

du moins est- il certain que, bien qu'il dise qu'elle n'est pas rare, elle n'a cepen- 
dant pas été retrouvée. Aucune fougère n'a de stipules, et ce serait une circon- 
stance tout à fait exceptionnelle. La planche 69 de ce même auteur permet de 
reconnaître le P. longifolia, cependant les pinnules sont trop ouvertes et beaucoup 
trop longues. Les dimensions de la plante entière donnent l'idée d'une espèce 
gigantesque. 

2. diversifolia , Sw. , Syn. fil. , p. 96 et 288; Var.: p. Bahamensis. Cuba (Herb. 

Hook.); Bahama et îles adjacentes. 

3. heterophylla, L., Sp.pl. , 1534; Plum., Filic, p. 84, t. 37. Saint-Domingue, 

vers Léogane, Plumier; Brésil. 

4. mutilata, L., I. c, 1533, Plum., Fil., p. 38, t. 51 ; Hook., Sp.fil, II, p. 164; 

t. 131, A. Jamaïque, Willd.; Cuba; Saint-Domingue, au port de la Paix, 
Plumier. 

5. nemoralis, Willd., Filic, 386! partim. Saint-Domingue, Plum., de Tussac; 

Guadeloupe, L'Hermin.; Jamaïque, Heward; Mexique, Schafm., n° 142. — 
M. Aghard (Pterid.^. 13) réunit à cette plante le P. Plumieri, de Willdenow; 
Plumier l'a décrite et figurée Fil. , p. 13, t. 15. 

6. pungens, Willd., Fil, p. 387. Plum., Fil, p. 11 et 12, t. 13 et 14! P. ma- 

croura, Willd., /. c, p. 380. Antilles; Guyane fr., Le Prieur? 

7. Swarziana, Agh., Mofiog. pterid., p. 34; P. biaurita, Sw., Syn., p. 98! Hook 

et Gr. , Icon., t. 142. Jamaïque. 

8. flarellata, Thunb., Prodr., p. 172; Var.: p. americana, Agh., /. c, p. 37. 

Saint- Vincent ; Jamaïque ; Brésil. 

9. stridens, Agh. , Monog. pterid., p. 45. Jamaïque, Bankroft (Herb. Hook.). 

10. concinna, Hew., in Mag. of. nat. hist. n. s., 1838, p. 461. Jamaïque, Heward. 

— Cette espèce est réunie au P. mutilata, L. , par M. Hooker , Sp. fil: , II , 
p. 164. Nous la trouvons assez distincte pour qu'elle puisse constituer une 
espèce. 

11. quadriaurita, Retz , Obs., 6, p. 38! Willd., Fil, 385. Jamaïque, M' Fadyen; 

M. Hooker, /. c, p. 179, donne à cette espèce une patrie fort étendue , il l'a 
figurée dans son Species, sous le n° 134, B. 

% AQUILINARIA. 

12. caudata, L., Sp. pi 1533. P. aquilina var. : y. Hook., Sp. filic. , II, p. 196. Plum., 

Filic, p. 23, t. 29. Antilles; Guyane fr.; dans les terrains secs et pierreux. 



24 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

13. esculenta, Forst., Prod., n°418, Sw., Willd., etc. P. aquilina; var.: h. Hook., 

I. c, Schk., Crypt., t. 97. Billardière, N. Holl., Il, p. 95, tab.244. Jamaïque, 
Lunan, fideAgh. Pterid., p. 47, sub P. arachnoidea, Klfss.; simple forme du P. 
esculenta, Forst. — Patrie très- étendue. 

14. scalaris, Moritz, Filic Venez. , n° 399 ; Hook., Spec. filic., II, p. 200, t. 121, B, 

et t. III, t. 141. Jamaïque, dans les hautes montagnes, M' Fadyen; Vene- 
zuela, Moritz. 

3. LONCMTWIUM. 

1 5. hirsuta, Lmrk., Enc. , V, p. 71 8 : Nothochlama hirsuta, Desv. , hum. bot. , I, p. 93, 

Schk., Crypt., t. 86. Saint-Domingue, Poiteau; Guadeloupe, L'Herm.; la Marti- 
nique; Mexique, Schaff., au Mirador, n° 146. Trouvée à Manille par Chamisso. 
— Plante très-dilatée, à segments obtus, paucinervée, très-souple, à souche 
fort dure , appendiculée de longues radicelles. La var. p. Flaccida, Bory, 
Guadeloupe, L'Hermin. , ne doit sa grande souplesse qu'à la circonstance de 
s'être développée à l'ombre. Dans le spécimen mexicain les segments supé- 
rieurs sont fructifères à la manière des pteris. 

16. laciniata, Willd., Filic., p. 397. Hook. , Sp. filic., II, p. 176; excl. syn. plur., 

1. 132? Porto-Rico, deTussac. — Frondes tripinnées; pinnules écartées, seg- 
ments- étroits. Le Pteris villosa, Sw., Syn., p. 295, réuni par M. Hooker au P. 
laciniata, est une plante arborescente qui n'a aucun rapport avec la plante de 
Willdenow. 

dubia. — P. nigrigans, Willd. Filic, p. 396. Plum., Filic, p. 32, t. 42. Le long 
des ruisseaux à Saint-Domingue, où elle serait commune. — Plumier ayant 
dit: Filixcrenis rotundis et nigricante limbo prcecinctis (lobes entourés), on a 
cru pouvoir la rapporter à un pteris dont cette plante, telle qu'elle est repro- 
duite dans la figure citée, diffère absolument et par le port et par ses rachis 
partiels flexueux. 

(53) 25. PELLtEA, Lk., Sp. filic., p. 59. 
1. atropurpurea, L., Sp. pi. , 1534, sub pteride. Cuba (H. F.) 

(55) 26. ONYCHIUM, Klfss., Enum. filic, p. 134. 
1. multifidum, F., 7 e Mém., p. 74, t. 17, fig. 3. Cuba, Linden. 



DES ANTILLES. 



25 



(56) 27. DORYOPTERIS, J. Sm, in Hook, Jour, bot., t. IV, p. 162. 

1. pedata, L., Sp.pl., 1532, sub pteride, Plum., Filic, p. 130, t. 152. Jamaïque; 
Saint-Domingue, de Tussac; Guadeloupe, où elle dépasse en hauteur 40 
centim. L'Hermin. , 1851 ; Mexique, Schaffn., n os 263 et 485. 

(57) 28. LITOBROCHIA, PresL, Emend., F., Gen. filic, p. 134. 

1. Plusieurs nervilles anastomosées: Eulitobrochia. 

1. denticulata, Sw., Prodr., p. 129. Willd.,ffi, p. 372, sub pteride, H. et Grev., 

Icon. 28. Saint-Domingue, Sw.; Cuba, Wright, n° 270. Brésil. 

2. Aghardii, F.;P.gigantea,Sieb., Fil, martin., n°161. Guadeloupe, bois humides, 

L'Hermin. ; Saint- Vincent (H. Hook.); Cuba, Morelet; Saint-Domingue, de 
Tussac et probablement toutes les Antilles. Les jeunes pousses (novellœ) sont 
d'une merveilleuse transparence et dune souplesse extrême. 

3. propinqua, Agh., Pterid., p. 65, sub pteride; P. polita, Lk. Hort. berol., p. 30? 

Jamaïque par divers. - M. Hooker, Sp. filic, II, p. 223, rapporte à cette espèce 
le P. Orizabœ, Mart. et Gai., Filic mexic, p. 53, t. 13. 

4. aculeata, Sw., Prodr., p. 1 29, sub pteride ; Plum., Filic., p. 6, t. 5, 9 et 11. Saint- 

Domingue, de Tussac; Saint- Vincent (H. Hook.) ; Martinique, montagne de la 
Calebasse et Saint-Domingue au port de la Paix, Plumier. 

5. podophylla, Sw., Syn., p. 100. Jamaïque, Browne (Sw.); de Tussac (H. F.). 

6. Tussaci, F., Gen. filic., p. 137. Saint-Domingue, de Tussac. 

7. longibrachiata, Agh., Mono g. pterid., p. 75. P. aculeata, Sw. (partim). Saint- 

Vincent (H. Hook.), Martinique (H. Paris). 

8. AFFINIS, F. 

Frondibus bipinnatis, basi Upartitis, glabris, flexibilibus , elatis, stipite raclvi- 
quetenuibus, lœvibus, albidulis ; pinnis remotis, alternis, basalibus ali- 
quando pinnatijidis ; segmentis approximatis, late lanceolatis, curvatis, apice 
acuminatis, acumine serrato, elongato, sinubus in segmentis inferioribus 
lotis, in superioribus angustissimis ; sporotheciis angustis, apicem segmen- 
torum non attingentibus; sporangiis ovatis; annulo 20 articulato; sporis 

trigonis. 

Habitat in Guadalupa (Capestone, les 3 rivières, les habitants; L'Her- 

minier, 1861). 

4 






26 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Filix amplissima, glabra, nervillis sculpturalis, areolis regularibus, hexa- 
gonoideis ; surculo crasso, undique radicellis fuscis involuto. 
(Longueur, 80 centim. à 1 mètre; une pinnule latérale, 50 centim. ; pinnelles, 48 à 20 centim.) 
Le stipe et le rachis sont fort déliés; la plante est très-flexible et laisse voir facile- 
ment la nervation. Elle se rapproche du L. crassipes, dont elle diffère cependant très- 
notablement. Les jeunes frondes (novellœ) offrent tous les genres possibles de par- 
tition; dans cet état elles sont translucides comme des frondes d'byménophyllacées. 

9. pallida, Radd. , Fil. Bras., p. 49, t. 71, sub pteride. Jamaïque, Rankroft; 
Guadeloupe, L'Hermin., 1861; Venezuela. — Rhizome rampant, sinueux, 
assez petit, presque triangulaire, s'enfonçant en terre à la manière de notre 
pteris aquilina; faisceaux vasculaires formant autour du rhizome une étroite 
bordure. M. Hooker, Sp. filic, II, p. 230, réunit cette espèce au Pteris incisa 
de Thunberg. 

10. Kunzeana , Agh. , Pterid., p. 62, sub pteride; Pt. podophylla, Kze. , Foug. Pœpp., 
p. 75. Porto-Rico , Riedeley. 

11. in^qualis, F. 

Frondibus tripartitis, glaberrimis , petiolo valido, basi incrassalo , trisulcato , 
lœvi ; pinnis lateralibus alternis, longe stipitatis, in ambitu oblongo-lanceo- 
latis , pinnulis brève stipitatis, superioribus adnatis , exterioribus longio- 
ribus , caudatis, cauda elongatà , argute dentata, dentibus rigidis; inter- 
media longissima ; pinnulis inœqualibus , basi cunealis , segmentis oblongis 
mesonevron non attingentibus , curvatis , apice sterili, argute dentàto; venis 
basalibus areolam angustam undulatam formantibus , areolis segmentorum 
subovoideis; sporotheciis laliuscidis; annulo i4-16articulato ; sporis obscure 
trigonis. 

Habitat in insula Trinitatis. Germain, 1862. 

Filix elata, siccitate subpapyracea, pinnis manifeste inœqualibus. 

Icon. : Tab. VIII, fig. 1 {ad decimam partem reducta cum fragmento magnitu- 
dine naturalï). 

(Longueur, 1 mètre 50 centim. et probablement plus; les partitions latérales dépassent 45 à 48 
centim.; l'intermédiaire atteint 80 à 85 centim.; les pinnules du côté gauche de la lame stérile sont 
toutes plus longues que celles du côté droit ; leur largeur moyenne est de 3,5 à 4 centim. ; le pétiole 
fait environ la moitié de la longueur totale.) 

Très-grande espèce, tripartite, peu développée latéralement; l'élongation en 
queue des pinnules se réduit considérablement dans les pinnules inférieures, où 
elle n'est plus représentée que par une pointe anguleuse; pétiolées vers le bas, 



DES ANTILLES. 27 

elles deviennent sessiles par le haut; le sommet des segments est toujours stérile. 
Cette fougère semble fort distincte de toutes ses congénères. 

2. Nervilles basilaires seules anastomosées: Campteria. 

12. biaurita, L., Sp. pi.) 1534, sub pteride; Campteria Roltleriana , Près], Tent. 

pter., t. 5, fig. 26 (partictila). Guadeloupe, L'Hermin. , 1861; Guyane fr. 

13. BREVINERVIS, F. 

Frondibus in ambitu ovalis, basi bipinnatis, pinnulis subopposilis , terminait 
subovoidea, petiolata, pinnatifida, apice caudata; segmentis ad dimidiam 
partem liberis, ovatis, leviter curvatis, areolis latis, fere œqualibus, margine 
superiore denlalo- crenatis , nervillis tenuibus , marginem non attingentibus. 
Habitat in insula Guadalupensi. 
Icon. : Tab. VIII, fig. 2 (ad decimam partem reducta cum fragmento magnitu- 
dine naturalï). 
Notre description est faite sur un spécimen stérile qui n'a pas atteint ses pro- 
portions; elles doivent être assez considérables. Si nous décrivons cette espèce, c'est 
qu'elle a un caractère qui n'existe chez aucune autre; les nervilles n'atteignent pas 
la marge, qui cependant est dentée-crénelée; les frondules inférieures sont bipin- 
nées à la base et pédiaires, le développement des frondules extérieures est bien 
plus considérable que celui des frondules internes , qui parfois sont presque en- 
tières ou simplement ondulées. 

(58) 29. HETEROPHLEBIUM, F., Gen. fil, p. 139, t. XI B. 

1. GRANDiFOLiUM , L., Sp.pl., 1531, sub pteride; Plum., Filic., p. 88, t. 105; 
Schkh., Crypt., t. 89. Guadeloupe, à la Grande-Terre, qui est calcaire, et non 
dans la partie volcanique, L'Hermin.; Jamaïque, Wilson; Nouvelle- Grenade. 

(60) 30. LONCHITIS, L., Gen. pi éd. Sckreib., n° 1629. 
1. aurita, L., Sp. pi, 1536; Plumier, Filic., p. 14, t. 17. Martinique, Plum. 

VIII. CHÉILANTHÉES, F. , Gen. filic. , p. 145. 

(61) 31. ADIANTOPSIS,F., le. 

1. radiata; Sw., Syn. fil, p. 121 , sub adianto; Plum. , Filic., p. 55, t. 100; Hy- 
polepis radiata, Hook., Sp. fil, II, p. 72, t. 91, A. Guadeloupe, Perrottet, 
L'Herminier; Saint-Domingue, de Tussac; Martinique; Mexique, Schaffn., n° 34. 






28 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. paupercula, F., /. c, p. 145; Hypolepis paupercula, Hook., Sp.fil., p. 73, 

t. 88, C. Cuba, Linden, n° 1864. 

3. pedata, Th. Moor. , Ind. filic, p. 48; Hypolepis pédala; Hook., /. c, p. 73, 

t. 92, A. Jamaïque, Purdie. 

(62) 32. HYPOLEPIS, Bernh., Presl., Tent. pterid. , p. 161. 

1. repens, L. , Spec. pi, p. 1536, sub Lonchitide, Plum., EU., p. 11, t. 12. Saint- 

Domingue, de Tussac; Martinique (teste Bory, H. F.); Guadeloupe, L'Hermin.; 
Brésil, Martius, n° 381. Patrie très-étendue. 

2. DELICATULA, F. 

Frondibus quadripinnatis , pinmdis primariis late lanceolatis , secundariis 

ejusdem formez, subsessilibus, longe acuminatis, tertiariis sessilibus, pinnatis, 

sj obtusiusculis , segmentis ovatis, leviter crenatis; rachibus pinnularum prima- 

rium aculeatis , aculeis parvulis rectis; laminis glabriusculis ; sporotheciis 
parvis , axillaribus , supra segmentum solitariis ; indusio tenui, brevissimo. 
Habitat in Guadalupa. L'Herminier, 1864. 
Icon. : Tab. XXI, fig. 1 (redacta, cumfragm. magnit. naturalï). 
Filix tenera, debilis , flexuosa, rachibus tenuibus. 
(Dimensions pareilles à celles du Dicksonia cicutaria, auquel elle ressemble par le port el la souplesse.) 
3. nigrescens, Hook. , Spec. filic., II, p. 66, t. 90 c. Jamaïque, Wilson. (N. V.) 

(67) 33. CHEILANTHES, Sw., Syn. fdic, p. 126. 

1. microphylla, Sw. , /. c. , p. 127. Jamaïque, Hartweg, 1581; Saint-Domingue; 

Saint-Eustache; Cuba, Wright, 887; Saint- Vincent ; Guadeloupe, dans les 

terrains volcaniques, L'Hermin.; Montserrat; Mexique, Schaffn., n° 481. 

p. Aspidioides, F., 6 e Mém., p. 36, t. 9, fïg. 1; Plum., Filic, p. 44, t. 58; 

C. aspidioides, F., Gen. fdic., p. 157; C. micromera , Lk. , Hort. berol., 

II, p. 36. Saint-Domingue, Poiteau; Jamaïque, Sieber?; Mexique, 

Schaffn., n os 84 et 85. 

2. elongata, Willd., #<?r£.,Kaulf., Enum., p. 213. Cuba; Guadeloupe; Mexique. (N.V.) 

3. marginata , H. B. etKth., Nov. Gen., I, p. 18, t. 669; C. chœrophylla, Kze. , Linn., 

XXIII, p. 243 et 307; Mart. et Galeotti, Fil. mexic, p. 47, 1. 11 , sub allosoro. 
Jamaïque. 

4. Bradburii, Hook., Sp. fdic, II, 97, t. 109, 5? Jamaïque; Texas. (N. V.) 

(63) 34. MYRIOPTERIS, F. , Gen. filic, p. 148. 
1. tomentosa, Lk. , Hort. berol., II, 42, sub cheilanthe ; F., /. c, p. 149, 1. 12, A, 
fig. 2; Hook., Sp. filic, II, p. 96, 1. 109, X Jamaïque, fide Th. Moore, Index. 



DES ANTILLES. 29 

(68) 35. NOTHOCHL^NA, R. Biy, Prod. N. Holl., p. 145. 

1. trichomanoides , R. Br. , l. c , Pteris , Schkh. , Crypt., t. 99; Plum., Filic. , 
p. 57, t. 75; Sloane, Petiver, etc. Saint-Domingue, de Tussac; Jamaïque, 
Wilson. 

IX. HÉMIONITIDÉES, F., Gen. filic, p. 164. 

(70) 36. TRISMERIA, F., I. c, p. 164, t. 14, A, fig. 1 et 2. 

1. aurea, F., /. c, t. 14, fig. 2 (pars); Acrostichum trifoliatum, L. , Sjd. ;?/., 
1527; Schkh., Crypt., tab. 3 et 22; Plum., Fil., p. 123, t. 144. Jamaïque, 
Gumana; Saint-Domingue, Plumier. — Diffère à peine du Trismeria ar- 
gentea, F., /. c. , p. 165. 

(73) 37. NEVROGRAMME, Lk., Spec. filic. , p. 138. 

1. rufa,L., Spec. p/.,1525, sub acroslicho ;lk.,l. c; Schk., Gfpf.'i p. 8, 1. 17 et 21. 
Cuba , Linden , n° 2032 ; Saint - Domingue , de Tussac ; Jamaïque ; 
Mexique. 

(77)38. HEMIONITIS , L. , Sp. pi. , i 535 , rechct, 

1. palmata, L., /. c, p. 1535; Plum., A'&c, p. 129, 1. 151. Saint-Domingue, Poi- 
teau; Guadeloupe, L'Hermin. ; Martinique, M lle Rivoire; Mexique, Sartorius. 

X. ANTROPHYÉES, F., Gen. filic, p. 174. 
(78) 39. ANTROPHYUM, Klfss., Enum. filic, p. 198. 

1. subsessile, Kze., Anal pterid., p. 29, 1. 19, fig. 1. Guadeloupe, L'Herm., 1861 ; 

Cuba, Wright, n° 775; Venezuela, Linden, 71. 

2. lanceolatum, Klfss., Enum filic, p. 198; Th. Moore etHoulst.; mGardn.mag. 

bot, III, 93, fig. 19; Plum, Filic, p. 111, 1. 127, C. Mexique, Schaffn, n° 134; 
M. Th. Moore réunit à cette espèce l'A Feei, de Schaffner, qui ne diffère en 
effet qu'à titre.de variété. — Guadeloupe, L'Hermin. ; Cuba, Wright; Jamaïque, 
Wilson, el probablement toutes les Antilles. 

3. cayennense, Klfss., Enum., p. 199 (in notis); Kze., Anal, pterid., p. 30, t. 19, 

fig. 2. Porto-Rico; Colombie. 

NB. Anlropàyum citrifolium, F.; voy. Anetium, genre 10, p. 8. 



30 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

XL LEPTOGRAMMÉES, F., Gen. filic, p. 178. 
(82) 40. HECISTOPTERIS, J. Sm., F., /. c, p. 179, t. 46, B. 

\. pumila, J. Sm.; F., I c. Guadeloupe, L'Hermin., 1863; Cxuyan. fr., Le Prieur. 
Croît sur les arbres parmi les mousses; elle est pectinée par le haut, et le 
nom de flabellata eût été très-convenable pour la désigner spécifiquement. 

(85) 41. CEROPTERIS, Lk., Sp. fdic, p. 141. 

A. Chrysodia. 

1. chrysophylla, Link., Sp. filic, p. 143; Plumier, Fil, p. 33, t. 44; Gymno- 

gramme, Auct. var. Martinique, Sieber, M Ile Rivoire; Guadeloupe, L'Hermin.. 
1861. 

2. L'Herminieri, Bory, sub gymnogrammate, Lk., /. c, p. 164. Guadeloupe, 

L'Hermin. — Quelques personnes veulent, dit Lk. , /. c. , que cette fougère 
soit une espèce hybride, produite par le C. calomelama et le C. chryso- 
phylla; tel n'est pas notre avis; elle est distincte; la sécrétion céreuse qui 
couvre les lames inférieures est d'un jaune très-pur; elle est moins grande 
que ses congénères. 

3. sulfurea, Sw., FL, Ind. occid., III, p. 129; sub acrosticho, Schkh., Crypt., p. 4, 

t. 4 (Junior), Saint-Domingue, de Tussac; Jamaïque, Sw. 

4. INTERMEDIA , F. 

Frondibus bipinnatis , inambitu lanceolatis, stipitibus longis, adianlinis, rufis, 
basi pulvere flavo farctis ; pinnulis auguste lanceolatis, segmentis remotis , 
linearibus , lanceatis, aculis, crenatis , basi incisis. 

Habitat in Guadalupa. L'Hermin., 1861; Pérou? Ruiz. 

Filix elata , strigosa , frondibus supra surculum erectum congeslis ; stipitibus 

validis, depressis, canaliculatis ; paulisper rara. 

(Longueur totale, 1 mètre, dont le stipe fait la moitié; frondules dressées, lancéolées, avec des 
pinnules linéaires , aiguës.) 

Elle se rapproche par le faciès du C. calomelama avec une poussière jaune sur 
la lame inférieure. Serait-ce une hybride? 

B. Argyria. 

5. calomel^ena, L., Sp. pi, p. 1529, sub acrosticho, Lk. , Sp. filic, p. 141 ; Plum., 
Filic, p. 30, t. 40; Schkh., Crypt., p. 4., t. 5; Langs et Fisch., Fil, p. 6, 



DES ANTILLES. 3! 

t. 3. Guadeloupe, L'Hermin. , 1861 ; Saint-Thomas, Mercier; Saint-Do- 
mingue, de Tussac; Jamaïque, Sw. ; Porto-Rico, Wydler; Mexique; Guyane 
franc., Poiteau. 

6. tartarea, Cavan., Prœl., 1801, n° 591, sub acrosticho, Lk., /. c, p. 142; 
Willd. , Hort. berol., I, t. 40. Martinique, M lle Rivoire; Jamaïque (Sw.); 
Mexique, Schaffner, n° 160. — Plusieurs formes (hybrides?) appartenant 
aux chrysodia et aux argyria se trouvent aux Antilles, spécialement à la Mar- 
tinique et à la Guadeloupe, elles ajoutent singulièrement aux difficultés des 
diagnoses et hérissent ce genre de difficultés. 

(86) 42. ANOGRAMME, Lk., Filic. spec, p. 137. 

1. cilerophylla, Poir., Encyc. supp., III, p. 38; sub hemionitide, Lk., I. c, p. 138; 
H. et Gr. ,Icon., 45. — Cette fougère, assez mobile dans ses formes, est cos- 
mopolite; Cuba, Linden, n° 1930; Jamaïque; Brésil, Claussen. 

NB. Le genre gymnogramme devait trouver ici sa place, mais il n'est représenté 
aux Antilles que par les espèces dont les auteurs ont fait les genres ceropteris et 
anogramme que nous avons adoptés. Le caractère admis par les auteurs consiste 
uniquement dans l'extension que prennent les sporothèces, tantôt appuyés au point 
où se bifurquent les nervilles, tantôt naissant sur les nervilles latérales et correspon- 
dantes de chaque segment, tandis que dans les phegopteris , les sporothèces, qu'ils 
soient arrondis, elliptiques ou ovoïdes, ne se développent que sur une seule nerville, 
laissant toujours stérile la nerville correspondante. Dans le premier cas il y aurait 
opposition, et dans le second alternance; ajoutons que le port de ces fougères n'a 
rien de spécial. C'est pourquoi nous avons cru devoir faire de ces prétendus gym- 
nogramme une simple section du genre phegopteris , les phegopteris gymnogram- 
matoides ; on la retrouvera plus loin. 

XII. ASPLÉNIÉES, F., Gen.pl, p. 185. 

(87, 89) 43. ATHYRIUM, F.,AthyriumetHypochlamys, F., Gen. fil., p. 185 et 200, 
— Asplenii et Athyrii spec; Th. Moore, Gen. filic. et Index. 

§ i. HYPOCHLÀMYS. 
1. pectinatum, F. — Hypochlamys pectinata, F., Gen. filic., p. 200, t. 17, C. 

fig. 3. Asplenium costale; Th. Moore, Index, excl. syn. plur. Jamaïque; 
Saint-Domingue, de Tussac. — Cette plante diffère de YAthyrnm conchatum, 
auquel M. Th. Moore réunit notre plante. 



39 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. Tussagi, F., /. c, p. 201, sub hypochlamyde. Asplenium Tussaci, Th. Moore, 

Ind., p. 175. Saint-Domingue, de Tussac. 

Icon. : Tab. IX, fig. I (reducta, cum fragrn. magnit. naturali). 

3. squamulosum, F., I. c. , sub hypochlamyde; Asplenium squamulosum, Th. Moore, 

Index, p. 169. Saint-Domingue, de Tussac. 

Icon. : Tab. IX, fig. 2 (reducta, cum fragrn . magnit. naturali). 

§ 2. EUATHYRIUM. 
4-Filix-fœmina , Roth., Flov. Germ., III, p. 65; Schkh., Crypt., p. 56, t. 58 et 59 ; 
Cuba (ex Th. Moor., in Indice). La géographie botanique de cette espèce est 
fort étendue. (N. V. ex Antill.) 

Le genre hypochlamys, fondé par nous, avait reçu pour caractère distinctif un 
indusium attaché au-dessous de la nervure prolifère, tandis que les sporanges en 
occupent la partie supérieure ; il n'est pas facile de constater cette situation qui 
ne s'applique pas à tous les sporothèces, aussi ne nous étonnons-nous pas que ce 
genre n'ait pas été adopté. M. Th. Moore en a fait des asplenium, mais le port est 
si différent et tellement semblable à celui des athyrium , indigènes et exotiques , 
que cette réunion n'est pas possible; en outre, Findusium qui est court, ovoïde et 
bombé, s'y oppose. M. Mettenius met ces plantes parmi les diplazium. 

5. conchatum, F., Gen. filic. , p. 186, t. 17, fig. 1. Saint-Domingue (H. F.); 
Jamaïque , Bankroft. 

(88) 44. ASPLENIUM, L. , Sp. pi. ,1538, Emend. 

4. Frondes entières. 

i. integrum, F., Gen. filic, p. 193. Guadeloupe, L'Herminier. 

Mésonèvre aplati, s'étendant sur une largeur de 8-9 millimètres; aucune autre 
espèce n'en offre un à beaucoup près aussi large; la marge des frondes est 
légèrement convolutée et parfaitement entière; elle atteint jusqu'à un mètre de 
hauteur. 

2. serratum,L. , Sp.pl., 1538, Schkh., Crypt., p. 61, t. 64; Plum., Fil., p. 108, 
t. 124. Antilles; Brésil; Pérou. 

Très-belle espèce, à marge denti culée, souche couverte d'écaillés noirâtres, 
linéaires, luisantes, dont le réseau est visible à l'œil nu. Il n'y a point de sporan- 
giastres mêlés aux sporanges. 



DES ANTILLES. 33 

3. CRENULATUM,PresL, Tent. pter., p. 406. A. serratum, var. : $. cremdatum. 

Th. Moore, lnd. — A. Nldus , Radd., Fille, ùrasll., p. 34, t. 53. Toutes les 
Antilles; Panama; Brésil. — On trouve en très-grand nombre , mêlés aux 
sporanges, des sporangiastres jaunâtres, claviformes, qui n'existent pas dans 
les deux espèces précédentes. 

2. Frondes bipartites. 

NB. Willdenow , Fille, p. 307, donne place dans cette section à un Asplenlum 

bifolium de Saint-Domingue, décrit et figuré par Plumier, FIL, p. 116, tab. 133. 

Cette plante, qui n'a point été retrouvée, n'est pour nous qu'une monstruosité; les 

auteurs qui ont admis cette prétendue espèce ne l'avaient très-probablement 

jamais vue. 

3. Frondes ternées. 

4. PDMILUM, Sw., FI, lnd. oce, III, p. 1610; Plum., Fille, p. 126, t. 66, A; Lowe. 

Fems, V, t. 31, B; A. anthrlsclfollum, Jacq., CollecL, II, 103, t. 2, fig. 3 et 4. 
— Toutes les Antilles; elle vit à la Guadeloupe, sur les rochers secs, L'Herm.: 
Mexique, Schaffn., n os 49 et 471. — La var. a. kymenophylloides , F., 7 e Mém.. 
p. 54, t. XV, fig. 4, trouvée en Abyssinie, est remarquable par sa souplesse 
et sa transparence. 

4. Frondes pinnées et pinnées-pinnatifides. 

5. serra, Langsd.etF., Icon. fille ,p.i6, t. 19; Lowe, Fems, V, t. 8. Willd., Fille, 

p. 312. Les Antilles; Mexique, Schaffn., n° 56. — Sporothèces courts, épais, 
presque ovoïdes. 

6. integerrimdm, Spr. , Nov. cict., N. C, X., p. 231 , Porto-Rico; Cuba, Linden, 

n os 1891 et 1911 ; Guyane anglaise. — Ce nom n'a rien de caractéristique, un 
très-grand nombre d'espèces ayant une marge entière. 

7. Falx, Desv., Prodr., p. 274. F., Gen. fille., p. 189, t. 47,D, fig. 2. Les Antilles: 

Mexique, Schaffn., n° 50. — Frondules très-nettement pétiolées, distantes, 
crénelées, acuminées, gibbeuses; la souche produit des filaments noirs. 
lisses, très -longs, semblables à des crins et parfois bifides au sommet; 
rien de pareil n'existe dans la famille des Fougères. Nous ne saurions com- 
prendre quels rapports unissent cette plante à notre A. plmpinellifolium, que 
M. Th. Moore regarde comme ne différant nullement de VA. Faix, Desv. 

8. gibbosum, F., Gen. fille, p. 192 et 195; Plum., Fil. , p. 46, t. 60? La Marti- 

nique, M Ue Rivoire, Perrottet. 

9. salicifolium, L. , Sp. pi., 1538. Radd., Bras., p. 35, t. 50. La Martinique. 



34 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Guadeloupe, L'Herminier; Mexique, Schaffn. , n os 52, 56. — Espèce très- 
répandue. Le rhizome conserve la base des stipes des végétations antérieures. 
M. Hooker, Sp. fdic, 11, p. 113, réunit cette fougère à notre A. neogranatense, 
7 e Mém., p. 47, t. 14, p. 1; or ces deux espèces sont tout à fait différentes. 

10. anisophyllum, Kze. , Linn., X, p. 511. Cuba, Linden, n os 1887 et 1890. 

11. dimidiatum, Sw., FI. Ind. occ, III, p. 1615 ; A. zamicefolium, Lodd., Bot. Cabin., 
t. 852. Non Willd., Kze., Supp. Schkh., I, p. 103, t. 48, excl. syn. plur. 
Jamaïque; Saint-Domingue; Cuba; Colombie; Pérou. 

12. rhomboidale, Desv. , Prodr., p. 272. Plum. , Filic, p. 50, t. 65. Saint-Do- 
mingue. 

13. regulare, Sw. , Vet. acad. Hand. Slockh., 1817, p. ,67; A. brasiliense, Radd., 
Fil. bras., p. 36, t. 51 (1824). Jamaïque; Cuba; Saint-Vincent; Guadeloupe, 
L'Herm. — Port très-élégant. Frondes terminées en une longue pointe den- 
tée; elle est arboricole et rupicole. La synonymie de cette espèce est très- 
embrouillée. 

14. ÏN.EQUALIDENS, F. 

Frondibus pinnatis , oblongo - lanceolatis , glabriusculis , in cauda elongata, 
denlata, angustissima, fertili terminalis, petiolo rachique kevibus purpnras- 
centibus; frondulis pellacidis, oblongis, basi truncatis, cuneatis, obtusissimis, 
-*4 ultimis refiexis, inœquilateralibus ; mesonevro in nervillas furcatas, tenues, 

evanescente, marginibus profunde dentatis, dentibus inœqualibus , erectis, 
obtusis; sporotheciis cenlralibus, distantibas , subovoideo-linearibus , leviter 
curvatis, ultimis inversis, aliquando diplazioideis ; indusio membranaceo; 
sporangiis rotundis, annulo 20 articulato; sporis brevissime ovatis. 
Habitat in Gnadalupa. L'Herminier, 1861. 

Filix inter asplenia et diplazia posila, sed faciem habet recte asplenii; affinis 
cum A. cristato. Wallich. (Ind. or.) 

Icon. : Tab. IX, fîg. S {reducla cum fragm. magnil. natur.). 

(Dimensions : 50 cenlim. de longueur, dont le pétiole fait un peu plus du tiers; frondules cen- 
trales, 5 centim. sur 9 à 11 millim. de largeur; le rhizome, très-fibrilleux, atteint la grosseur d'une 
plume de cygne; il est chargé de débris de pétioles; les écailles de ce rhizome sont linéaires [pili- 
formes]). 

Cette espèce est tout à fait remarquable par des sporothèces simples et inverses 

(diplazioïdes) ; on trouve même çà et là sur les lames quelques sporothèces à 

double indusium. Rien n'est plus propre que cette plante à servir de démonstration 

pour établir la faiblesse des caractères sur lesquels est établi le genre diplazhm, 






DES ANTILLES. 35 

car il s'agit bien ici d'un véritable asplenium. On peut expliquer cette sorte d'ano- 
malie qui n'est pas unique , en se représentant l'auricule comme l'origine d'un 
segment distinct, arrêté dans son développement; ainsi compris, tout est régulier. 

-15. obtusifolium, L., Sp. pi., 1538; Plum., Filic., p. 51, t. 67. H. et Gr., Icon., 
239. Les Antilles. — Elle croît à la Guadeloupe, sur les falaises très-humides; 
Nouvelle-Grenade. — Cette espèce a la transparence des hymenophyllum. Le 
rachis est flexueux, aplati, mais non ailé, ainsi que le voudrait Willdenow, 
Fil, p. 314. Le rhizome est chargé de très-longues fibrilles. 

16. resectum, Sw., Si/ii. filic, p. 80 et met. plurim. — Cette espèce cosmopolite 

se trouve à la Guadeloupe. 

17. auritum, Sw., Syn, filic. , p. 78. Schkh., Crypt., p. 199, 1. 130, S.;Lowe, Ferns. 

V,t. 32. Cuba, Linden, 1937 (frondibus dealbatis); Mexique, Schaffn., n os 69; 
Galeotti , 6392. — M. Th. Moore (Index) fait de cette plante , figurée par 
Plumier , t. 74 , une variété Ê. macilentum. 

18. macilentum, Kze. , Herb. Kl. , Linn. , XX, 351 , F. , Gen. filic., p. 192. A. au- 

ritum, var.: pinnis obtusis, Metten., Filic. Lips., p. 73, t. 8, fig. 3-6 (partie.). 
Saint-Domingue; Jamaïque; Colombie, Hartw., n° 1503. 

19. alatum, H. B. , in Willd. Filic, 319. Hook. et Grev. , Icon., 137. Saint- Vincent; 

Saint-Domingue, de Tussac; Brésil; Pérou. — Frondes molles et transpa- 
rentes ; justifie pleinement son nom spécifique. 

20. harpeodes, Kze., Linn. XVIII, p. 329. Jamaïque et Saint- Vincent ? Mexique, 

Galeotti, n° 6407; Schaffn., n° 55. 

21. pteropus, Klfss., Enum,, p. 170. Jamaïque; Saint-Vincent; Porto-Rico, Gua- 

deloupe, L'Hermin.; Venezuela; Brésil. — Espèce très-bien caractérisée par 
son nom spécifique; les frondes sont notablement recourbées vers le haut. 

22. abscissum, Willd. , Filic. , p. 321; .4. ketum, Schkh., Crypt., p. 65, t. 70. Les 

Antilles; Cuba, Linden, 1881; Saint-Vincent; la Dominique; Guadeloupe. 
L'Hermin., etc. Mexique, Galeotti, n° 6288, Schaffn., n°56; Guyane française. 

23. cirrhatum, Rich., in Willd. filic, p. 321. .4. mastigophyllum, F., 8 e Mém.. 

p. 83. Guadeloupe, Bois humides et élevés; L'Herminier, 1861 ; Colombie. 
Moritz, n° 242. — Dans notre spécimen, la marge des frondules n'est pas 
sub duplicato- obtuse serrato , mais bien simplement crénelée; elle est parfois 
prolifère à l'extrémité des longs filaments (cirrhœ) qui résultent de l'allonge- 
ment du rachis. 



36 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

24. pimpinellifolium, F. et Schaffn., 7 e Mém., p. 52, t. 25, f. 5; A. Faix, Th. 

Moore, Index, non Desv. Les Antilles; Mexique, Schaffn., n° 50. — Indiquée 
à la Guadeloupe comme arboricole et rupicole. 

25. dentatum, L., Spec pi, 1540. H. et Gr., lcon., 72. Plum., Fllic, p. 58, t. 101, 

C. Jamaïque, Wilson; Guadeloupe, à la Grande-Terre, où elle est rare, L'Her- 
min.; Mexique, Linden, n° 77. — Radicelles fauves et fortement tomenleuses; 
sporothèces envahissant parfois complètement les segments pinnulaires. Quoi- 
que la figure donnée par Plumier soit grossière, elle est pourtant exacte. 

26. erosum, L., Sp.pl, 1539. Jamaïque, Cuba, Linden, 2017. (N. V.) 

27. Trichomanes, L., /. c, 1540. Cuba, Jamaïque, Mexique, Schaffn., n° 472. — 

Cette espèce est cosmopolite; les formes américaines diffèrent un peu de la 
forme européenne. 

28. ereneum, Ait., Eort. Kew., III, 462, Sw., Syn. filic, p. 79; Lowe, Fems, V, 

t. 2; A. polypodioides , Schkh., CrypL, p. 67, t. 73. Saint-Thomas, Perrin. 

29. nanum, Willd., Filic, p. 323; Plumier, Filic, p. 50, tab. 66, B. — Plante mal 

connue. 

30. heterochroum, Kze., Linn., IX, 67. Cuba; Mexique, Galeotti , n° 6444, (N. V.) 

31. formosum, Willd., Filic, p. 329. Darea incisa, F., o/m;Hook., Fil exol, t. \6 ; 

Lowe, Fems, V, t. 43, B. Les Antilles; Amérique septentrionale. 

32. l^tum, Sw., Syn. filic, p. 79 et 271; Hook., Spec filic, III, p. 133, t. 173. 

Les Antilles. 

5. Frondes hi-tr if innées. 

33. sulgatum, Lmrk., Encyc, II, p. 308. Plum., Filic, p. 36, t. 46. Les Antilles; 

Mexique, Schaffn., n os 64, 65 et 66. — Arboricole et rupicole à la Guade- 
loupe; rappelle Y A. Adiantum-nigrum , L., et l'A. fragrans, Sw., par le port. 

34. dispersum, Kze., Linn., XXIII, p. 233; Sloan., Jamaica, t. 33, f. 1 ; Metten. , 

Fil. hort. Lips., p. 76, t. 9, f. 5 et 6 (fragm.). — Cette espèce est indiquée 
à la Jamaïque; elle est faiblement caractérisée et se rapproche de la précé- 
dente, dont elle n'est peut-être qu'une simple forme. 

35. radicans, Sw., Syn. fil, p. 84. Jamaïque; Cuba, Wright, n° 850. Colombie; Pérou. 

36. fragrans, Sw. , Prodr., p. 130, et Syn., p. 84; Antilles; Brésil; Pérou. — 

Espèce bien voisine de VA. mexicanum, Mart. et Gai.; Foug. mexic, p. 62. 

37. martinicense, Willd., Filic , p. 344; Plum., Filic, p. 31, t. 41. Martinique, 

Sieber; FI Mart., n° 364. 



DES ANTILLES. 37 

38. Adiantum-nigrum, L., Sp., 1541; var.:p. acutum, Th. Moore, Fernsof G. Brit. 

nat.print., t. 36. Porto-Rico, herb. Willd., teste Heuffler. — Plante cosmo- 
polite et assez polymorphe. 

39. Fadyeni, Hook., 2 e centur. Ferns, t. 27. Ejusd., Sp.filic, III, p. 192. Jamaïque, 

M' Fadyen. 

40. pilemorsum, Sw., Prod., p. 13, et Syn,, p. 83; A. canariense Weeb. et Berth., 

Phytogr. canar., III, t. 251. Jamaïque; Mexique, Schaffn., n° 307. 

41. squamosum, L., Sp. pi., 1539; Hook., Sp.filic., III, p. 186, t. 210; Plum., 

Fille., p. 86, t. 103 (rare). Venezuela, Fendl., n° 132. 

42. cuneatum, Lmrk., Enc. méth., II, 309; Schkh., Crypt., p. 73, t. 78. Jamaïque, 

Wilson; Cuba; Guadeloupe, L'Hermin.; Saint- Vincent; Brésil; Pérou. - - Elle 
est polymorphe et arboricole. 

43. furcatum, Thunb., Prod. FI. Cap., p. 172; A. fragrans, Schkh., p. 199, 

pi. 130 B; non Sw., Jamaïque; Porto-Rico, fide Hook., Spec. fllie., III, p. 167. 

44. laserpitiifolium, Lmrk., Enc. méth., II, p. 310. Schwanecke; Porto-Rico; 

Mexico, Liebmann, fide Hook., I. c., p. 172. 

45. rhizophorUm, L., Sp. pi., 1540; Willd., Fille., p. 334; A. cyrtopteron, Kze., 

Metten., Hort, bot. Lips., p. 76, 1. 10, fig. 3 et 4 (fragm.). Jamaïque; Porto- 
Rico; Cuba, Linden, 1755; Brésil; Caracas. 

6. Dareaslrum. 

46. rhizophyllum, Thunb., subcœnopteride, Nov. act.Petrop., IX, p. 158, A.rhizo- 

phyllum, Presl, Tent. pterid., 108; A. Macrcei, H. et Gr., Icon., 217. Cuba; 
Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue; Porto-Rico; Colombie. 

47. adiantoïdes, Radd., Syn. fllie., p. 101. Ejusd., Fil. bras., 40, t. 51, fig. 2, 

Jamaïque; Brésil, Gardner, n os 177 et 178. 

48. myriophyllum, Presl., Beliq. Hœnk., 1, p. 48. Jamaïque; Cuba, Linden, 

n os 1880, 1881. Trinité; Porto-Rico; Mexique, Schaffn., 62 a et 62 b. 
Var. : p. divaricatum, Kze., Linn., IX, 71 et in Schkh., Supp., II, 94, t. 139; 
Metten., Aspl, 115, t. 5, f. 7 et 8 (fragm.). Saint-Domingue; Colombie. 

49. cicutarium, Thunb., Nov. act. Petrop., IX, p. 158, t. C, fig. 1, et t. F, fig. 2 

sub camopteride.Vlum., Filic. , p. 34, fig. 48, A; A. cicutarium, auct. plurim. 
Metten., Fil. Lips., p. 71, f. 3 et 4 (fragm.); Lowe, Ferns, V, t. 20. Saint-Do- 
mingue, de Tussac; Martinique, M lle Rivoire; bois rocailleux de la Guadeloupe, 



3% FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

L'Hermin., 1861; Mexique, Schafïh., n° 61 (frondibus decussatis). — Plante 
très-répandue dans toute l'Amérique tropicale. 

50. rùtaceum, Willd., Fil., p. 266; Plum., Fil., p. 44, t. 57. Metten., Asplen., 

p. 129, t. V, fig. 32, 33 (fragm.). Saint-Domingue, Plum.; Colombie, Moritz, 

n° 402. (N. V.) 

51. bissectum, Sw., Prodr., p. 130; excl. synon. Jamaïque; Cuba, Wright, 852; 

Colombie, Moritz, n° 246. 

52. delicatulum, Presl, Rel. Hcenk., 1/47, t. 7, f. 3. Cuba, Linden, n° 2176; 

Wright; Quito; Pérou. (N. V.) 

53. bifissum, F., Gen. filic., p. 192 et 199; Cuba, Linden, 1888. 

54. fœniculaceum, H. B. K. , Nov. Gen., 1, 15; A. abrotanoides , Presl.; Reliq. 

Hcenk., 1, 47, t. 8, f. 2. Cuba, Wright, n° 857; Colombie; Mexique, etc. 

?55. thalictroïdes, Kze., Linn., XXIII, 238; Darea? thalictroïdes, F., Gen., p. 333. 
Jamaïque. 

(92) 45. HEMIDYCTION, Presl., Tent. pter., p. 110. 

1. marginatum, L., Sp. pi., p. 1539; sub asplenio, Hook.; Fil. exoL, t. 55, A. 

Plum., Fil, p. 88, t. 106. Martinique, M IIe Rivoire; Jamaïque, Wilson; Gua- 
deloupe, au bord des eaux, L'Herminier. — Frondes parfois simples, très- 
longues et notablement cordées à la base. Brésil, Venezuela. 

2. purdieanum, Hook. , Icon. pi., X, t. 938, sub asplenio; Asplenium Purdiea- 

noides, Karst., Flor. Columb., I, t. 32. Jamaïque, Purdie. (N. V.) 

XIII. DIPLAZIÉES, F., Gen. filic, p. 212, 

(99) 46. DIPLAZIUM, Sw., Syn. filic, p. 4, emend. 

I. CALLIPTEMDASTRUM. 

* Frondes simples. 

1. plant agineum, Sw. , Le, p. 91, Schk., Crypi. , p. 80, t. 85. Jamaïque; Trinité; 
Porto-Rico; Guadeloupe. L'Herm. 1861. Terrestre; bois humides. Mexique. 
Galeotti, n° 6398; Schafïh., n° 48, a, b. Brésil, etc. — Très- souvent prolifère et 
fructifère sur les frondes de seconde génération; quelquefois elle tend à la 
forme pinnatifide. 



DES ANTILLES. 39 

2. ? castane^efolium, Bory. Voy. aux quatre îles d'Afrique, I, p. 282, sub callip- 

teride, Sw., Syn. filic, p. 91. Saint-Thomas provenant de Ventenat et décrite 
par Bory. — Tout dans cette plante est douteux, jusqu'à l'origine. Ce n'est, 
sans doute là , qu'une simple forme de l'espèce précédente. Depuis Bory per- 
sonne ne l'a revue et tous les auteurs ont cité la courte phrase donnée par le 
voyageur; Kunze, Linn., t. XXIII, p. 250, la désigne avec doute et nous 
faisons comme lui. 

** Frondes pinnées. 

3. grandifolium, Sw. , Syn. fil, p. 91; Hook., Sp. filic, III, p. 241, née 

D. brevifolium, Kze., nec D. Schlimense, F. Guadeloupe, L'Herminier, 1861. 
Vallée de la rivière Dupleyes. — Elle est indiquée à Cuba, à la Martinique et 
ailleurs ; mais il n'est pas sûr que ces localités diverses se rapportent à la 
même plante. Cette espèce est d'une grande beauté et peut atteindre ou 
même dépasser un mètre; les grandes frondules n'ont pas moins de 30 cen- 
tim. sur 6 centim.; la marge est légèrement ondulée vers le bas, dentée dans 
son milieu et vers le sommet qui se termine en une longue pointe. La base 
est arrondie, presque sessile et en coin; le rachis est assez grêle; inter- 
posées entre l'œil et la lumière, les lames sont transparentes et le tissu se 
laisse deviner par des points translucides. Les plus grands sporothèces 
mesurent jusqu'à 3 centim. On ne peut rapporter à cette espèce les détails 
donnés par Presl, Tentam. plerid., t. 4, p. 3; non plus que ceux dus à 
M. Mettenius, Asplen., t. 5, p. 178, fig. 3. Le nom spécifique de brevifolium 
ne lui convient en aucune manière. 

MM. Hooker et Th. Moore réunissent à cette espèce notre D. Schlimense , 8 e Mém., 
p. 84, fort différent, suivant nous, par ses marges fortement crénelées, parla 
base cordiforme de ses frondules qui sont sessiles et par l'étroitesse de ses sporo- 
thèces. Les frondes ne laissent pas voir le tissu cellulaire par transparence. 

Var. p. macrochlamijs ,F '., delà Jamaïque, remarquable par la grande largeur des 
indusium; peut-être est-ce une espèce ? 

4. callipteris, F., Gen, filic., p. 214. Cuba, Linden; Martinique; Guadeloupe, 

L'Hermin. ; Rio-Janeiro ? fide Bory. — Nous avons décrit cette plante sur 
un spécimen de Cuba; elle est fort belle, et atteint ou même dépasse un 
mètre de hauteur; ses frondules sont peu nombreuses, en raison de leurs 
dimensions, quelques-unes mesurent jusqu'à 35 centim. sur 9 centim. de 
largeur. La marge est ondulée , entière ou crénelée , parfois assez profondé- 
ment; la consistance de ces frondules est papyracée ; les nervilles qui font 



40 FOUGÈRES ET LYCOPÔDIACÉES 

saillie sont libres et fort élégantes ; dans les vrais callipteris elles sont anas- 
tomosées; le tissu, vu interposé entre l'œil et la lumière, est criblé de petits 
points pellucides. 
Le Callipteris undulosa, indiqué à la Martinique par Plumier, qui l'a figuré (Fil., 
t. 107), est une plante grossièrement reproduite, qui se rapporte plutôt à un 
meniscium qu'à un diplazium; elle doit disparaître des synonymes. Nous possédons 
en herbier, provenant de Bory, un spécimen à nervilles libres, donné par cet ami 
sous le nom spécifique iïundulosum. 

5. CELTiDiFOLiUM, Kze., Bot. Zeil. , III, 285; Metten., Fil. Lips., p. 75, 1. 12 , fig. 8 

et 4, sub asplenio. Jamaïque ; Martinique , Trinité ; Guadeloupe ; Venezuela ; 
Panama , etc. — On reconnaîtra facilement cette espèce à sa marge crénelée, 
à crénulations dentées. Elle est arborescente in Horto argentoratensi. 

6. juglandifolium , Lmrk., Encyc, I, 307; sub asplenio; Schkh. , Crypt. , p. 80, 

t. 85; Hook. , Filic. cxot., I, t. 100. Jamaïque; Sloane, Jamaic, I, p. 82, 
t. 37. Venezuela. 

7. Apollinaris, L'Herminier in litter. 

Frondibus bipinnatis , glaberrimis , cr assis , rachi crassitudine pennm cgcni , 
basi subtriangnlari, rachi snlcato ; pinnulis pinnatifulis , lanceolatis , petiolo 
valido; inferioribus basi subcordatis, superioribus adnalis, lamina inferiore 
punctïs atomisticis albidulis , rotundis cooperta , apice longe caudato ; seg- 
mentas oblongis , obtusissimis , falcatis, sinubus angustis, acutis, inler se 
aperientibiis ; nervillis curvatis , in longitudine tota fertilibus ; sporotheciis 
longis curvatisque ; sporangiis rotundis , annulo crassissimo , 14-16 articu- 
lato; sports reniformibus. 

Habitat ad cacumen montis Matouba Guadalupœ (Germain , 1861). 
Filix magna, crassa, siccitate rufidula, punctis albidulis laminarum inferio- 
rum notata, sœpe vivipara; radicellis longissimis in axilla pinnularum 
emergenlibus. 
Icon. : Tab. X, fig. 1. (Planta reducta cum fragmentis magn. naturali.j 
(Longueur, 80 centim. à 1 mètre et plus; le stipe est très-robuste et le rachis étroitement canali- 
culé; les plus grandes pinnules mesurent 30 centim. environ sur 7 centim. d'envergure; les segments 
ont 15 à 18 millim. de largeur.) 

Très-grande espèce, ayant le port des callipteris, avec des nervilles libres, 
courbes ; les sporothèces diplazioïdes sont basilaires et au nombre de 1 à 2 seule- 
ment, les autres sont asplénioïdes. Il en existe 8 à 9 rangées; cette fougère rappelle 
par le port, mais avec des nervilles libres , le Digrammaria robusta de Bourbon 
(F., Gen. filic, p. 217), plante que M. Th. Moore, dans son Index, œuvre de 



DES ANTILLES. 41 

patience et de conscience, place, non sans raison, parmi les callipteris. M. le doc- 
teur L'Herminier nous avait dédié cette espèce sous le nom spécifique de Dipla- 
zium Feei, mais comme il existe déjà un diplazium de ce nom, et par respect pour 
les intentions bienveillantes de notre zélé correspondant, nous lui avons donné l'un 
de nos prénoms. Il existe pour cette fougère une particularité unique ; à l'état 
vivipare, elle émet vers le haut, à l'aisselle des pinnules, plusieurs filaments ou 
radicelles longs de 18 à 20 centim., rameux, déprimés, prenant naissance sur un 
petit bourgeon écailleux qui apparaît d'abord sous forme de petites lames pellucides. 

II. EUDIPLÂZIUM. 

Frondes plus ou moins divisées , jamais simples. 

8. Rœmerianum , Kze., Linn., IX, p. 62, sub asplenio; Kl., Linn., XX, p. 359. 

Jamaïque; Cuba, Linden, 1896; Brésil; Caracas. — M. Th. Moore, Index, 
réunit à cette plante notre Asplenium crassidens. F., 8 e Mém., p. 82; il 
suffira de faire remarquer que notre espèce a des sporothèces asplénioïdes 
et non diplazioïdes. (N. V.) 

9. Wagenerianum, Al. Braun, Ind. Sem.horl.Berol., 1856, s^ asplenio. Jamaïque; 

Martinique; Mexique, Linden, n° 1491. 

10. Ottonis, Kl., Linn., XX, p. 360. Cuba, Wright, n° 1036; Martinique, fide 

Th. Moore, Index; Colombie; Caracas, Otto, n° 604. 

11. striatum, L., Sp.pl., n° 1539, sub asplenio. Desv., Prodr., p. 281; Plum., 

p. 15 et 16, 1. 18 et 19. Jamaïque; Martinique, Bélanger, n° 1008; Dominique ; 
Cuba; Guadeloupe; Saint- Vincent; Trinité; probablement toutes les Antilles; 
Mexico, Jungersen, n° 868. — Souvent bipinnatifide à la Guadeloupe, bois 
humides et élevés du canton de Sainte-Marie. L'Herminier, 1862. 

12. distentum, Th. Moore , Ind., p. 327. D. brevisorum, J. Sm. , Cal. Keiv. 

Ferns, 6. Jamaïque. 

13. radicans, Desv., Prodr., n° 281 ; excl. syn. HooL, Gen. filic., t. 55 B, fig. 4. 

D. ambiguum, Lowe, Ferns, V, t. 47; Radd. , Filic. brasil., p. 38, t. 54 A? 
et 54 bis. Asplenium Shepherdi, Spr., JSov. acl N. C, p. 231, 1. 17, fig. 5 et 6. 
Antilles; Brésil. Très-répandue dans toute l'Amérique tropicale. — Synonymie 
très-confuse. Elle est facile à reconnaître à une dent qui se trouve dans les 
sinus que laissent entre eux les segments. 

Nous ne l'avons jamais vue radicante; elle atteint jusqu'à 60 centim. de longueur- 
le rhizome est très-gros et garni de radicelles sinueuses qui semblent fasciculées. 

6 



44 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

qui s'observe surtout dans les espèces à frondes tri- et quadripinnées , une certaine 
confusion dans la synonymie de quelques espèces ambiguës. C'est ainsi que l'on 
trouvera parmi nos asplenium Y A. aspidiiforme dont M. Th. Moore a cru devoir 
faire un diplazium. 

Nous nous abstenons de noter parmi les espèces antillannes le D. barbadense, 
qui nous semble encore mal connu. 

(100) 47. DIDYMOCHLiENA, Desv. , in Berol mag, V., p. 303, t. 7, fîg. 6. 

1. sinuosa, Desv.,/. c — D. lunulata, Kze.,Schkh., SuppL, 1, 203. Aspidium squa- 
matum, Willd., Filic, p. 256; Plum., Fil, p. 43, t. 56. Saint-Domingue, 
par Plumier, ï. c; Cuba, Wright, n° 862; Brésil; Indes orient. 

NB. Le genre callipteris, de Presl, existerait à Saint-Thomas et serait repré- 
senté par le C. proliféra, Bory; mais quelle est cette île de Saint-Thomas? il en 
existe plusieurs et peut-être ne s'agit-il pas de la possession des Danois qui porte 
ce nom et qui compte parmi les Antilles, et s'il en était ainsi, il y aurait encore à 
voir si cette fougère a les caractères génériques des callipteris. (Voy. Th. Moore, 
in Indice.) 

XIV. MÉNISCIÉES, F. 

(104) 48. MENISCIUM, Schrad. , Gen., n° 1630. 

1. recticulatum , L. , Sp. pi. , 1539 sub polypodio; Plum. , Filic., p. 92, t. 110. 

Martinique, Sieber, M lle Rivoire; Jamaïque, Wilson; Guadeloupe, L'Hermin. , 
1862-1864; Cuba, Linden, n° 2116; Pérou, Pœppig. 

2. sorbifolium, Jacq. , Collect., % p. 106, t. 3, fig. 2, sub asplenio; Schkh., Crypt., 

p. 5, t. 5, sub M. reticulato. Martinique, Plum., Filic, t. 110; Trinité, Ger- 
main, 1862; Brésil. 

XV. POLYPODIÉES, F., Gen. filic., p. 229. 

(1 10) 49. GRAMMITIS , Sw. , Syn, filic. , p. 21 . 

1. linearis, Sw., I. c, p. 21 ; Schkh., Crypt., p. 8, t. 7. Jamaïque, Sw.; Saint- 

Vincent, L. Guilding; Guyane. 

2. marginella, Sw., Prodr., p. 130; FI. Ind. occid., III, p. 1631, et auct., Schkh., 

Crypt., p. 8, t. 7. Jamaïque, Sw., Wilson. Indiquée à Sainte-Hélène. 

3. limbata, F., 6 e Mém. , p. 6, t. V, fig. 1. Guadeloupe, hauts sommets de l'île; 

aux deux mamelles, à la soufrière, par L'Herminier. 



DES ANTILLES. 43 

23. Klotzschii, Th. Moore, Syn., p. 55; Hook., Sp. fdic.,111, 263; Lotzea dipla- 

zioides, Kl. et Karst., Linn., XX, 358; Cuba, Linden, 4753; Colombie, 
Morilz. 

24. GRAMMATOIDES, F. 

Frondibus bipinnatis tripinnatisve , glabris, expansis , ambitu ovoideis; petiolis 
striatis,fuscis,longis, infernecrassiludine pennœ corvinœ, rachi squamuloso; 
pinnulis alternis , distantibus, late lanceolatis, longe acuminalis, patulis , 
usque ad coslam parlitis; segmentis oblongo-lanceolatis , obtusis , margine 
crenulato-dentatis , supremis undidatis, inferne leviter auriculatis, dentibus 
obtusissimis ; nervillis remous, fere omnibus simplicibus; sporotheciis ova- 
libus , indusiis angustissimis , scepe evanescentibus et lune aspectu sporothecîa 
gymnogrammalorum simulantibus ; sporangiis ovatis, cr assis, pilis intes- 
ùniformibus (paraphysibus?) immixtis , annulo 16-18 articulalo; spforis 
ovoideis, late episporiatis. 

Habitat in sylvis montosis Guadalupce (L'Hermin., i 861). 

Filix ampla, magna, surculo crassissimo , segmentis valde crenatis et pinnulis 
lo nge caudatis notataj rachi superne complanato; rhizomate crassitudine 
digiti infanticuli, fasciculis vasorum tribus peragrato. 

Icon.: Tab. XI (reducta cum fragmentis magnit. natur.). 

(Longueur totale, 1 mètre et plus, dont le stipe fait les deux cinquièmes; pinnules inférieures, 
25 centim. , séparées par un intervalle de 6 à 7 centim. ; envergure des plus grandes pinnules , 
6 centim. ; les segments mesurés à la base atteignent 9 à 10 millim.) 

Très-grande et très-belle espèce, récoltée par M. L'Herminier sur les deux ver- 
sants de" la chaîne principale de l'île. Elle se détache nettement du milieu des 
Dlantes oui l'entourent par une teinte noirâtre très-prononcée. Ses sporothèces 
ovoïdes lui donnent, à l'éiat complet de développement , l'aspect d'un gymnogramme, 
et l'on ne peut voir alors que très-difficilement l'indusium, tandis que les sporanges 
fort grosses font saillie. 

NB. Le genre diplazium se lie de très-près au genre asplenium; si l'on carac- 
térise ce dernier genre par des sporothèces plus ou moins linéaires, simples , avec 
un indusium de même forme, s'ouvrant de dedans au dehors, et si l'on donne au 
diplazium cette même organisation , avec des sporothèces doubles , on verra que 
dans ce dernier genre , dont les espèces ont un port absolument semblable, les 
sporothèces doubles n'occupent très-souvent que la base des segments fructifères , 
de sorte, qu'à vrai dire, les diplazium sont au moins à demi des asplenium, 
asplénio-diplaziés ou diplazio-aspléniés; il résulte de cette grande ressemblance 













42 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Var. p. elegans, L'Herm., in litter., Guadeloupe; nous n'avons pu la voir à l'état 
radicant ; elle émet un faisceau considérable de longues radicelles. 

14. cultrifolium, L. , Sp. pi., n° 1538, sub asplenio. Jamaïque; Martinique; 

Trinité; Caracas. — M. Hooker, Sp.filic, III, p. 110, fait un asplenium 
de cette plante, qui n'est guère connue que par la planche de Plumier (Filic, 
p, 43, t. 59); elle est simplement pinnée. M. Th. Moore, Ind., rattache cette 
espèce à Y Asplenium salicifolium, Sieb., FI. mixta, n° 346, in part. 

15. arboreum, Presl., Tent. pterid., p. 114. D. auriculatum, Klfss., Enum., p. 183. 

Jamaïque; Martinique, Sieb., Syn. filic., n° 164 in parte; Colombie, Moritz, 
n os 101 et 179. 

p. otites, Moor. et Houls., Gard. mag. bot., III, p. 231, non Willd. As- 
plenium semi-hastatum, var. obtusum; Metten., Asplenium, p. 163, 
t. 4, fig. 18 (fragm.). Jamaïque; Saint- Vincent. 

y. coarctatum, Th. Moor. , Ind. Asplenium hymenodes, Metten., Le., 
p. 163, t. 5, fig. 18 et 19 (fragm.). Jamaïque. 

16. cubense, Hook., Sp.filic., III, p. 253, t. 207, sub asplenio. Cuba, Wright, 

n os 1032 et 1033. — M. Th. Moore pense que cette forme n'est qu'une 
simple variété de l'espèce précédente. 

17. ambiguum, Radd., Fil. bras., p. 41 , t. 54. Spreng. Desv. Presl., Martinique, 

Bélanger, n° 1008 ; fide Hook.; Guadeloupe; Mexico; Jungersen, 268. 

18. costale, Sw., Syn. filic, p. 82, sub asplenio; D. macrophyllum, Desv., Prod., 

p. 280; Presl, Tent. pterid., p. 114, t. 3, fig. 14 (fragmentum). Jamaïque; 
Saint-Domingue. Au Brésil : segmenlis lanceolato-falcatis , acutis. 

19'. Tussaci, F., Gen. filic, p. 216; Saint-Domingue, de Tussac. — Cette espèce 
nous semble devoir être conservée, quoique M. Th. Moore la réunisse à 
l'espèce précédente dont elle diffère entre autres caractères : segmentis ovato- 
oblusissimis. Nous avons en herbier cette plante provenant de Sieber, sous le 
n° 362, Asplenium costale, Ind. occid. 

20. HiANS,Kze., Mss. Kl, Linn., XX, 361. Jamaïque; Mérida, Moritz, n° 289. (N. V.) 

21. expansum, Willd., Filic, p. 354; Poir., Enc supp., II, 488. Jan^'qui'; Cuba, 

Lind., n° 1745; Colombie, Moritz, n° 178. 

p. glabriusculum, Th. Moore, Ind.; Martinique, Garnier, 402. Nouvelle-Gre- 
nade, Schlim., n° 495. (N. V.) 

22. repandum, F., Gen. flic, p. 213 et 215? Cuba, Linden, n° 4. 



DES ANTILLES. 45 

Cette espèce que MM. Mettenius et Hooker réunissent à la précédente, nous 
semble très-différente. Elle est glabre dans toutes ses parties , tandis que 
Swartz et Willdenow insistent sur la présence de poils qui existent dans le 
G. marginella ; notre plante peut atteindre jusqu'à 21 ou 22 centimètres, les 
frondes ne sont pas lanceolato-lingulatis , mais bien linéaires. 

NB. Nous aurions pu , par les raisons données pour la suppression du genre 
gymnogramme, supprimer le genre grammitis et le réunir aux polypodium , mais 
ici nous avons eu égard au port qui leur est spécial dans la tribu des polypodiées. 

(1 1 1) 50. POLYPODIUM , L. , Emend. 

* Frondes simples. 

1. comptonlefolium, Desv. , Berol. mag., V, p. 316; P. scolopendrioides, Hook. et 

Gr., Icon., 42 ; arboricole, Guadeloupe, sommets de l'île, L'Herminier; Porto- 
Rico, Schwanecke; Equateur. — Le P. Irifurcatum, L., Sp. pi., 1543, décrit 
d'après Plumier, Filic, p. 420, 1. 138, est une forme accidentelle et mon- 
strueuse qui doit disparaître des species. 

** Frondes pinnatifides. 
a.. Dressées 1 . 

2. hast^folium, Sw., Syn. filic, 36. Hook. et Grev., Icon., 203. Jamaïque, Swartz, 

Wilson; Cuba, C.Wright, n° 812. (N.V.) 

3. Funiculus,F., Gen. filic, p. 241 et 6 e Mém., p. 12, tab. 8, fig. 2. Cuba, Linden, 

1885, C. Wright, n° 807. 

4. pilipes, Hook., Icon., pi. 221. Jamaïque, Mérida; Pérou. (N.V.) 

5. decipiens, Hook., Sp. filic, IV, p. 231, t. 279, B. Jamaïque, M' Fadyen; Co- 

lombie, Moritz. 

6. virginianum, L., Spec., 1545. Sw., Filic, p. 34, Plum.,jFïfec., p. 60, t. 77. Saint- 

Domingue dans les forêts. — Diffère à peine du P. vulgare L., auquel l'unit 
M. Mettenius. 

p. Pendantes. 

7. Plumula, H. B., in Willd., Filic, p. 178; Radd., Filic bras., p. 18, t. 27, fig. 1. 

' Saint-Domingue, de Tussac; Martin., M" e Rivoire; Berbice, Schomburgk, 
n° 321; Guadeloupe, L'Herminier?; Mexique, Schaffn.,n° 195. — Cette espèce 
peut atteindre jusqu'à 70 centim. de longueur. 



1. Cette section et la suivante indiquent un port qui n'a rien d'absolu. 



46 FOUGÈRES ET LYGOPODIAGÉES 

8. curvatum, Sw., Syn. filic, p. 34; Hook., Sp. filic, IV, p. 201. — Indiquée 

comme rare à la Jamaïque; Pérou; Nouvelle-Grenade. 

9. otites, L., Sp. pi, 1545. Guadeloupe, L'Hermin., 1861 ; Mexique, Schaffn., 

n° 492. — On pourra facilement reconnaître le spécimen de la Guadeloupe 
à ses spores réniformes, translucides, remplies de petits corps granuleux qui, 
vus sous l'eau au microscope, se détachent et flottent librement. Sous les noms 
de P. otites, Plumula, suspensum, pectinatum, les auteurs désignent des plantes 
qui ne se rapportent pas toujours à ces espèces, et rien n'est plus variable 
que la synonymie qu'ils en donnent. 

10. taxifolium, L., Sp. pi, 1545. Jamaïque, Sw., la Martinique, Plum., Filic, 

p. 69, t. 89. 

11. pectinatum, h., Sp.pl, 1545; Hook., Gard. Ferns, tab. 10; Plumier, Filic, 

p. 64, t. 83. Porto-Rico, Bertero; Jamaïque; Martinique; Mexique, Galeotti, 
n° 6333. M. Hooker, Sp. filic, IV, 204, réunit cette espèce à la précédente. 

12. L'Herminieri, F., Gen. filic, p. 238. Forêts élevées, lits des rivières, rochers, 

Guadeloupe, Perrottet, L'Herminier, 1861. — Espèce charmante et parfaite- 
ment distincte; elle n'est pas commune. 

Icon. : Tab. XII, fg. I (magnitudine naturali). 

13. suspensum, L., Sp. pi, 1544; Plum., Filic, p. 67, t. 87 {mala)V, Guadeloupe, 

L'Herm., 1861; Saint-Domingue; Saint- Vincent; Martinique; Jamaïque, 
Wilson, n° 744; Mexique, Schaffn., n° 201.— Arboricole, rupicole, très-souple, 
pendante, fort longue, plus ou moins villeuse, poils ferrugineux, écartés à angle 
droit; petite souche à peine rampante. Plumier, disant positivement de cette 
plante pendulum et glabrum, semble évidemment désigner une autre espèce. 

14. leucosticton, F., Gen. filic, p. 240; id., 7 e Mém., p. 58, t. 21, fig. 3. Cuba, 

Jameson ; Quito par le même. 

15. pendulum, Sw., Syn. flic, p. 33, Schkh., Crypl, p. 12, tab. 10. Jamaïque, 

Wilson, Sw. ; Guadeloupe, Sieber; L'Herminier; Venezuela 1 . 

16. asplenifolium, Sw., Syn. filic, p. 32. Plum., Filic, p. 85, 1. 102, A. La Mar- 

tinique, M lle Rivoire ; Jamaïque, Sw., Wilson. — Très-grande espèce d'une sou- 
plesse extrême , couverte de longs poils roussâtres, écartés et assez roides. 



1. C'est à tort, suivant nous, que M. Mettenius indique, sur la foi de MM. Finck et Schlim., n° 217, VAde- 
nophorus pinnatifidus , Gaudichaud , Voy. Freycin., 1349, comme appartenant à la Flore de la Guadeloupe. 



DES ANTILLES. 47 

17. crispatum, L., Sp. pi., 1544. Sw., Syn. plie, p. 32. La Martinique à la Cale- 

basse, par Plumier, p. 85, tab. 102, B. 

18. cultratum, Willd., Filic, p. 187. Plum., Filic, p. 68, t. 88. Jamaïque, Wilson ; 

Martinique, Plum.; Guadeloupe, L'Hermin. — La synonymie de cette plante 
donnée par M. Hooker, Sp. filic, IV, 190, ne saurait être admise; les P. flexile 
et ellipticosorum qui diffèrent essentiellement l'un de l'autre, y sont, ainsi que 
d'autres espèces tout aussi distinctes, à tort confondues. 

19. MOLLISSIMUM, F. 

Frondibus mollissimis, flaccidis, pinnaHftdis, linearibus, villosis ; nervillis bre- 
vibus, simplicibus ; stipite brevissimo, rachi fusco, pilis longis obsito, seg- 
mentis numerosissimis , ovatis, contiguis, curvatis, inferne decurrentibus, 
basi apieeque decrescentibus, pilis rufis, longiusculis obsito; sporotheciispau- 
cis, ad apicem tanlum segmentorum evolventibus , crassiusculis ; sporangiis 
ovoideis, annulo 12 articulato, 2-4-6 pilos rigidos, albidulos ferente. 
Habitat arb or icola, insylvis montium. L'Herminier, 1861. 
Icon.: Tab. XII, fig. 2 (magnitudine naluralï). 

Filix translucida , pendilla , flaccida, subsessilis, pilosa, pilis rufis, surculo 
erecto , parvulo. 
(Longueur , 45 centim. sur 2,2 centim. d'envergure ; stipe fort court ; les segments ont 9 centim. 
de long sur 6 millim. de large. Je compte environ 100 paires de segments.) 

Cette espèce rappelle, avec des proportions différentes, le P. asplenifolium. Elle 
en diffère par la nervation, qui est simple, par le nombre considérable des segments, 
qui décroissent en se rapprochant du stipe qui est fort court, de manière à devenir 
onguliformes; les sporothèces, au nombre de 3-4, seulement ne se développent que 
sur les nervures du haut des segments; enfin il y a une souche et non pas un rhizome. 

20. IN^QUALE , F. 

Frondibus longissimis, lanceolatis, petiolo brevissimo, basi abrupte decrescenlibus, 
siccitate fulvescentibus, glaberrimis , flaccidis, usque ad basim pinnatifîdis ; 
segmentis inœqualibus, oblongis seu, in speciminibus magnis , linearibus, 
margine répandis , obtusiusculis ; nervillis furcatis, erectis, crassis, brevibus, 
marginem non atlingentibus; sporotheciis submarginantibus , apicilaribus , 
crassis, sporangiis pedicello temii; sporis parvis, rotundis, translucidis , 
granulis repletis. 

Habitat arboricola , in sylvis magnis , humidis Guadalupce; admemoriam 
clar. viri Germani, investigatoris indefessi florœ cryptogamicœ insulœ 
Guadalupce, dedicala. 




48 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Filix magna, pendula, segmenlis inœqualibus, inferioribus tinguiculiformibus 
triangularibusque , stipite sub nullo, surculo parvulo , erecto, frondes plures 
congeslas ferente. 
Icon. : Tab. XII, fig. 3 (magnitudine naturali). 
(Longueur des plus grands spécimens, 80 centiin., et des plus petits, 40 centiin.; nous comptons 
50 à 100 paires de segments , les plus longs linéaires et flesueux, les plus courts lancéolés ou même 
ovoïdes. Ils sont souvent inégaux sur une même fronde.) 

Cette espèce est très -glabre et remarquable par la manière dont les pinnules 
décroissent, elles descendent sur le rachis jusque vers la souche et n'offrent plus 
alors que des expansions fort petites et triangulaires ; la souche porte des fibrilles 
droites et roides. 



*** 



Trichomanoïdées (petites et délicates). 

21. tenuiculum, F,, G en. filic , p. 239. Guadeloupe, bois secs et élevés sur les 

arbres, Perrottet,1824, et L'Herminier, 4861. — Cette espèce est remarquable 
par la manière dont se terminent les frondes qui forment, en Rallongeant 
brusquement, un long segment linéaire. Elle justifie très-bien le nom de P. 
caudatum que lui donne M. le docteur L'Herminier (1861). 

22. saccatum, F., /. c, p. 239, et 6 e Mém., p. 10, tab. 7, fig. S.Martinique, 

M lle Rivoire ; Guadeloupe , sur les arbres dans les forêts des deux versants 
de l'île, L'Herminier, 1861; Surinam, Kappler, n° 6516. — Suivant M. Met- 
tenius notre plante serait le P.jubœforme, Klfss., FI, 1823, p. 364, figurée 
par Plumier, Filic , t. 87. On peut se convaincre , en comparant la figure 
que nous avons donnée avec celle de Plumier, que ce rapprochement n'est 
pas possible. Certains spécimens mesurent jusqu'à 35 centim. 

23. delicatulum, Mart. et Gai., Filic. mexic, p. 35, t. 7, ûg. 1. Saint-Domingue, 

de Tussac ; Mexique , Schaffn., n° 208. — Les frondes portent de longs poils 
assez roides; les sporothèces sont relativement assez gros; non-seulement ils 
recouvrent les lames, mais ils les dépassent. Cette fougère semble identique 
avec la planche 10 de Schkuhr donnée et acceptée pour le P. trichomanoïdes. 

24. Serricula, F., Gen. filic, p. 238 et 6 e Mém., p. 9, t. 7, fig. 1. Plum., Filic, 

p. 68, t. 87. Guadeloupe, dans les stations exposées aux vents. Perrottet, 
L'Herminier. — Cette espèce , qui se rapproche de la planche 87, B , de Plumier, 
attribuée par Swartz au P. flabelliforme, atteint jusqu'à 18 et 19 centimètres 
de longueur; on ne saurait voir en elle le P. Trichomanes avec lequel M. Met- 
tenius {Polyp., p. 40) propose delà réunir; au lieu d'avoir des frondes souples, 
elle en a, au contraire, de fort roides : le mésonèvre est noirâtre. 



DES ANTILLES. 49 

25. venustum, Desv., Berol. mag.,V, 315; Guadeloupe? Funcket Schlim., n° 220 ; 

teste Metten., Polyp., p. 45 ; Porto-Rico, Schwanecke. Nous ne croyons pas 
que MM. Funck et Schlim aient exploré la Guadeloupe. (N. V.) 

26. heteromorphum, Hook. et Grev., Icon., 108. Cuba, Linden, n° 1886; proba- 

blement dans d'autres îles des Antilles. Quito; Mexique, Schaffn., n°276; 
Galeotti, n os 6 et 261. — La figure donnée par MM. Hooker et Greville est un 
peu exagérée dans ses proportions. 

27. tenuifolium, H. et B. in Willd. Filic, p. 185. Plum., Filic, p. 66, t. 85. P. 

Camptonevron, F., Gen. filic., p. 237, 7 e Mém., p. 60, t. 23. Saint-Domingue, 
Plum., /. c.; Cuba, Lind., 1886; Brésil ex Metten. — La plante que nous 
avons figurée est bien plus délicate que celle reproduite par Plumier. Will- 
denow, quand il dit frondibus pmnatis, n'est pas aussi exact que Humboldt et 
Bonpland qui écrivent frondibus profunde pinnatifidis. 

28. truncicola, Klotz, Linn., XX, p. 374. Jamaïque; Purdie. (N. V.) 

29. moniliforme, Sw., Syn., filic., p. 33. Jamaïque, Purdie; Cuba, Wright; Brésil; 

Nouv. Grenade. 

30. jub^forme, Klfss., Flor., 1823, p. 364. Metten., Polyp., p. 45, ecccL syn. Marti- 

nique, Sieb., Syn. filic., p. 182; Porto-Rico, Schwanecke; Guyane anglaise. 

**** Frondes pinnées, au moins à la base. 

31. GLYCIRRHIZA, F. 

Frondibus glabris, oblongis, pinnatifidis, basi pmnatis, longe caudatis, stipite 
longo, canaliculato ; racki rotundo , integro, rufescente; segmentis adnatis, 
leviter undulatis, ultimis sessilibus, basi contractis, omnibus lanceolatis, 
acuminatis, acwmine undulato; marginibus ciliis paucis onusfis, sinubus 
latis ; nervillis fuscescentibus , bis bifurcatis, apice turgidis; mesonevro al~ 
bidulo, supra piloso; sporotheciis apicilaribus, ovoideis, intercostam et mar- 
ginem evolventibus ; receptaculo angusto, supeme inquinante ; sporangiis 
longe pedicellatis ; annulo 14-i6 articulato ; sports reniformibus. 

Polypodium simile, Wilson, nec Linn., nec Sioane. 

Habitat dendricola et rupicola in Guadalupa (L'Herminier, 1861). 

Filixsatis magna, translucida, segmentorum basibus aliquando laceratis ; rhi- 
zomate crasso, squamuloso, sapore glycirrhizœ; squamis lanceolatis, longe 
acuminatis, cooperto. 

(Longueur totale , 60 à 75 centim. ; le stipe est à la lame comme 1 : 2 ; pinnules 15 centiin. sur 
12 à 16 millim. de largeur; la pointe seule mesure 7 à 9 centim., elle est ondulée et fructifère dans 

7 






50 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

toute son étendue; chaque pinnule porte jusqu'à 20 à 30 paires de sporothèces. II existe une ving- 
taine de segments , qui tous sont sessiles.) 

Nous avons reçu par l'entremise de M.Th.Moore, directeur du jardin botanique de 
Ghelsea, une plante provenant de M. Wilson, récoltée à la Jamaïque, étiquetée P. si- 
mile; elle est identique avec la nôtre et ne saurait être confondue avec le P. si- 
mile de Wïlldenow, Filic, p. 192 duquel il est dit: pinnis dislantibus lineari- 
lanceolatis, obtusis. Presl, Tênt. pterid., p. 490, avec doute et M. Mettenius sans 
hésitation, rapportent cette plante au Campylonevron decurrens, Presl. Dans l'état 
des choses il est bien difficile de savoir quel est au juste le P. simile de Sloane, 
que nous indiquons ici seulement pour mémoire. 

32. simile, Sloan., Jam., 16,ffist., 1, p. 77, t. 32. Jamaïque. (Voy. P. Glycirrhiza,Y .) 

33. cubense, F., Gen. filic, p. 241, et 7 e Mém., p. 61, t. 26, ûg. 1. Cuba, Linden. 

— M. Hooker, Sp. filic., JV, p. 220, réunit cette espèce au P. subpetiolatum , 
Hook. , Icon. pi, t. 291 et 292. 

34. sororium, H. B., Kth., Nov. gen. amer., 1, p. 10; Willdenow, Filic., p. 191. 

Cuba, Linden, n° 1890. (N. V.) 

***** Frondes bi-iripinnatifides. 

35. cancellatum, F., 6 e Mém., p. 12, t. 7, fig. 2. Cuba, Linden. M. Hooker, Sp. 

filic., IV, p. 217 réunit cette espèce au P. Friedrichsthalianum , Kze., Suites à 

Schkh., 11, p. 55, t. 123; il y joint aussi le P. Lindenianum du même auteur, 

l. c, p. 83, t. 134, plantes plutôt analogiques que semblables. 

NB. Le Poli/podium Struthionis, L., Spec, 1545 qui devrait être placé à côté 

du P. loriceum, L., est une plante douteuse qui n'est connue que par la planche 82 

du Traité des fougères de Plumier. Nous nous contentons de la mentionner ici. 

On trouve dans le même ouvrage, p. 106, t. 122, une fougère qui n'a pu encore 
être rapportée à aucune plante aujourd'hui connue. Est-ce un polypodium? est-ce 
un drynaria ? Nous en faisons provisoirement un P. quercizans pour consacrer la 
ressemblance de ses frondes avec la feuille de certaines espèces de chêne. 

La fougère figurée par Plumier, 1. 138, et acceptée par Linné comme unpolypode, 
le P. trifurcatam, est l'état accidentel d'une espèce peu connue. 

(112) 51. PHEGOPTERIS, F., Gen. filic, p. 242. 
§ 1. EUPHEGOPTERIS. 
A. Frondes pinnées, lobes oblongs. 
i. cordata, F., I. c, p. 244; 6 e Mém., p. 13, pi. 6, fig. 3. Cuba, Linden, 1873; Mexi- 
que, Schaffn., n° 171. — On trouve sur les frondes des poils bifurques et plus 
rarement trifurqués ; ces frondes sont assez souvent radicantes. 



DES ANTILLES. 51 

B. Frondes pinnées, pinnules très-allongées, simplement crénelées. 

2. flavo-punctata, Klfss., Enam., p. 408, sub polypodio ; Martinique et Monserrat 

Ryan, Herb. Vahl.; Guadeloupe, L'Hermin., clans les grands bois; Sieber, 
FI. martin., n° 350; Dominique, Imray; Jamaïque, Wilson, n° 516; Martinique, 
Bélanger. — Réceptacle des sporothèces proéminent, se détachant en noir sur 
la lame inférieure ; anneau portant 4 4 articulations ; sporanges mélangés avec 
des poils intestiniformes ; spores ovoïdes. Très-grande plante; 70 centim. 
sans le stipe ; les plus grandes pinnules dépassent 25 centim. sur une lon- 
gueur de 20-22 millim. 

C. Frondes pinnées-pinnatifides. 

3. DELICATULA, F. 

Frondibus lanceolatis, glaberrimis, jlexibilibus , ad basim et apicem decres- 

centibus; petiolo flliformi, helveolo; frondulis altemis, lanceolatis, sessilibus, \X 

inciso-dentato-crenalis , superioribus coadumtis, inferioribus remotis, mino- 
ribus; sporotheciis crassis; sporangiis paucis, crassiusculis, rotundis; sports 
subreniformibus , aterrimis. 

Habitat in Guadalupa. L'Herminier , i 864. 
Filix debilis, elata, frondibus roselatis, surculo tenui, fibrilloso. 
Icon. : Tab. XX, fig. 1 (magnitudine naturâli). 
( Dimensions : les plus longues frondes mesurent 40 centim. ; les frondules centrales n'ont que 
2 centim. de longueur sur 2 millim. de largeur; elles sont généralement distantes les unes des autres; 
le pétiole et le rachis sont filiformes dans toute leur étendue.) 

Cette espèce est distincte et remarquable par sa souplesse et l'étroitesse des 
segments qui se dégradent en dimension vers le haut et vers le bas; aucune 
espèce connue n'a dans le port une pareille souplesse; elle est délicate dans toutes 
ses parties. 

4. leptoptera, F., I c., 244; Saint-Domingue, de Tussac; — sporanges portant 

des poils roides sur le sacculus; spores ovoïdes, noirâtres, quelquefois réni- 
formes. M. Th. Moore voit dans cette espèce YAspidium rotundatum de Will- 
denow, regardé par cet auteur comme identique avec la fougère figurée par 
Plum., tab. 38 de son traité. 

5. scalpturoides, F., herb. Boiss. 

Frondibus gracilibus, ovoideis, acuminatis, stipite villoso ; pinnis sessilibus, al- 
temis, anguste lanceolatis, acuminatis, basi decrescentibus , evanescentibus ; . ^/ 
nervillis furcatis , supra manifeste scalpturatis , villosulis, segmentis oblon- 
giusculis, marginantibus ; sporangiis ovatis, annulo 12 articulato; sporis 
reniformibus. 






5% FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Habitat in Cuba orientait. C. Wright, n° 820 (1856). 
Filix tactu aspera, nervillis scalpturatis , supra laminam superiorem albidulis. 
(Longueur, 40 à 45 centim. ; stipe court , portant des frondules qui décroissent jusqu'à sa base ■ 
pinnules 7 centim. sur 10 à 41 millim.) 

6. lonchodes, Hook., Sp. 0c., IV, 99, sub nephrodio. Cuba, Wright, n os 1007 et 

1008. — M. Hooker, /. c, dit que les nervilles sont conniventes, mais non 
soudées ; il la place parmi les nepkrodium, ainsi désignés, comme on sait, d'a- 
près la forme de leur indusium qui manque ici. 

7. aureo-vestitum, Hook., I. c, p. 101, t. 246, sub nephrodio. Cuba, Linden,1901, 

au mont Liban. — M. Hooker, qui n'a point vu d'indusium, croit qu'il s'est 
détaché de son spécimen. 

8. ADEN0CHRYSA,F.,fe./?/ec, p. 245. Martinique, M Ile Rivoire; Porto-Rico, Ber- 

tero. — Cette fougère a de l'analogie avec le Pâ. concinna, F., du Mexique. 

9. rotundata, Willd. , Filic.,V, 247 '? sub aspidio. Plum. , Mie, p. 29, t. 38. 

Martinique, Plum. — Cette plante est encore mal connue. 

D. Frondes bipinnées. 

10. ïenella, F., Gen. filic, p. 243 et 7 e Mém., p. 62, t. 25, f. 2. Cuba, Lind. 

{vix bipinnata). — M. Hooker, Spec., IV, 252 ; réunit cette plante à la suivante 
comme une petite forme. Le Pâ. tenella n'a qu'une très-petite souche; elle 
me semble annuelle. 

11. sancta,L., Sp. pi, 1526, sub polypodio. Jamaïque, Sw. ; Saint-Domingue, Port- 

au-Prince; L'Épagnier; Guadeloupe, Bertero. — Souche dressée et vivace. 

12. polystichiformis, F., /. c, p. 247. Cuba, Linden, n° 1874 (1844). — Port du 

polystichum; notre spécimen est gemmipare au sommet. 

E. Frondes plus de deux fois pinnées. 

13. DILATATA, F. 

Frondibus bipinnatis, magnis, ambitu ovoideis, petiolo rachique stramineis, 
squamosis ; pinnulis patulis, allemis, lanceolatis, segmentis oblongis, supra 
nervillas simplices leviter pilosis, pilis albidulis, longiusculis ; sporotheciis 
rotundis; sporangiis ovoideis, annulo i4 articulato; sports episporiatis , 
episporio leviter lacerato. 

Habitat in sylvis montium humidis Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 

Icon.: Tab. XIV, flg. 1 (reducta cum fragm. auctis). 



DES ANTILLES. 53 

Filix ampla; tam lala quam alta, flexibilis, glabra, pilis raris supra laminam 

superiorem ad nervillas apparentibus ; pinnulis inferioribus sessilibus, su- 

perioribus adnatis, apice decurrentibus. 

(Longueur totale sans le stipe, 60 à 70 centim. ; pinnules ouvrant avec la tige un angle de 45 degrés; 

elles atteignent près de 40 centim.; pinnelles, 4 à 5 centim.; segments, 8 centim., ils portent 6 spo- 

rothèces.) 

Le rachis est un peu flexueux, blanchâtre, ainsi que ses subdivisions; les pin- 
nules sont distantes les unes des autres, les pinnelles sont sessiles vers le bas, 
tandis que vers le haut elles sont pétiolées avec le segment inférieur décurrent; les 
nervilles peu nombreuses n'atteignent pas la marge. 

Cette plante a le port du Ph. spectabik, Klfss., sub polypodio, mais la nervation 
est très-différente, si l'on en juge par la fig. B de la planche 17 (Metten., Filic. 
Lips) citée par M. Hooker comme étant bien la plante de Kaulfuss. 

14. VILLOSA, F. 

Frondibus subtripinnatis , ambitu ovoideis, mollibus, villosis, pilis longis, 
albis, petiolis longis, unisulcatis, ferrugineis, pinnis curvatis, assurgenlibus, 
acuminatis, pinnellis stipitatis, ovoideis, basi cuneiformibus , crenatis, 
acutis, plus minusve partitis; nervillis tenuibus; sporotheciis terminalibus , 
remotis; sporangiis subrotundis, annulo 20-24 artieulato; sports episporio 
translucenti vestitis. 

Habitat in aridis Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 

Filix tenera, pellucida, rachi et ramificationibus suis debilibus, villosis; pilis 
albis , patulis ; rhizomate rufescente ; frondibus novellis hymenophyllorum 
faciem habent. 

(Longueur, 60 centim., dont le stipe fait environ la moitié; les plus grandes pinnules, 20 centim., 
et les pinnelles de la base, 3 à 5 millim. Le stipe n'a guère que la grosseur d'une plume de moineau; 
ses ramifications sont filiformes.) 

Cette fougère est tripinnée à la base, bipinnée au centre et simplement pinnée 
au sommet; toutes ses parties se recourbent vers le haut; les pinnelles se prolon- 
gent en une espèce de queue. Les frondes sont très-flexibles, transparentes, et rap- 
pellent par le port les polystic/mm, 

15. sericea, Hook., Sp. filic., IV, p. 258. Cuba, Wright, n° 1054. (N. V.) 

16. subincisa, Willd., Filic., 202, sub polypodio; Martius, Crijpt. brasil., p. 89, 

t. 64. Marliniq., Sieb., Syn. filic., n° 162, sub alsophila; Brésil. 

17. caudata, Klfss., Enum., p. 113, sub polypodio ; Radd., Fil. bras. , p. 25, t. 39. Ja- 

maïque, Wilson, n° 538. Cuba, C. Wright, n° 1053; Brésil, Gardn., n°131. 



J 



54 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

— Frondes bipinnées à segments écartés, linéaires, à marge ondulée cré- 
nelée. 

18. diverCxEns, Sw., Syn., p. 73, sub polypodio; Schkh., p. 27, t. 26 b et 26 cl Jacq., 
Icon. pi. rar., t. 643. Saint-Domingue, Poiteau; Cuba, Wright; Jamaïque, 
Sw. — M. Hooker, Sp. /£/., IV, p. 265, la réunit au Phegopteris effusa, F., comme 
une simple variété. 

49. portoricensis, Spr., Syst. veg., IV, p. 60, sub polypodio; Nephrodium pu- 
bescens, Desv.; Hook. et Grev. , Icon. , 162 {junior). Porto-Rico, Bertero. — 
Espèce à fronde très-dilatée, tripinnée à la base, très-souple; les segments 
sont aigus et souvent mucronés. 

20. ampla, H. et B. in Willd. filic, p. 207, sub polypodio. F., Gen. filic, p. 243. 

Saint-Domingue, Poiteau; Guadeloupe, au vieux fort, L'Hermin., 1861; 
Cuba, Pœppig; abonde à la Jamaïque ; la Dominique ; Saint- Vincent, Guilding; 
la Trinité et probablement toutes les Antilles. — Frondes 3-4 pinnées; 
segments à dents obtuses. 

21. effusa, Sw., Syn. filic., p. 41, sub polypodio. Saint-Domingue, de Tussac; 

Jamaïque; Mexique, Schaffn., n° 224, segments à dents aiguës. 

22. Sloanei, Kze., in Linn., IX, p. 51 , et XVIII, p. 322, sub polypodio. Cuba ; 

Jamaïque. — M. Hooker, Sp. filic, IV, p. 263, la réunit au Ph. ampla, F. 

§ 2. GYMNOGRA.MMATOIDES. 

A. Pectinées. 

23. CTENOIDES , F. 

Frondibus late ovoideis, magnis, petiolo helveolo, subtomentoso , rachi piloso , 
incano ; pinnis lanceolatis, curvatis, peclinatis, altemis, pilis brevibus hirtis, 
infimis majoribus, apice caudatis; segmentis longe oblongis, distantibus, si- 
nubus rotundis, obtusis, basalibus et intermediis horizontalibus, superioribus 
curvatis ; sporotheciis marginantibus , ovoideis ; sporanges ovoideis , annulo 
latissimo; sporis subreniformibus. 

Habitat in Santo - Domingo , de Tussac. 
Filix ridida, Ma villosa, pinnulis inferiorïbus majoribus, pilis hamatis. 
Icon. : Tab. XIV, fig. 2 (reducta cum fragmento aucto). 
(Longueur, 70 à 75 cenlim. sans le stipe; les plus grandes pinnules 20 centim. sur une envergure 
d'un peu moins de 4 centim. ; les segments ont à peine 3 millim. de large ; je compte une trentaine 
de pinnules distinctes jusque vers le sommet.) 

Cette espèce ne saurait être confondue ni avec le Ph. concinna ni avec Xalsophila 
villosa de Martins et Galeotti , ses sporothèces , entre autres différences , étant 
grammatoïdes. 



DES ANTILLES. 55 

24. RUSTICA, F. ^ 

Frondibtis pinnato-pinnatifidis, petiolo brevi, cr asso, squ^mis^pideis^r^^h 6 ' 
vestito , supra canalicidato prominente, subtus ad centrum depresso; rachi 
in parte superiori piloso ; pinmdis patulis, lanceolatis, sessïlibus, inferiorïbus 
abrupte decrescentibus , ovoideis , ultimis triangularibus , oppositis; nervillis 
simplicibus ; sporotheciis crassis, ovoideis, circa basim nervillarum sitis , re- 
ceptaculo parvido, elongato, pilis hamatis, circumdato; sporangiis rotundis , 
subsessilibus, annulo 16-18 articulato; sporis reniformibus. 

Habitat in cacuminibus nemorosis montium Guadalupœ (Ravine la Rose 
de Mateliane). L'Herminier, 4861. 
Filix magna, robusta , rigida squamigera, petiolo crasso, subquadrangidari ; 
pinnellis abrupte decrescentibus , pinnis caudatis, cauda elongata, intégra; 
sporotheciis ad mesonevron laciniarum nascentibus et taxe unitis. 
Icon. : Tab. XIII, fig. 1 (? n educta cum fragm. magnit. naturali). 
(Longueur, 1 mètre à 1 mètre 25 centim. ; pinnules centrales, 11 à 14 centim. de long sur 12 à 
15 millim. de largeur ; les inférieures se réduisent peu à peu et deviennent irrégulièrement triangu- 
laires ; elles sont opposées.) 

Très-grande espèce, très-bien caractérisée par les organes accessoires qui la re- 
couvrent dans le bas et sur une partie du stipe; ce sont des écailles ovoïdes, rous- 
sâtres, dressées inférieurement , plus élargies et couchées vers la partie supérieure 
à laquelle elles donnent un aspect marbré; dans le rachis ces écailles deviennent 
piliformes et sur les segments des pinnules de véritables poils, les uns stiïgilleux, 
les autres en hameçon. Le stipe est obscurément quadrangulaire. 
25. Germaniana, F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , ambitu longe oblongis , petiolo robusto, supra 
tricanalicidato , subtus curvato , pube brevissimo vestito ; pinnulis horizonta- 
libtcs , ultimis reflexis , sessïlibus, apice triangulari, acuminato; segmentis 
ovoideis, mediocriter incisis; nervillis simplicibus, rachi et mesonevris cana- 
licidatis; sporotheciis flavididis ovoideis, suprainquinantïbus, receplaculovix 
perspicuo , pilis hamatis hirto ; sporangiis congestis, annulo 12-14 articu- 
lato; sporis reniformibus. 

Habitat in sylvis humidis montosis Guadalupœ. L'Herminier, iS61. 
Icon. : Tab. XIII, fig. 2 (reducta cum fragm. magnit. naturali). 
Filix magna, translucida, patida, fade Aspidii Filicis-maris , Aucl. 
(La longueur totale dépasse un mètre ; je compte de 20 à 24 paires de pinnules qui mesurent de 
14 à 21 centim. sur un peu plus de 3 centim. de largeur; la pointe entière, qui est fructifère, dé- 
passe 2 centim. de long.) 



56 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Cette belle espèce est fort souple, transparente, avec des pinnules lancéolées 
un peu rétrécies à la base; les frondes se terminent brusquement vers le bas par 
deux paires de folioles, les supérieures réfléchies, les inférieures étalées; le stipe 
est profondément tricanaliculé. — Elle a été découverte à la Guadeloupe par 
M. Germain. 

26. MACROTHECA, F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , in ambitu oblongis, sqmmosis , petiolo robuste; 
squamis flliformibus , brunneis ; pinnulis cr assis, lanceolatis, caudatis, ses- 
silibus, segmentis glabris, oblongis, curvatis, obtusissimis , mdulato-crenatis ; 
nervillis pinnatis, apice incrassatis, marginem non attingentibus ; sporothe- 
ciis crassis, rotundis , oblongis, difformibus , sœpe ad marginem approxi- 
matis, rufis; sporangiis magnis; annulo 12-14 articulato, articulis remotis; 
sporis ovoideis. 

Habitat in Guadalupa. L'Herminier, 1864. 
Filix robusta, opaca, dilatata, squamis rachidiorum, marginibus segmentorum 
et sporotheciis crassis, polymorphis notata. 
(Longueur : Nous ne possédons que le sommet de la fronde , dont les divisions primaires mesurent 
environ 20 centim. sur 5 cenlim. de largeur; 15 à 16 paires de segments très-rapprochés , mais les 
marges sont distinctes.) 

Cette espèce, que nous regrettons de ne pas avoir entière, ne ressemble à aucune 
autre. 

B. Frondes pinnées pinnatifides. 

27. gracilis, Hew., Mag. of natur. hist., 1838, p. 57, sub gymnogrammate. Ja- 

maïque, Wilson, Heward. 
Anneau fort large, portant 14-16 articulations, poils en hameçon sur les ner- 
vures. Cette espèce ne mérite pas plus l'épithète de gracilis qu'une foule d'autres. 
Var. : p. Guadalupensis , F., Gymno gramme serrata, L'Herm., in litter. — Ro- 
bustior, elatior, surculo crasso, stipitibus basi curvatis. 
Nous avons en herbier un spécimen jeune qui s'élève à 10 centimètres. Les 
lames portent des poils en hameçon. Peut-être est-ce une espèce distincte. 

28. HYDROPHILA. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , glabris, ambitu lanceolatis, curvatis, pinnulis 
alternis, in/imis dejlexis, sessilibus, obtusiusculis ; petiolo superne piloso, in- 
terne glabro; sporotheciis subrotundis , crassis , oligocarpidis , circa basim 
nervillarum nascentibus; sporangiis crassissimis ; annulo 10-12 articulato; 
sporis subreniformibus, 



DES ANTILLES. 57 

Habitat in alveis amnium et in locis irriguis Guadalupœ, aqids consper- 

sis. L'Herminier, 1861. 
Filix fade Pkegopteridis Polypodioidis Europœœ ; rhizomate fibrillas longis- 

simas ferente. 
Icon.: Tab. XIII, fig. 3. Reducta cum fragmente magnit. natur. 

(Longueur, 30 à 35 cenlim. ; le stipe est à la fronde :: 1 : 5 ; pinnulcs environ -4 centim. de long 
sur 10 à 11 niilliin. de largeur; le rhizome est gros comme une plume d'oie avec des fibrilles qui 
dépassent en longueur les frondes mêmes.) 

Cette fougère est chargée d'un grand nombre de pinnules , 24 paires environ ; 
les inférieures^ sont opposées et plus petites. Des pinnules qui s'élargissent pour 
former une pointe dont les bords sont entiers, la distinguent, entre autres carac- 
tères, de ses congénères. 

29. DUCHASSAINGNIANA. 

Frondibus pinnato - pinnatifidis , ambitu oblongis, abrupte interruptis , petiolo 
longo, bicanaliculato (tricostato), squamoso, squamis lanceolatis, acuminatis, 
distantibus; pinnis sessilibus , lanceolatis, apice acutis, glabris, nervillis 
simplicibus ; sporotheciis ellipsoideis, elongatis, difformibus submarginanti- 
busque ; sporangiis subrotundis , subsessilibus , taxe conjunctis ; annulo lato , 
12 articulato; sports reniformibus. 

Habitat in Guadalupa, locis vulgo dictis ab incolis: Rivière noire, Rivière 
des habitants. L'Herminier, 1862. 

Filix elongata, fade pheg opter idorum Europœœ; surculo crasso, erecto,flbrilloso. 
Species ad memoriam clar. D. Duchassaing, insulœ Sancti Thomœ incolce, 
in scientiis naturalibus experti, dicata. 

Icon. : Tab. XIV, fig. 3. Reducta cum fragm. magnit. natur. 

(Longueur totale, 1 mètre et plus, avec des pinnules de 10 centim. de hauteur sur 2,5 centim. de 
largeur. La souche est très -grosse et très - flbrilleuse ; le stipe est chargé jusqu'à la base de frondules 
rudimentaires.) 

Cette fougère est terricole ; ses pinnules sont alternes avec des segments oblongs; 
le sommet est très-obtus et ondulé; elle rappelle dans son port les fougères 
jfEurope. 

■ NB. Il existe sans doute à la Guadeloupe d'autres Phegopteris gymnogramma- 
loides et nous pourrions même en décrire une, ou même deux de plus, mais elles 
sont si voisines les unes des autres qu'il serait fort difficile de les caractériser. 

8 



58 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

§ 3. GLÀPHYROPTERIS, Presl., Die Gefdssbund. in stip. der Farm. , p. 36 

(in notis nomen solum). 

Ce sous-genre, dont Presl avait proposé l'établissement sans indiquer sur quels 
caractères il le constituait, renferme un petit nombre de plantes dont le port rap- 
pelle celui de YAspidmm Serra, Sw. Les frondes sont pectinées, à segments 
entiers, chargés de sporanges, formant des séries qui deviennent conniventes par 
confluence .L'espèce type est aujourd'hui connue sous le nom de Gl. decussata, F. 
Swartz et Willdenow l'avaient établi d'après la planche 24 des Fougères de Plumier. 
Cet auteur l'avait décrit sous le nom de Filix taxiformis; elle semble, en effet, 
reproduire le Gl. decussata , sauf les sortes de stipules de la base des pinnules 
que personne n'a vues et sur la présence desquelles insiste pourtant Plumier. 
C'est parce que nous ne les trouvions pas dans cette plante qu'elle était devenue 
pour nous un Gymnogramme microcarpon , figuré dans le 7 e Mémoire, tab. 20, 
fig. 5. Aujourd'hui ne tenant pas compte de la planche de Plumier, elle sera 
rattachée au sous-genre Glaphyropteris , qui renferme aujourd'hui trois espèces : 
1° Le Gl. rudis, Presl, Polypodium, Kze. , Alsophila pilosa , Mart. et Galeotti, Filic. 
mexic., p. 78, t. 22; à sporothèces situés près de la marge; 2° le Gl. erubescens, 
Wallich, sub polypodio, de l'Inde anglaise; à sporothèces situés près du mésonèvre; 
3° et le Gl decussata, le seul qui jusqu'alors ait été trouvé aux Antilles, à sporo- 
thèces attachés sur la partie moyenne de la nerville. Nous allons dire quelque 
chose de cette dernière espèce. 

30. decussata, L. , Sp. pi, 4555, sub pohjpodio; Sw., Syn. filic, p. 40; Willd. , 
Filic, p. 204; Plum., Fil, 19, t. 24? Phegopteris decussata, Metten., Hort. 
Lips., p. 83, t. 47, fig. 8. Gymnogramme microcarpon ;F., 7 e Mém.,p.43,t.20, 
p. 5. — Guadeloupe, L'Herminier; Venezuela, Funck et Schlim., n° 644. 

Fougère terrestre , très-dilatée , robuste, spinulescente , velue, à très-longues 
pinnules et à segments pectines très-nombreux. Elle s'élève à 4 m , 50, et probable- 
ment plus; les segments sont très-rapprochés ; avant la maturité les sporothèces 
sont très-petits, noirâtres, bisériaux et très-rapprochés du mésonèvre. Elle vit dans 
les lieux humides des grands bois, où l'a récoltée M. le docteur L'Herminier qui 
nous en a généreusement donné de magnifiques spécimens. 

Les phegopteris glaphyropteris méritent de former un genre qui serait très-bien 
placé dans les leptogrammées. 



DES ANTILLES. 59 

(113) 52. GONIOPTERIS, Presl., Tentam. pterid. , p. 181. 
1. EUGOmOPTERIS. 

* Frondes lobées ou pinnatifides. 

1. STRIGOSA, F, 

Frondïbus lanceolato-linearibns, petiolo brevi, basi etapice lobatis, ad centrum 
subpinnatiftdis ; nervillis tenuibus, curvatis, laminis pilos stellatos ferenti- 
bus; sporotheciis paucis , minutis; sporangiis glabris, annulo 14-15 arti- 
culato; sporis ovoideis. 

Habitat in Sancto Domingo. L'Épagnier, au Port-au-Prince, 1844. 
Filix rigida, opaca, petiolo alato, segmentis, crenatis, apice subspinosis. 
Icon.: Tab. XV, fg. 1- Reducta, cum fragmento magnitudine naturali. 
(Dimensions: longueur totale, 60 centim. sur 3 centira, de largeur.) 
Notre spécimen est radicant au sommet. La fronde décroît insensiblement vers 
le haut qui est ondulé; elle s'atténue vers le bas pour simuler un pétiole ailé, 
ondulé. Les segments sont remarquables en ce qu'ils portent au sommet, qui est 
arrondi , une petite pointe spiniforme. Cette espèce rentre dans le petit groupe des 
G. domingensis , scolopendrioides et a finis. 
NB. Ici devrait trouver place la plante décrite et figurée par Plumier, Filic, 
65 t. 84; nous en faisons le Goniopteris Plumieri, mais comme elle n'a pas 
été retrouvée, nous la reléguons parmi les plantes douteuses. 

2. ferax, F., Gen. filic., p. 250. Guadeloupe, L'Hermin. — Forme extrêmement 

curieuse ; tous les segments pinnulaires sont vivipares. Il faudrait revoir cette 
forme pour décider de sa spécificité. Ce n'est probablement qu'un état très- 
prolifère du G. scolopendrioides, Pr., auquel on peut le réunir. Il n'existe à la 
base des segments qu'une maille aréolaire plus large que haute. 

3. scolopendrioides, L., Sp.pl., 1544, subpolypodio;V\um., Filic, p. 70, t. 91; 

Presl., Tent. pterid., p. 182. Polypodium domingense, Spr.; Hook., Icon. filic, 
42. Antilles, Jamaïque. - M. Hooker, Sp. fil., IV, p. 65, en fait un nephro- 
diwn, ce qui ferait supposer l'existence d'un indusium que nous n'avons pu 
voir. Les poils des lames sont étoiles, les sporanges mutiques. Le Goniop- 
teris affnis, F., Gen. filic, p. 250, n'est qu'une simple forme de cette 
espèce , à poils des lames étoiles et à sporanges mutiques. 

**Frondes pinnées dans la plus grande partie de leur étendue. 
a. Segments ou frondules entiers. 

4. gracilis, Moor. etHoulst., in Gardn.mag., Jamaïque. — Frondules cordiformes, 

oblongues. Sporanges mutiques. (V. C.) 



60 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Icon. : Tab. XV, fig. 2. 

p. Frondules à lobes crénelés qui diminuent brusquement et prennent la forme arrondie. 

5. asterothrix, F., Gen. filic, p. 253. Cuba, Linden, 1917. — Ce nom spécifique 

n'indique pas une particularité ; presque toutes les espèces méritent de le 
porter. Elle est établie sur un spécimen quelque peu appauvri. 

***Frondes pinnées , plus ou moins pinnalifides. 

6. TENERA, F. 

Frondibus pinnatis , oblongis, pilosis, pilis bifurcatis ; petiolo tenui, helveolo; 
pinnulis oblongis , crenatis , obtusissimis , brève petiolatis, basi cordalis , 
pellucidis, alternis , apice coalitis , subtus villosis, pilis bi-lrifurcatis , ner- 
villis paucis, 2-3 distantibus, monoarcuatis ; sporotheciis Iaxis; sporangiis 
ovalis , muticis , annulo 18-20 articulato; sporis leviter reniformibus. 

Habitat in speluncis nec non in Gaadalupœ prœruptis rupibus. L'Hermin., 
1861. 
Filix tenera, pinnata, apice obtuso, pinnatifido - crenato ; rhizomate parvulo, 

radicellis cr assis. 
Icon. : Tab. XV, fig. 3. 
(Longueur totale : 20 à 22 centim. , dont le pétiole fait environ le tiers. Envergure 6 centim. de 
hauteur sur 40-11 millim. de largeur.) 

Cette espèce est fort distincte de ses congénères par sa texture et par ses frondes 
pinnées à pinnules fortement crénelées, obtuses, chargées d'un petit nombre de 
sporothèces dont les sporanges sont lâchement groupées. 

7. LEPTOCLADIA, F. 

Frondibus pinnatis , ambitu lanceolatis , petiolo longissimo , rufescente; rachi 
canaliculato bisulcato ; pinnulis remotis, sessilibus, angustis, basi cordatis, 
eleganter crenatis, apice caudatis, obtusiusctdis , longe hastatis, impari 
latiori, basi pinnatifidis ; segmentis decrescentibus , tandem crenatis, cauda 
integerrima terminatis; ferlilibus longioribus, petiolo longiori, pinnulis 
intermediis, basi subappendiculatis ; areola basilari nervillam longissimam , 
liber am fer ente; sporotheciis rotundis , mesonevro approximatis ; sporangiis 
ovatis , sacculo pilos 2-3 crassos, acutos , furcatos ferente , annulo 18-20 
articulato ; sporis ovatis , papillatis. 

Habitat in Terra magna Guadalupœ. L'Hermin., 1861. 

Filix elata, pinnulis angustis, crenatis , petiolo rachique asperulis, pinnulis 
superioribus adnatis ; rhizomate fibris crassis fucescentibus onusto. 

Icon. : Tab. XVI, fig. 1. Reducta cum fragm. magnit. natur. 



DES ANTILLES. 61 

(Longueur des grandes frondes, 1 mètre, pouvant se réduire de moitié dans certains spécimens; 
pinnules 12 cenlim. ; 6 centim. dans les petites frondes; largeur 9 à 11 millim.; le stipe égale la 
partie fronduleuse; nous comptons de 10 à 13 paires de pinnules, les unes courtement pétiolées, 
les autres à base soudée au rachis ; le rhizome est assez gros; il porte des frondes fasciculées.) 

Cette fougère est assez élégante ; les parties qui la composent sont étroites et 
roides. Le système pileux se compose de poils bi- ou trifurqués , à branches très- 
divariquées. 

8. megalodus, Schkh., Crypt. Geiv., p. 24, t. 19, B, sub polypodio. PresL, l c, 

p. 183. La Martinique, Perrottet, M lle Rivoire ; Guadeloupe , L'Herminier , 
1861 ; Jamaïque, Sw. 
Fougère de très-grande taille, à grosse souche, chargée de grosses radicelles; 
poils étoiles sur les frondes qui portent en outre des myriades de petites granula- 
tions ; sporanges nautiques, elle est réunie à tort, suivant nous, au G. tetragona, 
PresL, par M. Hooker, Sp. filic, V, p. 3. 

9. PYRAMIDATA , F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , ambitu triangularibus , glabriusculis ; slipite 
longissimo, tenui, nudo, striato , helveolo; rachipiloso; pinnulis sessilibus, 
patulis, crenatis, supremis adnatis, marginibus segmentorum integris , 
omnibus palulis , inferioribus longioribus , basi leviter contraclis subcor- 
datisque ; mesonevro brevissime piloso ; sporotheciis parvulis ; sporangiis 
glabris, pedicello pïlum unicum supeme ferente, annulo 12 articulato; 
sports ovoideis. 

Habitat in Terra magna (Grande-Terre) Guadalupx. L'Herminier, 1861. 
Filix robusta, stipitibus subtetr agonis , longissimis , glabris; siccitate helveola; 
nervillis basilaribus aliquando liberis aut leviter conniventibus; rhizomate 
repente, crasso, crassitudine pennœ. anseris , baseos frondium annosarum 
ferente; fibrillis longis. 
Icon. : Tab. XVI, fig. 2. Reducta cum fragmento magnit. natur. 
(Longueur des plus grandes frondes : 60 centim. , avec une envergure de 20 centim. ; la plus 
grande largeur des pinnules est de 15 à 20 millim.) 

Les frondes, pinnées seulement vers les deux tiers de leur longueur, sont trans- 
parentes et assez délicates. M. L'Herminier dit les avoir vues prolifères. 

10. Feei, L'Hermin., inLitter. 

Frondibus validis, magnis, pinnatis, ambitu late lanceolatis, glabris, basi vix 
decrescentibus , petiolo crasso, robusto, helveolo, stricto, irregulatim angu- 
loso; rachi subtomentoso ; pinnulis lanceolatis, crassis, crenatis, crenis 



62 FOUGÈRES ET LYC0P0MACÉES 

obtusis; basi cordatis, longe acuminatis, superioribus alternis, inferioribus 
oppositis, reflexis, omnibus acutis, acumine rigido , lineari integro , leviter 
curvato ; nervillis scalpturatis , 1 - 2 areolis ; sporotheciis parvulis , totam 
superflciem segmentorum occupantibus ; sporangiis magnis , annulo lato i4- 
iô articulato ; sacculo piloso, pilis tenuioribus; sports reniformibus. 

Habitat ad ripas amnium , nec non in sylvis humidis Guadahpce. L'Her- 
minier, 1861. 

Filix robusta, satis rigida, pinnulis omnibus longe caudatis, superioribus 
arcuatis, sessilibus, terminali latiori conformi, inferioribus reflexis; sur- 
culo crasso. 

Icon. : Tab. XVII, fig. 1. Reducta cum pinnula magnit. natur. 

(Longueur: 75 à 80 centim. ; stipite, 22 à 25 centim.; pinnules, 15 centim. de long sur 20 à 22 
de largeur; la longue pointe, qui les termine, atteint 4 centim. de large, nous comptons 10 à 11 
paires de pinnules et sur chacune d'elles 6 à 20 crénulations obtuses ; les sporothèces forment des 
séries de 9 à 11 paires.) 

Grande espèce remarquable ; 4 à 5 paires de pinnules de plus en plus réflé- 
chies , en approchant de la base de la fronde , la dernière plus petite , touchant le 
stipe par son quart inférieur; le stipe est renflé à la base et porté sur une souche 
vigoureuse ; les frondes se terminent par une pinnule pinnatifide; la lame supérieure 
est ridée. 

11. tetragona, Sw., Sijn. filic., p. 37, sub polypodio. — Cette espèce a une syno- 
nymie confuse qui réunit plusieurs espèces distinctes. Les auteurs rapportent 
à une même plante les figures données par Plumier et par Schkuhr et lui 
attribuent une station géographique très - étendue. Le caractère quadrangu- 
laire du stipe ne se retrouve pas , à beaucoup près , dans toutes les plantes 
indiquées dans les synonymies. Voici comment nous croyons pouvoir 
débrouiller ce chaos , sans espérer toutefois de trouver le vrai type : 

a. tetragona Plumieri, Saint-Domingue. Plum., Filic., p. 17, t. 21. — Cet 

auteur déclare ne l'avoir trouvée que rarement; la figure qu'il en donne 
appartient à une grande fougère; il dit qu'elle est robuste et épaisse 
comme du parchemin. On ne saurait avec certitude la rattacher à aucune 
espèce connue. 

b. tetragona Schkuhrii, Polyp. subtetragonum , Lk., Sp. filic., p. 131, non P. 

tetragonum, Kze., in Herb. Bras., n° 319. La Martinique, Trinité, Saint- 
Domingue, de Tussac. — Stipe plutôt triangulaire avec un sillon dans sa 
partie supérieure que véritablement tétragone; frondules presque ses- 



DES ANTILLES. 63 

siles, souples, glabres, étalées, en tout semblables à la planche 18 £ de 
Schkuhr. Il y a des poils sur le sacculus. 

c. tetragonoides , Brésil, Martius, Herb. Bras., n°319, et même localité, 
Lutschnath, n° 19 (H. F.). — Port très-différent des deux formes précé- 
dentes. Stipe nullement tétragone, arrondi inférieurement et strié vers la 
partie supérieure. 

Le racbis , ainsi que ses subdivisions , sont couverts de poils courts , 
d'aspect grisâtre ; les frondules, au lieu d'être étalées , sont dressées pour 
ne plus former qu'un angle de 45°. La terminale est fort petite et résulte 
de la dégradation de dimension des autres frondules dont elle a la forme. 
Les nervilles forment 2 à 3 mailles sur chaque segment. C'est une plante 
de consistance roide ; il n'existe pas de poils sur le sacculus. 

cl. macrocarpa, F. Guadeloupe, L'Hermin., 1864. — Stipe trigone, frondules 
dressées, chargées de très-gros sporothèces arrondis qui se touchent sans 
être confluents. Ce qui nous semble tout à fait caractéristique, consiste 
dans des frondules terminées brusquement en'pointe ettrès-dilatées vers le 
tiers supérieur, ce qui leur donne un aspect irrégulier, tout spécial. Il 
existe des poils sur le sacculus. C'est peut-être une espèce , ainsi que la 
forme suivante. 

e. martinicensis , F. La Martinique, M Ue Rivoire. — Pétiole et rachis parfaite- 
ment tétragones; frondules sessiles, lancéolées, imbriquées; les deux 
dernières paires tout à fait réfléchies; elle est délicate, glabre et fort 
souple. Feu Kunze , qui a vu cette forme dans notre herbier, dit qu'elle est 
voisine du G. tetragona , quoique différente. Il existe seulement 6 paires 
de nervilles sur chaque segment et non 10 à 12, comme dans la plante 
de Schkuhr. 

12. QUADRANGULARIS, F. 

Frondibus ambitu ovatis, pinnatis, brevissime pilosis , petiolo basi exacte tetra- 
gono; frondulis patulis , brève petiolatis, basi subcordatis, apice abrupte 
terminatis , terminait conformi, segmentis vix usque ad dimidiam partem 
liberis, ovatis; nervillis conniventibus; areolis tribus; sporotheciis 10-12 
paribus , segmentum omnino invadientibus ; sporangiis ovatis , sacculo 
glabro , annulo 12 articulato; sporis ovalibus, episporiatis. 
Habitat in insula Trinitatis (Germain , 1862). 

Filix siccitate fusca , frondulis patulis , lanceolatis. 

Icon. : Tab. XVI, fy-. 3. Reducta cum pinnula magnitudine naturali. 



: 



V 



/ 






64 FOUGÈRES ET LYCOPODIACËES 

(Dimensions: longueur 90 centim.; 7 paires depinnules, mesurant 22-24 centim. sur 3centim. 
de largeur; entre-nœuds 4 centim. Le pétiole fait environ la moitié de la longueur totale.) 

Cette espèce est la seule du genre qui ait un pétiole tétragone ; elle se rapproche 

un peu de la planche 21 des fougères de Plumier. 

13. GUADALUPENSIS , F. 

Frondibus pinnatis , ambilu ovoideis , glabriusculis , membranaccis , transluci- 
dis, petiolo longo, helveolo, triangidari, rachi tenui, canaliculato, quadran- 
gulari, pinnulis inferioribus suboppositis , longe oblongis , basi contractas, 
apice caudatis; segmentis oblongis, ciliatis, omnibus fertilibus ; nervillis 2-3 
areolis efformantibus ; areola apice producta; sporangiis ovoideis, annulo 
crasso 14- 16 articulalo ; sacculo hirto, pilis longis divaricatis, simpli- 
cibus ; sporis ovoideis, papillosis. 

Habitat frequentissime in Terra magna (Guadalupœ). L'Herminier, 
1861. 

Species magna; pinnulis inferioribus patulis, oppositis, terminalibus , longe 
pedicellatis , segmentis oblongis; sporotheciis crassis, ferrugineis. 

Icon. : Tab. XVII, fig. 2. Reducta cum pinnula magnit. natur. 

(Longueur, 1 mètre et plus, 5 à 7 paires de pinnules, terminées en pointe , et mesurant 16 à 
18 centim. sur 4 centim. de largeur; 16 à 20 crénulations, très-obtuses, médiocrement profondes 
et un peu inégales; 7 à 9 sporothèces par rangée sur chaque segment.) 

Très-belle espèce, très-étalée, souple, qui se rapproche du G. crenata, Presl. 
La dernière paire de pinnules est horizontale, les autres sont dressées et courbées 
vers la terminale. Le système pileux consiste en poils étoiles. 

14. ROSTRATA, F. 

Frondibus amplissimis , pinnatis, siccitate ftavidulis, ambitu ovoideo-lanceo- 
latis , petiolo robusto subquadrangulari , lœvissimo; pinnulis lanceolalis , 
longe acummato- caudatis, suboppositis, basi cordatis, marginibus undulatis; 
segmentis distinctis, rostratis , nervillis scalp turatis , omnibus fertilibus; 
3-5 areolis efformantibus; sporotheciis parvulis, rotundis; sporangiis magnis, 
pyriformibus , muticis , pedicello brevi, apice pilum erectum ferente ; annulo 
crasso , 16-18 articulato; sporis ovoideis, papillatis, translucentibus. 

Habitat fréquenter ad amnium ripas, nec non in humidis sylvis Guada- 
lupœ. L'Herminier, 1861. 

Filix formosa; pinnulis fere oppositis, patulis, ultimis deflexis; incisuris 
mediocribus , obtusis, rostratis, apice caudatis, cauda elongata integerrima. 

Icon. : Tab. XVII , fig. 3. Reducta cum pinnula magnit. natur. 






DES ANTILLES. 65 

(Longueur , 80 centim. sans le stipe ; les plus longues pinnules 25 centim. sur 4 centim. de 
large; nous comptons 14 à 15 paires de pinnules et sur les segments 15 à 19 sporothèces sur 
chaque rangée; ils s'élèvent jusqu'au sommet qu'ils semblent entourer en se rapprochant; aucune 
espèce n'en offre un aussi grand nombre.) 

Cette espèce, la plus belle du genre, est facile à reconnaître à ses segments 
pinnulaires fortement recourbés en manière de bec, ainsi qu'à la longueur con- 
sidérable de la pointe qui termine les frondules ; celles - ci sont exactement oppo- 
sées et portées sur un rachis quadrangulaire. 

15. HASTATA, F. 

Frondibus pinnatis , teneris, pilosulis , pelhicidis, petiolo subviscoso, rachique 
helveolis, lœvibus , apice abrupte longe hastato-pinnatifido ; pinnulis sub- 
oppositis, basi contractis , obtusiusculis , subcordatis, apice attenuatis, luci- 
dulis, margine undulato-crenato ; mesonevro piloso; pilis crassis, brevibus, 
bi-trifurcatis ; sporotheciis rotimdis, subsenariis ; sporangiis ovatis, sacculo 
pilos tenuiores, longos , flexibiles , articulâtes ferente ; annulo i4-iôarticu- 
lato ; sports ovoideis. 

Habitat in magna terra Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 
Filix flexibilis, elata, petiolo rachique pïlosis, anguste canaliculatis ; frondibus 
pinnula hastata, abrupte terminatis; nervillis tenuibus, 2-3 areolas for- 
mantibus; rhizomate crasso, inœquali, fibrillis crassis. 
Icon. : Tab. XVIII, fig. 1. Reducta cum fragm. magnit. natur. 
(Longueur totale: 80 à 90 centim., 7 à 9 paires de pinnules, ondulées, crénelées, mesurant 
12 à 14 centim. de long sur 2 à 25 de large. Le rhizome atteint la grosseur du petit doigt; la 
pinnule terminale égale presque la fronde dans sa partie fronduleuse ; le pétiole s'élève jusqu'à 
45 centim.) 

Cette fougère est un peu luisante, flexible et très-longuement stipitée; elle est 
d'un vert agréable après dessiccation. La pinnule terminale hastée est pinnatifide 
dans sa partie inférieure et simplement crénelée vers le haut ; la paire de pinnules, 
immédiatement située au-dessous, est soudée dans toute sa largeur. Plusieurs 
espèces sont également hastées, mais d'une manière bien moins évidente. 

16. crenata, Sw., FI. Ind. occid., p. 1661, sub polypodio. Presl., Tent. plerid. , 

p. 183. Jamaïque, Sw.; Heward; Martinique, M lle Rivoire; Trinité; Saint-Do- 
mingue, Plum., Fille. , p. 93, t. 111. Guadeloupe, L'Herminier, à la Grande- 
Terre; Mexico, Liebeman. — Gros rhizome chargé de fibrilles noirâtres et 
ondulés. Le sacculus des sporanges porte plusieurs poils roides; les spores 

sont noirâtres, globuleux et fort petits. 

9 



66 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

17. Rivoirei, F., Gen.filic., p. 253. —Espèce très-distincte, entièrement pinnée avec 

une terminale pétiolée; les sporanges sont extrêmement abondantes et cou- 
vrent entièrement la lame inférieure des frondes fertiles. Il existe autant d'a- 
réoles que de nervilles; celles-ci très-rapprochées. Les frondes sont réunies à 
l'extrémité d'un rhizome rampant, assez gros. De longs poils roides et simples 
se dressent sur le sacculus. 
Icon. : Tab. XVIII, fig. 2. Reducta cum fragmente aacte. 

2. M1CR0DICTY0N. 

18. mollis, F., Gen. fltic, p. 250 et 252. A cette espèce doit se rapporter, quoique 

avec des formes exagérées , — surtout en ce qui a rapport à la nervation , — 
la planche 107, de Plumier, plante récoltée à la Martinique par ce botaniste. 
Nous avons récemment reçu cette espèce vivante d'Amsterdam, sous le nom 
de Goniopteris Gâiesbrecktu, sans autre indication. Toutes les nervilles sont 
conniventes et les mailles qui forment des angles portent vers le sommet un 
appendice nervillaire assez long. Ces mailles , très-rapprochées , divisent la 
nervation en une multitude de petites côtes, 12 par nervures en moyenne; 
celles-ci étant au nombre de 40, il en résulte un réseau de 480 mailles par 
côté, soit 960 pour la pinnule entière. Cette disposition est commune à plu- 
sieurs espèces et elles s'éloignent assez des véritables goniopteris pour former 
un sous - genre que nous nommons microdictyon ; voici les espèces qui le 
composent: 1° Goniopteris mollis, F., I. c, la Martinique, par Plumier; Ta- 
basco, Linden, 1499; 2° G. repanda, F., I. c, Pulo-Pinang, par Gaudichaud; 
3° G. erenato-dentata , F., /. c, des rives du Gange par le même; 4° G. Dal- 
housiana, F., inéd.; Herb. Graham, des rives du Gange, à mailles très-petites 
au nombre de plus de 1,300 sur chaque pinnule, le tissu est épais, la nerva- 
tion en relief, les pinnules se terminent en une longue pointe linéaire, fertile; 
cette fougère est très-prolifique. 

Icon. : Tab. XXIV. Reducta et pinnula magnitud. natur. 

(114) 53. GONIOPHLEBIUM, Presl., Tentam. pterid., p. 186, auctum. 

A. Frondes simples. 
1. glaucophyllum, Kze. , DieFarr., p. 227, t. 93, sub polypodio. Goniophlebium 
glaucophyllum, F., Gen. filic, p. 255. Guadeloupe, L'Hermin.; Mérida, Moritz, 
n° 305. — Nous avons en herbier une variété de cette espèce, récoltée par 
L. Schlim; Nouvelle-Grenade, n° 125; mais elle n'est pas glauque. 



DES ANTILLES. 67 

B. Frondes pinnatifides. 

2. Falcaria, Kze., Linn., XVIII, p. 316, sub polypodio. G. falcaria, F., Gen. filic, 

p. 255. Saint-Domingue, de Tussac; Guadeloupe, L'Hennin. ; Mexique. — 
Elle se rapproche de certaines formes du G. loriceum, et même de celles du 
G. plesiosorum, ; Kze. , sub polypodio. 

3. arcuatum, F., /. c, p. 255. Martinique, M 1Ie Rivoire. — Les nervilles prolifères, 

latérales, sont supra-axillaires dans chaque maille; les sporothèces, malgré 
l'étroitesse des segments pinnulaires, sont parfois quadrisériés. 

4. dissimile, L., Sp. pi, 1549, sub polypodio. G. dissimile, F., I. c, p. 255. Schkh., 

Crypt., p. 14, t. 14. Cuba, Pœppig; Jamaïque, Swartz, Heward; Saint-Do- 
mingue, Poiteau et de Tussac. — Arboricole. 

5. attenuatum, Humb. et Bonpl. in Willd., Filic, p. 91, sub polypodio. G. atte- 

nuatum, Presl., Tenlam plerid., p. 186. Jamaïque; la Dominique; Guadeloupe; 
Tabago; Colombie; Caracas, etc. — Les G. dissimile et attenuatum, tour à 
tour réunis et séparés , ont une synonymie très-confuse. 

6. elatum, F., /. c, p. 256. Cuba, Wright, n° 805, Linden, n° 1890. — Ar- 

boricole. 

7. loriceum, Sw., Syn. filic., p. 35, sub polypodio. F., /. c, p. 255. Plumier, 

Filic., p. 60, t. 78? Jamaïque, Sw.; Martinique, Willd.; Sieber, Fil. Mari., 
n° 352, et Flor. mixta, n° 344; Saint-Domingue, de Tussac; Guadeloupe, 
L'Hermin., 1861. 

Les frondes de cette fougère sont articulées sur un rhizome légèrement ondulé, 
petit, irrégulièrement déprimé. Les dernières paires de frondules sont à peine ré- 
fléchies; ni les frondes, ni le rhizome ne se rapportent à la figure donnée par Plu- 
mier, Filic., t. 78, dans son célèbre ouvrage. Elle est membraneuse, fort souple, 
et porte une trentaine de paires de segments glabres, très-rapprochés, et parfois 
même imbriqués. La synonymie de cette espèce est assez confuse. 

C. Frondes pinnées. 

8. chnoodes, Spr., Syst., IV, p. 53, sub polypodio. Marginaria, Presl. Go- 

niophlebium, F., Gen. fil, p. 255. Guadeloupe dans les grandes forêts hu- 
mides, sur les arbres et les rochers, L'Herminier, 1861; la Martinique, 
M"« Rivoire. — Très-grande et très-belle espèce, variable dans sa taille; elle 
est pinnatifide vers le haut et pinnée vers le bas; chaque pinnule porte 3-4 
rangées de sporothèces de chaque côté dumésonèvre; de longs poils intestini- 
formes la recouvrent; le rhizome est rampant, couvert d'écaillés noires, bril- 



68 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

lantes et acuminées; elle dépasse souvent un mètre en hauteur; le pétiole 

est relativement assez court. Les frondules très-rapprochées ne laissent entre 

elles qu'un étroit sinus. 
9. neriifolium, Sw., Syn.filic., p. 37, sub polypodio. Cuba, Linden; Guadeloupe, 

L'Hermin.; Brésil, Martius,n° 306. 
Cette plante, qui figure dans tous les Species, est d'une détermination extrême- 
ment difficile. Elle a été figurée par Schkuhr, Crypt. Geiu., t. 15, et par nous- 
même, Gen.filic, t. 24 B, fig. 2: la première avec une simple série de sporo- 
thèces de chaque côté du mésonèvre ; la deuxième avec une double série. Il est 
probable que ce sont deux espèces distinctes, tant il est rare que le nombre de séries 
de sporothèces diffère dans une même espèce. Elle a été primitivement décrite sur 
une plante de l'Inde, et aujourd'hui nous ne la connaissons guère que comme une 
plante américaine; elle est indiquée dans presque toutes les Antilles. M. Mettenius 
réunit à cette espèce les Goniophlebiurn attenuatum et dissimile (Esp. 4 et 5). 

10. ACUMINATUM, F. 

Frondibus pinnatis, rigidis, ambitu longe oblongis, glaberrimis , petiolo ra- 
chique vcdidis, rufis, superne profunde sulcatis , lœvibus; frondulis linea- 
ribus,longissimis, suboppositis, acuminato-attenuatis ,rigidis, basi cuneatis, 
leviter contractis, inœqualibus, undulatis, inferioribus patulis , superioribus 
assurgentibus , adnatis; nervillis rufis uni, bi-areolatis ; sporotheciis unise- 
rialis, rubris, cenlralibus ; sporangiis ovatis, longe pedicellatis, annulo crasso 
i4 artlculato; sports ovoideis, lutescenlibus. 

Habitat arboricola in Guadalupa (Matouba, Rivière, Saint-Louis). L'Her- 
minier, 1861 (rarissima), 

Filix magna, patula, crassiuscula , frondulis patentissimis , suboppositis , dis- 
tantibus, rachi sulcato; rhizomale repente, sinuoso, squamoso, crassitudine 
petmce oloris; squamis cancellatis. 

Icon. : Tab. XIX, fig. i. Reductum cum fragm. magnit. natur. 

(Longueur totale, 1 mètre 350 millim.; le stipe est à la partie fronduleuse :: 2 : 5. Nous 
comptons 25 paires de frondules dont les plus longues dépassent 20 centim. sur 11 à 13 millim. 
de large.) 

Cette espèce est fort belle et parfaitement distincte; la pointe qui termine les 
frondules s'allonge considérablement ; le rachis , très-robuste , est profondément 
sillonné; les sporothèces occupent toute la frondule, à l'exclusion de l'extrémité; 
ils sont opposés et il en existe plus de 50 par série. Dans les G. neriifolium et in- 
termedium les sporothèces sont bi- ou même trisériés. 

Il existe des spécimens à frondules très-étroites. 






DES ANTILLES. 69 

11. INTERMEDIUM, F. 

Frondibus pinnatis , sessilibus, rigidis, apice adnatis, petiolo Icevi, glaberrimo, 
canaliculato; frondulis basi oppositis, dein alternis , lanceolatis, apice longe 
acwninatis, leviter f alcalis, margine undulatis; areolis tribus; nervillis in 
siccitate fuscis; sporotheciis tri- qnadriserialibus , approximatis crassius- 
culis, subimmersis, laminam inferiorem totam invadientibus ; lamina supe- 
riori gibbositale nigrescente notata, ad centrum punctum rnfidulum fer ente; 
sporangiis pedicello longissimo, tenui, annulo 1S-ÎA articulato; sporis ovoi- 
deis , translucidis , corpusculis atomariis repletis. 
Habitat in Guadalupa. L'Herminier, pater et films. 
Filix magna, pinnata, siccitate fusca , frondulis lanceolatis, angustis. 
Icon.: Tab. XVIII, fig. 3. Reductum cumfragm. magnit. natur. 
(Longueur totale, près d'un mètre dont le stipe fait environ les deux cinquièmes; frondules 
15 à 16 paires, dont les plus longues atteignent 12 centim., sur une largeur de 2 centim. environ. 
L'entre-nœud est de 4 centim. Le stipe est luisant et gros comme une plume de cygne.) 

Cette espèce est remarquable; l'immersion des sporothèces laisse, après la chute 
des sporanges, une concavité très-marquée, qui devient en dessus une gibbosité 
noirâtre, avec un petit point roussâtre au centre. Les frondules ont une grande 
souplesse. 

12. gladiatum, F., Gen. fllic. , p. 256. Saint-Domingue, Poiteau; Amérique du 
Sud (Herb. Mougeot); Collect. Pamplin., n° 8. 

(115) 54. CAMPYLONEVRON, Presl., Tent. pterid.,p. 189. 

1. repens, Sw. , FI. Ind. occid., p. 1635, sub polypodio. Campylonevron , Presl, 

/. c, p. 190; Plum., Filic., p. 117, t. 134. Arbres et rochers de la Guade- 
loupe, L'Herminier; la Martinique, au Morne rouge, Plum., et dans d'autres 
îles; Brésil, Mexique, etc. 

2. nitidum, Klfss., Enum,., p. 92, sub polypodio; Campylonevron, Presl., /. c. C. 

crispum, F., Gen. filic, p. 257. La Martinique, M !le Rivoire; Brésil. — 
M. Hooker, Sp. fil, V, p. 39, réunit cette espèce à la précédente. 

3. lucidum, Sims, Cat. Ferns, 1858. Poly podium nitidum, Hook., Fil. exot., I, t. 12 

(excl. synon.). Saint- Vincent; Cuba, Pœppig; Brésil; Venezuela. 

4. phyllitidis, L. , Sp. pi, 1543, sub polypodio; Campylonevron, Presl., /. c. 

C. Moritzianum, F., Gen. fil, p. 258. Plum., Filic, p. 114, t. 130 et 131 , 
forme multifide. Lowe, Ferns, II, t. 24. Jamaïque; la Dominique; la Marti- 
nique, Sieber, M lle Rivoire; Guadeloupe, L'Herminier; Cuba, Linden, 



70 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

n° 1900; Saint-Domingue, de Tussac; Panama; Mexique', etc. — Rhizome 
très-gros et très-fibrilleux. M. L'Herminier admet deux variétés assez rap- 
prochées du type. 

5. costatum, Kze., Linn., IX, p. 38, sub polypodio. Cuba, dans les forêts toufmes 

Guyane. 

6. macrosorum, F., 8 e Mém., p. 96. Jamaïque; Nouvelle- Grenade, Schlim.,n° 440; 

Pérou, Mathews. 

7. minus, F., Gen. fil, p. 257 et 258, et 7 e Mém., p. 64 et 129, tab. 24, fig. 3. Ja- 

maïque; Cuba. M. Th. Moore, Index, p. 224, réunit cette espèce au C. fasciale, 
Presl., /. c, p. 190, et fait une simple variété £. gracile de notre C. cubense. 
(Voir l'espèce suivante.) 

8. cubense, F., Gen. fil, p. 259, et 6 e Mém., p. 14, t. 3, fig. 2. Cuba, Linden, 

1912. La forme de la fronde est très-caractéristique. 

9. t^eniosum, H. et B., in Willd. Fil, p. 155, sub polypodio. Jamaïque; Guade- 

loupe; Cuba, Linden, n° 1913; Brésil; Colombie. 

10. angustifolium, Sw., Syn. filic., p. 27, sub pokjpodio. Campylonevron , F., Gen. 

(il, p. 257; Radd., Fil bras., p. 14, t. 24, fig. 2. Jamaïque; Cuba; Mexique, 
Schaffn., n° 177 b. M. Th. Moore, Index, p. 222, fait du C. tœ?iiosum une 
simple variété de cette espèce. 

(118) 55. CRASPEDARIA, Lk., Fil sp., p. 116. 

1. piloselloides, L. , Sp. pi, 1542, sub polypodio. Craspedaria, Lk., /. c. Plum., 

Fil, p. 103, t. 118. Plante très-répandue dans les lieux humides des An- 
tilles; Jamaïque; Saint-Domingue, de Tussac; la Martinique, M Ile Rivoire; 
Saint-Thomas; Porto-Rico; Guadeloupe, L'Hermin.; Sainte-Marie-Galante, où 
elle est très-commune. Nous possédons un spécimen de cette plante, prove- 
nant de la Guadeloupe, lequel mesure plus d'un mètre. Le rachis est filiforme. 

2. serpens, Sw. , FI Ind. occid., p. 1633, sub polypodio. Craspedaria, Lk. , /. c, 

Plum., Fil, p. 105, t. 121. Saint-Domingue, de Tussac; Port-au-Prince, 
L'Épagnier; Cuba, Leiboldt, n° 105; Trinité, Germain, 1862; Cayenne ; 
Poiteau. 

3. VACCiNiiFOLiA , Langsd. et Fisch., Icon. fil, t. 7, sub polypodio. Craspedaria, 

Lk., Sp, fil, p. 117; Radd., Fil bras., p. 13, t. 23, fig. 2. Trinité, Germain, 
1862; Brésil, Martius, n° 308. — Charmante espèce, grimpante, émettant 
de longs rejetons, obtus, stériles, légèrement fïexueux et couverts d'écaillés 
dorées. Notre spécimen de la Trinité dépasse un mètre en longueur et porte 



DES ANTILLES. 71 

quelques courtes ramifications. Elle a tout à fait le port du Lycopodium cla- 
vatum, L. La figure de cette planche donnée par Raddi est très-inférieure à 
celle éditée par LangsdorfF et Fischer. 

4. yeronicefolia , F. , Gen. fil. , p. 264. Cuba , Raymond de la Paz (Herb. Mou- 
geot). M. Mettenius fait de cette espèce, qui nous semble très-distincte, une 
simple variété du C. piloselloides , Lk. 

?5. Plumieri, F., Plumier, Fil, p. 105, t. 120. Saint-Domingue, à Léogane. — 
Nous ne connaissons cette plante que par la figure de la planche citée de 
Plumier. Elle a été figurée par Petiver, p. 174, t. 15, fig. 4, et décrite très- 
succinctement par Linné (Sp. pi, 1553) qui en avait fait un Poli/podium he- 
terophyllum, conservé par Swartz, Syn. fil, p. 26, et par Willdenow, Fille. , 
p. 146. Tous les craspedaria étant hétérophylles, il fallait un autre nom spé- 
cifique, et nous avons pris celui du botaniste qui l'a trouvé le premier. 

(119) 56. CHRYSOPTERIS , Lk., Spee. fil, p. 120. 

1. aurea, L., Sp. pi, 1543, sub polypodio. Chrysopteris , Lk., I c. Plum., Fil, 

p. 59, t. 76. Schkh., Crypt., p. 13, t. 12. Grande-Terre de la Guadeloupe, 
L'Herminier, 1861; très-répandue dans les régions basses du littoral sur les 
arbres , les rochers , les murs. Très - rare dans les lieux élevés. Variété ^ à 
segments imbriqués. Saint-Domingue, de Tussac. — C'est avec plusieurs es- 
pèces de campylonevron , une des fougères qui sécrètent le plus souvent le 
carbonate de chaux au sommet de ses nervilles. (Voy. 10 e Mémoire, p. 39.) 

2. martinicensis , F., 8 e Mém. , p. 130. La Martinique, M lle Rivoire. — Segments 

peu nombreux; gros rhizome écailleux à saveur de réglisse. 

3. multiserialis, F., 8 e Mém., p. 130. Saint-Domingue, de Tussac; Phlebodium , 

Moor. et Houlst. 

4. dulcis, Poiret, Encyc. bot., V, 523, sub polypodio. F., Gen. flic, p. 265; Go- 

niopâlebium, Moor., Ind., Plum. ,Fil, p. 62, t. 80. La Martinique, Plumier. 

(123) 57. DRYNARIA, Bory, Dict. class. 
1. Eudrynaria. 

1. lycopodioides, L. , Sp.pl, 1542, sub polypodio. F., Gen.filic, p. 270. Martinique , 
M 1Ie Rivoire; Porto-Rico, Bertero? Jamaïque et Trinité, Heward; Guadeloupe, 
arbres et rochers de la Grande-Terre, L'Herminier; Saint-Domingue, Willd. 
Probablement toutes les Antilles. 






72 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. plantaginea, Jacq. , Sw. , Syn. filie., p. 29, sub polypodio. F., Gen. filic, 

p. 287, sub Bathmio macrocarpo. Plum., Filic, p. 112, t. 128. Martinique, 
Plum.; Guadeloupe, L'Hermin.; Guyane française, Poiteau. — Cette plante, 
très-souvent vivipare, a le port et la nervation des bathmium; c'est pourquoi 
elle avait été placée dans ce genre. (Voy. le passage cité du Gênera filiciim) Un 
spécimen reçu de la Guadeloupe présente ce singulier phénomène, que pour 
la première fois nous observons, de porter des prolifications à leur tour pro- 
lifères; c'est une 2 e génération, le fils et le petit-fils. 

2. Pleopeltis. 

3. elongata, Sw. , Syn. filic, p. 22, sub grammitide. F. , Gen. filic. , p. 270. Schkh., 

Crypt.,tab. 7. Jamaïque, Sw., Heward; Martinique, M 1Ie Rivoire; Cuba, Linden, 
n° 1934; Guadeloupe, L'Herminier, 1861. — Sporothèces grammatoïdes. 

4. incana, Sw., FI. Ind. occid., p. 1645, sub polypodio. Marginaria minima, Bory, 

Crypt. Voy. Duperr.,^. 264, t. 31, 2 (petite forme). Jamaïque, Sw., Heward; 
Trinité, Heward; Guadeloupe, L'Hermin. — Plante très-commune. Les ner- 
villes sont anastomosées, ainsi que l'a remarqué M. Mettenius. 

5. squamatum, L., Sp., 1546, sub polypodio. Willd. , Filic., p. 190. Plum., Filic, 

p. 61, t. 79. Saint-Domingue, Plumier; Mexique, Leiboldt. 

6. torulosa, F., Gen. filic, p. 271, et 6 e Mém., p. 17, t. V, fig. 4. Cuba, Linden. 

— Réunie au Pleop. angusta, Humb. et Bonpl., par M. Mettenius. Elle sem- 
ble très-différente; les frondes sont pinnatifides. 

7. lanceolata, L., Spëc pi. , 1542 , sub pohjpodio. F., Gen. filic, l. c Plum., Fil., 

p. 119, 1. 137. Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue, Plum. — Cette forme ne 
semble pas différer duD. macrocarpon, ¥.,l. c, de Bourbon, que nous tenons 
de Bory lui-même. 

8. elastica, F. 

Frondibus pinnatifidis, cr assis, opacis, glaberrimis, summamente elasticis, 
curvatissimis , sub tus squamis parvulis, sparsis onustis ; petiolo cylindrico, 
basihirto, pilis longis , patulis ; laciniis linearibus , obtusiusculis , decur- 
rentibus, curvatis, assurgentibus , terminali conformi, sinubus latissimis ; 
nervillis areolam unicam consliluentibus ; sporotheciis crassissimis , alternis, 
rufis, receptaculo parvulo, modo grammitidearum elongato; sporangiis longe 
pedicellatis ; annulo 18-20 articulato; sporis trigonis. 

Polypodium palmalum et Hemionitis palmata. L'Hermin., in Litter. 



DES ANTILLES. 73 

Habitat in littore occidentali Guadalupce (Matouba, rade de Saint- 
Louis, Bois-David, etc.). 

Filix insignis, curvata, elastica, rhizomate crasso, squamoso. 
(Longueur totale, 50 centim., dont le stipe fait environ le tiers; les pinnules mesurent 14 à 16 
centim. sur 8 millim. de largeur. Nous comptons 12 à 14 pinnules dressées, ouvrant avec la 
côte médiane un angle de 45 degrés; les sinus ont environ 1 centim. d'ouverture.) 

Cette fougère prend place à côté des Dnjnaria angusta et stenoloma, mais elle en 
est fort distincte. C'est la plus élastique de toutes les fougères connues ; dans 
l'état de dessiccation elle est courbée, de manière à rapprocher sa pointe vers^a 
base ; ce serait peut-être un excellent hygromètre. Les sporothèces sont assez gros 
pour s'étendre de la marge au mésonèvre ; sa tendance à se recourber est si pro- 
noncée qu'elle soulève la forte feuille de papier qui la renferme. 
9. lepidota, Presl., Tentam., p. 193, sub pleopeltide. Schlect., Adumbr., p. 17, 

t. 8. Jamaïque , Sw. , Wilson ; Guyane. — Est bien voisine du D. macro- 

carpa, F. 

(124) 58. PLEURIDIUM, F., Gen. filic, p. 273. 

1. CRASSIFOLIUM, L., Sp. pi., 1543, sub polypodio, F. ; l c; Plum., Filic, p. 107, 

1. 123. Jamaïque, Heward; Saint-Domingue, Willd.; Martinique, M lle Rivoire; 

Guadeloupe, sur les arbres et sur la terre, L'Hermin.; Mexique, Schaffner, 

n° 175. 

La fougère figurée par Plumier, t. 142, paraît être une forme plus petite de 

cette espèce. 

XYI. CYCLODIÉES. 

(127) 59. POLYSTICHUM, Roth., Tent. pterid., p. 85. 
* Frondes pinnatifides. 

1. gland ulosum, Hook. et Grev. ; Icon., t. 140, sub aspidio. Jamaïque, Bancroft; 

Cuba, C.Wright, n° 1052. 

2. Plaschnickianum, Kze., Linn., XXIII, p. 302. Hook., Sp. filic, IV, p. 107, 

t. 211. Jamaïque, Wilson. 

** Frondes pinnées. 

3. rhizophyllum, Sw., Syn. filic, p. 44, sub aspidio. Hook. et Grev., Icon., t. 59. 

Jamaïque australe, Swartz; Saint-Domingue, de Tussac. — C'est l'une 

10 



V 



7 4 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

des plus petites espèces et des plus nettement caractérisées ; elle a une con- 
sistance très-molle. 

4. tridens, Th.Moor. inHerb. flboA. ; Hook., Sp. filic, IV, p. 15, t. 215. Jamaïque, 

Purdie (rare). 

5. GUADALUPENSE , F. 

Frondibus pinnatis, lanceolatis , petiolo gracili, squamis patulis veslito ; fron- 
dulis brève, sed distincte , peliolatis , ovatis, superne auriculatis , inferne 
oblique sectis , dentatis , dentibus aliquando mucronatis ; nervillis remotis ; 
sporotheciis paucis , dorsalibus , indusio facile delapso; sporangiis ovatis; 
pedicello longissimo , annulo 14 -i6 articulato; sporis subrotundo-renifor- 
mibus , fuscis. 

Habitat ad rupes abruptas in litore maris Guadalupce. L'Herminier, 1861 . 
Filix mollis, squamis rufis , patentibus, longe acuminatis vestita; rhizomale 

parvulo , squamoso , fibrillas longas emittente. 
Icon. : Tab. XIX, fig. 2. 

(Longueur, 20 centim.; pinnules 15 à 48 millim. sur 9 millim. de largeur; elles sont assez 
distantes; nous comptons 14 à 16 paires de pinnules.) 

Cette espèce est assez délicate ; les frondes sont légèrement recourbées , à peine 
pinnatifides vers le haut, les pinnules sont rarement mucronées en leur pourtour; 
celles de la base des stipes tendent à la forme arrondie; les écailles sont peu 
fournies; elle est parfaitement distincte de la précédente. 

6. triangulum, L, Sp. pi, 1549, sub polypodio ; Plum., Filic, p. 54, t. 72; Hook., 

Filic. exot., t. 33. Jamaïque et Saint-Domingue , Sw. et Willd. (N. V.) 

7. cyphochlâmys , F, 6 e Mém., p. 20, t. III, fïg. 4. Cuba, Linden, n° 2175. - 

M. Hooker, Sp. filic, IV, p. 14, réunit cette espèce au Pohjst. triangulum. 

8. falcatum, F., Gen. filic, p. 279. Saint-Domingue, Port-au-Prince, L'Épagnier. 

9. ilicifolium, F., /. c, et 6 e Mém., p. 21, t. VI, fig. 4. Polyst. triangulum, Sw., 

teste Hook. Cuba, Linden, n° 2193. 

10. mucronatum, Sw. , FI. Ind.occ, III, p. 1649. Jamaïque, Swartz; Saint-Do- 

mingue, de Tussac. - Cette espèce a le port du Polyst. Lonchitis d'Europe et, 
comme lui , est chargée de magnifiques écailles. 

11. ascendens, Hew., Ferns of Jamaica, p. 11, sub aspidio. Jamaïque, Heward. 

12. heterolepis, F., Gen. filic, p. 279; Polypodium aculeatum, Sw. (teste Hooker). 

Cuba, Linden, n° 1742*. 



DES ANTILLES. 75 

?13. emarginatum, Willd. , Filic, p. 235, sub aspidio. Plum., Filic, p. 47, 
t. 62 a. — Cette espèce de genre douteux a été trouvée par Plumier dans les 
forêts de Saint-Domingue ; elle n'a point été revue. 

** Frondes M- ou pluripinnées. 

14. muricatum, L., Sp.pl., p. 1555, sub polypodio. Plum., Filic, p. 29, t. 39. 

Saint-Domingue , Willd. (N. V.) 

15. viviparum, F., 6 e Mém., p. 21, tab. III, fig. 3. Cuba, Linden , n° 1742, 

partim. 

16. coriaceum, Sw., FI. Ind. occid., p. 1688; sub polypodio. Polystichum, Schott; 

Saint-Domingue, deTussac; Jamaïque, Sw. — Cette plante a une patrie 
très - étendue. Un spécimen des Antilles (herb. F.) est remarquable par la 
grandeur des indusiums, tandis qu'un autre de la Guadeloupe, par L'Hermi- 
nier, en a de fort petits ; ce n'est pas une espèce, mais seulement une variété, 
p. slenochlœna. 

(129) 60. HEMICARDION , F., Gen. filic, p. 282. 
1. Nephrolepis, F., /. c, Plum., Filic, p. 98, 1. 113. Aspidium semi-cordatum, 
Sw., Syn.. filic, p. 45. Trinité, Germain; Jamaïque, Sw. ; Saint-Domingue, 
Willd.; Guadeloupe, L'Hermin., 1821, où elle est commune; Guyane fr., 
Le Prieur; Colombie, etc. — Cette belle plante n'a été figurée que partielle- 
ment par Plumier, mais elle est bien décrite. Elle s'élève à plus de 1 mètre 
30 centimètres. Nous comptons environ 40 paires de frondules, mesurant en 
moyenne 10 à 12 centimètres sur 13 à 16 millimètres de largeur; en adop- 
tant le nom àliemicardion , il était impossible de conserver le nom spécifique 
de semi-cordatum, qui traduit le mot grec hemicardion. Ce mot ne s'applique 
pas à l'indusium qui est orbiculaire , mais bien aux frondes dont la base est 
demi-cordiforme. La souche est énorme. 

(134) 61. BATHMIUM, Presl., Tentant, pterid., p. 88. 

1. trifoliatum, Sw., Syn. filic, p. 43, sub aspidio. Plum., Filic, p. 127, t. 148. 

La Martinique, Saint-Domingue; probablement toutes les Antilles. Mexique, 
SchafFn. , n° 243. — Plusieurs botanistes regardent comme une simple forme 
de cette espèce X Aspidium heracleifolium, Willd., Plum. 

2. heracleifolium, Willd., Filic. , 21 7, sub aspidio. Plum., Filic, pi. 147. Se trouve 

aux mêmes lieux que l'espèce précédente, dont elle n'est sans doute qu'une 
variété plus grande à frondes plus divisées. 



\J 



76 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

XVII. ASPIDIÉES, F., Gen. flic, p, 290. 
(135) 62. ASPIDIUM, Sw. , Emend. 

A. CÀMPTODIUM, F., I. e., p. 297 , et 8 e Mém., p. 134. 
(Indusium courbé terminal.) 

1. pedatum, Desv., Prodr. in Mem, Soc. Linn. Par., V, p. 244, sub aspidio. Kze., 

Farrenkr., p. 179, I, t. 75 (d'après le spécimen de mon herbier). Saint- 
Domingue, de Tussac; Cuba, Linden, n° 1906; Wright, n° 997; Jamaïque, 
Wiles. — Le port de cette plante la rapproche des Bathmium; elle est diffé- 
rente des vrais Aspidium, non-seulement par le port, mais aussi par la forme 
de l'indusium; nous persistons à croire que c'est bien là le type d'un genre 
spécial. Nous avons en herbier un spécimen récolté aux îles Viti pendant le 
voyage de l'Astrolabe, par Hombron, 1837-1840. Cette localité est-elle bien 
certaine ? 

B. OOCHLAMYS,F., /. c. 
(Indusium ovale ou ovoïde, attaché par le centre de la base au sommet.) 

2. Rivoirei, F., Gen. filic, p. 297. La Martinique, M Ue Rivoire; Guadeloupe, 

L'Hermin. , 1861. — Fougère élancée, décroissant du centre à la base. Port 
de Y Aspidium Thelypteris, Sw. Sporothèces dorsaux, indusiums glabres; ils 
sont villeux dans Y Aspidium Sprengelii, Klfss., Enum., p. 239, voisine par 
le port de notre espèce. 

Icon. : Tab. XXI, fig. 3. Reduclum cum fragmente magnit. natur. et aucto. 

3. GONSANGUINEUM, F. 

Frondibus oblongiusculis , pinnato-pinnatifidis , glaberrimis , petiolo lœvissimo, 
basi intense decrescentibus ; pinnulis suboppositis , sessilibus, longe acumi- 
natis, acumine fertili; inferioribus parvulis, assurgentibus ; segmentis 
oblongis, margine undulatis, répandis; sporotheciis rotundis, indusio crasso, 
marginali, glabro; sporangiis ovatis, annulo lato, i4 articulato; sporis 
fuscis, lœvibus subreniformibusque. 

Habitat in alveis amnium Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 

Filix erecta, flexibilis, frondibus fasciculatis, ad apicem caudicis nascentibus; 
stipitibus et rachibus purpurescentibus , lœvibus. 

Icon. : Tab. XX, fig. 3. Reductum cum fragmento magnit. natur. 

(Longueur totale, variable depuis 40 jusqu'à 75 centim. avec des pinnules mesurant 5 centim. 
Nous comptons de 20 à 25 paires de pinnules séparées par un entre-nœud de 11 à 13 millim.) 



DES ANTILLES. 77 

Les frondes sont réunies sur une grosse souche chargée de nombreuses radi- 
celles noirâtres; les pinnules qui descendent fort bas, s'écartent de plus en plus et 
diminuent de dimension pour ne plus laisser sur le pétiole que des rudiments de 
lames ; les frondules se terminent en une longue pointe , fertile dans toute son 
étendue; opposées vers le bas, elles deviennent alternes vers le haut. Cette fougère 
est très-remarquable et parfaitement caractérisée. 

4. PACHYCHLAMYS , F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , glabris, petiolo et rachibus helveolis , superne 
sulcatis; pinnulis lanceolatis , inferioribus alternis, superioribus oppositis , 
sessilibus, caudatis; segmentis, oblongis, subpectinatis, infimis longioribus, 
mesonevro pilosulo; sporotheciis dorsalibus, indusio crassissimo, brunne- 
scente, terminait ; sporangiis parvulis , rolundis; annulo lato, 10-11 arti- 
culato , sports subreniformibus. 

Habitat in Guadalupa. L'Herminier, 1861. 

Filix aspectu phegopteridorum europœarum, prœcipue PL polypodioidis ; inter 
congénères notata, pinnulis inferioribus alternis, superioribus oppositis et 
indusio apicali, crasso. 
Icon. : Tab. XXI, fig. 2. Reductum cum fragmentis magnit. natur. et auctis. 
(Longueur: 55 à 60 centim. sur 15 à 17 centim. d'envergure; nous comptons une trentaine 
de paires de pinnules, ayant de 17 à 18 millim. de largeur.) 

Cette fougère n'a pas une physionomie qui lui soit propre , mais elle est cepen- 
dant nettement caractérisée par ses organes fructifères et la nature de ses pinnules. 

5. Berteroanum , F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , glabris, oblongis, basi et apice decrescenlibus ; 
petiolo valido, rachi infeme complanato ; pinnulis lanceolatis, suboppositis, 
patulis, superioribus alternis, sessilibus, longe caudatis, cauda fertili , recta; 
segmentis sublinearibus , leviter curvatis, acutis, decussatis; sporotheciis 
rotundis , marginantibus , approximalis , fréquenter confluentïbus ; indusio 
rubricoso, parvulo, glabro , apicali; sporangiis rotundis, annulo 12-14 
articidato; sporis lœvibus, nigrescentibus , brève reniformibus. 

Habitat frequens in Guadalupa. L'Herminier, 1861; Porto-Rico, Bertero. 

Filix elata , pinnulis peclinatis , segmentis siccitate admarginem leviter convo- 
lutis; basi petioli tricanaliculalo. 

Icon. : Tab. XXI, fig. S. Reductum cum fragmentis magnit. natur. et auctis. 






M 



78 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÈES 

(Longueur , 90 centira. à 1 mètre ; le stipe, dans sa partie dénudée, n'a guère que 20 centim. ; 
l'envergure prise au centre de la fronde est de 22 à 25 centim. ; les pinnules atteignent à peine 
16 millim. de largeur; nous comptons environ 34 paires de pinnules, séparées par un entre- 
nœud de 2 centim.) 

Cette fougère rappelle par son port VA. cheiloplotium du Mexique, F., 8 e Mém., 
p. 103, et aussi VA. Thelypteris , Sw., d'Europe; les pinnules inférieures sont 
recourbées et dirigées vers la base du stipe; les autres sont étalées à angle droit; 
elles décroissent moins brusquement que dans les autres espèces d'aspidium oochla- 
mydées. Le stipe est légèrement déprimé; le rhizome rampant s'entoure d'un 
très-grand nombre de radicelles qui s'enchevêtrent. 

6. conterminum, Desv., Mem. Soc. Linn. Paris. , VI, 255; A.rivulorum. Link., Filic. 

sp., p. 102. Plum., Filic, p. 36, t. 47. Guadeloupe, L'Hermin. ; Cuba, C. 
Wright, n os 721 et 820; Jamaïque , par divers; Martinique, Bélanger; Porto- 
Rico et probablement toutes les Antilles. Venezuela , Chili , etc. — Elle est 
voisine de l'espèce suivante. 

7. strigosum, F. 

Frondibus pinnato - pinnatifidis , lanceolatis, glabris , petiolo lœvi; pinnulis 
opposais, superioribus altemis , ultimis adnatis , linearibus , caudatis; 
laminis usque [ad apicem fructiferis , basi decrescenlibus , segmentis infimis 
oblongis; sporotheciis parvulis , indusio membranaceo , tenui, glabro, per- 
sistente, fusco ; sporangiis rotundis , annulo i4 articulalo ; sporis brève 
reniformibus. 

Habitat in Guadalupa. L'Herminier , 1 863. 

Filix strigosa, elata, siccitate luteola; pinnulis patulis , apice ctirvato , elon- 
gato , fertili; rhizomate erecto , crassissimo , radiculis redis, longis. 

Icon. : Tab. XXII, fig. 2. Redtictum cum fragmentis magnit. natur. et auctis. 

(Dimensions : longueur totale, 1 mètre environ ; pinnules, 8 centim. sur 7 à 8 millim. de lar- 
geur; 40 à 45 paires de pinnules.) 

Le rachis est profondément sillonné. Les pinnules de la base des frondes ne 
sont plus représentées que par des appendices informes. Le port de cette belle 
espèce est élégant ; elle se rapproche de Y A. Rivoirei avec une consistance plus 
ferme des pinnules moins écartées et plus nombreuses , des nervilles chargées d'un 
plus grand nombre de sporothèces qui deviennent confluents. 

NB. Dans cette section devrait être placé l'A (oochlamys) retroflexum , plante 
douteuse de Saint-Domingue, figurée et décrite par Plumier, Filic., p. 52, t. 68 , 
qui l'a indiquée à Saint-Domingue , où elle serait rare. 






DES ANTILLES. 79 

C. EUASPID1UM. 

(Indusium cordiforme ou réniforme.) 
1. Frondes p innées. 

? 8. Imrayanum, Hook., Spec. filic, IV, p. 86, t. 242. La Dominique, Imray. — 
M. Hooker n'est pas sûr d'avoir vu l'indusium. Cette plante doit donc être 
regardée comme étant de genre douteux. 

II. Frondes pinnées pinnatifides. 
a. Indusium glabre. 

9. Serra, Sw., Syn. filic., p. 47. Schkh. , Crypt., t. 33 b (reducta). Jamaïque, 

Schkh.; Cuba, Wright, n os 1003 et 1004; Nouvelle-Grenade, Venezuela. — 
Très-grande et très-belle espèce d'un port tout spécial. 

10. invisum, Sw., Prodr., p. 133, sub polypodio. Willd., Filic, p. 244; Plum., 

JFSZ«fi.,'p.-48'i t. 22; Schkh., Crypt., t. 18? Saint-Domingue, de Tussac; 
Jamaïque, Wilson et Heward; la Trinité, Germain, 1862. — La planche 
citée de Schkuhr ne donne pas une idée exacte des dimensions de cette plante, 
qui peut atteindre jusqu'à un mètre de hauteur. En comparant les figures 
données par Plumier et par Schkuhr , on arrive à conclure que les plantes 
représentées sont différentes. 

' 11. mexicanum, Presl. , Reliq., Hcenk., I, p. 38. — Indiquée à la Jamaïque par 
M. Hooker, Spec. filic, IV, p. 138, t. 267; nous croyons que l'indusium est 
glabre. 

12. limbatum, Sw. , Syn. fil., pp. 50 et 251. Amauropelta Breutelii , Kze. , Supp. 
Schkh., I, p. 109, t. 51. Guadeloupe, L'Herminier, 1861; Saint -Kitts, 
Breutel in Kze., /. c 

Cette magnifique espèce parcourt une échelle très -variable de dimensions; elle 
est fort distincte et facile à reconnaître à ses frondes pinnées - pinnatifides , à pin- 
nules très-longues et très- ouvertes, elles se terminent à la base par deux segments 
auriculaires, plus larges que les autres et presque pinnatifides formant une 
croix avec leurs correspondantes. Elle se trouve à la Guadeloupe à une élévation 
supérieure à 700 mètres; elle borde les torrents, se suspend aux falaises et produit 
un effet merveilleux. Il est facile de comprendre que Ivunze ait cru devoir faire de 
cette espèce un genre distinct. Les sporothèces sont terminaux et la marge des 
lames tend à se replier de dehors en dedans. 



H 



80 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

13. excultum, Metten., Aspid., p. 69 ; Hook., Sp. filic.,Vf, p. 149. Polystichum, 

Lieb., Fil. mexic, p. 124. Jamaïque, M'Fadyen; Cuba, G. Wright, n° 831; 
Pérou, Mathews, n° 1830. 

14. AMERiSTONEVRON , F., 8 e Mém. , p. 104. Cuba, sans autre indication. — Le 

nom spécifique exprime que les nervilles sont simples, ce qui ne lui est pas 
spécial; mais les segments sont denticulés, crénelés, à dents obtuses et 
écartées, ce qui est beaucoup plus caractéristique. 

[3. Indusium glabrescent , plus ou moins velu, souvent glanduleux dans son pourtour. 

15. pauper, F., 8 e Mém., p. 103. Martinique, M lle Rivoire. — Espèce de consis- 

tance molle, faiblement caractérisée; ce n'est, sans doute, qu'une simple 
forme de YA.patens, Sw., ou de Y A. conspersum, Schrad. 

16. Capitainii, F. et L'Herm. (Hypodematium.) 

Frondibus pinnato - pinnatifldis , ambitu oblongis , flexibïlibus , pilis longis , 
albis hirto; stipite brevi ; pinnulis lanceolatis, caudatis, sessilibus, integris, 
in acumine lineari, piloso, leviter undulato terminatis; nervillis simph- 
cibus,remotis; sporotheciis marginalibus ; indusio hirto , hippocrepidiformi; 
sporanges rotundis, annulo 14 articulato; sports reniformibus. 

Habitat in Guadalupa. L'Herminier, 1861. 

Filix dilatata, textura tenui, pinnulis approximatis , sessilibus , suboppositis. 

Icon. : Tab. XXII, fig. 3. Reductwn cum fragmente magnit. natur. et aucto. 

(Longueur totale, 90 centim. ; de la partie fronduleuse, 52 centim.; pinnules, 12 à 14 centim. 
sur 2 à i de largeur; nous comptons jusqu'à la pointe 14 à 15 pinnules, portant un même 
nombre de segments , ayant environ 5 millim. de largeur ; la paire inférieure de pinnules est plus 
courte.) 

Cette espèce, souple dans toutes ses parties, est couverte sur les pinnules de 
longs poils, très-rares sur le rachis, qui est presque tomenteux, et nuls sur le stipe; 
les segments pinnulaires sont très-rapprochés, nullement arqués comme ceux de 
l'espèce suivante. Le nom spécifique est destiné à rappeler la mémoire de M. Capi- 
taine, pharmacien à la Guadeloupe, chimiste et botaniste très-distingué. 

17. asperulum, F. (Hypodematium.) 

Frondibus pinnato - pinnatifidis , petiolo longo rachique tactu leviter aspero, 
canaliculato ; pinnulis alternis, lanceolatis, caudatis; nervillis simplicibus, 
villosis, superne scalpturatis, pilos longos, albidosferente; segmentis oblongis, 
curvulis, obtusiusculis , basi latioribus, margine integris; sporotheciis 



DES ANTILLES. 81 

paucis basilaribus, indusio glabrescente , rubricoso; sporangiis magnis, 

annulo crasso 16-18 articulato; sports ovoideis. 
Habitai in Guadalupa. L'Herminier , 1 861 . 
Filix rigida, aspera, apice pinnatifida , caudata, petiolo villoso, rachi villo- 

sissimo ; pilis albidulis, aliis longis, aliis brevissimis; rhizomate inœquali, 

repente , radicellas crassas ferente. 
Icon. : Tab. XXIII, fig. 1. Reducta cum fragmentis magnit. natur. et auclis. 

(Longueur totale, 50 à 60 centim. ; pinnules, 8 centim. sur 12 à 13 millim. de largeur; 13 à 
14 paires de pinnules ; le stipe égale en longueur la partie fronduleuse.) 

Cette espèce est caractérisée par une grande rigidité; elle est luisante en dessus 
et paraît visqueuse vers le sommet; les sporothèces, après leur complet développe- 
ment , recouvrent entièrement les segments pinnulaires. Elle se rapproche de Y A. 
trichophorum , dont les sporothèces, en forme de fer à cheval, ont un indusium 
fortement vi lieux. 

18. TRICHOPHORUM , F. (HYPODEMATIUM). 

Frondibus pinnato - pinnatifidis , ambitu oblongis; apice longe pinnatifldis, 
petiolo helveolo , basi turgido , fuscescente , rachibus villosis , pinnulis lan- 
ceolatis , sœpe oppositis, segmenlis integris , nervillis supeme scalpturalis , 
in dorso pilos longos, rigidos ferentibus ; sporotheciis approximatis , indusio 
hippocrepidiformi, piloso, rufescente; sporangiis cr assis, subsessilibus , 
annulo 14 articulato; sporis episporiatis , ovoideis. 

Habitat terrestris aut rarior arboricola in magnis sylvis Guadalupœ. 
L'Herminier, 1861. Cuba, teste Bory in Herb. F. 

Filix hirsuta, siccitate ferruginea , subtus lucidula; rhizomate longo, undulato, 
nigro, repente, crassitiidine pennœ anseris, frondes remotas , stipitibus basi 
turgidis ferente. 

Icon. : Tab. XXIII, fig. 2. Reducta cum fragmentis auctis et magnit. natur. 

(Dimensions : longueur totale, 60 centim. avec un stipe qui fait le tiers de cette dimension; le 
rachis est garni de 12 à 15 paires de pinnules qui mesurent 10 à 11 centim. de longueur sur 2 
de largeur. Il existe 5 à 6 sporothèces de chaque côté du mesonèvre des segments; ils sont 
assez gros et se touchent presque par le bord de leurs indusiums.) 

Cette espèce porte sur les lames supérieures, et en grande quantité, de longs 
poils roides qui naissent sur les nervilles dont ils semblent se détacher. On trouve 
ce même caractère dans les A. Capitainei et asperulum, mais bien moins pro- 
noncé. Chez ces deux espèces on observe à la base des segments une ligne trans- 
parente, tantôt rougeâtre et tantôt brune, simulant parfois une sorte de nervure. 

11 



82 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Les indusiums sont bombés, comme dans le genre hypodematium , Kze., Anal, 
pteridogr., p. 45, devenu pour nous un sous-genre de Yaspldlum. Dans les spéci- 
mens de Cuba les sporothèces sont un peu plus distants et les segments qui les 
portent moins velus. 

19. gonspersum, Schrad. , Goett. gel. Anz.,i8% t p. 869. A. macrmrum , Kifss., 

Enum., p. 239, teste Kze., Eerb.brasil, p. 208. Porto-Rico ; Saint-Domingue, 
de Tussac; Jamaïque, Wilson; Cuba, Pœppig, Wright, n° 822; Trinité, 
Germain; Mexique, Sartorius. 

20. albicaule, F., 8 e Mém., p. 102. Guadeloupe, L'Herminier, 1864; Mexique, 

Schaffn. , n° 245. — Espèce voisine des Nephrodlum patens et violascens. 

21. Sprengelii, Klfss., Enum., p. 239. Martinique; Saint- Vincent; Guadeloupe; 

Porto-Rico. Toutes les Antilles très-probablement. Colombie, Karstein. 

22. patens, Sw., Syn. fdlc, p. 49; won Willd. non Raddi; Schkhr., Crypt., p. 36, 

t. 336. Saint-Domingue, de Tussac; Guadeloupe, L'Herminier; Jamaïque, 
Wilson. Toutes les Antilles probablement; Cumana. — Cette espèce est 
méconnue par beaucoup d'auteurs ; elle est grande ; les frondes sont serrées 
les unes contre les autres et leurs bases nigrescentes et fort grosses persistent 
sur le rhizome. 

23. velatum, Kze., in Metten. Aspid., p. 79; Hook., Sp. fil., t. IV, p. 101, t. 247. 

Cuba, Linden, n° 1901. 

42. augescens, Lk., Fille, berol., p. 103 ; Kze. in Schkh. supp., I, p. 134, t. 59; 
Nephrodlum augescens, F., Gen. fille., p. 305. Jamaïque, Sloan., Purdie; 
Cuba, Wright, n° 923. — Quoique cette plante ait bien le port des Nephro- 
dlum, les nervilles basilaires sont libres. 

25. villosum, L., Sp. pi., n° 1555, subpolypodlo.Sw., Syn.filic., p. 56. Jamaïque, 

Sw., Plum., Fille., p. 21, t. 27. — Fougère très-ample; indusium glanduleux 
en son pourtour. (N. V.) 

26. Germani, L'Herminier in Litter. 

Frondlbus plnnato-plnnatlfidls , tenerls, ambltu lanceolatls, petiolo glabro, 
stramlneo; rachlbus et mesonevrls pllosis; nervillis simpllclbus remotls , 
rectls ; plnnulis sessllibus, lanceolatls, acutls, i?iferiorlbus reflexls, segmen- 
tls oblongls, undulatls, curvatis; sporotheclis dorsallbus , indusio villoso; 
sporanglls ovoldels, annulo angusto, 13-14 artlculato; sporls ovoideis, 
papïllosis. 



DES ANTILLES. 83 

Habitat in Guadalupa (Rivière noire, Ravine -Paradis, L'Herminier, 

486-1). 
Filix Ma villosala, mollis, siccitate fragilis ; frondibus supra surculum multi- 

fibrillosum congestis. 

Icon. : Tab. XXIII, fig. 3. 

(Dimensions : longueur des plus grands spécimens, 70 à 75 centim. , dont le pétiole fait la 
moitié ; les pinnules mesurent 10 centim. sur 2 de largeur; les dernières paires , plus petites, 
sont réfléchies vers le bas.) 

Cette espèce, quoique distincte, n'a point de port qui puisse nettement la 
caractériser; ses stipes sont flasques, très-fragiles, brunâtres à la base et rassem- 
blés à l'extrémité d'une souche, entourée d'une multitude de radicelles. Les 
segments pinnulaires sont assez écartés, obtus; les derniers sont plus grands que 
les autres et lobés; les nervilles inférieures tendent à s'unir comme dans les 
nephrodium. Elle se rapproche de Y A. païens, Sw. 

III. Frondes pinnées-pinnatifides dont la vestilure de l'indusium est incertaine. 

27. aureo-vestitum, Hook., Sp. filic, IV, p. 401 , t. 246. Cuba, Linden, n° 4901 ; 

Jamaïque, Wilson. — M. Hooker n'a pas vu l'indusium; peut-être est-ce un 
phegopteris? (N. V.) 

28. pellitum, Willd., Filic., p. 242. Plumier, Filic, p. 34, t. 45. Saint-Domingue, 

Plumier. — La vestiture de l'indusium, s'il existe, est inconnue. Serait-ce 
un phegopteris? (N. V.) 

29. setosum, Klotsch., in Linn., XX, p. 374. M. Hooker (Sp. filic,, IV, p. 403), 

qui rapporte cette plante avec doute à YAspidium tetragonum de Presl, dit 
que les nervilles basilaires sont conniventes, ce qui en ferait un nephrodium. 
Il indique comme localités Saint-Vincent, L. Guilding; Rerbice, Schomburghk. 

(N.V.). 

IV. Frondes bi-, tri- ou quadripinnées. 

30. sanctum, Sw., Syn. filic, p. 39, sue pohjpodio. Willd., Filic, p. 498. Aspi- 

dium sanctum. Metten., Phegopteris sancta. F., Gen, filic, p. 243. Sloane, 
Hist.jam., I, p. 94, t. 49, fig. 2. Guadeloupe, L'Herminier, 4864 et 4864; 
Saint-Domingue (Port-au-Prince), L'Épagnier, Jamaïque. Cuba; probable- 
ment toutes les Antilles. — L'indusium de cette espèce est fort petit et ca- 
duc; il avait échappé à notre attention; M. Mettenius, plus heureux, l'a 
découvert et a reconnu ainsi le véritable genre de cette fougère. 






84 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

? 31. velleum, Willd., Filic, p. 255. Plum., Filic, p. 35, t. 49. Saint-Domingue, 
Plumier. — Cet auteur dit que les frondes fertiles sont différentes des stériles 
et la figure citée en témoigne. Est-ce bien un aspidium ? (N. V.) 

32. hirtum, Sw., Syn. filic, p. 56. Willd., Filic, p. 266. Jamaïque, dans les bois. 

(N. V.) — Espèce à frondes bipinnées. 

33. lutescens, Willd., Filic, p. 272. Plum., Filic, p. 27, t. 34. Saint-Domingue, 

Plum. — Très-grande espèce. (N. V.) 

34. nemorosum, Willd. , Filic, p. 255. Plum., Filic, p. 32, t. 43. Saint-Domingue, 

au bord des rivières, Plum. — Frondes bipinnées. (N. V.) 

35. denticulatum, Sw. , FI. Ind. occid., 1692, subpolypodio. Willd., Filic, p. 272. 

Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue, Schomb. ; Nouvelle-Grenade. (N. V.) 

36. purescens, L. , Sp.pl, 1552, sub polypodio. Willd., Sp. filic, p. 271. Hook. 

et Grev., Icon., 162. Hook., Sp. filic, IV, p. 146, exclus, synonym. Jamaïque. 
— Indusium velu; nous croyons que cette plante est différente de notre Phe- 
gopteris portoricensis , F., Gen. filic, p. 343, espèce à sporothèces nus. 

(N. V.) 

37. funestum, Kze., Linn., IX, p. 96. Hook., Sp. flic, IV, p. 129, t. 259. Marti- 

nique; Jamaïque; Porto-Rico; Guadeloupe, L'Herminier, 1864; Brésil, Mar- 
tius, n° 321. — Cette espèce est confondue par beaucoup d'auteurs avec 
l'A cicutarium, Sw., plante que M. Th. Moore, dans son Index, réunit aux 
sagenia. Le rhizome est gros comme le petit doigt, écailleux, rampant; les 
frondes sont extrêmement dilatées et s'élèvent souvent à 1 mètre. L'indusium 
est très-caduc. Certains spécimens se trouvent parfois à l'état non indusié. 

38. acrocarpon, F. 

Frondibus quinquangulari - tripartitis , pinnis lateralibus oppositis, pinnulis 
ultimis refexis; rachibus et stipilibus setoso-paleaceis. 
Habitat in Sancto- Domingo. De Tussac. 
Filix aspidio funesto, Kze., Linn., IX, p. 96, similis, sed sporotheciis apicila- 
ribus. 
Cette plante rappelle tout à fait la figure donnée par P. de Beauvois, FI. Oware 
et Bénin, I, p. 34, t. 19; peut-être n'en est elle qu'une forme; cependant ses spo- 
rothèces sont terminaux, caractère très-manifeste dans le spécimen de notre her- 
bier, tandis qu'ils sont dorsaux dans l'A subqidnquefidum d'Oware et Bénin. Ce 
caractère paraîtra-t-il suffisant pour différencier les deux espèces? 



DES ANTILLES. 85 

39. formosum, F., Gen. filic, p. 296. Cuba, Linden, n° 2115. — Très-belle es- 

pèce, élégamment découpée. 

40. melanochlamys, F., I. c, p. 294. Cuba, Linden, n° 1865. Polystichum mela- 

nochlamys, Hook., Sp. filic, IV, p. 35, t. 233 b. - Indusium glabre attaché 
par un étroit sinus et nullement pelté ; la structure de ce tégument est la 
même que celle de Y À. limbatum, et si Ton voulait rétablir le genre amauro- 
pelta, il faudrait y rattacher l'A melanochlamys. 

41. Tussaci, F., I. c, p. 297. Antilles? Ténériffe, Boissonnet; Mexique, Schafïh., 

n os 242, 249 et 456 bis; n'existe pas à Saint-Domingue, quoique nous en 
ayons attribué la découverte à de Tussac , qui l'aurait récoltée dans cette île. 

42. CONSOBRINUM, F. 

Frondibus quadripinnatis , expansis, peliolo sulcato, squammis angustis, m 
wnbitu ovoideis; frondulis subopposilis , peliolatis, excurvatis, lanceolatis , 
pinnis sessilibus, lanceolatis, acutis , segmentés oblongis , crenatis usque ad 
costam divisis; sporotheciis dorsalibus, ad basim dentium marginis sitis , 
indusio glabro, in ambitu glandulis late cylindricis circumdato; sporanges 
rotundis, annulo i2-13 articulato; sports ovoideis. 
Habitat in Guadalupa. L'Herminier, 1861. 

Filix ampla, stipite longo , sulcato, rufescente, rigido, segmentis crenatis, re- 

motis, obtusis. 

(Longueur totale, 1 mètre et probablement plus; le stipe est à la fronde :: 2 : 5; les plus 
longues frondules mesurent de 25 à 28 centim. ; les pinnelles ont de 22 à 25 millim. de longueur 
sur 11 à 13 millim. de largeur; les segments sont étroits et fortement crénelés.) 

La plante desséchée prend une teinte roussâtre; le rachis porte quelques écailles; 
celles de la base des stipes sont linéaires et très-longuement acuminées; le tissu 
des lames est tiqueté de petits points blancs en dessous. 

Le Nephrodium stipulare, Willd., Filic, p. 239, figuré par Plumier, t. 23, n'est 
pas représenté dans son état normal. 

Plumier, Filic, p. 53, t. 71, a décrit et figuré une espèce de Saint-Domingue 
acceptée par Willdenow, Filic, p. 226, sous le nomd'a^^m cordifolium; elle a 
quelque chose du port des nephrolepis. Il ne paraît pas qu'il soit possible d'arriver 

à une détermination précise. 

NB. Les aspidium pinnés - pinnatifides sont très - nombreux et diffèrent peu 
par le port qui est celui de plusieurs espèces de phegopteris et à' aspidium d'Eu- 
rope; il faut les étudier de près pour les déterminer. Peu d'entre eux sont figu- 
rés; malgré cette ressemblance dans l'aspect extérieur, il existe des différences; 



86 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

ce sont bien des créations distinctes , et il faut nécessairement leur donner une 
place dans la série des espèces. 

Cette remarque s'applique surtout au plus grand nombre des espèces de la Gua- 
deloupe, aussi croyons-nous nécessaire de donner le tableau suivant, afin de faciliter 
les diagnoses des aspidium qui n'ont pas une physionomie parfaitement tranchée. 



/ Frondes décrois- 
santes à la base 
et modifiées 
dans leur forme, i 



Pinnules réflé- 
chies. 



Pinnules étalées. 



Frondespinnées. 



ASPIDIUM. 



/ lndusium hippo- 
crepidiforme. 



Frondes de la 
base, non modi- 
fiées dans leur 
forme. 



Frondes bipin- 

nées. 42. Consobrinum. 



lndusium ovale. 
26. Germant. 



Sporothèces toujours distincts. 
2. Rivoirei. 
\ Sporothèces confluents. lndusium 
fugace. 

5. Berteroanum. 
lndusium coloré , assez grand. 
3. Consangidneum. 

Pinnules arquées 
au sommet. 
7. Strigosum. 
Pinnules du som- 
met étalées. 
4. Pachychlamys. 
10 nervilles sur chaque segment ; 
larges pinnules. 

16. Capitainei. 

i Pinnules rappro- 
chées. 
IS.Trichophorum. 
« Pétioles rudes au 
ment; pinnules 

étroites. 



lndusium petit, 
non coloré. 



toucher-, pinnules 

distantes. 

17. Asperulum. 



(136) 63. CYSTOPTERIS, Bernh. in Schrad., Neues bot. Journal, 1806. 

1. FUMARioiDES, Kze., Lim., IX, p. 97; Schott., Fasc, H, t. 3 etaucl.plur. Cuba, 

Jamaïque. — M. Th. Moore ne voit dans cette forme qu'une simple variété 
du C. fragilis, Bernh. 

2. brevinervis, F., Gen. fdic, p. 300, 7 e Mém., p. 65, t. 26, fig. 2; Aspidium 

kirtum, Hook., Sp. filic., IV, p. 128; non Sw. Cuba, Linden, n° 1876. - 
Sporothèces terminaux, ainsi que ceux de l'espèce suivante, toutes deux 
parfaitement distinctes. 

3. rufescens, F., /. c. , et 6 e Mém., p. 22, t. 6; fig. 5. Cuba, Linden, 1877; Ja- 

maïque, Sw.; Guatemala. 

4. fragilis, Fries., Sum. veg., 82. Desv., Schott. et auct.plurim. Trinité; Saint- 



DES ANTILLES. 87 

Vincent et le continent américain. — Cette plante cosmopolite est polymorphe. 
M. Th. Moore, Index, indique à la Trinité et à Saint- Vincent une variété 
translucens, Desv., dont nous avions fait une espèce sous le nom de C. mexi- 
cana, Gen. filic , p. 300. 

NB. Ce genre, parfaitement distinct de l' Athyrium , est remarquable par la déli- 
catesse du tissu des frondes et par l'organisation de l'indusium qui est frangé de 
cellules allongées, posées bout à bout et parallèles, ce qui lui donne un aspect 
déchiqueté. 

(139) 64 OLEANDRA, Cavan., PrœfecL, n° 623. 

1. nodosa, Willd., Filic, p. 211. Plum., Fille. , p. 118, 1. 136. Martinique, Plum. 
et Sieber; Guadeloupe, L'Herminier, 1861. — Elle est grimpante, arbori- 
cole, assez rare et vit de préférence sur les arbres languissants. Les frondes 
sont très-écartées les unes des autres; nous en avons une en herbier qui me- 
sure 65 centim. 

(137) 65. LEPIDONEVRON, F., Gen, filic, p. 301. 

1. obtusatum, F., /. c. , p. 301; Nephrodium unitum, var. p. Th. Moore, Index; 

non Aspidium obtusatum, Sw.; Saint-Domingue, deTussac; Brésil, Blanchet. 

2. distans, F., /. c, p. 302. Saint-Domingue, de Tussac. 

3. punctulatum, Sw., Syn. filic, p. 46, sub aspidio; Nephrolepis ensifolia, Th. 

Moore, Index, F., /. c, p. 301, tab. 23 c, fig. 1 {particulœ). Plum., Filic., 
p. 98, t. 112; à la Martinique; Guadeloupe, L'Herminier, 1861. 

4. rufescens, Schrad. , Gœtt. gel. Anz., 1824, p. 869, sub aspidio; Nephrolepis 

ensifolia, var. p. Th. Moor., Ind.; Jamaïque, Heward; Brésil, Martius, n° 322. 

(140) 66. NEPHRODIUM, Schott., Gen. filic. 

A. Frondes pinnatifides. 

1. incisum, Sw., Prodr., p. 131, sub polypodio; Willd., Filic, p. 182. Goniopteris 
incisa, Presl., TenLpterid., p. 182. Jamaïque, Sw., Syn. filic, p. 33. — M. Hoo- 
ker, Sp. fil, I, p. 65, réunit cette plante à Y Aspidium stenopteris, dont nous 
allons parler plus loin; M. Mettenius ne voit en elle qu'une simple variété de 
Y A. scolopendrioides , qui est pour Presl un goniopteris. Il est certain que 
l'indusium est souvent fort petit, très-caduc , laissant de l'indécision sur le 






88 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

genre de certaines espèces de goniopteris et de phegopteris, qui pourraient 
fort bien être des nephrodiurn et des aspidium. Cette "particularité diminue 
l'importance de la valeur taxonomique de cet organe. 

2. stenopteris, Kth., Die Far r. , II, p. 48, tab. 120, sub aspidio. Cuba, Linden, 

PL Gub., n° 1892. Saint-Domingue, L'Épagnier. — Cette plante a une pa- 
renté manifeste avec les G. scolopendrioides , incisa et ferax, qui forment un 
petit groupe très - naturel. La figure citée est très -bonne, sauf l'indusium 
qui est représenté noir avec des poils étoiles, et arrondi comme dans les po- 
lystichum; ce qui expliquerait comment M. Th. Moore a pu le faire entrer 
dans ce genre. Il ne semble pas que l'on puisse reconnaître dans cette 
plante le Polypodium scolopendrioides de Linné. 

3. Wrightii, Metten., in Hook. , Sp. filic, IV, p. 64, t. 239, sub aspidio. Cuba, 

C. Wright, n° 824. 

4. sclerophyllum, Kze., Linn., IX, p. 92. Cuba, Pœppig. — Poils étoiles comme 

dans le Phegopteris asterothryx , F. 

B. Frondes pinnées, à peine crénelées. 
f 5. VARIANS. 

Frondibus pinnalis , glabris , ambitu lanceolatis , petiolo longo, lœvi , sulcalo , 
basi squamoso, squamis linearibus, sicciiate nigrescentibus ; frondulis al- 
ternis, suboppositis , satis distantibus, brevissime petiolatis , marginibus 
sinuato-crenatis, sed apicibus argute serratis, scepe irregulatim divisis et ad 
formam pinnatifidam tendentibus; apice subhastato; sporotheciis bi- trise- 
rialibus, rufescentibus ; indusio glabro ; sporanges longe pedicellatis, rotun- 
datis, annido latissimo, i2-i4 articulato, sacculo nudo; sporis ovoideis. 
Habitat in insula Trinitatis. Germain, 1864. 
Filix elata, glabra, frondulis variabilibus ; rhizomate crasso, squamis fuscis, 

lucidulis , apice torlilibus. 
Icon. : Tab. XXIV, fig. 2. Reductum cum segmenlis magnitud. natur. 
(Lon°-ueur des frondes, 55 à 65 centim., dont le pétiole fait au moins la moitié; frondulesl3 
à 15 paires, mesurant 7 à 9 centim. sur 13 à 15 millim. de largeur : frondules stériles plus larges.) 

Cette espèce est élancée, les frondes sont portées sur un rhizome rampant, de 
la grosseur du petit doigt, déprimé et très-écailleux, ainsi que les jeunes frondes. 
Les frondules sont remarquables par la mobilité de forme des marges, crénelées 
dans les deux tiers de leur longueur totale et dentées en scie vers le haut où elles 
tendent parfois à devenir pinnatifides. 



** 



DES ANTILLES. 



89 



C. Frondes pinnées-pinnalifides. 

6. molle , Jacq., Icon. rar., t. 640, sub polypodio. Schkh., CrypL, p. 37, tab. 34, B. 
PresL, Tentam. pterid., p. 81; Guadeloupe, L'Herminier, 1861 ; Mexique, 
Schaffn., n° 465. — Plante commune et cependant mal connue; 'la synonymie 
en est fort confuse. Elle se trouve au Mexique et probablement dans la plu- 
part des Antilles; les nervilles basilaires sont tantôt soudées et tantôt seule- 
ment conniventes. 

p. mollissimum. Tota villosa, rachi helveolo, complanato; frondtdis lineari- 
lanceolatis , acuminatis; indusiis villosis. 
Habitat in insula Martinicensi, M lle Rivoire. 
Cette fougère très-simple et d'un aspect agréable est peut-être une espèce? 

■ 7. violascens, Lk. , Filic. spec, p. 101, sub aspidio. Jamaïque. — Plusieurs au- 
teurs la réunissent comme variété au N. molle; elle a certainement un autre 
faciès; on la trouve au Brésil; elle se multiplie dans les serres des jardins 
botaniques, au point d'en être gênante. 

8. venustum, Hew., Mag. of natur. kist., 1838, p. 465, sub aspidio. Jamaïque, 

Heward; Guadeloupe, L'Herminier, 1864. — Espèce à frondules très-amples, 
sessiles et pointues. Elle est très-bien caractérisée et diffère spécifiquement 
du N. molle. L'indusium est petit, obscurément cordiforme et villeux; l'an- 
neau porte jusqu'à 20 articulations; le sacculus est glabre. Le pétiole est 
très-long, la souche dressée. Elle mesure jusqu'à 80 centim. Les frondules 
courtement pétiolées ne sont que médiocrement incisées; la base est légère- 
ment cordiforme et le sommet terminé en une pointe anguleuse entière. 

9. dissidens, Metten., Aspid., p. 116, sub aspidio. Porto-Rico, fide Mettenio. (N. V.) 

• 10. brachyodon, Hook., Kze., in Linn., IX, p. 48, sub polypodio. Saint- Vincent, 
Guilding; la Dominique, Imray. M. Hooker, Sp. fil., IV, p. 83, ajoute avec 
doute à la synonymie l'espèce décrite et figurée par Plumier, p. 17, t. 21, 
plante que nous rattachons avec plus de vraisemblance au Goniopteris tetra- 
gona de Presl. (Voy. p. 62.) 

11. GUADALUPENSE, F. 

Frondibus pinnato-pinnatifidis , ambilu ovoideis, petiolo robusto , laivi, subte- 
tragono, tricanaliculato , leviter puberulo, rachi sulcato, villoso; pinnulis 
lanceolatis, patulis, longe acuminatis, inferioribus sessilibus, snperioribus 
adnatis, basi leviter cuneatis, segmentis oblongis falcatis; nervillis basila- 

12 



: 



90 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

ribus duabus conniventibus , aliquando liberis, sinubus ad basim membrana 
lenui, pellucida coalitis; sporotheciis parvulis; indusio sœpe caduco; spo- 
rangiis ovoideis, annulo 14-16 articulato; sports oblique ovoideis, subpa- 
pillosis. 

Habitat in Guadalupa, locis vidgo dictis Pamoye et Rivière des habi- 
tants. L'Herminier, 4861. 
Filix magna, pilos stellatos ferens, siccitate fusca; surculo erecto, crassissimo. 
Icon. : Tab. XXIV, fig. 3. Reductum cum segmento magn. natural. 

(Longueur, 1 mètre et plus ; le stipe est à la partie fronduleuse :: 1 : 3; les pinnules atteignent 
20 centim. sur 2 à 23 millim. de largeur; je compte jusqu'à 20 paires de pinnules , séparées par 
un entre -nœud de 3,5 centim. Les pétioles sont vers la base de la grosseur d'une plume de 
cygne.) 

Nous avons reçu cette fougère de M. le docteur L'Herminier, sous les noms de 
Polypodium nigrum et â'Aspidàcm molle, provenant des mêmes lieux et de même 
forme. L'indusium est petit, caduc et demande, pour être vu, une certaine 
attention; il est couvert de poils étoiles à 4-5 rayons. Les stipes sont roides à la 
base, de la grosseur d'une plume de cygne, canaliculés, striés, et rassemblés au 
nombre de 4-5 sur une souche fort dure et dressée. Les segments pinnulaires sont 
arqués et ne s'étendent pas au delà de la moitié de la demi-largeur de la pinnule. 

12. deltoideum, Sw., Syn. fdic, p. 49, sub aspidio. Jamaïque, Sw., Wilson; Porto- 

Rico, Rertero, Herb. F.; Guadeloupe, L'Herminier, teste Hook.; Cuba, Wright, 
n° 823. — Très-facile à reconnaître à la manière dont se terminent les frondes 
qui passent brusquement de la forme pinnatifide à la forme simple, avec une 
réduction considérable des proportions. 

13. unitum, Sw., Syn. fdic., p. 47, sub aspidio, non Sieber, Asp. goggylodus. Schkh. 

et Asp. unitum, ejusd. Crypt., p. 34 et 193, t. 33, B et 33, C. La Martinique; 
Porto-Rico; Guadeloupe, dans les marais à palétuviers et les bois maréca- 
geux élevés , L'Herminier. Notre spécimen mesure 1 ,5 mètre avec des fron- 
dules de 13-15 centim. Le rhizome est traçant; elle sera facile à distinguer 
du N. cheilocarpon (Intermedium , Kze. in Herb., F.) du Brésil, à ses indusiums 
glabres, très- velus dans le N. cheilocarpon. 

(144) 67. SAGENIA, Presl., Tentam. pterid. , p. 86. 

1. hippocrepis, Sw., Syn.filic, p. 51, sub aspidio. Presl., Tent., p. 87, Plum., 
Filic, p. 129, t. 150. Jamaïque, leste Kze.; Cuba, Linden, n° 1894; Saint- 
Domingue; Port-au-Prince, L'Épagnier, 1844. 



DES ANTILLES. 91 

2. cicutaria, Sw., Syn. filic, p. 51, sub aspidio. Presl, /. c. Jamaïque. 

3. apiifolia, Schkh., Crypt., p. 498, tab. 56 B, sub aspidio. Jamaïque? Schkh. 

" (146) 68. GARDIOCHLiËNA, F., Gen. filic, p. 314. 

1. macrophvlla, Sw., Syn. filic., p. 43 et 239, sub aspidio. F., /. c, p. 315, 

tab. 24, B.Martinique, M lle Rivoire; Saint-Domingue, L'Herminier, 1861; Ja- 
maïque, Wilson; Martinique, Plum., Filic, p. 124, t. 145; Saint-Eustache 
et probablement toutes les Antilles; Cumaria, Caracas. — Sporotheciis seria- 
libus. 

2. ampla, F., Gen. filic, p. 315. Guadeloupe, L'Herminier. — Sporothèces épars, 

disposés sans ordre apparent. 
? 3. pentaphylla, F. , Plum., Filic, p. 99; t. 114. La Martinique, près du Fort- 
Saint-Pierre. — Nous ne connaissons de cette plante que la planche donnée 
par Plumier. Peut-être n'est-ce qu'une simple forme de l'espèce suivante. 
(N.V.) 

4. trilobata, F., I. c, p. 316. Plum., Fil, p. 125, 1. 146. Martinique, M lle Rivoire; 

Gayenne, Poiteau. — Nous avons en herbier cette plante avec indusium 
(forme aspidienne) et sans indusium (forme polypodienne). Elle est parfaite- 
ment distincte de YAsp. trifoliaium de Sw., figuré par Schkuhr, t. 28, et par 
Plumier, Filic, p. 127, t. 148. Nous avions décrit comme espèce, une autre 
forme polypodienne, le C. confluens, F., /. c; mieux observée, elle doit dis- 
paraître, son caractère spécifique étant accidentel. 

? 5. fimbriata, F., Aspidium, auct. plur., Plum., Filic, p. 127, t. 149. Saint- 
Domingue, vers Léogane. — Plante de genre douteux et qui demande à être 
mieux connue. 

(147) 69. FADYENIA, Hook. et Bauer., Gen. filic, t. 53. 
1. proliféra, H. et Grev., Icon., tab. 96, sub aspidio. Cuba, Linden, n° 2154. (V.V.G.) 

XYIII. NÉPHROLÉPIDÉES, F., Gen. filic, p. 318. 

(148) 70. NEPHROLEPIS, Schott., Gen. filic, fasc. I, t. 3. 

1. exaltata, L., Sp.pl, n° 1548, sub polypodio. Schott., /. c Plum., Filic, p. 48, 
t. 63; Schkh., Crypt., p. 33, t. 32, B. Toutes les Antilles; Jamaïque; Gua- 



5 



92 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

deloupe; très-répandue dans les friches, à l'entrée des bois; Mexique; Nou- 
velle-Andalousie , etc. 

2. Schkuhrii, LL, Sp. filic, p. 409; N. pectinata, Schott. ; Aspidium trapezoides. 
Schkh., Crypt, p. 30, t. -29, C. Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue, Sieber. 

(150) 71. SAGGOLOMA, Klfss., Enum. filic, p. 224. 

1. Imrayana, Kze., in Schkh. contm./JÎ, p. 86. S. adiantoides, L'Hermin. in Litter. 
Guadeloupe, sur les arbres et sur la terre, L'Hermin ier ; Saint-Domingue. 

XIX. DAVALLIÉES, F., Gen. filic, p. 323. 

(155) 72. ODONTOSORIA, F., Gen. filic., p. 325. 

1. uncinella, Kze., Die Farr., II, p. 96, t. 140, sub davallia. Cuba, Linden, 
n° 2118. 

? 2. triloba, Willd., Filic, p. 468, sub davallia. Saint-Domingue, Plum., Filic, 
p. 83, t. 99, C. — Plante douteuse. Peut-être est-ce une hyménophyllacée ; il 
en est vraisemblablement de même du Davallia tegularis de Desvaux (Plum., 
p. 82, t. 99 A), aussi de Saint-Domingue. (N. V.) 

(156) 73. MICROLEPIA, Presl., Tent. pterid., p. 124. 

1. Galeotti, F., Gen. filic., p. 327. Guadeloupe, L'Herminier; Mexique, Schafïh. 

2. Plumieri, Hook. , Sp. filic, I, p. 72, sub dicksonia. Plum., Filic, p. 8, t. 7. 

Jamaïque; Saint-Domingue; Guadeloupe, Perrottet; Cuba; Trinité; la Do- 
minique et probablement toutes les Antilles. 

? 3. flexuosa, Spreng., Sieber, FI. Martin, supp., n°23, sub davallia. Saint- 
Domingue ; la Martinique. (N. V.) 

4. in^qualis, Kze., Syn. pi. Pœpp., Linn., p. 87, IX; Hook., Sp. filic, I, 

p. 180, t. 58, A, sub davallia. Var.: p. Major. Davallia alata, Heward, Mag. 
ofhist. natur., 1838, p. 465. — Le type à la Trinité, par Lockhart; la var. 
p. à la Jamaïque. 

5. jamaigensis, Hook. et W. Arnott, in Bot. ofBeech. Voy., p. 101, in part., sub 

davallia. Jamaïque, Wiles, Bancroft, etc. 

6. Lindeni, Hook., Sp. filic, I, p. 72, t. 25,5, sub dicksonia. Guadeloupe. M. Th. 

Moore fait rentrer cette espèce dans son genre loxoscaphc 



DES ANTILLES. 93 

7. coniifolia, Hook., Sp. filic, I, p. 70, t. 24, A, sub dicksonia. Jamaïque; Nicaragua. 

8. domingensis, Desv. , Mém. Soc. Linn: , II, p. 317, sub dicksonia. Saint- 

Domingue. — Cette espèce est douteuse. 

(159) 74. STENOLOMA, F., Gen. filic, p. 330, t. 275, fig. 2. 

1. dumosum, Sw., Syn. filic, p. 135, sub davallia. Guadeloupe, Perrottet; L'Her- 

minier, 1861 ; Saint-Domingue; Cuba, Linden, 1757. 

2. aculeatum, L., Sp. pi., 1559, sub adianto; Plum., Filic, p. 77, t. 94. Jamaïque 

et Saint-Domingue, Sw. et Willd. ; la Martinique, Duperrey; Porto-Rico; 
Guadeloupe, la Dominique et probablement toutes les Antilles. M. Hooker, 
Spec filic, 1, 191 , réunit cette espèce à l'espèce précédente, et à tort suivant 
nous. 

3. fumarioides, Sw., Syn. fil, p. 135, sub davallia. Schkh., Crypt., p. 123, 1. 129. 

Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue, de Tussac; Cuba, Pœppig. 

4. clavatum, L., Sp. pi., 1559, sub adianto; Plum., Filic, p. 81 , 1. 101 , B. Cuba, 

Linden, n° 1871 ; Jamaïque, Wilson; Saint-Thomas; Martinique, Plumier; 
Bahama. 

? 5. capillaceum, Willd.; Filic, p. 479, sub davallia. Saint-Domingue, Willd.; 
Plum., Filic, p. 83, t. 99, D. — Ce n'est pas sans raison que M. Hooker, 
Sp. filic, I, p. 190, pense que cette espèce, qui n'a plus été retrouvée 
depuis Plumier , est peut-être le Trichomanes trichoideum. (N. T.) 

? 6. trifoliatum, L., Sp. pi., 1558, sub adianto; Sw., Syn. filic, p. 133, et 
Willd., Filic, p. 478, sub davallia. Plum., Filic, p. 81, t. 99, B. Saint- 
Domingue, vers Léogane (N. V.) — Cette plante, telle qu'elle est représentée, 
rappelle par la division de toutes ses parties le Stenoloma Schlechtendalii , 
F., de Guatemala. 

? 7. tegularis, Desv., Prodr., p. 316, sub davallia. Plum., Filic, p. 75, t. 99, A. 
Saint-Domingue, vers Léogane. (N. V.) 

XX. DICKSONIÉES, F., Gen. filic, p. 334. 

(163) 75. DICKSONIA, L'Hérit. Sertum anglic, p. 30. 

1. adiantoides, H. et B., in Willd. Filic, p. 488. Plum., Filic, p. 24, t. 30; 
Hook., Sp. filic, I, p. 75, t. 26, B. Saint-Domingue, Plum,; Porto-Rico. 



94 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. ordinata, Klfss., Eœ. , p. 226; Kze., Die Farr., II, p. 14, t. 106; Porto- 

Rico, Ventenat. 

3. cicutaria, Sw., Syn. filic, p. 137. Plum., Filic, p. 39, t. 81. Jamaïque; Saint- 

Domingue; Cuba; Mexique; Brésil. — Plante très-répandue qui se trouve 
vraisemblablement dans toutes les Antilles; nous l'avons reçue de la Guade- 
loupe ; on peut rattacher à cette espèce les deux formes suivantes : 

p. tenera, F., Dicksonia tenera, Presl. Del. Prag., I, p. 189. D. adian- 

toides, Lk., Horl. Berol, II, p. 9, non Humb. et Bonpl. Guadeloupe. 
y. erosa. Th. Moore, Ind., Patania, Presl., Tent. pterid., p. 138, t, 5, 
fig. 12. Cuba, Wright, n° 962 ; Pérou, Mathews, n° 974. 

4. dissecta, Sw., Syn. fille., p. 136; Schkh., Crypt., p. 120, t. 130, B. Jamaïque; 

Mexique, Schaffn., 1854, n° 258. Brésil. 

5. apiifolia, Sw., /. c, p. 137; Hook., Spec. filic, I, p. 77, t. 26, C. Jamaïque, 

Wilson ; Cuba, Linden, n° 1747. 

6. rubiginosa, Klfss., Enum.-, p. 226. Jamaïque; Mexico; Guatemala. 

7. obtusifolia, Willd., Fil, p. 483. Saint-Domingue, Plum., Fil, p. 7, t. 6? (N. V.) 

8. distenta, Kze., AnalecL, p. 39. Trinité?; Mexique, Schaffner, n° 257. 

9. incisa, F. 

Frondibus triplicato-pinnatis , glabris , petiolis rachibusque siccitate rufescen- 
tibus; pinnulis primariis longissimis , in ambitu oblongis; seeundariis vix 
petiolatis, lanceolatis, longe acnminatis, tertiariis incisis, bi-trifidis y incisura 
superiori fertili; sporotheciis terminalibus , brevibus ; sporangiis rotundis; 
sporis ovalibus, cordatis vel trigonis. 

Habitat in nemorosis excelsioribus Guadalupœ, locis madidis. L'Her- 
minier, 1864. 

Filix gigantea, elegantissima, rachi pinnularum primariarum bicanaliculato. 

Icon. : Tab. XXV, fig. i. Fragmentis magnitudine natur et reductis. 

(Longueur des pinnules primaires, 60 à. 65 cenlim. avec 22 à 25 paires de pinnules secon- 
daires qui sont alternes et mesurent de 10 à 12 cenlim. en longueur sur une largeur de 3 centim. ; 
elles sont presque sessiles et portent des pinnules de troisième ordre, incisées profondément.) 

Cette plante est d'une rare élégance; elle nous a été envoyée par M. le docteur 
L'Herminier sous le nom de Dicksonia cicutaria. La structure des sporothèces en 
fait un genre distinct. L'indusium qui les circonscrit n'est réel que dans sa partie 
postérieure; il s'appuie sur l'extrémité des parties incisées et ne modifie en rien 
le tissu de la lame supérieure, qui est à peine décolorée. 






DES ANTILLES. 95 

10. CICUTARIOIDES , F. 

Frondibus tripinnatis bipinnatisve, glabris, dilatatis, petiolis validis, costatis , 
pilosulis , profunde canalicidatis ; pinnulis primariis oblongis, rachi su- 
perne pilis brevissimis hirlo; secundariis lanceolatis , curvatis, longe cau- 
datis, alternis, tertiariis sterilibus obovatis, obtusissimis , grosse lobatis , 
lobulo inferiore supeme majusculo ; petiolo brevissimo, Imiter dilatato; 
tertiariis fertilibus angustioribus , crenulatis; sporotheciis marginatis , indu- 
siis bilabiatis ut quasi modo cibotiorum; sporangiis subsessilïbus , rotundis, 
annulo i2-î4 articulato; sporis rufidulis, trigonis cordiformibusque, minu- 
tissime punctatis. 

Habitat in Guadalupa (Ravine Flore, au Matouba. L'Herminier, 1864.) 
Filix magna , petiolis robustis , pinnulis ultimis in novellis dentatis , adultis 

lobatis. 
Icon. : Tab. XXV, fig. 2. Fragmentis magnitudine natur. et reductis. 
(Longueur des pinnules primaires, 48 à 55 centim.; secondaires alternes, 13 à 15 centim.; 
elles s'ouvrent à angle droit; la racine est grosse , irrégulière et se fixe sur le sol à l'aide de très- 
longues radicelles rameuses; les pétioles sont déprimés et de la grosseur d'une plume de cygne). 
C'est une grande espèce, remarquable par la dissimilitude des frondes fertiles et 
celle des frondes stériles dont les dernières divisions sont beaucoup plus dilatées; 
la structure des sporothèces ne permet pas de la placer dans les microlepia. Nous 
possédons un spécimen vivipare qui porte une petite souche de laquelle partent 
des racines d'une longueur de 7 à 10 centim., qui se divisent au sommet en une 
sorte de petit faisceau ou de pénicille. 

XXI. ALSOPHILÉES, F. 

Cette tribu renferme les fougères en arbre. Elles sont en général d'une déter- 
mination difficile autant pour les genres qui la constituent que pour les espèces 
qui composent les genres. Il faudrait les étudier in loco natali, ce qu'on ne peut 
faire que rarement. Nous devons à M. le docteur L'Herminier les stipes de plu- 
sieurs alsophilées de la Guadeloupe, et nous avons pu, réduits dans leurs dimen- 
sions , en reproduire quelques-uns dans nos planches. 

(174) 76. ALSOPHILA, R. Br., Prodr. Nov. Holl, p. 158. 

* Sporothèces nus. 
1. HIRSUTISSIMA , F. 

Frondibus decom'positis , hirsutissimis , rachibus cr assis, pilis longis, rufis , 
paiulis, intestiniformibus abunde vestitis; pinnellis lanceolatis, longe acu- 



96 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

minatis, acumine denticulato; segmentis fertilibus, linearibus, obtusis, in- 
ter se sinubus latiusculis separatis, margine crenulatis; segmentis sterilibus, 
lanceolatis, margine incisis, omnibus pilosis ; sporolheciis confusis, scepe 
confluentibus ; sporangiis mbellis; annulo lato i8-20 articulato; sporis tri- 
gonis , pellucidis. 

Habitat in Sancto Domingo (de Tussac). 
Filix amplissima, siccitate htescente; segmentis alternis villosisque; mihi 
videtur inermis. 

Cette espèce, qui nous semble bien caractérisée, a un aspect villeux, que nulle 
autre ne montre au même degré. Le stipe nous est inconnu; les pinnules, ainsi 
que leurs segments , se désarticulent avec la plus grande facilité. 

2. armata, Sw., FI. lnd. occid., III, p. 1684, et syn., p. 41, sub polypodio ; Presl., 

Tent. pterid., 62; Hook., Syn. fllic., 1, 40; F., Gen. filic , 346; A. Sivarlziana, 
Martius, Crypt. brasil., p. 73, t. 49. Jamaïque, Sw.; Trinité, Germain, 1862. 
— Le stipe est armé de nombreuses épines courtes, roides, de couleur rous- 
sâtre; on ne les retrouve plus sur les diverses divisions du rachis, ainsi 
qu'en témoigne la planche citée de Martius. 

3. echinata, J. Sm., in Lond. Journ. bot., I, 667, sub gymnosphiera ; Alsophila 

echinata, Th. Moore, Syn. filic, p. 105; Trinité. — Dans cette espèce et dans 
la suivante les sporothèces sont situés sur le trajet des nervilles. (N. V.) 

4. prutnata, Sw. , FI. Ind. occid., III, 1682, et Syn., p. 41, sub polypodio. Mart., 

Icon. Crypt. bot., 75; Lophosoria, Presl, Die Gefassb., p. 37; Polypodium 
griseum, Schkh., Crypt. Gew., 25, t. 25,5. Jamaïque, Swartz; Mexico, Schaffn., 
n° 233; Colombie; Venezuela, etc. — Très-facile à reconnaître à ses frondes 
d'un blanc de neige sur leur face inférieure. 

5. millefolia, Desv. , Prodr., p. 320; Hook., Sp. filic, I, 48; Plum., Filic, p. 26, 

t. 33. Saint-Domingue. — Espèce rare et que très-peu de personnes ont 
vue. (N.V.) 

6. aculeata, Radd. , Syn. filic, p. 78, et Filic brasil, p. 27, t. 42, sub polypo- 

dio, excl. synonym.; Alsophila aculeata, Kze., Linn., XXI, p. 236; A. armata, 
Mart., Icon. crypt. bras., p. 72, t. 27 et 48; A. Sprengeliana, Mart., I. c, 
p. 75.? A. ferox, Presl., Tentam., p. 62, et Die Gefassb., p. 33, t. 6, fig. 19, 20. 
Jamaïque; Trinité; Guadeloupe; Saint-Domingue; Brésil; Cayenne. — La 
coupe du stipe donnée par Presl, loc cit., ne semble pas fidèle, et cette re- 
marque s'étend à d'autres figures du même ouvrage. La planche 28 de Martius 



DES ANTILLES. 97 

reproduit le port de cette belle espèce. Le stipe est armé d'épines, de 
couleur fauve, raides, très-aiguës, prenant l'aspect d'aiguillons déliés sur les 
pétioles et les pétiolules. Le stipe , dans une assez grande partie de son éten- 
due, a des épines nombreuses, élargies à la base; elles abondent sur les pé- 
tioles; ceux-ci s'appliquent sur le stipe, où ils se superposent. De très-longues 
écailles les entourent à leur point d'insertion. 

7. infesta, Kze., Linn., IX, 98; Presl. , Tent., 64, tab. 4, fig. 49 (particula).La 

Dominique. 

8. phalerata, Mark, Icon. Crypt. brasil, p. 67, t. 30, fig. 4 (stipœ) et 42 (frons). 

Var. p. squamulosa, Hook., Spec. fdic, 1,42. La Dominique (Imray, 
n°110); Guadeloupe (N. V.); Brésil. 

9. aspera, L., Sp. pi. sub polypodio. Sw., Syn., p. 439, sub cyuthea; Alsophila 

aspera, Spr. , Syst, 424; Hook. et Grev. Icon., tab. 243-245 et Sp. filic., 
4, 39; A. nitens, J. Sm. in Lond. hum. bot,, 4, 667. Jamaïque, Wilson; Cuba, 
Linden, 4740 et 2477; Montserrat, Porto-Rico; Guadeloupe; très-commune 
depuis le littoral, dans les marais à palétuviers, jusqu'aux sommets les plus 
élevés de l'île; manque absolument dans les forêts de la Grande- Terre 
(L'Herminier, 4864). — On trouve, dans les sporothèces, mêlés aux spo- 
ranges, des sporangiastres courts, jaunâtres et comme plissés. Les pétioles, 
de couleur rougeâtre, fort lisses et luisants, sont armés de courtes épines 
qui envahissent les principales divisions du rachis. 

Var. p. spinosa, Hook., Sp.filic, I, 40, t. 49, B. Saint- Vincent. 
Var. y. serrata, Hook. , /. c. Jamaïque. 
40. strigosa, J. Sm. in Lond. Journ. bot, I, p. 666; Th. Moore, Ind., p. 64, sub 
amphicosmia. Trinité, Guyane anglaise, R. Schombourg. (N. V.) 

(176) 77. AMPHIDESMIUM, Schott., Gen.filic, fasc. 4 (in nota). 

4. Parkeri, Schott., /. c; Hook. et Grev., Icon., 232, sub polypodio. Trinité ; 
Guadeloupe , dans une seule localité des bois montagneux du nord de l'île. 
— Très-belle fougère de grande taille et de port spécial. Le rhizome est très- 
gros, enveloppé de poils laineux, strigilleux, jaunâtres, très-abondants. Nous 
possédons un spécimen fructifié qui mesure 4 mètre 25 centim. ; la lame 
seule atteint 54 centim. de longueur. Quoique d'ordinaire la plante soit 
pinnée , il arrive assez souvent qu'elle est simple , longuement pétiolée et 
semblable d'aspect à certaines grandes espèces $ acrostichum. 

13 



98 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

** Sporothèces semi-indusiés. 
(176) 78. HEMITHELIA, F., Gen. filic, p. 349. 

1. muricata, Willd., Fil, 497, sub cyathea; Plum., Fil, p. 5, t. 4? Martinique, 

M lle Rivoire. 

2. aculeata, Willd., Herb.; Kault., Êfeta»., 255; Spr., Sy#., 126, sw# cyathea; 

Disphenia aculeata, Presl., Tera£ pterid., p. 55, t. 1, fig. 13; Hemithelia, F., 
Géra. /£fe'c, p. 350; raora Alsophila aculeata, Radd. , sub polypodio. Saint- 
Domingue; Porto-Rico; Martinique. 
?3. multiflora, Sm., Act. Taur.,V, p. 416, sub cyathea; Amphicosmia multiflora, 
Gsertn. in Hook. Journ. bot., I, p. 441. Jamaïque. — Cette plante, que l'on 
dit voisine de ï Alsophila capensis, J. Sm., ne nous est pas connue. 

(178) 79. HEMISTEGIA, Presl., Die Gefàssb., p. 46. 
* Slipe aiguillonné ou épineux (armatus). 

1. spectarilis, Kze., Linn., XXI, p. 233, sub hemithelia; Hemithelia obtusa, 

Hooker, Sp. plie, I, p. 29, t. 14, A. Jamaïque; Trinité, Germain, 1861 ; 
Saint- Vincent et dans plusieurs autres Antilles très - probablement ; Guyanes. 
— C'est d'après l'autorité de Hooker que nous la plaçons dans les espèces à 
stipe aiguillonné ; elle est simplement pinnée. 

2. horrida, L. , Sp. pi, 1554, sub polypodio; Cyathea horrida, Sm. , Cnemidaria 

horrida, Presl., Tenu, p. 57; Hemithelia horrida, Hook., Sp.filic, 1, p. 30, 
fig. 15 (partim); Filix latifolia ramosa, cauliculis nigris et spinosis , Plum., 
Fil. , t. 9, fig. 8. Saint-Domingue, Plum.; Martinique; Trinité; Jamaïque; 
Saint- Vincent. — Elle est arborescente , à frondes pluri-pinnées. Il ne paraît 
pas qu'elle vive à la Guadeloupe. 

3. repanda, F., Gen. fil, p. 351 ; Hemithelia horrida, Hook., Spec. fil, I, p. 30, 

fig. 15 (partim). 

Frondibus pluri-pinnatis , partionibus lanceolatis , acuminatis, petiolatis, gla- 
berrimis , pinnatifidis ; segmentis lanceolatis, apice brève acuminatis , mar- 
gine répandis , sinu latiusculo separatis ; nervillis scalpluratis , omnibus 
marginem attingentibus; sporotheciis minutis, 4-5 séries efformantibus ; spo- 
rangiis sessilibus, pyriformibus , annulo 14 articulato; sporis trigonis. 
Habitat in Cuba. 
Species sporangiis multiseriatis nec non marginibus répandis , notata. 
Cette espèce, voisine de l'espèce précédente, dont elle a les proportions, se rat- 
tache à la figure 15 donnée par M. Hooker, Sp. fil,i, t. 15. C'est à cause de cette 






DES ANTILLES. 99 

similitude que nous avons placé cette plante parmi les espèces à stipe aiguil- 
lonné , quoique ce stipe nous soit inconnu. 

** Stipe inerme. 

4. Willdenowii, F., Gen.filic., p. 351; Cyathea grandifolia, Willd., Fil, p. 490; 

Microstegnus grandifolius, Presl., Die Gefàssb., p. 47; Hemithelia grandifolia, 
Desv. , Prodr. in Ann. soc. linn. Par., VI, 320. Ile Saint-Kitts (Antilles), au 
mont Misère; la Martinique, Breutel; Caracas, Bredemeyer; Mexico, Junger- 
sen, n° 873. — Les segments, légèrement arqués, sont aigus, dentés au 
sommet et terminés par une pointe assez déliée. Les sporothèces sont petits, 
écartés de la marge et distincts. Toutes les nervilles sont libres. 

5. grandifolia, Hook., Spec. fil. , 1, p. 30, tab. 14,5, sub hemithelia; Hemistegia, 

Presl., Die Gefàssb., p. 47; Plum., Fil, p. 20, t. 26. La Martinique, M lle Ri- 
voire; Saint- Vincent; la Trinité; Nouvelle- Grenade; Guadeloupe, L'Hermi- 
nier, 1861. — Segments pinnulaires très -obtus, avec des dents obtuses au 
sommet; sporothèces sur une seule série et s' élevant à la même hauteur. 

6. insignis, F. 

Frondibus amplissimis , siccitate papyraceis , pellucidis, glaberrimis, pinnato- 
pinnatifidis ; pinnulis inferioribus pinnatifidis , ultimis crenatis , omnibus 
sessilibus , lanceolalis , acuminatis, segmentis lanceolatis, arcuatis, longe acu- 
■minatis, margine remote dentatis, inferioribus sœpe crenatis; sporotheciis 
crassis, biserialibus , approximatis , sinubus amplectantibus ; sporis biformi- 
bus, sœpius trigonis, perraro ovoideis; slipile inermi, siccitate levissimo. 
Habitat in sylvis humidis Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 

Filix arborescens , frondibus extensis, flexibilibus. 

Icon. : Tab. XXVI. 

(Dimensions : les frondes dépassent un mètre de hauteur, avec des pinnules inférieures qui 
mesurent 35-37 centim. sur 10 cenlim. de largeur. Les sinus ont 3 à 4 raillim. environ d'ouverture.) 

Le stipe est lisse, couleur de chocolat clair; il s'élève à 4-5 mètres sur 34-36 
centimètres de circonférence; la base, abondamment couverte de racines adven- 
tives, brunâtres et légèrement flexueuses, atteint jusqu'à 50 centim. La partie cen- 
trale, formée d'un tissu spongieux à larges mailles, se détruit dans toute la partie 
centrale. Les vaisseaux, groupés en faisceaux flexueux et ondulés, sont de couleur 
d'ébène et d'une extrême dureté. A l'état de dessiccation, le stipe est d'une très- 
grande légèreté; il est recouvert par places d'écaillés blanches, lancéolées, assez 
semblables d'aspect à des glumes. Les pétioles sont très -gros, lisses, luisants. 

V 




V 



- 






100 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

appliqués avant leur chute contre le stipe dont ils semblent accroître le diamètre. 
-Ils laissent, en se détachant, ces cicatrices auxquelles M. Hugo Mohl a donné le nom 
de phyllules (phyllula); elles affectent ici une disposition quinconciale , atteignent 
jusqu'à 14 ou 15 centim. dans le sens vertical, sur 4 centim. dans le sens trans- 
versal; leur surface est couverte de petits faisceaux vasculaires, assez courts, qui 
la circonscrivent, tandis qu'au centre ils forment une double rangée anguleuse, 
dont la pointe est dirigée vers le bas , imitant très-bien la lettre V; la base des 
pétioles est couverte de petites pointes assez courtes , non vulnérantes. 

Cette belle espèce diffère de Y H. Willdenoivii par des segments aigus , par des 
sporothèces fort petits , unisériaux et par les nervilles de la base toutes libres • de 
YH. grandifolia par des segments obtus et des sporothèces de petite dimension 
s'élevant à la même hauteur pour former une ligne continue. 

Un grand nombre de fougères arborescentes, toutes peut-être, offrent sur le 
stipe de nombreuses ouvertures pareilles à de petites boutonnières à mar^e en- 
tière, de forme ellipsoïde, de dimension variable, ayant leur plus grand diamètre 
dans le sens de l'axe du stipe qui les porte. Au fond de ces dépressions, auxquelles 
nous donnerons le nom de favéoles , se trouve une surface mamelonnée , comme 
poudreuse et qu'il faudrait étudier sur la plante vivante. On peut sans beaucoup de 
difficulté séparer cette espèce de plateau inférieur et l'on a un corps de même 
forme que l'ouverture qui la circonscrit par ses bords. Ce corps ressemble à une 
petite amande, quoique plus aplati. M. Hugo Mohl, qui a observé ces corps sin- 
guliers sur le Cyathea vestita, Mart. (C. Delgadii, Pohl), en a donné l'analyse 
(tab. 35, lcon. Crypt. bras., fig. 2-8) , mais elle ne jette aucune lumière sur les 
propriétés physiologiques de ce petit appareil , qui prend de l'importance en se 
généralisant. Dans YHemistegia insignis , que nous venons de décrire, ces favéoles 
sont très - développées et nous en comptons plus de cent sur un tronçon de 48 
centim. de longueur. Quoiqu'elles n'affectent pas une disposition régulière , il est 
facile de voir qu'elles se rattachent au système pétiolaire à côté et au-dessous du- 
quel on les trouve. 

*** Sporothèces indusiés : Cyatheœ. 

(179) 80. CYATHEA, Sm., Acl. Taur., V, p. 417. 

1. arborea, L., Sp. pi, 1554, sub pohjpodio. Cyathea arborea, Sw., Prodr., p. 139, 
et Syn. fille, p. 139; Willd., Filic, p. 491; C. guadalupensis, Spr., Nov. act. 
acad. N. C, X, 233; C. violacea et C. inermis , L'Hermin., in litt. Disphenia 
arborea, Presl., Tent. pterid., p. 56; Hemithelia arborea, F., Gen.fil., p. 350; 



DES ANTILLES. 101 

Plum., Filic, p. 1, t. 1. Toutes les Antilles très -vraisemblablement. — Le 
stipe est rougeâtre , inégal, inerme, formé d'un bois très -dur. Il s'élève à 
quelques mètres seulement. Il est formé par les pétioles persistants qui se 
chargent vers la partie soudée d'alvéoles elliptiques plus ou moins allongées, 
parfois ovoïdes, présentant en leur fond 5 à 6 mamelons ochracés, pulvéru- 
lents ; la partie libre des pétioles est déprimée et chargée de petites pointes 
mousses; les racines aériennes ou adventives sont noirâtres , perpendiculaires, 
avec de petits rameaux latéraux, qui leur donnent une apparence pinnatifide. 
Nous avons reçu de M. le docteur L'Herminier un stipe bifurqué qui doit cette 
apparence à la greffe par approche de deux stipes voisins gênés dans leur 
développement. 

Mieux étudiée, cette espèce, dont nous avions fait un hemithelia, doit rentrer 
dans le genre Cyatkea, l'indusium étant complet. 

Var. p. Sternbergii, Pohl in Sternb. FI. der Vorw., 47, t. G. Jamaïque, 
d'après un spécimen communiqué par M. Heward sous le nom de C. ar- 
borea, Sw. — Peut-être est-ce une espèce distincte? 
Icon. : Tab. XXVII, fig. I. 

% serra, Willd., Filic., p. 490; Hook., Spec. filic., I, p. 17, t. 9 A; C. barbata 
et monlana, L'Herminier in Litt. Jamaïque, Saint -Vincent; Porto-Rico; Tri- 
nité; Guadeloupe, et probablement toutes les Antilles; Brésil; Caracas. — 
Stipe arborescent, de la grosseur du bras, assez lourd, creux à l'intérieur, 
s'élevant de 5 à 6 mètres, très-épineux, surtout dans la jeunesse, avec d'assez 
fortes épines (L'Herminier). Il produit à la base des racines adventives, bru- 
nâtres, droites, fort longues, rameuses et comme pinnées; elles naissent 
entre les pétioles pour de là atteindre le sol; ceux-ci sont aplatis, rougeâ- 
tres, luisants, munis de pointes nombreuses, très -robustes, se recouvrant 
les uns les autres. 

3. Imrayana, Hook., Spec. filic, I, 18, t. 9 B; Kze., Bot. Zeit., 2, 280. Jamaïque, 

Saint-Domingue, de Tussac; la Dominique; la Guadeloupe, L'Hermin. : dans 

la moitié la plus élevée de l'île; très-épineuse et à port tout à fait spécial. 

Le stipe, tel qu'il nous a été communiqué par M. L'Herminier, atteint 35 centim. 

de circonférence, et dans la partie supérieure, qui est rameuse, 65 centim.; il est 

dur, dense, plein à l'extérieur et couvert de racines aériennes droites, raides, 

cylindriques, noirâtres, de la grosseur d'une plume de pigeon, formant une couche 

épaisse; vers la partie supérieure moyenne, le stipe prend l'aspect dune souche 



102 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

de laquelle se détachent 8 rameaux de grosseur inégale , qui l'entourent latérale- 
ment (circonstance sans doute accidentelle); sous les racines aériennes et dans les 
parties libres se trouvent en grand nombre des épines étalées, noires et fort aiguës. 
Les pétioles sont couverts d'un tomentum grisâtre, formé d'écaillés piliformes; ils 
se chargent de petites épines noires, aciculaires, très-abondantes dans les frondes 
à l'état de préfoliation; les phyllules sont arrondis et chargés de débris vasculaires 
assez gros. On trouve çà et là des favéoles ovoïdes de petite dimension. 

4. balanophora, Eaton, Mem. acad. amer. Se. p., sér. vin, 215. Cuba, par Wright, 

n° 1063. (N. V.) 

5. Grevilleana, Mari., Icon. Crypt. bras., 78; Hook., Sp. flic., I, p. 22; C. ele- 

gans, Hew., Mag. nat. hist., 1838, p. 466. Jamaïque, Heward; Cuba, Linden, 
n° 1768. — M. Heward dit que le stipe s'élève de 12 à 20 pieds anglais. 

6. insignis, Eaton, /. c. Cuba, Wright, n° 1064. (N. V.) 

7. tenera, J. Sm., Lond. hum. bot., I, 666, sub alsophila; Cyathea tenera, 

Th. Moor., Ind. fdic, p. 274. Saint - Vincent ; isthme de Darien. (N. V.) 

Les alsophilées et les cyathées renferment la presque-totalité des fougères arbo- 
rescentes. Le continent américain en possède environ 100; les Antilles 26. Le reste 
du monde tropical et équatorial n'en a que 60, exactement les trois cinquièmes. 
Cette proportion serait peut-être inverse pour les fougères herbacées. En ce qui 
concerne les Antilles et plus spécialement la Guadeloupe, nous ne croyons pas, si 
nous en jugeons par les tronçons de stipes que nous avons reçus, avoir décrit 
toutes les espèces qui s'y trouvent, ni toutes les formes d'une même espèce. Le 
stipe que nous figurons (tab. 27, ûg. 2) en témoigne. Il provient de la Guadeloupe; 
les frondes nous sont inconnues; on peut voir qu'elles sont très -rapprochées, à 
phyllules arrondies , formant des spires de neuf pétioles. 



II. HYMENOPHYLL AGEES, Presl. 

A. TRIGH0MAN01DÉES. 

1. FEE A, Bory, Dict. class. hist. nat., VI, p. 446. 

1. polypodina, Bory, Le., cum icon. Trichomanes spieisorum, Desv. , Berol. Mag., 
V, p. 329, t. 7, fig. 7. Jamaïque, Saint -Vincent; Trinité; Guadeloupe, bois 
humides, talus des ravines et des rivières, L'Herminier; Guyane française, 



DES ANTILLES. 403 

Le Prieur. — Souche dressée, à radicelles noires, roides et fort dures. Les 
frondes stériles mesurent 20 centim. et les fertiles 25 - 27 centim. Ce genre 
a été fort étendu par M. Van den Bosch, dans son Synopsis hymenophylla- 
cearum, publié en 1858. Le F. polypodina a été décrit pour la première fois 
par Hedwig, Fil. et par Weber et Mohr, Beitr., I, p. 116, sous le nom de 
Trichomanes spicatum. 

2. HYMENOSTACHYS, Bory, /. c, VIII, p. 462. 

1 . diyersifrons, Bory, /. c, cum icône. Feea Boryi,Vm den Bosch, Hymenoph. , p. 7. 
Saint-Domingue , de Tussac ; Cayenne. — Cette plante a le port du F. poly- 
podina , Bory , mais les frondes stériles sont anastomosées et les fertiles , 
linéaires , ont des scyphules unies par une lame membraneuse , dont les ner- 
villes sont simples et libres. 

3. LECANIUM, Près!., Eymenophyll. , p. 11 , t. 1. 

1. membranaceum, L., Spec.pl., 1560, sub trickomane. L. membranaceum , Presl., 
/. c. La Martinique, M lle Rivoire; la Guadeloupe, bois humides et ombreux, 
troncs, rochers, lits des torrents, cascades, L'Herminier, 1861 ; probable- 
ment dans d'autres îles de l'Archipel; Guyane française; Colombie. — Cette 
fougère, que son port caractérise très -nettement, est extrêmement mobile 
dans ses formes ; elle s'allonge plus ou moins ; ses bords se découpent par- 
fois d'une manière tout à fait irrégulière ; dans la jeunesse elle se montre 
parfaitement arrondie, avec des marges élégamment bordées d'écaillés dorées, 
orbiculaires et comme imbriquées. Certaines frondes, courtement pétiolées et 
amincies en coin, mesurent jusqu'à 13 centim. Les nervures sont fïabelli- 
formes , avec de très - petites nervilles qui partent de la marge comme dans 
les microgonium, dont les lecanium sont très -voisins. Plumier, Filic. , a dé- 
crit et figuré cette plante, p. 83, tab. 101 A. 

4. NEVROPHYLLUM, Presl., Hymen., p. 18, t. 4 C. 

* Frondes simples. 

1. Vittària, DC. , sub trickomane. Poir., Encycl. méth., VIII, p. 65; JSevrophyl- 
lum Vittària, Pr., /. c. , p. 19; Hook. in Lond. Joicm. bot., I, p. 137, t. 5. 
Saint-Domingue, de Tussac; Cayenne, Poiteau; Surinam, Kappler, n° 1748. 
— Plante tout à fait distincte spécifiquement. Elle atteint jusqu'à 45 centim. 
de hauteur sur 2,5 centim. de largeur; le pétiole est à la lame :: 1 : 8 ou 9. 



104 



FOUGÈRES ET LYCOPODIAGÉES 



** Frondes pinnées. 

1. TiiEGAPHYLLUM , F., Herb., (1822). 

Frondibus pinnatis, longe petiolatis , superne pinnatifidis , apice undulato ; pin- 
nellis paucis, brevissîme petiolatis , oblongis, cordatis, obtusissimis , margi- 
nibus denticulatis; nervillis flexuosis , lateralibus longe exsertis, mesonevro 
evanescente ; pyxidulis endophyllis, columella atra crassaque. 
Habitat in Santo Domingo. De Tussac. 

Filixparvula, pauci-pinnulata, apice pinnatifida , petiolis flexuosis , capilla- 
ribus; rhizomate tenui, repente. 

Icon. : Tab. XXVIII, fig. 1. 

(Dimensions : 15-16 centim. de longueur, avec des pinnules mesurant 2 centim. sur 9-10 
millim. de largeur; la partie pinnatifide fait environ le tiers de la longueur totale.) 

Cette espèce, communiquée à M. Van den Bosch sous le nom de thecaphyllum , 
a été reconnue comme très -distincte et décrite dans le Synopsis, p. 9, donné par 
cet auteur, sous celui d'immersum, qui a la même signification, mais qui n'a pas 
l'antériorité. 

2. Hedwigii, Van den Bosch, Hymen., p. 8; Trichomanes pinnatum, Hedw. , Gen. 

et Sp. fil. , Fasc., I, t. 4, fig. 1 ; N. pinnatum, Presl, /. c., p. 19. Guadeloupe, 
sur les deux versants de l'île. Se trouve vraisemblablement dans d'autres îles 
de l'Archipel; Surinam, Kappler, n° 1751; Talea, Mexique, Galeotti, n°6468. 
— Ces spécimens sont identiques avec la figure citée d'Hedwig. Elle est re- 
marquable par la longueur considérable de ses pétioles, la brièveté de ses 
pinnules et la longueur des columelles, qui atteignent environ 8 millim. 
Claussen l'a récoltée au Brésil; elle est très -différente de l'espèce du Brésil, 
éditée par Martius sous le n° 432 ; nous en parlerons tout à l'heure. Le spé- 
cimen de Kappler mesure 44 centim. et le pétiole 28 centim. Les frondules, 
au nombre de 7-9 paires, ne dépassent pas 5 centim. Elle est raide et très- 
élancée; nous ne l'avons jamais vue à l'état prolifère. Les nervilles sont très- 
rapprochées. 

3. pennatum, Klfss., Enum. filic, p. 264, sub trickomane; Trichomanes floribun- 

dum, Humb. et Bonpl. in Willd. filic, p. 505; Hook. et Grev., Icon., 9. Gua- 
deloupe, ravine chaude, rive gauche de la rivière, où elle n'occupe que 10 
à 15 mètres carrés; elle dépasse 60 centim. de haut, L'Herminier, 1861 ; 
Jamaïque; Trinité, etc. ; Saint-Domingue, de Tussac; Venezuela; Brésil, 
Martius , n° 432 ; Lutchnath , n° 33. — Cette espèce est l'une des plus belles 



DES ANTILLES. 405 

fougères herbacées que l'on connaisse; son tissu est d'une délicatesse mer- 
veilleuse; ses frondules , distantes, très-allongées et rubannées, se garnissent 
de fruits dans toute l'étendue des marges ; le rhizome est rampant et chargé 
de frondes très-rapprochées. On compte 20 nervilles par centimètre au cen- 
tre de la frondule ; les pinnules sont espacées , peu nombreuses , les supé- 
rieures décurrentes. 
4. rhizophyllum, Cavan. , PrœL, 4801, n° 696; Sw., Syn. filic, p. 142, sub tri- 
chomane. Guadeloupe; terrestre , prolifère , vit au bord des eaux dans les bois ; 
est assez commune sur les deux versants de l'île, L'Herminier, 1861. — 
Cette espèce nous semble distincte de la précédente, par le port, les dimen- 
sions, le rapprochement des pinnules, qui sont presque toujours imbriquées, 
et surtout par l'élongation considérable du rachis, qui se prolonge en stolons 
chargés de bourgeons développés en frondes très- avancées dans leur déve- 
loppement avec rhizomes et radicelles. Le N. pennatum n'offre rien de pa- 
reil. Le rhizome est fort petit et dressé. Les pinnules sont très-rapprochées , 
jamais décurrentes. 

5. TRICHOMANES, Presl., HymenopL, p. 13. 

trichomanis spec, Auct. var. 

* Frondes pinnatifides. 

1. sinuosum, Rich. in Willd., Filic, p. 502 et auct. plurim. T. quercifolium, Desv. 

in Berol. mag., V, p. 328 ; non Hook. et Grev. Trinité ; Guadeloupe , dans les 
forêts humides, principalement au pied des fougères en arbre; probablement 
aussi dans les autres îles du golfe; Nouvelle-Grenade; Venezuela; Mexique. 
— Cette espèce est très-distincte, très-souple, d'une transparence parfaite, 
portée sur un rhizome très- délié et rampant. Elle varie dans ses dimensions. 
Le T. sinuosum a été figuré par Lamark , Illustr., t. 871 , fig. 1 , et par 
Hooker et Gréville, Icon., 13. Nous avons en herbier des spécimens qui 
mesurent jusqu'à 30 centim. Les columelles sont fïexueuses et fort longues. 

2. pinnatifidum , V. d. Bosch , Hymenoph., SuppL, p. 118, non Willd. Herb.; 

Jamaïque (H. Hook.). (N. V.) 

** Frondes pinnées. 

3. accedens, Presl., Epim. bot., p. 14. V. d. Bosch, Hymen., p. 18. T. crispum., 

Hook. et Grev., Icon., 12, non L. Jamaïque; Martinique, M lle Rivoire; Saint-Do- 
mingue. — M. L'Herminier a découvert cette belle espèce à la Guadeloupe en 

14 



106 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

1842 et lui avait imposé le nom de serpens, fort convenablement appliqué; le 
rhizome est rampant , flexueux , noirâtre et très-écailleux. Cette charmante 
espèce croissait sur la crête du Memepou à 1,200 mètres; elle en avait disparu 
après le terrible tremblement de terre de 1843 et n'a été retrouvée que quel- 
ques années plus tard, à la suite de longues et persévérantes explorations; 
elle s'étend sur la terre, sur les troncs d'arbres et les rochers. Dans le T. 
crispum de Linné , il n'y a point de rhizome. 

4. PROCERUM, F. 

Fronde lanceolata, basi et apice attenuata; frondulis oblongis, obtusissimis , 
sessilibus, superioribus coadunatis , margine leviter undulatis, ultimis sub- 
rotundis ; pyxidulis apicilaribus , 6-8; ore dilatato; columellis exsertis. 
Habitat in Antillis (sensu vago), de Tussac. 
Filix elegans, procera, rachifusco, pilis sparsis, squamiformibus , apice pilo- 

rum ruforum penicillum ferente. 
Icon. : Tab. XXVIII, fig. 2. 
(Longueur: 34 sur 5 centira. d'envergure; les frondules ou pinnules n'ont que 5 millim. de 
largeur; nous comptons près de 50 paires de pinnules; le pétiole est assez court.) 

Plante rampante, d'un aspect agréable; la souche ou rhizome porte des écailles 
noirâtres, étroites et presque filiformes. Elle se rapproche du T. accedens dePresl, 
mais les frondes ne sont pas décroissantes; le pétiole est beaucoup plus long et le 
sommet des frondes autrement terminé. 

5. crispum, L. , Sp. pi., 1560 nec Hedw., nec Hook. ; Plum., Filic., p. 67, t. 86. 

T. cristatum, Klfss., Enum., p. 265. Martinique; Guadeloupe, L'Hermin., 
1861. Dans le T. accedens, Presl, les frondes sont isolées et distantes, ici 
elles sont groupées sur une sorte de souche; elle est aussi beaucoup plus 
grande et porte des pinnules imbriquées. Les frondes peuvent atteindre jus- 
qu'à un demi-mètre de hauteur. 

P. remotum, Guadeloupe, L'Hermin., 1864; plus délicate, plus trans- 
lucide, avec segments un peu plus étroits et plus espacés. M. le 
docteur L'Herminier nous écrit que le type spécifique croît dans 
les lieux découverts, exposés au soleil et la variété au frais et 
dans les endroits ombragés. 

6. fastigiatum, Sieb., Syn., 144, T. crispum, Hedw., Gen. filic, t. 4, fig. 2, non 

L. Jamaïque, Sw. ; Martinique, Sieb.; Saint- Vincent; Saint-Domingue; de 
Tussac. 



DES ANTILLES. 107 

7. Kaulfussii, Hook. et Grev., lcon., Append., p. 9 et T. lucens , même ouvrage, 

1. 10, non Sw. Antilles. Elle est arboricole et plus rarement terricole, à la Gua- 
deloupe. — Le rhizome est rameux, très-long, chargé d'un grand nombre de 
longues fibrilles ; les frondes sont très-espacées ; elle peut atteindre jusqu'à 
75 centim. (L'Herminier, in Litter.) 

*** Frondes pinnées pinnatifides. 

8. L'Herminieri, F. 

Frondibus linearibus, pinnatis, glaucescentibus, petiolo rachique fuscis, hirto- 
pilosis; segmentis oblongis, sinuatis, adnalis, alternis, approximatis, apice 
tantum frucliferis, ciliatis; nervillis furcatis, circa marginem evanescenti- 
bus ; pyxidulis inclusis, ore dilatato ; columella longe exserta; sports 
ovoideis. 

Habitat in Guadalupa (Bois couché, deux mamelons, Sainte -Rose, 
Saint-Louis, Goyave, etc.). L'Herminier, 1861. 
Filix pendida, pallescens, formosissima , rachi erecto, fere pinnato. 
Icon.: Tab.XXIX,fig.l. 
(Longueur variable; peut s'élever jusqu'à % mètre; l'envergure est de 2 à 2 1 /, centim.; le 
pétiole n'a guère plus de 8 à 9 centim.; la souche dressée atteint 3 centim. environ.) 

Cette espèce est du plus bel aspect, sa souplesse et sa transparence sont par- 
faites ; ses frondes ont la légèreté d'une plume. Elle est élancée , à segments plus 
ou moins rapprochés, parfois imbriqués, plus écartés vers le bas où ils décroissent ; 
ils sont divisés jusqu'à la côte médiane (rachis) ; presque libres et autant pinnati- 
fides que pinnés, suivant la nature des lieux où elle croît et suivant leur état 
hygrométrique; il arrive parfois qu'elle se réduit dans ses dimensions, alors les» 
segments se touchent ou sont légèrement imbriqués sur les bords. Elle est assez 
fructifère. 

9. holopterum, Kze., Farrenkr., I, p. 185, t. 77, fig. 2. Martinique; Saint- Vincent; 

Trinité, Germain; Guadeloupe, forêts sèches, sur les arbres à écorce cariée, 
L'Herminier, 1861. — La souche est dressée et porte de 8 à 14 frondes, 
très-rapprochées ; les pétioles sont ailés; les lames ont quelque analogie avec 
celles de l'espèce précédente ; les segments, comme tronqués, portent des 
capsules dépassées par des columelles qui atteignent jusqu'après d'un centi- 
mètre de longueur. L'inspection de la souche permet de décider qu'elle est 
annuelle ou simplement bisannuelle. 



108 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

40. Bancroftii, Hook. et Grev., Icon., 204. T. pinnati/idum, Willd., Herb.,n.° 20, 
209. T. coriaceum, Kze., Anal, pterid., p. 46, t. 29, fîg. 1 ■ Jamaïque; Saint- 
Vincent; Trinité, Germain; Cayenne, Poiteau (H. F.). — Les deux figures 
données de cette plante diffèrent notablement dans leurs dimensions; celle 
des Icônes est bien plus grande, les frondes sont supportées par un rhizome 
rampant, qui n'existe pas dans la planche deKunze et dont il n'est pas ques- 
tion dans la description. Elle est bien voisine de la précédente. 

11. crinitum, Sw., FI. Ind. occ, III, 1730. Jamaïque, Sw.; Saint- Vincent; Saint- 

Domingue, de Tussac. — Plante fort délicate et de petites proportions. 

**** frondes bipinnalifides. 

12. adscendens, Kze., Die Farr., I, p. 186. (1847.) Martinique, M lle Rivoire. T. 

Plumieri, (F. H. 1840). — C'est nous qui avons le premier communiqué cette 
espèce à Kunze , sous le nom de T. Plumieri , qui aurait dû prévaloir. Nous ne 
croyons pas reconnaître en elle la fougère figurée par Plumier, Fil. pi., 50, B. 
et décrite p. 73. Les frondes sont villeuses, à poils bi- et trifurqués; les seg- 
ments sont irrégulièrement incisés; les pétioles, presque capillaires, ne sont 
ailés que vers la partie supérieure et très-étroitement; le rhizome est ram- 
pant , ce qui infirme l'exactitude du nom spécifique. Ce rhizome porte de 
longues radicelles noires et roides. La columelle des pyxidules est très- 
longue. 

13. attenuatum, Hook., Sp. ftlic, I, p. 122, t. 39 C. Saint- Vincent; Jamaïque ; 

Dominique. — Manque de caractère spécial. (N. V.) 

14. alatum, Sw., FI. Ind. occid., III, p. 1732, non Hook. Plum., Filic, p. 73, 

t. 50 D; Saint-Domingue; Jamaïque. — Plante délicate, velue, ciliée, assez 
petite. 

15. ptilodes, Van d. B., Hymen., p. 17. T. alatum, Hook. et Grev., Icon., 11 , 

non Sw. Jamaïque; Martinique; Guadeloupe, dans les forêts humides , sur 
le stipe des cyathea; rarement terrestre; L'Herminier, 1861. — Les frondes 
sont plus ou moins longues et plus ou moins incisées. Il se pourrait que le 
T. alatum ne fût qu'une forme plus petite du ptilodes, que Plumier aurait 
vue avec de petites proportions. Nos spécimens de la Guadeloupe atteignent 
jusqu'à 40 centim. ; les découpures des pinnules sont très-délicates. 

16. superbum , Van d. B., Hymen., p. 119 (Herb. Hook.). Trinité, Purdie. 



DES ANTILLES. 409 

17. lucens, Sw., Syn. filic, p. 143, non Hook. ; Jamaïque, Sw.; Antilles, sans 

autre désignation ; de Tussac (Herb. F.). — Plante d'une légèreté et d'une 
transparence merveilleuses. 

***** Frondes tripinnatifides. 

18. Lindeni, Presl., Epim. bol., p. 11, t. 6. T. macroclados, Kze., Die Far r., II, 

p. 72, t. 130. Jamaïque, Linden; Cuba, Wright; Porto-Rico. (N. V.) 

****** Frondes pluripinnatifides (rigidœ). 

19. rigidum, Sw., FI. Ind. occid., III, 1738. Jamaïque, Wilson; Saint-Domingue; 

Porto-Rico; Guadeloupe, L'Herminier, 1862, où elle est commune et variable 
dans ses dimensions; Colombie; Nouvelle-Grenade. — Elle ne noircit pas en 
se desséchant. 

20. compressum, Desv., inBerol. mag., 1811, p. 329. Saint-Domingue, Poiteau.— 

Elle est plus finement découpée que l'espèce suivante. Les pyxidules sont 
dressées et non dirigées par torsion , du côté de la lame supérieure , après 
dessiccation ; les segments pinnulaires sont finement découpés en lanières 
très-étroites et assez longues. 

21. Prieurei, Kze., Analect. pterid., p. 48. Guadeloupe, L'Herminier; les Guyanes; 

Brésil. — Cette curieuse espèce a ses pyxidules tournées du côté de la lame 
supérieure, d'où ils paraissent naître. Cette torsion résulte vraisemblablement 
de la dessiccation; nous avons en herbier, provenant aussi de la Guadeloupe, 
un spécimen à segments très-dilatés et très-rapprochés; elle vit dans les bois 
humides et élevés; la teinte des frondes est d'un noir cuivreux, à reflets mé- 
talliques, à l'état frais. M. le docteur L'Herminier la dit magnifique. Parmi 
les spécimens que nous devons à cet ami, il en est plusieurs qui mesurent 
85 à 90 centim. 

22. anceps, Hook., Sp.Jil., I, p. 135. Tab. 40, C. Jamaïque; Guadeloupe; Tri- 

nité; Saint-Domingue, Poiteau; Dominique; Martinique, Bélanger; les 
Guyanes. 

23. daucoides, Presl, Epim. bot., p. 12, t. 7. Martinique, Bélanger; Amérique 

centrale. (N. V.) 

******* Frondes pluripinnatifides (radicantes). 

24. radicans, Sw., FI. Ind. occid., III, 1736. Jamaïque; Cuba? Wright; Guade- 

loupe, au pied de la montagne de la Magdelaine, où seulement elle fructifie; 



HO FOUGÈRES ET LYCOPODIAGÉES 

extrêmement commune ailleurs, mais toujours stérile. (L'Hermin., in Litter.) 
Martinique; Mexique, Sehaffner, n° 7. 

25. Ankersii, Parker., in Hook. et Grev., Icon., 201. Trinité, Germain; Surinam, 

Kappler, n° 4764; elle est très-prolifique à la Guadeloupe. — Les pyxi- 
dules sont exsertes et manifestement pédicellées; les derniers segments sont 
oblongs et ondulés. 

26. brachypus, Kze., Linn., IX, p. 105. Hook. et Grev., Icon. , 218; Plum., Fil., 

p. 76, t. 93. Trinité; Saint- Vincent; Guadeloupe, L'Herminier; Brésil, Blan- 
chet. — Les derniers segments pinnés portent des dents bifides et obtuses ; 
elle s'applique étroitement sur les écorces. 

27. levissimum, F. 

Frondibus subtripinnatis , ovoideo-lanceolatis; pinnis lanceolatis, pinnellis 
pinnatifidis, pilis longis, remotis, simplicibus; stipitibus rachibusque cylin- 
draceis, rufescentibus , ad summum gradum pellucidis. 
Habitat in Jamaïca (Wilson). 

Filix scandens, ftexibilis, levissima, siccitate pallide virescens; nervis ac ner- 
villis undulatis; rhizomate nigricante fiexuoso. 

(Longueur totale: 44 à 48 centim., les pinnules 8 centim.; les pinnules H à 44 millim.; nous 
comptons une quinzaine de pinnules; le pétiole est à la partie fronduleuse :: 1 : 2.) 

Cette charmante espèce, que nous n'avons pu voir fructifiée, est d'une légèreté 
sans pareille et d'une rare élégance; on ne saurait la confondre avec le T. scandens, 
sous le nom duquel nous l'avons reçue; consistance, forme des segments, disposi- 
tion du rhizome, tout l'en sépare. 

******** Petites espèces se rapprochant du T. pyxidiferum , L. 

28. pyxidiferum, L., Sp. pi., 1561. Plum., Filic, p. 74, t. 50, E. Saint-Domingue, 

Plum.; Guadeloupe, L'Herminier. Parmi les spécimens de la Guadeloupe, 
il s'en trouve un à segments très-étroits. 

29. leptophyllum, V. den B. Hymen., p. 23. T. pyxidiferum, H. et Gr., Icon., 

206, non L. Jamaïque, de Tussac; Saint- Vincent ; Martinique; Guadeloupe; 
Saint-Domingue; Cuba. Toutes les Antilles probablement. — Il existe à la 
Guadeloupe une variété à frondes extrêmement étroites. 

30. cunéiforme, Schkh., Crypt. , p. 135, t. 134, ab errore T. pyxidiferum. Saint- 

Domingue. (N. V.) — Ressemble à certaines formes du T. trichoideum, S\v. 



DES ANTILLES. 111 

31. trichoideum, Sw. , Syn. fil., $. 144. Jamaïque; Caracas, Linden. 

NB. M. Hooker a figuré, sous le nom de T. Pluma, Centur. foug., n° 97, une es- 
pèce de Bornéo, dont il n'est plus fait mention dans le Species de cet auteur, non 
plus que dans les hyménophyllacées de Presl; elle appartient à la section des 
espèces à frondes raides et semble très-voisine du T. rigidum de Swartz. 

B. D1DYMOGLOSSÉES. 

6. DIDYMOGLOSSUM, Desv., Mém. Soc. Paris, 1827. 

* Nervilles toutes divergentes : Eudidymoglossum. 

1. punctatum, Poir., Encyc. mélk., t. VIII, p. 64, sub trichomane, Martinique; 

Trinité; Cuba; Guadeloupe; Guyane hollandaise. — La figure de cette plante, 
donnée par Hooker et Gré ville, Icon., 236, représente les pyxidules libres 
avec une courte columelle. 

2. lineolatum, V. d. Bosch, Hymenoph., p. 52, in Supp. Jamaïque, Marsch (H. 

Hook.); Cuba, Wright. (N. V.) 

3. pusillum, Sw., Syn. filic, p. 142, sub trichomane; Didymoglossum pusillum, 

Desv., V. d. Bosch, Hymenoph., p. 40. Jamaïque; Trinité; et dans d'autres 
îles des Antilles; Brésil; Colombie. (N. V.) 

4. apodum, Hook. et Grev., Icon., 117, sub trichomane. Cuba; Barbades; Colom- 

bie; Mexico. — Élégante espèce qui ne mérite pas plus que d'autres l'épi- 
thète d'apode ou de sessile. (N. V.) 

5. reptans, Sw., Syn. filic, p. 142, sub trichomane. Hook. et Grev., Icon., 32. 

Jamaïque, Sw.; Saint- Vincent, Guilding; Cuba; Pœppig; Saint-Domingue.— 
Petite espèce, très-délicate. 

6. Kraussii, Hook. et Grev., Icon., 149, sub trichomane; Didymoglossum, Presl.; 

V. d. Bosch. Dominique; Saint- Vincent; Trinité; Porto-Rico; Guadeloupe et 
Marie- Galante, L'Herminier, 1861. — Forme de longues traînées, assez 
droites; rhizome délié, noir, tomenteux; les frondes qui s'y attachent sont 
espacées, pétiolées, pinnatifides, les plus longues atteignent jusqu'à 5 cen- 
tim. sur 8-9 millim. de largeur. Une très-courte columelle sort de la pyxi- 
dule. Les poils des frondes, assez rares, sont très-rarement étoiles. 

Var. p. subpinnatifida , Mexique, par Schaffner (Herb. F.). 



i 



112 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

7. FRUCTUOSUM, F. 

Frondibus digitatis, ambilu ovalibus, brève petiolatis , mesonevro valido, parce 
villosis , pilis sœpe slellatis, axillaribus, segmentis oblongis, irregulatim. si- 
nuatis, apice fructiferis ; pyxidulis longis, labiis magnis; columella inclusa. 
Habitat in Guadalupa; L'Herminier, 1861. 
Filix reptans, cœspitosa, socialis, surculo tenui, atro, tomentoso. 
Icon. : Tab. XXVIII, fig. 3. 
Cette espèce, aussi haute que large, ne dépasse guère 2 centim. Nous lui avons 
imposé le nom de fructuosum, pour exprimer qu'elle produit des fruits d'une ma- 
nière plus générale que les autres didymoglossum. Les pyxidules occupent le som- 
met des frondes sur des segments digités qui sont fort longs; les lèvres de ces 
pyxidules sont largement développées; la columelle est extrêmement courte. 

** Nervilles divergentes et convergentes (microgonium). 

8. Hookeri, Presl., in Die Gefàssb. im Slipes, p. 27, sub microgonio; Microgonium 

Berteroanum. Ejusd. Hymen., p. 19. Trichomanes muscoides. Hook. et Gr., 
Icon., 179 (excl. synonym). Jamaïque et Saint-Domingue; la Dominique, 
Parker; Cuba; Guadeloupe. L'Herminier, 1861; Guyane française. — Espèce 
à long rhizome, filiforme, noir et tomenteux, comme dans presque toutes 
les espèces de ce sous-genre. Les frondes, assez écartées les unes des autres, 
sont très-délicates, sessiles ou brièvement pétiolées, ovoïdes, arrondies, lan- 
céolées, à marge ondulée. Les pyxidules, au nombre de 1 à 3, occupent le 
sommet de la fronde; la columelle est courte et très-déliée. 

9. sphénoïdes, Kze., Linnœa, IX, p. 102, sub trichomane. Didymoglossum 

sphenoides, Presl., Hymen., p. 23, V. d. Bosch, Hymenoph., p. 40. Tricho- 
manes reptans, H. et Gr., Icon., 32 (excl. synonym.). Saint-Vincent; Trinité; 
Barbades ; Martinique; Guadeloupe. L'Herminier. — Elle est arboricole et 
rupicole et se suspend en émettant de longs jets flexueux. On voit sortir de 
la pyxidule une très-courte columelle; elle est glabre, sessile, à marge dé- 
coupée en segments ovoïdes peu profonds. 

10. muscoides, Sw., Syn. filic, p. 141, sub trichomane. Trichomanes hyme- 

nodes, Hedw., Gen. fil., t. 3, fig. 3. Jamaïque, Swartz. 

11. crispulum, "V. d. Bosch, sub trichomane, Hymen., p. 116, in Supp. Antilles, sans 

autre désignation. (H. Franqueville.) 



DES ANTILLES. H3 

12. LACERATUM, F. 

Frondibus lacer atis, longe stipitatis, petiolo fusco, laminis glabris , basi cunea- 
tis, apice dilatatis, pyxidulis longis exsertis; columella crassa, ore aperto, 
labiis foliaceis amplis, rubellis; rhizomate crassiusculo, flexuoso, tomentoso; 
nervillis crassiusculis , paucis. 

Habitatin Guadalupa. L'Herminier, 1861 ; in Novo-Granatensi.L. Schlim., 
n° 862. 

Igon : Tab. XXXII, flg. 1. 

Filix repians, frondibus supra surculum satis distantibus. 

(Longueur des frondes: 2 centim. environ; le pédicelle fait le tiers de la longueur totale; les 
pyxidules n'ont pas moins de 3 raillim.) 

Cette fougère se distingue de ses congénères par la longueur du pétiole des 
frondes et par celle des pyxidules, dont l'ouverture est très-dilatée, avec des lèvres 
très-amples; elle est déchiquetée d'une manière assez irrégulière. 

13. CORDIFOLIUM, F. 

Repens, surculo atro, tomentoso; frondibus sessilibus, glabris, exacte cordifor- 
mibùs, marginibus subintegris ; pyxidulis 1-2, apicilaribus , labiis apertis- 
simis. 

Habitat in Martinica. M lle Rivoire. 
Icon. : Tab. XXVIII, fig. 4. 
Espèce naine, ayant à peine 1 centim. de haut; les frondes fertiles sont orbicu- 
laires; les stériles, plus étroites, s'allongent pour porter les pyxidules à leur som- 
met. Elle nous paraît parfaitement distincte. 

14. quercifolium, Hook. et Grev., Icon., 115, sub trichomane. Didymoglossum quer- 

cifolium, Presl., Hymen., p. 23, V. d. Bosch., Syn. hymen., p. 41. Saint-Tho- 
mas; Mexique; Colombie. — Les pyxidules sont bilabiées comme dans les 
didymoglossum; mais les columelles, si l'on s'en rapporte à la figure citée, 
sont exsertes comme dans les trichomanes. Le spécimen provenant de Sarto- 
rius et déterminé par M. V. d. Bosch a, comme le D. quercifolium, des pyxi- 
dules incluses. 

15. ANGUSTIFRONS, F. 

Frondibus linearibus, laneeolatis, obtusiusculis , pilosis, sessilibus, pilis stellatis, 

nigricantibus , basi cuneatis, petiolatis, petiolo rachiqne filiformibus , tomen- 

tosis; ore pyxidularum dilatato ; columella atra, brevissima, sœpe inclusa. 

Habitat in Guadalupa, corticem arborum adpresse tectans. 

15 



*. 



114 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Filin parvula, corticola; frondibus polymorphis , integris, raro apice divisis, 

aliquando suboblongis. 
Icon. : Tab. XXVIII, fig. 5. 

(Longueur: 11 à 15 millim., largeur variable, ordinairement 2 millim.; les frondes sont assez 
rapprochées sur le rhizome.) 

La plupart des frondes sont linéaires, obtuses, quelques-unes divisées au som- 
met ou dilatées à la base; elles sont pétiolées, d'un vert sombre et quelquefois gla- 
briuscules. 

NB. Le genre didymoglossum, auquel nous ajoutons le genre microgonium, est 
réuni par plusieurs botanistes aux trichomanes, et, en effet, il n'en diffère guère 
que par le sommet des pyxidules, qui est bilabié, et par des columelles incluses 
ou très-courtes; mais ce qui le caractérise, c'est principalement le port. Les didy- 
moglossum sont des fougères humifuses, gazonnantes, traçantes, à nervilles tantôt 
simplement divergentes, tantôt divergentes et convergentes. Cette considération 
avait suffi à Presl pour fonder le genre microgonium, très-faiblement caractérisé 
et ne pouvant être conservé que comme sous-genre. 

Nous avons reçu des Antilles, notamment de la Guadeloupe, plus d'espèces ou 
de formes de didymoglossum que nous n'en décrivons ici. Ces plantes sont très- 
polymorphes, et il est bien difficile, même après une étude approfondie, de re- 
connaître le type spécifique au milieu de toutes les modifications qu'il est suscep- 
tible de prendre. 

7. LEPTOCIONIUM, Presl., Hymen., p. 26. 

1. fucoides, Sw., Syn.fMc, p. 146, sub trichomane; Hedw., Gen., t. 8. Leptocio- 
nium, Presl., /. c. Jamaïque, Guadeloupe; sur le revers des hautes montagnes, 
au pied des vieux troncs, où cette espèce forme d'épais tapis, L'Herminier, 
1861; Chili; Colombie, etc. 

C. HYMÉNOPHYLLÉES. 

8. HYMENOPHYLLUM, V. d. Bosch, Eymenophyllum et Sphœrocionium. 

Presl., HymenopL, p. 29. 

A. Euhymenophyllum. 

1. abruptum, Hook., Sp.filic., I, p. 88, tab. 31 B. Jamaïque, Cuba, Wright. — 
Le caractère spécifique ne résulte- 1 -il pas d'une circonstance accidentelle? 

(N.V.) 



DES ANTILLES. 145 

2. brevistipes, Liebm. Mexique, Bregn. , p. 438; Cuba, Wright; Caracas, Funck 

et Schlim. (N. V.) 

3. ECTOCARPON, F. 

Frondibus bipinnatis, glaberrimis, ambitu oblongis, pinnulis pinnatifidis, rachi 
superne alato, segmentis oblongo-lanceolatis , margine argute serratis; ner- 
villis atris crassisque; pyxidulis liberis, ellipticis, ovoideis; valvis argute 
dentatis; columella crassa, paululum exserta. 

Habitai arborieola in Guadalupa, locis vulgo dictis Matouba, Ravine 
Flore, Rivière Goyave. L'Herminier, 1861. Nec non in Martinica. M Ue Ri- 
voire. 

Filix bipinnata, rigida, expansa, petiolo nudo, filiformi; segmentis dilatatis ; 
rhizomate longissimo, tenui, ftexuoso ; frondibus distantibus. 

Icon. : Tab. XXXI, fig. I. 

(Longueur: 13 à 45 centim., dont le pétiole fait environ le tiers; les frondes sont séparées par 
un intervalle qui varie de 4 à 6 centim.) 

Cette fougère est glabre, dressée et remarquable par des sporothèces relative- 
ment très-longs, libres du parenchyme des segments, au sommet desquels ils se 
développent; les valves des sporothèces sont très-amples, dentées finement en leur 
pourtour; la columelle est exserte. M. L'Herminier dit qu'elle est rare; elle a quel- 
ques rapports avec Y H. cristatum, Hook. et Grev., Icon., 148, mais les sporothèces 
sont absolument différents. 

4. MACROTHECIUM, F. 

Frondibus pinnato- pinnatifidis, ambitu lanceolatis, apice fructiferis , glaber- 
rimis , petiolo filiformi; pinnulis remotis; segmentis paucis, decurrentibus , 
obtusis, integerrimis , apice bifidis; pyxidulis ovoideis, bilabiatis; labiis 
margine integris; columella crassa, vix exserta, laterali. 

Habitat arborieola et saxicola in Guadalupa. L'Herminier, 1861, 

Filix macra, elongata, segmentis distantibus; sporotheciis apicilaribus, subra- 
cemosis, crassis. 

Icon.: M. XXXI, fig. 2. 

(Longueur: 12 à 14 centim., avec des pinnules de 11 à 13 millim. ; le stipe fait le tiers de la 
longueur totale.) 

Cette fougère rampante, comme presque toutes ses congénères, est facile à 
reconnaître à ses sporothèces terminaux dont ies deux lèvres, en se dilatant, laissent 



v • 



H6 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

voir une columelle obtuse , assez grosse , qui sort obliquement du côté interne de 
son support. 

5. Funckii, V. d. Bosch, Hymen. Suppl, p. 82. Jamaïque, March. ; Venezuela, 

Moritz, Burchell. (N. V.) 

6. polyanthos, Sw. , Syn. , p. 149. Guadeloupe, L'Hermin., 1861 et 1 864 ; 

Mexique. — Cette espèce varie de port et de dimension ; ses pinnules sont 
plus ou moins rapprochées et plus ou moins étendues. 

7. sanguinolentum, Forst., sub trichomane, Prodr., n° 465. Hymenophyllum san- 

guinolentum, Sw., Syn. fil., p. 148 et 376; Schkh., Crypt., p. 136, t. 135 G. 
(avec des couleurs exagérées). — Cette espèce , fondée sur une fougère des 
îles de la mer Pacifique, est indiquée comme se trouvant à la Jamaïque, où 
elle aurait été récoltée par M. Wilson(?) 

8. LANATUM, F. 

Frondibus pinnatifidis , petiolo capillaceo, villoso , atro ; segmentis linearibus , 
obtusis assurgentibus, uninervillatis , undique pilis albidulis bifurcatis , 
Iaxis veslitis, pyxidulis orbiculatis , apice villosissimo ; sporis trigonis. 

Habitat ad truncos eversos Guadalupœ. (Sainte -Rose, Riv. Goyave); 
L'Hermin., 1861. 

Filix parvula , cœspitosa, tota villosa, pinnatifida, rhizomate et stipitibus ca- 
pilliformibus. 

Icon. : Tab. XXXI, fig. 3. 

(Longueur: 4 à 5 centim., dont le stipe fait au moins la moitié; les segments atteignent à 
peine 9 millim.) 

Cette espèce est facile à reconnaître à ses frondes pinnatifides, oblongues, dont 
les segments linéaires sont dressés et obtus. Toute la plante est abondamment 
couverte de poils bifurques dont les branches allongées sont divariquées et parfois 
même infléchies. 

9. asplenioides, Sw., Syn. fiHc., p. 145. Lmrk. , Illust., t. 8, fîg. 1. Jamaïque; 

Mexique. 

10. Grevilleanum, Presl., Hymen., p. 32; H. polyanthos, Hook. et Grev., Icon., 

128, non Sw. Jamaïque; Saint- Vincent. 

11. MARTiNiCENSE, V. d. Bosch, Hymen., p. 49. H. decurrens, p, Sieberi, Presl.; 

Hymen., p. 32. Martinique, Sieber; Guyane française, Le Prieur. 



DES ANTILLES. 117 

12. axillare, Sw., Syn., p. 148. Jamaïque, Sw. 

13. clavatum, Sw., Syn. , p. 149; Presl., %werc., p. 32 et 54, t. 12 B, sub myr- 

mecostylo. Hedw. Filic, cum icône. Jamaïque, Sw.; Porto-Rico, Schwanecke; 
teste V. d. Bosch, Hym., p. 52, esp. 31. 

14. protrusum, Hook., Spec filic., I, p. 104, t. 37 B. Jamaïque, Wilson; Guade- 

loupe , Perrottet , L'Herminier. — Espèce très-longue , très-délicate , à seg- 
ments linéaires; pyxidules arrondies, très-petites. 

15. Kohautianum, Presl. , Hymen., p. 32 et 56. Martinique, Sieber; Guadeloupe, 

L'Herminier. 

16. apicale, V. d. B. Hymen., p. 57., H. axillare, H. et Grev., Icon., 124, non Sw. 

Jamaïque; Saint- Vincent. 

17. undulatum, Sw. , Syn. filic, p. 148; Hedw., Gen. filic, t. 19; Jamaïque, 

Pérou. 

18. flaccidum, V. d. B., Hymen., p. 60. Hym. undulatum, Hedw., /. c, t. 11. Ja- 

maïque ; Cuba ; Colombie ; Mexique. 

19. torquescens, Y. d. B. , Hymenop. Suppl., p. 94 D. Jamaïque, Perrottet; 

teste Y. d. B. (N. V.) 

20. rlepharodes, Presl, Hymen., p. 32 et 51. Martinique , Kohaut ; Guadeloupe. 

(N. V.) 

21. cubense, Sturm, in Bot. Zeit., 1859, p. 259. Cuba, Wright. 

22. hirsutum, Sw., FI. Ind. occid., III, p. 1746. Hook. et Grev., Icon., t. 84. Plum., 

Filic, p. 73, t. 50 B (rudis); Hedw., Gen. filic, t. 10 (mala). Jamaïque; Cuba; 
Colombie. 

23. latifrons, F. (Herb.) , V. d. B., Hymen., p. 67. Guadeloupe, Perrottet et 

L'Herminier. — Était désignée comme nouvelle dans mon herbier, sous ce 
nom adopté par M. Yan den Bosch. 
Icon.: Tab. XXXI, fig. 4. 

24. Crugeri, Mùll., in Bot. Zeit., 1854, p. 722. Trinité, Crûger; Guadeloupe, 

L'Herminier. (N. Y.) 

25. lineâre, Sw., FI. Ind. occid., III, p. 1749. Hym. trifidum, H. et Grev., Filic, 

t. 196. Jamaïque, Sw.; Purdie; Guadeloupe, L'Herminier, 1864. — An 
spec Splmrocionii ? 

26. nudum, Desv. , Ann, soc. Linn. Par., YI, p. 332. Guadeloupe. 



M 8 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

27. Francavillei, V. d. B., Hymen., p. 71. Guadeloupe, Perrottet; Martinique, 

Bélanger. 

B. Sphœrocionium. 

28. diversilobum, Presl., Hymenoph., p. 35 et 59. Antilles, sans autre indication. 

29. mtgrogarpon, Desv., Afin. Soc. Paris., VI, 333. Saint-Domingue. (N. V.) Cette 

espèce est mal connue. (N. V.) 

30. Sieberi, Presl., Hymen., p. 34 et 58. Martinique. Espèce mal connue. (N. V.) 

31. hirtellum, Sw. , Syn. filic, p. 149. Jamaïque; Saint-Vincent; Guadeloupe, 

L'Herminier, 1861 ; Mexique. Elle vit sur le stipè des fougères en arbres et 
sur les rochers, et se rapproche tout à la fois de l'espèce précédente et de 
l'espèce qui suit. 

32; ciliatum, Sw.,Fl. Ind. occid., 111,1753. Sphœrocionium vestitum, Presl., 
Hymen., p. 34; Plum., Filic. , p. 73, t. 50 D. Martinique; Guadeloupe, Per- 
rottet, L'Herminier; Mexique, Schafïher, n° -9. — Les sporothèces sont re- 
vêtus de longs poils, d'où le nom spécifique a été déduit. 

33. remotum, V. d. B., Hymenoph., p. 73, Hymenoph. ciliatum, H. et Grev. , Icon. 
filic, t. 35, non Swartz. Sphœrocionium Grevilleanum , Presl., Hymen., p. 34. 
Saint-Vincent; Colombie. 

f 34. ELEGANTISSIMUM, F. 

Frondibus delicatissimis , pinnato-pinnatifidis , petiolo rachique capillaceis, pi- 
losis, segmentis paucis, subpinnatifldis , oblongis, obtusis, remotis, cilialis , 
pilis longis , apice bifurcalis , divaricatis ; nervillis atris , marginem attin- 
gentibus ; pyœidulis subrotundis , terminalibus. 

Habitat arboricola in cacuminibus montium. L'Herminier, 1861. 
Filix delicatula , pendula, segm.entis sub quinque partitis , petiolo alato. 
Icon. : Tab. XXIX, fig. 2. 
(Longueur: 12 à 14 centim., avec des segments ascendants de 6 à 8 millim.) 

Cette fougère est étroite, à rachis flexueux, gros comme un crin de cheval; les 
poils sont roides, assez longs et se partagent en deux branches, très-écartées et 
flexibles. Elle se rapproche de Y H. pulchellum, Schlecht., et de Y H. lineare, Sw. 

35. GRATUM, F. 

Frondibus bipinnatis, ambilu oblongis, petiolo, rachi et nervillis atris, pilos 
bi-trifurcatos ferentibus; pinnis bipinnatifidis , segmentis linearibus, obtu- 



DES ANTILLES. 419 

siusculis, sœpe deorsum curvatis ; nervillis cr assis, ante apicem segmento- 

rum evanescentibus; pyxidulis ovatis, indusiis ciliatis, maturilate hianlibus; 

sporangiis crassis; annulo 45-50 articulato; sports irregulariter rotundatis. 
Habitat frequens in sylvis humidis ad truncos et rupes muscosos Guada- 

lupœ. L'Herminier, 1861. 
Filix arboricola, elastica, longe repens, dilatata , petiolo alato, ala angustis- 

sima, rhizomate flexuoso , piloso, radiculis brevibus, tomentosis. 

Icon. '. Tab. XXX, fig. 1. A. Forma magna; fig. 2. B. Forma parvula. 

(Longueur: 16-22 centim. sur 6 centim. d'envergure; le stipe est à la partie fronduleuse 
:: 1 : 3; je compte de 9 à 13 pinnules.) 

Cette espèce varie de taille et de port. Les frondes, portées sur un rhizome fili- 
forme, y sont espacées; leur élasticité est très-marquée. LH. hirsutum, Plum., 
Fil., p. 73, t. 50 B, a des rapports avec notre plante, mais elle en diffère par la 
délicatesse de ses découpures, qui ne portent de poils que sur les nervures; ces 
poils sont épars, fort longs, bi- ou trifurqués au sommet et portés sur une très- 
légère base proéminente, qui ferait croire que les segments sont denticulés. La 
figure citée de Plumier attribue aux sporothèces un entourage de poils qui 
n'existent pas ici; la figure donnée par Hedwig, pour son H. hirsutum, est abso- 
lument différente de notre plante, ainsi que la planche 84 de MM. Hooker et Gré- 
ville. Elle a quelque analogie de port avec Y Hymen, ciliatum, de Swartz, mais la 
trame cellulaire est différente et les mailles beaucoup plus petites. Il est digne de 
remarque que la direction de l'anneau est tout à fait celle des polypodiées. 

36. breutelii, Presl., Die Gefœssb. in Stip., p. 29. Jamaïque, Marchand; Gua- 

deloupe, par divers; Martinique, Bélanger. 

37. ^quabile, Kze., sect. Klot., in Linn., XX, p. 438. Saint-Domingue, de Tus- 

sac; Guadeloupe, L'Herminier. 

38. sericeum, Sw., FL Ind. occ, III, p. 1745,Plum., Filic, p. 56, t. 73. Hedw., 

Gen.fllic., t. 7. Toutes les Antilles. — Forme, à la Petite-Goyave de la Gua- 
deloupe, d'élégantes guirlandes qui atteignent jusqu'à 1 mètre de longueur. 
(L'Hermin. , in Litter.) 

39. cespitosum, F. 

Frondibus glaberrimis , bipinnatifidis , pinnulis pinnatijidis , imbricatis, petio- 
lis rachibusque atris, segmentis retusis, latiusculis, areolis hexagonoideis , 
nervillis rubescentibus ; sporotheciis parvulis ; pyxidulis rotundis. 



'120 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Habitat ad truncos arborum Guadalupce, in loco vulgo dicto Matouba. 
L'Herminier, 1861. 
Filix parvula , dilatata, ccespitosa, glaberrima; pinnulis imbricatis. 
Icon. : Tab. XXX, fig. 3. 

(Longueur: 5-6 centim. sur 11-13 millim. d'envergure; le stipe est à la partie fronduleuse 

:: i : 3.) 

Plante très-distincte par le port; les frondes croissent en touffes serrées et les 
rhizomes, qui les portent en s'entremêlant, forment une espèce de feutre qu'on 
peut détacher des troncs tout dune pièce; les mailles du réseau vasculaire 
montrent au centre des nucleus très-apparents. Les nervilles ont une couleur rose 
assez prononcée. 

40. atroyirens , F. et L'Herm. 

Cœspitosum; frondibus bipinnatis, linea-rilanceolatis , petiolo brevi, rachi 
alato; segmentis linearibus, dentatis, dentibus pilos stellatos apice ferenti- 
bus; nervillis aterrimis; sporotheciis pilosiusculis, ovoideis, labiis pyxidula- 
rum denticulatis , columella inclusa. 

Habitat in Giiadalupa, locis pantosis (Pitou caraïbe). Germain, 1864. 
Filix par va, segmentis remotis; vigens cypri colorent referens; sicca alro- 

virens ; surculo flliformi. 
Icon. : Tab. XXX, fig. 4. 
(Longueur: 7-8 centim. sur 1,5 d'envergure.) 

Cette fougère, facile à reconnaître à sa teinte cuivrée, à ses frondes étroites, 
dont les segments sont linéaires, chargés de longs poils assez mous, bifurques au 
sommet, vit, comme la plupart de ses congénères de petite taille, à la manière 
de nos hypnum. 

NB. Le genre sphœrocionium peut être regardé comme un simple sous-genre 
de X hymenophyllum. 

III. GLÉICHÉNIACÉES. 

1. MERTENSIA, Willd., Act. Holm., 1804, p. 165. 
A. Frondes à segments glabres ou glabriuscules. 

1. grandis, F., Cat. meta. Foug. Mexic., p. 40, M. longipinnata, Hook., Spec. filic, 
1,9. Guadeloupe, L'Herminier, 1861; Mexique, Schaffner, n° 230. 
Cette belle et grande fougère a le port et la consistance du Pteris aqailina. Les 



DES ANTILLES. 121 

principales divisions des frondes sont pinnées-pinnatifîdes; les pinnules, très- 
nombreuses et très-rapprochées, à segments étroits, étalés, lancéolés, linéaires, 
aigus, portent en dessous quelques petites écailles; les sporothèces en occupent 
ordinairement la base, tantôt groupés et tantôt sporadiques. Lerachis est, dans sa 
partie supérieure, relevé par deux côtes étroites et continues. On la trouve à la 
Soufrière, aux sources de la Caverne, à Matouba; elle s'élève sur la montagne jus- 
qu'à une hauteur de 1 ,400 mètres. 

2. glaucescens, H. et Bonpl., in Willd., Filic, p. 72. Langsd. et Fisch., Icon. filic, 

p. 26, t. 30, sub Mertensia pectinata. M. Hermanni? H. et Grev., Icon., t. 14, 
excl. synon. Saint-Domingue, de Tussac; Saint- Vincent; Trinité; Martinique, 
Bélanger, n° 159; Cuba; Guadeloupe, L'Herm.; Jamaïque, Wilson. 
Cette espèce, assez répandue, renferme peut-être plusieurs formes distinctes, 
au moins comme variétés; voici ce que nous pouvons dire des deux principales: 

(3. Cubense. Frondes très-glauques; segments émarginés en cœur au sommet; 
sporothèces très-gros, médians, bisériaux, composés de plus de 46 sporanges 
étroitement rapprochées. Cuba. 

y. Mexicana. Frondes glaucescentes, segments plus écartés, 43 sur une étendue 
de 9 centim., tandis que dans la variété précédente, sur la même étendue, prise 
de. bas en haut, nous en comptons 49. Sporanges parfois sporadiques, au nombre 
de 8 à 40, lâchement unies pour former chaque sporothèce; elles sont plus petites 
que dans la variété cubense. Mexique, Galeotti, n° 6402, et Saint-Domingue, par 
de Tussac. 

3. furcata, L., Sp. filic., 4529, sub acroslicko; Willd., Filic, p. 74; Plum., Filic., 

p. 22, t. 28. La Martinique, Plum., /. c; Guadeloupe, L'Herm.? 

4. dichotoma, Willd., Sp. filic, p. 74; Schkh., Crypl., t. 448. Martinique, Bélan- 

ger, n° 846; Cuba; Jamaïque; Wilson; Trinité, Lockhart; Tabago; Venezuela, 
Var. p. L'Herminieri. — Frondes très-glauques , consistance molle , seg- 
ments très-rapprochés: 17 dans une étendue de 9 centim.; envergure 
6 centim.; sporanges presque toutes sporadiques, se groupant par 14-16 
et facilement caduques. La Guadeloupe, L'Herminier; vulgo Calumet, 
herbe à couleuvre; commune, varie, étant plus ou moins large, à fron- 
dules plus ou moins roides, à segments plus ou moins étroits; modifi- 
cations qui s'expliquent sans doute par l'exposition. 

5. Klotzschii, Hook. , Sp. filic, l,p. 11, t. 5 B? — Mertensia rufinervis, Kl., 

Martinique. Icon. Brasil, p. 111. Martinique, Duperrey; Guyane. 

16 



122 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

6. SUBTRISPERMA. 

Frondibus rigidis, bi-trifurcatis ; petiolo glabro, cylindrico ; pinnulis lanceolatis, 
rachibus squamosis, segmenlis lanceolatis, obtusiusculis, supra glabris, sub- 
tils gramdosis, supremis sîibtriangtdaribus ; sporotheciis marginantibus , 
rufis, sporanges ternatim congestis. 

Habitat ad solfataram Guadalupœ. L'Herminier, 1861. 

Filix parvula, siccitate rufa; petiolîs nigrescentibus. 

(Longueur: 20 centim. environ dont le stipe fait la moitié; à la base des frondes se trouvent 
deux longs stolons flexueux, relevés d'épines courtes et écartées; l'un d'eux est bifurqué. Cette 
particularité est-elle accidentelle? Cette espèce est très-distincte de ses congénères, et, entre au- 
tres caractères, par des granules abondants, roussâtres, qui recouvrent la lame inférieure.) 

7. pubescens, H. et B., in Willd., Filic, p. 73. M. immersa, Hook. et Grev., Icon. 

filic., t. 15. La Martinique, à Saint-Pierre sur le tuf, M Ue Rivoire; Saint- 
Vincent; Saint-Domingue; Guadeloupe, où elle est commune, L'Iïerminier; 
1861 ; Jamaïque, Wilson; Porto-Rico; Trinité; Brésil, Claussen, 110. 
Cette espèce varie par une teinte ferrugineuse plus ou moins prononcée; nous 
possédons en herbier une forme singulière à segments devenus pinnatifides; elle 
provient de la Guadeloupe. 

Il ne- nous semble pas que le Mertensia farinosa , Klfss. , Kze. , Anal, pterid. , 
p. 6, t. III, trouvé à la Trinité soit une espèce différente du M. pubescens. La sy- 
nonymie de cette espèce est fort confuse. 

8. Mathewsii, Hook., Sp. filic, I, p. 9, t. VII B. Saint-Domingue, de Tussac. 

Le spécimen que nous rattachons à cette espèce est plusieurs fois fourchu; les 
pinnules sont longues , pectinées ; elles forment des angles aigus ; la bifurcation 
supérieure commence à une certaine distance de l'inférieure; les segments, glabres 
en dessus, sont parcourus inférieurement par des poils aranéiformes. Les sporo- 
thèces, composés d'un petit nombre de sporanges, sont très-rapprochés de la marge. 
M. Hooker, /. c, indique à la Dominique une var. p major. 

NB. La synonymie du genre mertensia est l'une des plus embrouillées qui 
existent, et il semble qu'en la voulant éclaircir, les auteurs aient encore ajouté aux 
difficultés qui existent. Ce sont des plantes de grande dimension dont les formes 
offrent des modifications nombreuses , en raison des terrains et des latitudes où 
elles croissent. 



DES ANTILLES. 123 

IV. SCHIZÉACÉES, Presl., Supp. tentam. pterid., p. 72. 

I. EUSCHIZÉACÉES. 

1. LOPHIDIUM, Rich., Act. Soc. hist. natur. Par., p. 112. 

1. elegans, Sw., Syn. filic, p. 151, sub schizœa; Presl., /. c, p. 77. Trinité, 
Ryan. ; Surinam; Brésil, Sellow; Guyane anglaise; Schomburgh, sous les 
n os 58, 264 et 626. 

2. ACTINOSTAGHYS, Wall., Pr. Supp. tent. pterid., p. 73. 

1. pennula, Sw., Syn filic, 150 et 379, sub schizœa; Hook. , Gcn. filic, t. 3 B. 

Guadeloupe, L'Herminier, 1861, au Petit-Bourg, à Sainte-Rose; elle a été 
découverte, en 1856, par M. Germain, et n'avait pas été, jusqu'ici, observée 
dans les Antilles; a été trouvée dans les Guyanes, au Brésil (Martius, n° 190) 
et ailleurs. /tJU^^../^c^^-^f.^ 

2. Germani. 

Parvula; stipite filiformi, simplici, glabro , piano, striato; apice fructifero , le- 
viler contracto ; spicis 3-5 , linearibus, pilosis, siccitate congestis; capsulis 
parvulis biserialibus. ^ 

Habitat in Guadalupa (Sainte-Rose, Petit-Bourg, Deshaies) terrestris 
■ infmticetis. 

Filix aspectu graminiformis , surculo parvo, globuloso, piloso, pilis ru fis, 
cooperto , radicellis pilosis. 

Icon. : Tab. XXIX, fig. 3. 

(Longueur: 12 à 44 centim., les épis fructifères ne dépassent pas 2 centira.; les frondes sont 
réunies par 2 ou 3 sur la souche.) 

Cette fougère est la seconde espèce iïactinostachys de la Guadeloupe ; avant 
M. Germain, il n'en avait été trouvé aucune dans les Antilles. Elle est la plus pe- 
tite du genre et, autant qu'on peut en juger , annuelle. 

IL ANÉMIACÉES. 

1. ANEMIA, Sw., Syn. filic, p. cxv. 

1. aurita, Sw., Syn. filic, p. 157. Jamaïque, Sw. (N. V.) 

2. bipinnata, L., Sp. pi., 1521, sub osmunda; Plum., Filic, p. 133, t. 155? 



124 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

A. intermedia, R. Br. , Msc, teste Th. Moor , lnd. A. cicutaria, Kze., Linn., 
IX , 22 , #««*. 4wa/ec. /tfm'rf. , p. 9 , t. 5 , fig. 2. Cuba , Otto , n° 66 ; 
Bahama. 

3. adiantifolia, Sw., %». /Ê/s'c, p. 157, Dict. scienc.nat., Levrault, t. 100. Plum., 

Fil., p. 135, t. 158. Saint-Domingue, Plum.; Bertero, Poiteau; Porto-Rico, 
Wydler, n° 396; Jamaïque, Heward, Wilson; Cuba, Pœpp.; Guadeloupe, 
L'Herm.; Mexique, Schaffn., n° 104. — Ce nom spécifique est très-vague; 
les frondes à'adiantum étant infiniment variées , on ne sait à quelle espèce il 
faut de préférence rapporter cette épithète. 

Var. p. Asplenifolia, Willd., Filic, p. 94. Hook. et Grev., Icon., 16. Saint- 
Domingue; Jamaïque. 

4. cuneata, Kze., Linn., IX, 21, id. Analect. pterid. , p. 8, t. 5, fig. 1. Cuba. 

5. hirsuta, Sw., /. c., p. 156. Plum., Filic, p. 138, t. 162. Sloan. Jam., I, t. 25, 

fig. 6. A. ciliata, Presl, Délie. Prag., p. 158. Jamaïque, Cuba, Saint-Do- 
mingue, Mexique, Schaffn., n° 106 b. 

Var. p. Major, Radd., Fil. Brasil., p. 71, t. 9, fig. 26. Aux mêmes lieux et 

au Brésil. 

■ 

6. Breuteliana, Presl., Supp. Tentam. pterid., p. 90. A. Phyllitidis, Mart., Herb. 

Bras., n° 361 , Saint - Christophe ; Trinité; Saint-Domingue, de Tussac; Tri- 
nité, Hook.; Brésil, Martius. 

7. filiculifolia, Sw., Syn., p. 158. Plum., Fil., p. 138, t. 161? Saint-Domingue. 

— Plante mal connue. (N. V.) 

8. filiformis, Sw., /. c., p. 156. Jamaïque; Brésil, Gardn., n° 2387; Mexique. 

9. tenella, Sw., /. c., p. 156. Schkh. , Crypt., p. 143, t. 141. Jamaïque; Mexico; 

Panama. 

10. humilis, Sw., I. c. Schkh., Crypt., p. 142, t. 141. A. minor, Radd., Fil. Bras., 

p. 71, t. 9, fig. 2. Tabago; Mexique, Schaffn., n° 156 b. 

2. ANEIMIDICTYON, Presl, Supp. Pterid. tentam., p. 91. 

1. hirtum, L., Sp.pl., 1520, sub osmunda; Sw., Syn. filic., p. 155, sub aneimia. 

Presl., I. c., p. 92. Plum., Filic., p. 134, t. 157. Martinique; Cuba; Brésil. 

2. obliquum, Schrad., Gœtt. gel. Anz., 1824, p. 864, n° 2, sub aneimia. Cuba, 

Pœppig; Martinique, Sw.; Saint-Domingue, Bertero; Brésil, Prince de Neu- 
w ied. — Cette espèce n'est peut-être qu'une variété de la précédente. 



DES ANTILLES. 125 

3. phyllitidis, Sw., Syn. filic, p. 155, sub aneimia. Presl., /. c, p. 93. Plum., 
Filic, p. 133, t. 156. Saint-Domingue, Plum.; Mexique, Schaffn., n° 105. 

3. TROCHOPTERIS, Gaertn. in Hook., Loncl. Journ. bot., I, 74, t. 4. 

1. elegans, Gardn,, /. c, Aneimia elegans. Presl., Supp. pterid., p. 81. Cuba, 
Gardner, n° 4035. 

? 4. SPATHEPTERIS, Presl., I. c, p. 95. 

1. verticillata, Sw., Syn. filic, p. 158, sub aneimia, Presl., /. c. Saint-Do- 
mingue, Plum., Filic., p. 137, t. 160; Jamaïque, Sw. 
Ce genre douteux est fondé sur une plante que l'on n'a plus retrouvée depuis 
Plumier. Swartz ne la mentionne que sur l'autorité de la planche citée. 



V. LYGODIACEES, Presl., toc. cit., p. 98. 

1. LYGODIUM, Sw., Syn. filic., p. 152. 

1. pœppiggiànum, Presl., Supp. Tent. pterid., p. 103. Lyg. cubense, Pœppig. Kze., 

Filic, Pœpp., IX, 18 (exclus, omnib. synon). 

2. volubile, Sw., I. c, p. 152. Radd., Fil. Bras., p. 68, t. 81. Jamaïque, Swartz, 

Wilson; Trinité, Germain, 1862; Guyane, Aubl. 

3. venustum, Sw. in Schrad., Jour., 1801, II, 303. Schkh., Crypt., p. 140, 1. 139. 

Saint-Domingue, Poiteau; Trinité; Vera-Cruz; Mexique, Galeotti, n° 6316. 

4. cubense, H. et B. Kth., Nov. gen., I, p. 31. Presl., Supp. tent., p. 105. Cuba; 

Brésil. — Espèce donnée comme douteuse par Presl, /. c. Cet auteur paraît 
croire que c'est une simple variété de l'espèce précédente. 

5. oligostachyum, Desv. in Hamil., Fil. Ind. occid., 463. Ejusd. Prod. Fil. Annal. 

soc. linn., Paris, VI, 205. Plum., Fil., p. 72, t. 92. Saint-Domingue, Plum., 
Fil. americ, p. 72, t. 92. 



VI. MARATTIACÉES, Presl, Supp. tentant, pterid., p. 7. 

1. DISCOSTEGIA, Presl., I. c, p. 11. 

1. alata, Smith, Icon. ined., t. 46, sub marattia. Presl., /. c, p. 12. Cuba, Lin- 
den, n° 1739; Guadeloupe? Parker; Jamaïque, Sw., Wilson; Pérou, Pœppig? 



126 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

2. l^evis, Sm., I. c, t. 47, sub marattia. Schkh., M%, p. 154, t. 152. Saint-Do- 
mingue, Thiery ex Lamark; la Dominique, Swartz; Mexique, Galeotti, 
n° 6349. 
A la maturité, les sporothèces portent des spores qui sortent sous forme d'une 

poussière ténue, comme il arrive aux lycoperdon, par jets saccadés. 



VII. DANiE AGEES, Presl, loc. cit., p. 33. 

1. DANJEA, Smith, Act. Taur., V, 420. 

1. nodosa, Smith, l. c. Plum., Filic, p. 90, t. 408. Schkh., Crypt., 152, t. 151. 
H. et Grev., Icon., 52. — La Martinique; Saint-Domingue, au port de la Paix, 
Plumier; Saint- Vincent, Guilding; Dominique, Krauss; Porto-Rico, Cavan.; 
Guadeloupe, dans les grands bois, au bord des eaux. — Rhizome énorme; 
fronde s'élevant à près de 2 mètres. Sur le continent américain, à Caracas 
et au Pérou. 

% angustifolia, Presl., /. c, p. 35. Antilles, par Rertero, sans autre indication; 
peut-être n'est-ce qu'une forme à frondes plus étroites du D. nodosa? 

3. alata, Sm., Act. Taur. V, 430. Plum., Filic, p. 91, t, 109. H. et Grev., Icon., 

18. Martinique, Plum.; Jamaïque, Sw.; Dominique, Krauss. 

4. stenophylla, Kze. , Die Farrenkr., p. 55, t. 28. Guadeloupe. Terrestre, plus 

rarement arboricole; rhizome assez gros, rampant d'abord, puis se dressant 
en manière de tronc; vit dans les bois humides. L'Herminier, 1861. Presl a 
fait de cette plante (Supp. Tent.pteria 1 ., p. 38) le type d'un genre heterodancea, 
qui ne nous semble pas admissible. 

5. elliptica, Sm., in Rees, Cyclopaedia, Hook. et Grev., Icon., 51. D. genicvlata, 

Radd., Filic. Bras., p. 75, t. 5, fîg. 1. Jamaïque; Saint- Vincent; Guadeloupe, 
L'Hennin.; Trinité; Guyane française; Rrésil, etc. — Très-belle et très- 
grande espèce à larges feuilles, se fixant sur la terre à l'aide de radicelles 
robustes et résistantes; les nodosités des tiges sont fort grosses; les jeunes 
frondes sont ovoïdes; elle est terrestre, quelquefois arboricole et soulève son 
rhizome de terre à la manière de certaines espèces de palmiers. 



DES ANTILLES. 127 

VIII. OPHIOGLOSSACÉES , PresL, Supp. tentam. pterid., p. 41. 

1. BOTRYCHIUM, Sw., Syn. filic., p. 171. 

1. cicutarium, Sw., /. c, p. 171. Pluiii., Filic., p. 136, t. 159, Saint-Domingue, 

Plumier. B. virginicum, Var. y, cicutarium, Th. Moor. , Index. 

2. virginicum, Sw. , Syn., p. 171; Willd., Fil, p. 64. Schkh. (%?*., p. 157, 

t. 156. Saint-Domingue, Plum., /. c. 

2. OPHIOGLOSSUM, L. 

i. reticulatum, L., % ^. , 1518, Lmrk. , IllusL, t. 864, ûg. 2, Hook. et Grev., 
Icon., 20. Saint-Domingue, Plum., i^'^'c., p. 141, t. 164; Martinique, M lle Ri- 
voire, sur l'écorce des canneliers; la Guadeloupe, Perrottet; Jamaïque, Sw.; 
Mexique, sur les arbres, Schiede. 

2. nudicaule, L. F., Supp.; 443, Kze., Die Farrenkr., I, 59, t. 29, ûg. S. Saint- 
Domingue, de Tussac; Guyane; Brésil. 

NB. Nous possédons un ophioglossum , curieux entre tous par des stolons très- 
longs, sur lesquels se développent les frondes; elles sont assez petites et très-dis- 
tantes les uns des autres. Nous la tenons de M. Le Prieur, qui l'a récoltée à la 
Guyane française, en 1839; nous lui avons imposé le nom d'0. stoloniferum. 

3. CHEIROGLOSSA, PresL, l. c, p. 56. 

1. palmata, Plum., Filic., p. 139, t. 163, sab ophioglosso, L., Sp. pi, 1518; 
Dict. se. nat., Levrault, t. 97. Saint-Domingue, Plum.; Guadeloupe, L'Herm., 
au Matouba sur YEugenia Jambos et sur les troncs d'arbres de plusieurs 
autres endroits de l'île (1843 et 1861). — Les jeunes pousses sont presque 
linéaires et très-allongées; la souche, de la grosseur d'une noix, est globuleuse 
et couverte d'écaillés fauves, étroites, d'aspect laineux; les grandes frondes 
atteignent 45 centim. ; elles se partagent d'abord en deux moitiés qui se di- 
visent en 3 ou 4 segments assez profonds et très-souples. 



128 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

IX. LYCOPODIACÉES , Spring. , Monogr. 

l.LYCOPODIUM, Spring.,/. c. 

* Anthéridies éparses. 

1. Sieberianum, Spring., in Bot. Zeit., 1838, I, 153; L. rigidum, Willd., Mlic, 

V, 52; Plum. , Fil, pi 144, t. 166 A. Archipel Colombique; Pérou et Chili. 
Var. p. Radicans. — La partie inférieure des tiges est garnie de radicelles 
fort longues, villeuses, qui entourent le tronc proprement dit, jusqu'au 
point où il se bifurque. Peut-être est-ce là l'état normal de cette espèce, 
circonstance dont ne parle pas M. Spring, et qui servirait ici unique- 
ment à compléter le caractère spécifique. Les grands spécimens de 
cette espèce se courbent et atteignent jusqu'à 90 centim. de hauteur, 
en se bifurquant jusqu'à trois fois; les feuilles, très-roides, sont réfléchies, 
mais vers le sommet elles sont simplement étalées ; les radicelles (ra- 
cines adventives) sont bifurquées à l'instar de la tige. M. le docteur 
L'Herminier nous apprend que cette variété se trouve dans le lit des 
rivières, sur les rochers des montagnes élevées, sur les pentes de la 
Soufrière, où elle vit comme noyée dans les sphagnum. 11 ajoute qu'elle 
est simple à l'état de jeunesse. 

2. reflexum, Lmrk. , Encyc. bot., III, p. 653, Willd., Fil., p. 52; Schkh., Crypt., 

p. 160, t. 159? Jamaïque, Swartz; Saint-Domingue, Sw. ; la Martinique; 
Mexique, Scheed. ; Cayenne. Cette espèce se trouve probablement dans tout 
l'archipel Colombique. M. Spring établit deux variétés dans sa monographie. 

Var. a. Minus. — Indiquée au Brésil et que nous avons en herbier prove- 
nant de Saint-Domingue, par Poiteau, et du Mexique, par Schafïber, 
n° 120 a. — C'est une forme à tige simple. 

Var. p. majus. — Cayenne, Poiteau; Mexique, Schaffn., n° 120 b; Caracas, 
Moritz, n° 36 (Herb. F.). — Elle est assez fragile et plus délicate que 
l'espèce précédente. (Cfr. Spring. Monogr., I, p. 26.) 

3. intermedium, Spring., /. c, p. 27, et in FI. Bras., I, p. 111. Guadeloupe, 

L'Hermin., 1864; Guayaquil, Hsenke; Brésil, Sellow. 
Cette espèce est plus grande et plus délicate que le L. Siberianum, Spring.; elle 
porte aussi des radicelles au bas de la tige et ses feuilles sont réfléchies, toutefois 



DES ANTILLES. 129 

le port n'est pas le même; elle vit suspendue aux arbres; ses dimensions attei- 
gnent, dans le spécimen de notre herbier, provenant du docteur L'Herminier, 
environ 90 centim. de long; elle est fortement recourbée. 

4. myrsinites, Lmrk., Encyc. bot., III, p. 654, Willd., Fil, p. 47; Schkh., Crypt., 

p. 160, t. 159; Spring., Monograph., I, p. 28. L. tetragonum, Hook. et Grev., 
Icon. , t. 109. Saint-Domingue , Lmrk. ; Trinité , Parker; la Dominique , 
Krauss; Brésil, de Gestas. (H. F.) — Espèce à rameaux bifurques, rapprochés, 
feuilles étroitement imbriquées, ovales, aiguës. Port très-spécial. 

5. linifolium, L., Sp. pi, 1563 , et auct. plurim.; Spring., Monograph., I, p. 30; 

Plum., Filic, p. 144, t. 166 C. Commune à la Guadeloupe et dans tout l'ar- 
chipel du Mexique; Guyane; Brésil, Mexique; Colombie, etc. — Elle suspend 
ses longues tiges une ou deux fois dichotomes, aux arbres, où elle s'attache 
à l'aide d'une souche fibrilleuse;les anthéridies sont axillaires et réniformes; 
ses feuilles , plus ou moins longues , plus ou moins étalées , plus ou moins 
étroites , sont linéaires et d'un très-beau vert; elle atteint un demi-mètre. 
Nous pouvons reconnaître deux variétés. 

p. Laxum. — Mexique, Schaffn., n° 124. Feuilles un peu dressées, presque 
sétacées vers le haut des tiges, souples au plus haut degré et filiformes. 
Elle atteint jusqu'à 60-65 centim. 
y. Gracile, L'Hermin. — Arboricole et rupicole à la Guadeloupe, dans les 
bois humides et élevés; elle est plus divisée que les autres formes et 
tend à se ramifier beaucoup plus. Les feuilles sont très-étalées et por- 
tées sur des tiges filiformes, capillaires dans les dichotomies su- 
périeures. 

6. taxifolium, Sw., FI. Ind. occid. , III, 1573; Hook. et Grev., Icon., 131. Ja- 

maïque, Sw.; Saint-Domingue, Willd.; la Guadeloupe, L'Hermin., 1861. 
Dans les bois montueux, sur les arbres et les rochers. M. le docteur L'Her- 
minier dit que cette espèce varie par la longueur, la laxité et la délicatesse 
des frondes, surtout au point fructifère. 

Var. p. L'Herminieri, Spring., Monograph., p. 33; feuilles plus larges et 
plus étalées. Le type et la variété sont feuilles dès la base de la tige. 

7. dichotomum, Jacq., Hort. Vindob., III, p. 26, t. 45; Spring., I. c.,1, p. 41. 

Jamaïque; Saint-Domingue; Trinité, Germain; Martinique, Sw. et Jacq.; 
Guadeloupe, L'Herminier, 1861. Probablement toutes les Antilles; Mexique, 

17 



' 



430 FOUGÈRES ET LYCOPODIAGÉES 

Schaffn., n° 123; Guyanes; Pérou; etc. — Ce nom spécifique n'a rien d'ex- 
clusif et se rapporte à une foule d'espèces; les dichotomies sont très-diver- 
gentes et les feuilles, plus ou moins étalées, toujours très-étroites. 

8. mandioccanum, Radd. , Fil. Brasil, p. 77, t. 4; L. dichotomum, H. et Grev., 

Enum. filic, n° 22. Jamaïque, Purdie; Santiago de Cuba; Guadeloupe, lit des 
rivières, arbres et rochers, L'Hermin. — Nous possédons, en herbier, un 
spécimen du Mexique, récolté par M. Schafïher, sous le n° 121 , que nous 
avons rattaché à cette espèce sur l'autorité de M. Spring, qui l'a déterminé. 
C'est pour cet auteur la variété (3, mexicanum, à feuilles plus longues, mar- 
quées d'un double sillon , à marges légèrement roulées sur la partie libre et 
carénées sur la partie décurrente. Nous pensons que c'est une espèce dis- 
tincte , plus robuste , à tige de la grosseur d'une plume de cygne et de cou- 
leur pourprée, teinte que l'on retrouve à la base des feuilles sous forme de 
tache; celles-ci ressemblent aux feuilles du Juniperus communis; elles sont 
étalées , très-roides , très-aiguës , linéaires , et dans le L. mandioccanum ca- 
pillacées, molles et réfléchies. Les capsules (anthéridies, Spring.) sont cordi- 
formes et réniformes dans l'espèce de Raddi. Il suit de ces différences l'op- 
portunité de rétablir le L. mandioccanum du Brésil sous le nom de L.pi- 
thyoides, donné par Chamisso et Schlechtendal. (Linnœa, V, p. 623.) 

9. verticillatum, L., Supp. , p. 448; Sw.,FiL, p. 175, et L. filiforme, ejusd. , 

L c, p. 174; Plum., Fil., p. 144, t. 166 B; L. filiforme; Radd., Fil. Bras., 
p. 77, t. 4 bis, fig. 1. La Martinique, Plée; Cuba,.Linden, n° 2178; Jamaïque, 
Purdie. La Guadeloupe, bois élevés sur les palmistes et les gommiers. — Les 
formes de cette espèce, recueillies à Bourbon et à Madagascar, diffèrent un 
peu de port et de dimensions. A la Guadeloupe elle est très-déliée, très-férace 
et très-longue (65 à 90 centim.), elle se ramifie beaucoup et devient touffue. 

10. tenue, H. Bonpl. , in Willd. , Filic. , p. 55; L. curvifolium, Kze. , Linn. , IX, 

p. 5, ejusd. Anal, pterid., p. 1, t. l,fig. 1. Guadeloupe, L'Herminier. — Trou- 
vée à 1,000 mètres, elle serait rare. Cette espèce, qui reproduit de la ma- 
nière la plus rigoureuse la planche citée de Kunze , a une très-grande ana- 
logie, quoique plus déliée, avec l'espèce précédente dont elle n'est peut-être 
qu'une variété. 

11. funiforme, Bory, in Brongn., Veg. foss., II, p. 10; Kze., Die Farr., I, p. 188, 

t. 79; Spring., Monogr. , I, p. 50, et II, p. 22. Guadeloupe, dans les grands 
bois. — Xlette espèce pend du haut des arbres et s'étend à plus de trois mètres; 



DES ANTILLES. 131 

elle est dichotome, à dichotomies très- espacées. Elle avait d'abord reçu de 
Bory le nom de L. funale, et M. le docteur L'Herminier lui avait donné l'é- 
pithète de L. colubrinum, aussi significative que les autres; car si la ressem- 
blance avec une corde est grande, les feuilles, qui s'appliquent sur la tige 
comme des écailles, en font un long reptile, heureusement très-inoffensif. 
Sa souche , qui est très-fibrilleuse, porte seulement 4 à 5 tiges. 

12. passerinoides, H. B. et Kth., Nov. Gen. et. Sp., I, p. 41; Spring., Monogr., II, 

p. 33; L. passerinoides et nitens, ejusd., I, p. 53 et 54; L. nitens, Cham. et 
Schlecht., Linn., Y, p. 623: La Martinique, Sieber; la Guadeloupe, L'Hermin. 
(H. P.) — Nous ne le possédons pas, provenant des Antilles. Il se trouve 
au Mexique , Schaffn. , n° 1 26. 

13. guadalupianum (Aqualupianum) , Spring, Monograph. , I, p. 68, et II, p. 31. 

Guadeloupe, arboricole au bord des rivières, dans les bois élevés et humides; 
Cuba, Parker, Linden, n° 3308; Colombie. — Cette espèce, qui atteint 
jusqu'à 80 centim., est d'une extrême élégance. 
Icon.: Tab. XXXIH , fig. 1. 

14. cernuum, L. , Sp. pi., 1566; Sw. , Willd. , Spring et anctor.; Plum., Fil. 

p. 144, t. 165, fig. A. — Cette espèce, la plus universellement répandue 
de tout le genre , se trouve dans toutes les Antilles. Elle est très-commune à 
la Guadeloupe dans les terres alumineuses , à l'entrée des bois. Sa station la 
plus rapprochée est aux Açores, île Saint-Michel. 

15. curvatum, Sw., Syn. filé*, p. 178 et 402. Willd. , Fil. , p. 31 ; L. convolutum , 

Desv., Encyc. met. supp. , III , 546. Jamaïque, Sw. ; Guadeloupe, sur les hautes 
montagnes, à la Soufrière, aux deux Mamelles, L'Herminier; la Martinique 
{fide Boryi). — Espèce très-vigoureuse et de grande taille , assez voisine de 
l'espèce précédente. M. L'Herminier propose comme espèce la variété suivante: 

p. Cymosum, L'Hermin. Plus élancée, à rameaux plus grêles, à feuilles plus 

petites, complètement recourbées en dedans. Elle ne se trouve à la s/ 

Guadeloupe que sur les pentes et les pitons de la rivière de la Bose 
à la Goyave. Cette belle espèce, variée de forme dans ses diverses par- 
ties, couvre le sol d'une toison magnifique, très-fournie, qui cache les 
fissures du sol, tourmenté par les tremblements de terre de 1843. Elle 
vit en compagnie des Lomaria robusta, F., Viola slipidaris, Sw., Epigcea 
cordifolia, Sw., etc. — Serait-ce une espèce distincte? 



132 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

** Anthéndies réunies en chaton. 

16. clavatum,L., Sp. pi., 1564, Sw., Syn.fil.,p. 179. L. officinale, Neck., Meth. 

musc, p. 150. — Plante cosmopolite, dont la synonymie est très-étendue et 
les figures données nombreuses; ses formes sont assez mobiles. Elle est indi- 
quée à la Jamaïque, Bancroft et Purdie, et à la Guadeloupe, par L'Herminier, 
d'après Spring, Monogr., t. 11, p. 42. 

17. aristatum, H. et B. in Willd., Filic, p. 17. Martinique; Guadeloupe, pentes 

de la Soufrière, morne de l'Échelle, sur la terre avec les sphaignes. — Ses 
crampons produisent des radicelles d'une longueur considérable (plus de 
50 centim.), simples, lisses, raides, puis rameuses et flexibles; cette espèce 
rampe, comme en Europe le L. clavatum, L., avec lequel elle a des rapports 
évidents. 

18. trichiatum, Sw., Syn. fil., p. 179. Spring, Monogr., I, p. 91, et Auct. plurim. 

C'est Bory, Voy., I, p. 350, qui, le premier, a fait connaître cette espèce à 
station très - étendue. Elle est indiquée à la Jamaïque, Menzies, et à Cuba, 
Lochat (H. Hook.). 

19. carolinianum, L., Sp. pi., 1567, L. repens, Schlecht, Adumbr., I, p. 5, t. 4. 

La Trinité, Germain, 1862; Guadeloupe, sur les terrains unis et habituel- 
lement inondés d'eaux pluvieuses; le rhizome se cache dans les mousses, tan- 
dis que les épis s'élèvent verticalement. (L'Herminier.) — Tous nos spéci- 
mens sont longuement pédicellés. 

20. GOMPLANATUM, L., /. c, Plum., Fil., p. 144, t. 165 B. L. thyoides, H. et B., in 

Willd.-, Fil., p. 18. L. chamœcyparissus , A. Braun, apud Dœll., Rhénan. Fil., 
p. 36. A. Brongn., Veg. foss., II, t. 5, fig. 2. — Plante à station très-éten- 
due. Jamaïque, Bancroft; Canada, Lima, Pérou, etc. 

21. Jussi^Ei, Desv., Enc. méih. supp., III, p. 543. Jamaïque, Bancroft; Pérou; 

Chili, etc. — Espèce rare dans les Antilles. 

2. SELAGINELLA, Spring., Monogr., II, 53. 
* Chatons tétragones; une seule sorte de bractées. 

1. albonitens, Spring, Monogr., II, p. 80, esp. 22. Porto-Rico, Wydler; la Tri- 

nité, Germain; Guadeloupe, L'Herminier, in Herb. Par. ex Spring.; Saint- 
Janvier, Tweedie. (H. Hook.) 

2. dénudât A, Willd., Filic.,p. 36, sub lycopodio. Spring, Monogr., II, 84. Jamaïque, 

Swartz. (N. V.) 



DES ANTILLES. 133 

3. MOLLIS, F. 

Caule elongato, rigidiusculo , ramîs lateralibus , brevibus, radiculis minutis- 
simis, remotis, foliis lateralibus distantibus, ovatis, margine serrulatis, in- 
termediis minoribus, carinatis, mesonevro prominulo, apice abrupte acu- 
minatis; amentis linearibus, elongatis, numerosis, redis, bracteis leviter 
patulis, lanceolatis , curvatis, vix denticulatis. 

Lycopodium molle et venutissimum. L'Hermin. in Litter. 

Habitat in Guadalupa ad rupes. (Rivière des habitants, Saint-Louis.) 

Icon.iT^. XXXIV, fig. 1. 

(Dimensions: longueur totale, 6-8 centim. avec des rameaux latéraux cinq à six fois plus 
courts; les épis mesurent en moyenne de 9 à H millim.) 

Quoique cette espèce vive en touffes, les individus qui les composent sont très- 
facilement séparables. M. le docteur L'Herminier dit qu'elle est l'une des plus 
petites du genre. Elle diffère du S. albonitens, Spring., par son port, par ses ra- 
meaux latéraux très-courts, par ses feuilles parfaitement ovales et par ses épis 
linéaires relativement très-longs. 

4. rotundifolia, Spring., Monogr., H, p. 85. La Martinique, près des Thermes et 

dans la petite île Saint-Pierre de la Martinique; à Saint- Vincent, sur les 
branches des arbres; à la Guadeloupe, dans les lieux humides et élevés, sur 
les troncs et les rochers, L'Herminier. — Cette espèce, d'une délicatesse 
extrême, forme des touffes molles; les tiges, presque capillacées, à rameaux 
assez longs, portent des feuilles latérales, écartées, sous-orbiculaires, iné- 
quilatérales avec une très-petite pointe, à marge supérieure ciliée; les inter- 
médiaires verticales sont ovales, planes, quatre à cinq fois plus petites, mu- 
cronulées; les unes et les autres très-délicates, pellucides; les épis fructifères, 
très-courts, se cachent sous d'assez larges bractées. M. Spring fait des spé- 
cimens de la Guadeloupe une variété denticulata. 
Icon. : Tab. XXXIV, fig. 2. 

5. confus a, Spring., Le., II, p. 94. Lycop. omithopodioides ; Sw. , Syn. fllic, 

p. 184; Willd., Fil, p. 35, non L. Jamaïque, Sw. (N. V.) 

6. patula, Sw., Syn. fllic., p. 184 et 411 , sub lycopodio; Spring., Monogr., 11 , 

p. 96. Lyc. heterodonlon , Desv., Enc. méth. supp., III, 548. Jamaïque, Sw. 
Antilles , sans autre désignation (Herb. Deless. et H. Weeb.) (N. V.) 

7. porelloides, Lmrk., Enc. méth., III, p. 652, sub lycopodio (teste Desv.), Spring, 

/. c, II, p. 97. Stachygynandrum amplexicaide , Pal. Beauv. (Herb. Deless.); 



434 FOUGÈRES ET LYCOPODIACÉES 

Saint-Domingue, Neckour, Desv.; Guadeloupe, L'Hermin., 1863. — Espèce 
très-élégante, à tige dressée, raide, tétragone, rameuse, à rameaux étalés, 
ramuscules peu nombreux, feuilles latérales étalées, ovales, ciliées, un peu 
obtuses et mucronulées, les intermédiaires trois fois au moins plus petites, 
apiculées, planes, ciliolées, cordées obliquement à la base; les épis sont qua- 
drangulaires, linéaires, longs de 5 à 6 millimètres. 

Icon. : Tab. XXXIV , fig. 3. (Secundum spécimen mexicanum ex Schaff- 
nerio, n° il!) 

8. serpens, Desv., Enc. méth. Supp., III, p. 553, sub Lycopodio. Spring., /. c, II, 

p. 102. Jamaïque, Cuba, Otto; Mexique. (V. V. G.) 

9. cordifolia, Desv., Le, III, p. 548, sub Lycopodio. Spring., L c, p. 103. Porto- 

Rico , Wydler , Riedle ; Saint-Domingue , Bertero (Herb. Weeb). (V. V. G.) 

10. jungermannioides, Gaudich. in Freyc. Voy., I, p. 286, sub Lycopodio, Spring., 

/. c, II, p. 117, Lycopodium marginatum, Radd., Fil. Bras., p. 82, t. 1, fig. 2. 
Cette espèce est aussi figurée dans le dictionnaire de Levrault; Saint-Do- 
mingue, de Tussac; Martinique à la Calebasse, M 1Ie Rivoire; la Guyane, 
Le Prieur. — Espèce élégante et bien distincte. 

11. didymostachya, Desv., /. c, III, p. 553, sub Lycopodio; Spring., Monogr., II; 

p. 130. Lycopodium denudatum, H. et Grev., Enum. fil., n° 154 (non Willd.), 
Saint-Domingue, de Tussac, Desv.; Jamaïque, A. Lewis, Gréville, etc. — 
Cette espèce eût peut-être été mieux nommée distachya; les épis sont gem- 
minés; la plante s'étale en éventail et ne manque pas d'élégance; quoique 
notre spécimen, provenant de de Tussac, soit assez petit, il est bien carac- 
térisé. M. Spring, qui l'a déterminé, en fait une variété p. integerrima. Les 
feuilles intermédiaires ne sont pas visibles sur la face postérieure de la plante, 
d'où le nom de denudatum, donné par MM. Hooker et Gréville. 
Icon. : Tab. XXXIV, fig. 4. 

12. sulcangula, Spring, Monogr., II, p. 163; Jamaïque, Purdie (Herb. Hook.). 

— M. Spring fait de l'espèce, recueillie au Mexique par Schaffner sous le 
n° 114, une variété p. remotifolia. Elle a été trouvée à Cordoba, Huatusco, 
Mirador , etc. ; elle est fort belle. 

13. flabellata, L., Sp. pi., 1568, sub Lycopodio ; Spring, l. c, II, p. 174. Lyco- 

podium microstachyum, Desv., Enc. méth. Supp., III, 554. L. gracile, ejusdem, 
Le, III, p. 551. Jamaïque, de Tussac; la Martinique, M 116 Rivoire, Sieber, 



DES ANTILLES. 135 

FI mari, n° 232; Saint-Vincent, Guilding; la Dominique, Torrey. La Gua- 
deloupe, dans les bois au bord des eaux vives, où elle foisonne et remplace le 
gazon; très-variable de taille et d'aspect. — Cette espèce, la plus belle du 
genre, porte sur un rhizome traçant de longues tiges, couvertes d'écaillés 
fortement appliquées sur leur épiderme; ces tiges sont garnies de rameaux 
nombreux flabelliformes , dont les extrémités et les divisions se terminent 
par des épis quadrangulaires longs de 2 centimètres environ. Elle a une sta- 
tion très-élendue. 

14. substipitata , Spring., Le, II, p. 198. La Guadeloupe , bois humides et élevés, 

tantôt sur la terre , tantôt sur les troncs vivants ou morts , sur les rochers , 
en compagnie avec les mousses et les hyménophyllées. — Cette espèce pro- 
duit de longs stolons. Elle a été trouvée à la Dominique par Torrey. On la 
reconnaît facilement à ses feuilles intermédiaires très-longuement aristées. 

15. stolonifera, Sw., Syn. fil, p. 182, sub Lycopodio. Plum., Fil, t. 43, fig. B. 

Jamaïque, Saint-Domingue, Sw. , Bertero; Port-au-Prince, Jacquemont; 
Cuba , Pœppig., Otto , etc. 

Yar. a. domingensis , Saint-Domingue ; tiges rameuses distiques. 

Var. p. Pœppigiana , Cuba; tiges flabelliformes, rameuses. 

16. mnioides , Sieb., FI mixta, n° 325, sub Lycopodio; Spring., Monog., II, p. 223. 

Cette espèce du Port-Natal et de l'Archipel africain a été récoltée à la Tri- 
nité en 1862 par M. Germain. 

**Epis unisériaux, deux formes de bractées. 

17. anomala, Hook. et Grev., Enum. filic, n° 180, sub Lycopodio. Spring., Monogr., 

II , p. 247. Guadeloupe , L'Herminier père ; Guyane française , Poiteau. 

3. PSILOTUM, Sw. in Schrad. Journ., 1800, H, p. 109 et 132. 

1. triquetrum, Sw., Syn. filic, p. 187, t. 4, p. 5. Bernhardia, Hoffmannia, Ipphia; 

Buchozia, Garsaultia, Auct. plurim.H Plum., Filic, p. 144, t. 170; Schkh., 
GrypL, t. 165. Toutes les Antilles et toute l'Amérique tropicale; l'Inde, les 
îles de la mer du Sud, les îles Sandwich, la Nouvelle-Hollande, etc. 

2. complanatum, Sw., Syn. filic, p. 188 et 414, t. 4, fig. 5. Jamaïque, Sw.; Cuba, 

Pœppig ; Martinique , sur un carapa , près de Saint-Pierre , M lle Rivoire , 
Mexique, Schami., n° 260. 



136 FOUGÈRES ET LYCOPODIACËES DES ANTILLES. 

NB. Les hydroptéridées , salviniacées et marsiléacées sont extrêmement 
rares dans les Antilles ; M. le docteur L'Herminier , qui a si bien exploré la Guade- 
loupe, n'en a pas trouvé une seule espèce dans cette île. Le Synopsis plantarum 
Orbis novi de H. B. et Kth., I, p. 101, indique deux salvinia à Cuba: le S. natans, 
L. sub marsilea, et le S. hispida, H. B. et Kth., trouvés l'un et l'autre dans les 
eaux près de la Havane et de Guanavacoa, plantes que nous avons en herbier de 
cette même localité, in magnis lagunis ad las piedras, Cubœ Australis. VAzolla 
Portoricensis , Spreng., Syst.veget., IV, p. 9, a été récoltée, parle docteur Bertero, 
dans l'île dont elle porte le nom. 

Les équisétacées sont aussi très-rares dans les Antilles et même sur tout le con- 
tinent de l'Amérique australe ; dans l'Amérique septentrionale le nombre augmente 
notablement. On trouve à Saint - Domingue YEquisetum brasiliense , Willd. , Ver- 
handl. des zool. Vereins, Wien, 1862. Nous l'avions reconnue depuis longtemps 
comme nouvelle et lui avions donné le nom d'E. Tussaci, du nom, bien connu, 
du collecteur. On trouve aussi YE. elongatum , Willd. Espèce très-cosmopolite , à 
Saint-Domingue (cfr. Spreng., Syst. veg., IV, p. 10 Fil.) et YE. giganteum, L., Sp.pl, 
1517; Equisetum altissimum, ramosum, Plum., Spec, tab. 125, ûg. % indiqué à la 
Jamaïque et à la Martinique. 



ca9880QQ0Bfls 



INDEX DES FOUGERES 



DÉCRITES ET FIGURÉES PAR PLUMIER. 












18 



138 



INDEX DES 

Décrites et figurées par Plumier dans 



Pages 
du texte, 



4 

5 
6 
7 
8 
9 
10 

11 
11 
12 
13 

13 
14 
15 
16 
16 
17 

18 
18 
19 

20 

20 

21 

22 

23 

24 

39 

25 



N os des 
planches. 



1,2 

3 
4 
5, 9, 1 1 
6 
7 
8 
10 

12 
13 
14 
15 

16 
17 
18 
19 
20 
21 

22 
23 
24 

25 
26 
27 
28 
29 
30 
31 
32 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



*Filix arborescens, pinnulis dentatis. 



* 



* 

* 

* 



arborescens spinosa, pinnulis in summitateserratis. 

arborescens, bumilis et spinosa 

arborescens, ramosa et aculeata 

arborescens, adiantoides , major 

arborescens, adiantoides, minor 

latifolia ramosa, cauliculis nigris et spinosis . . . . 

latifolia, in pinnulas obtusas et leviter crenatas 
divisa 

aculeata repens 

latifolia caudata, pinnulis loncbitidis dentatis . . . 

latifolia alia caudata et spinosa 

pinnulis lonchitidis obtusis, non dentatis, ad oras 
pulverulentis 

latifolia , pinnulis fere acuminatis dentata 

latifolia, spinulis mollibus et nigris aculeata . . . . 

pinnulis latioribus, dentatis major 

pinnulis latioribus , dentatis, minor 

villosa, pinnulis quercinis 

non ramosa, latius dentata, major 



latius dentata altéra, polypodii radice. 

ad alas foliosa 

taxiformis major 



taxiformis minor 

pinnulis oblongis et in summitate serratis . . . . 
ramosa villosa, major, crenis rotundis dentata. . 
furcata, pinnulis longiusculis non-dentatis. . . . 
ramosa, pinnulis longiusculis, partim auriculatis. 

altissima et globuligera, major 

*Lonchitis altissima, globuligera 

Filix scandens, pinnulis eleganter serratis 



NOMENCLATURE MODERNE. 



Cyathea arborea, Sw 

Alsophila aspera, Sw 

Cyathea muricata, Willd. ? 

Litobrochia aculeata, Presl 

Microlepia Domingensis , Desv.? 

Dicksonia Plumieri, Hook 

Hemistegia horrida , F 

Gymnopteris aliéna, F 

Hypolepis repens, Presl 

Pteris pungens , Willd 

Pteris pungens , Willd 

Litobrochia {ca-mpteria) biaurita, F. . . ,. 

Goniopteridis species?. ($*•■ ^Ky^Tpyy?)^. V 

Lonchitis aurita, L 

Diplazium striatum, Presl 

Diplazium striatum, Presl 

Lonchitis hirsuta , L 

Goniopteris tetragona , Presl 

Aspidium invisum, Sw 

Nephrodium stipulare,Wû\di 

Glaphyropteris (phegopteris) decussata , Presl 

Phegopteridis species 

Hemistegia grandifolia , F 

Aspidium villosum, Sw 

Mertensia furcata , Willd 

Pteris caudata, L 

Dicksonia adiantoides , Willd 

Dicksonia cicutaria, Sw 

Polybotrya osmundacea, H. Bonpî 



139 



FOUGÈRES 

son Traité des fougères de V Amérique. 



Nous marquons d'un * les fougères que Plumier rattache à des espèces de 
la Jamaïque. 



LOCALITÉS INDIQUÉES PAR PLUMIER. 



La Martinique; Morne de la Calebasse et autres parties de 
r Amérique 

Saint-Domingue, à Léogane. 

La Martinique, à la Gabsterre. 

La Martinique u à la Cabsterre et au Morne de la Calebasse. 

Saint-Domingue, à Léogane. 

Même localité. 

Saint-Domingue; au Port de Paix 



La Martinique. 

La Martinique, à la Calebasse et à la Gabsterre 

La Martinique, à Saint-Domingue 

Saint-Domingue, à Léogane 



La Martinique, et Saint-Domingue. 

La Martinique 

La Martinique; au quartier du Prêcheur. 
La Martinique , à la Cabsterre. 
Aux mêmes lieux. 

La Martinique , au Morne Rouge 

Saint-Domingue; Port de Paix 



Saint-Domingue, dans les bois. 

La Martinique, quartier du Prêcheur . 

La Martinique, à la Calebasse 



Même localité. 

La Martinique, au Morne Rouge. 

Saint-Domingue; Port de Paix 

La Martinique, à la Calebasse. 

Saint-Domingue, dans les lieux secs et pierreux 
Saint-Domingue, à Léogane. 

Saint-Domingue 

La Martinique, au fort Saint-Pierre. 



N os des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 



1,2 



3, 5 



3 

13 
14 



28 

16 



23 

20 
22 

45 



OBSERVATIONS. 



La planche 9 est un état stérile , développé à l'ombre. 



La fronde stérile est celle d'un goniopteris certainement. 



La planche 17 des Plantes américaines n'a pas été re- 
produite dans le traité; elle se rapporte à une forme plus 
étroite de ce même goniopteris. 

Plante douteuse , non retrouvée. 

Figure grossière ; les stipules de la base des frondules 
sont imaginaires. 



140 



INDEX DES FOUGÈRES 



Pages 
du texte. 



26 
27 
27 
28 
84 
29 

29 
30 
31 
32 

32 
» 
» 
33 
34 
34 
35 
36 
36 
37 
38 
40 
41 
42 
42 

43 
44 
44 
45 
46 

46 
47 
48 
48 
49 



N°s des 
planches, 



33 
34 
35 
36 
37 
38 

39 
40 
41 
42 

43 

43 

43 

44 

45 

48 A 

49 

46 

47 

48 B 

51 

52 

53 

54 

55 

56 
57 
58 
59 
60 

61 

62 A 
62 B 
63 

64 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



NOMENCLATURE MODERNE. 



Filix aurea ramosa, crenulis rotundatis dentata 

— lursuta et lutescente pulvisculo sordescens 

— ramosa, pinnulis rostratis 

— ramosissima cicutœfoliis . . 

Adiantum foliis hexagonis 

Filix non ramosa, pinnulis rotundis, non dentatis, major. 



spinulis mollissimis aculeata 

albissimo pulvere conspersa 

Adianti nigri facie , minor 

crenis rotundis et nigricante limbo prascinctis 



— villosa minor, pinnulis profunde dentatis . . 
Muscus squamosus repens, ad dextram 

— squamosus erectus, ad sinistram 

Filix aurea, pinnulis rotunde incisis divisa. . . . 

— non ramosa, in obtusas pinnulas dissecta . 
* — pinnulis cristatis 

— pinnulis undosis et pediculis squamosis . . 
Louchitis dentata, pinnularum cacumine bisecto 

— pinnulis rotundis non dentatis 

*? — pulverulenta, pinnulis dentatis 

— ramosa, limbo pulverulento 

— serrata et retusa 

— ramosa, rotunde crenata . 

— ramosa, tenuis, pediculis spinosis. . . 

— ramosa, pediculis nigris pulverulentis. 



ramosa, cauliculis seu costis squamosis. 

in auriculas subrotundas divisa 

minima, ramosa 

latifolia , pediculis lucidis et glabris . . . 
glabra, major 



* 



auriculis subrotundis laciniata 

auriculata et serrata 

juxta nervum pulverulenta. . 

glabra minor 

betonicae foliis 



Alsophila millefolia , Desv 

? Aspidium lutescens , Willd 

Phegopteris rostrata, Poir., sub polypodio 

? — cicutaria, F 

Pteris heterophylla , L 

? Aspidium rotundatum , Willd. . ..... 



Poljystichum muricatum, L., sub polypodio 

Ceropteris calomelœna , Lk 

Asplenium martinicense , Willd 

Pteris nigricans, Willd 



Aspidium nemorosum , Willd. . . 
Selaginella stolonifera , Spring. 

— flabellata, Spring. . 
Ceropteris chrysophylla , Lk. . . 
Aspidium pellitum , Willd. . . . 
Asplenium cicictarium, Sw. . . 

Aspidium velleum , Willd 

Asplenium sulcatum, Lmrk. . . 
Aspidium conterminum , Willd. . 
Gymnogramme ? Ceropteris ? . . 

Pteris mutilata, L. 

Adiantum denticulatum , Sw. . . 

— crenatum, Willd. . . . 

— pyramidale , Sw. . . . 

— pulverulentum , L.. . 



Didymochlœna sinuata , Desv 

Asplenium rutaceum, Metten 

Cheilanthes microphylla , Sw.; var. aspidioides , F. 

Diplazium cultrifolium , Kze 

Asplenium gibbosum, F.? 



— affinis cum A. pellucido , Lmrk 

? Polystichum emarginatum , Willd., sub aspidio. 

Blechnum occidentale , L 

Nephrolejris exaltata , Schott 

Phegopteris 

5 Ctf-^ <4U ,fv'\.. c 



. ■ 

r 



DECRITES ET FIGUREES PAR PLUMIER. 



141 



LOCALITES INDIQUEES PAR PLUMIER. 



Saint-Domingue, à la montagne Ronde . . 
Saint-Domingue, dans les forêts humides 
Saint-Domingue, dans des lieux divers. . 
Saint-Domingue, montagne de la Musique 
Saint-Domingue, à Léogane. 
La Martinique, à la Cabsterre 



Saint-Domingue, bande du Sud. 

Commune dans toute la Martinique . . . . 

La Martinique, au Morne Rouge. 

Bois humides de Saint-Domingue, où elle est commune. 



Saint-Domingue, au Port de Paix 

Sans désignation de la localité . . 

Idem & 

La Martinique et Saint-Domingue, dans les Savanes. 

Saint-Domingue, vers Léogane. 

Tous les lieux visités par Plumier en Amérique . . . 

Saint-Domingue, vers Léogane. 

Saint-Domingue, à la Calebasse. 

La Martinique, à la Cabsterre. 

Saint-Domingue, trouvée rarement 

Saint-Domingue, Port de Paix. . 

La Martinique, où elle est rare. 

Saint-Domingue; la Martinique . . . - 

Saint-Domingue, à Léogane. 

Saint-Domingue et la Martinique 



Saint-Domingue, à Léogane. 

Saint-Domingue, dans les lieux ombragés. 

Saint-Domingue, dans les forêts. 

La Martinique, à la Calebasse. 

Antilles françaises 



La Martinique 

Saint-Domingue, dans les forêts .... 

Même localité 

Antilles françaises , près des ruisseaux. 
Saint-Domingue, vers Léogane. 



N os des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 



21 



44 



24 
40 
40 
40 

25 A 



25 B 
30 

48 



27 



29 A 
29 B 

28 



OBSERVATIONS. 



Espèce rare que peu de personnes ont vue. 
Même observation. 
Même observation. 
Même observation. 



Cette plante de Willdenow est rapportée par M. Th. Moore 
au Polypodium flavo-punctatum , Klfss. 



Cette plante n'est pas bien connue; elle ne figure pas 
dans la monographie de M. Aghard et n'a pas le port des 
Pteris. 



Cette plante est mal connue. 



Cette plante, dont Linné avait fait un polypodium, n'est 
pas d'une détermination certaine. 



Linné avait désigné l'A. salicifolium ; mais la planche 
représente une plante plus vigoureuse. 

Point de détermination précise. 



142 



INDEX DES FOUGÈRES 






-. - ■ ■ . ■ . ■■ 



Pages 


N°s d es 


du texte. 


planches. 


50 


65 


50 


66 B 


51 


67 


52 


68 


52 


69 


53 


70 



53 



71 



54 


72 


55 


100 


56 


73 


56 


74 


57 


75 


58 


101 G 


59 


76 


60 


77 


60 


78 


61 


79 


62 


80 


63 


81 


> 64 


82 


64 


83 


65 


84 


66 


85 


67 


86 


67 


87 


68 


87 


68 


88 


69 


89 


69 


90 


70 


91 


72 


92 


73 


50 B 


73 


50 C 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



Lonchitis foliis supeiïus incisis, major 

— pumila foliis superius incisis 

— aquatica membrana tenui contexta 

— acuminata auriculisque rotundis incisa . . . . 

— non ramosa, longissima, angustis et ad basim 

auriculatis foliis 



altéra, longissimis, angustis et ad basim fo- 
liosis foliis , 



folio cordato 



— folio triangulari 

— radiata Polystichi facie 

Trichomanes pendulum, serici villosi instar molle. . 

— crenulis seu denticulis bifidis incisum . 

— argenteum, ad oras nigrum 



— latifolium dentatum 

* Polypodium majus aureum 

— radice tenui et repente 

— radice subcserulea et punctata 

— squamulis argenteis respersum 

— glycirrhizse sapore 

— fuscum, tenuissimis denticulis serratum 

— crispum struthionis pennam referens. . 

— nigrum, tenuius sectum 

— asperum et dentatum 

— tenuius et undosum 



— crispum caliciferum 

— pendulum et glabrum 

— aliud pendulum minimum 

— pendulum hirsutie rufa pubescens 

— tenue et pendulum 

— rigidis et acuminatis pinnulis . . . 

— incisuris asplenii 

Buta muraria clematidis vario folio 

Filicula digitata 

— nigra, laciniis acuminatis 



NOMENCLATURE MODERNE. 



? Asplenium 

Asplenium nanum, Willd 

— obtusifolium , L 

Aspidium (oochlamys) retroflexum, F. 



Pteris longifolia, L. {longissima) . 
— longifolia, L. (monstruosa) 



Aspidium cordifolium , Willd. 



Polystichum triangulum , Sw. , sub aspidio 

Adiantopsis radiata , F 

Hymenophyllum sericeum, Sw 

Asplenium auritum, Sw. ; var. : macile?itum , Th. Moore. 
Nothochlcena trichomanoides , Klfss 



Asplenium dentatum , L 

Chrysopteris aurea, F 

Polypodium virginianum, L 

Goniophlebium loriceum , F. ? 

Polypodium squamatum , L 

Chrysopteris dulcis , F 

? Polybotrya serrulata , Willd. , sub acrosticho 

Polypodium struthionis , L 

— pectinatum, L 

/ Goniopteris Plumieri , F 

Polypodium camptonevron , F 



Trichomanes crispum, L 

Polypodium suspensum , L 

— Serricula ,¥ 

— cultratum, Willd. . 

— taxifolium, L. . . . 
Lomaria martinicensis , Spr. . . 
Goniopteris scolopendrioides , Pr. 
lygodium oligostachyum , Desv. 
Hymenophyllum hirsutum, Sw. . 
Polypodiêe indéterminée . . . . 



DECRITES ET FIGURÉES PAR PLUMIER. 



443 



LOCALITÉS INDIQUÉES PAR PLUMIER. 



Saint-Domingue, vers Lêogane. 

La Martinique 

La Martinique, Morne de la Calebasse. 
Saint-Domingue; peu répandue .... 



Saint-Domingue, le long des ruisseaux. . . . 
Saint-Domingue, où elle est assez commune. 



Saint-Domingue , dans une forêt au sud 

Saint-Domingue, dans les forêts. 

La Martinique, uniquement et rarement 

Saint-Domingue, vers Lêogane 

Saint-Domingue. 

Saint-Domingue , dans tous les terrains 



Saint-Domingue , au nord du Port de Paix 
Toutes les Antilles; assez commune . . . 

Saint-Domingue, dans les forêts 

La Martinique, Morne de la Calebasse. 
Saint-Domingue, à Lêogane. 
La Martinique, à la Calebasse. 
Saint-Domingue. 

Saint-Domingue, vers Lêogane 

La Martinique, le long des haies 

Saint-Domingue , vers Lêogane : 

Saint-Domingue , au Petit- Goive 



La Martinique, à la Calebasse. 
Même localité. 

Même localité; assez rare 

Même localité. 

La Martinique, à la Calebasse. 

Même localité. 

Forêts humides et bord des ruisseaux à Saint-Domingue, 

Saint-Domingue, Lac de Miragoan. 

Saint-Domingue, Savane de la Fougère. 

Même localité. 



J\ T ° S des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 



19 



49 



50 C 

35 

36 



37 



11 



OBSERVATIONS. 



Plante mal connue. 



Cette plante peu connue a tout à fait le port des asple- 
nium oochlamydes. 



Voyez sur ces deux plantes ce que nous en avons dit 
page 22. 

M. Th. Moore en fait un nephrolepis; cette plante est mal 
connue. 



Sphœrocionium sericeum, Presl. 



Cette détermination semble bonne; mais la figure est 
un peu exagérée dans ses proportions. 



Plante mal connue et qui n'a pas été retrouvée. 

Se rapproche du G. affinis, F. 

M. Mettenius rapporte cette plante au P. tenuifolium, 
H. Bonpl. Nov. gen., 1,9. 



La figure donnée par Plumier est beaucoup trop raide. 



Cette plante a du rapport par le faciès avec les genres 
onychium et acropteris. 



144 



INDEX DES FOUGÈRES 



l 















I ., , .V*** 



'r- 



■ ■ ' 



Pages 
du texte. 



73 

74 
75 
76 

77 
78 
79 
80 
80 
81 
81 
82 
83 
83 
85 
85 
86 
87 



89 
90 
91 
92 
93 
98 
98 



100 
101 
102 
103 
104 
105 
105 
106 
107 



N° s des 
planches, 



50 D 
50 E 
101 B 
93 



95 
96 
97 
98 
99 A 
99 B 
99 G 
99 D 

101 A 

102 A 
102 B 
103 
104 
105 
106 
107 
108 
109 
110 
111 
112 
113 



90--- 114 



115 
116 
117 
118 
119 
120 
121 
122 
123 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



Filicula dentata, tota translucens 

— pyxidifera " , 

— pinnulis obtusis , 

Adiantum scandens, ramosissimum, laciniis retusis, dis- 
sectum 

— frutescens , spinosum et repens , 

s — ramosius, pediculis lucidis et nigris 

— lunulis albicantibus signatum ......... 

' — ramosum, foliis trapeziis, dentatis 

— in lacinias profundas divisum , 

— tenuiter divisum -. . . , 

— triphyllum et retusum 

— humile, trifoliatum et repens 

— capillaceum 

— inuscosum, lichenis petrœifacie 

Asplenium altius et villosum 

— propendens et crispum 

Lingua cervina ramosa, foliis acuminatis et sinuosis. . . 

* — cervina aurea ." . ■ 

— cervina ad margines pulverulenta 

— cervina latifolia, membrana tenui marginata. . . 

— cervina aspera et undnlosa 

— cervina nodosa, major 

— cervina nodosa, minor 

— cervina, nigris tuberculis pulverulenta 

* — cervina rotundius crenata 

— cervina dentata, punctulis nigris notata 

— cervina, foliis ensiformibus , serratis 

— cervina quinquefolia, foliis acuminatis et pedi- 

culis squamosis 

— cervina scandens, citreifoliis, major 

— cervina scandens, citreifoliis, minor 

* — cervina scandens, foliis laurinis, serratis . . . 

— cervina minima, repens et birsuta 

* _ cervina scandens , cauliculis squamosis .... 

— cervina heteropbylla, scandens et repens . . . 

— cervina scandens, angustis et undosis foliis . . 

— cervina scandens, folii querni divisura 

— cervina amplissima foliis 



NOMENCLATURE MODERNE. 



Trichomanes alatum, Sw. . . . 

— pyxidiferum, L. 

Stenolema clavatum ,¥ 



.,-; . : . 



Trichomanes brachypus, Kze. . 

Stenoloma acideatum, F 

Adiantum trapezoides , F 

— melanoleucum , Willd 

— cristatum, L. . . / . .__ 
? Stenoloma Phcmieri, F 

— tegulare , Desv 

— trifoliatum, F 

? odontosoria triloba , F 

— capillaceum, F 

Lecanium membranaceum , Pr 

Polypodium asplenifolium , L 

— crispatum, Sw.. . . . . . 

Asplenium squamosum, L 

Chry sodium vulgare, F 

Heterophlebium grandifoliitm , L. . . 

Eemidictyon marginatum, Pr 

Goniopteris mollis , F. , (microdictyon 
Danœa nodosa, Smith 

— alata, Willd.. 

Meniscium reticulatum, Sw 

Goniopteris crenata, Presl 

Lepidonevron punctulatum ,Y 

Hemicardion Nephrolepis , F 



4->z ^i i -»\rï- d'<- **t- " 



? Cardiochlœna pentaphyllum , F. 
Gymnopteris acuminata, Presl. . 
Anetium citrifolium , Splitg. . . . 

Lomariopsis sorbifolia ,L 

Craspedaria piloselloides , Lk. . . 

Drijnaria lycopodioides, F 

Craspedaria Plumieri, F 

serpens , F 

? Polypodium quercizans, F. . . . 
Pleuridium crassifolium , F. . . . 



DECRITES ET FIGUREES PAR PLUMIER. 



445 



LOCALITÉS INDIQUÉES PAR PLUMIER. 



\ 



Saint-Domingue, Savane de la Fougère. 

Même localité. 

Saint-Domingue, au bord des ruisseaux, où elle est rare. 

Saint-Domingue, vers Léogane. 

Même localité. 

Saint-Domingue, lieux humides sur le bord des ruisseaux. 

Saint-Domingue, vers Léogane. 

Même localité 

Même localité. . 

Même localité ' 

Même localité. 
Même localité. 
Même localité. 

Plusieurs localités 

La Martinique, à la Calebasse. 
Même localité, mais plus rare. 

Saint-Domingue, vers Léogane 

Antilles 

Saint-Domingue, Léogane et le Petit-Goive 

Saint-Domingue et la Martinique. 

La Martinique, Quartier du Prêcheur 

La Martinique et Saint-Domingue 

La Martinique, à la Calebasse; commune. 

Même localité. . . . . ' 

Saint-Domingue, Léogane et le Petit-Goive 

La Martinique. 

Saint-Domingue, en divers lieux 



La Martinique, au Morne Rouge. 
La Martinique, à la Cabsterre. 
Même localité. 

La Martinique, à la Calebasse . . 
Saint-Domingue et la Martinique. 

Antilles 

Saint-Domingue. 
Saint-Domingue. 

Saint-Domingue ; rare 

Saint-Domingue, à Léogane. 



N os des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 



50 B 



46 



50 A 



9 
10 

15 



12 
42 



OBSERVATIONS. 



Espèce qui n'a point été retrouvée. 
Même remarque. 



Espèce qui n'a point été revue. 



Figure assez grossière, mais reconnaissable. 
Grossièrement rendue. 



Serait-ce une forme du C. macrophylla , F. ? 



N'est pas connue. Peut-être est-ce un drynaria. 



49 



446 



INDEX DES FOUGERES 



du texte. 



108 
109 
110 
111 
111 
112 
112 
113 
114 
115 
116 

116 

117 



N°s des 
planches. 



124 

125 

126 

127D 

127 G 

127 B 

128 

129 

130 

131 

132 

133 

134 



y — 



* 



118 


135 


118 


136 


119 


137 


120 


138 


120 


139 


121 


140 


122 


141 


122 


142 


123 


143 


123 


144 


124 


145 


125 


146 


126 


147 


126 


66 a 


127 


148 


127 


149 


129 


150 


129 


151 


130 


152 


131 


153 


132 


154 


133 


155 


133 


156 


134 


157 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



*Lingua cervina longo, lato, serratoque folio 

— cervina villosa, amplis foliis subrotundis 

— cervina villosa, major et rufescens . 

— cervina villosa, minor , 

— cervina, angustifolia et reticulata 

cervina longis, angustis et undulatis, foliis minor, 

cervina latifolia, pediculis squamosis 

cervina angustifolia, costis et pediculis villosis. 
cervina longis, angustis et undulatis foliis, major, 
cervina, multifido cacumine laciniato 



cervina foliis acutis et ad oras summitatum pul- 
verulentis 



cervina geminato folio . 



— cervina, radice repente, viridi, punctulisque ni- 

gris notata 

— cervina rigida et glabra 

— cervina lucida, pediculis articulatis 

— cervina pulvisculo aureo posterior obducta . . 

— cervina sinuosa in summitate trisulca 

— cervina villis et squamulis aureis muscosa. . . 

— cervina angusto trifidoque folio 

— cervina furcata 

— cervina crassiori et breviori folio 

— cervina longissimis et angustissimis foliis . . . 

— cervina tripbylla, angusta et leviter serrata . . 
Hemionitis maxima linguse cervinse affinis 

— maxima quinquefolia 

— altéra pentapbylla elegantior 

-— pumila, pentaphylla et rotunde dentata . . 

— maxima trifolia 

— trifolia, villis tenuibus et rufis fimbriata. . 

— laciniis crispis incisa 

s — aurea birsuta 

— profunde laciniata, ad oras pulverulenta. . 

— varia et cuspidata 

Osmunda linguse cervinse foliis 

— latis crenis incisa 

— lanceolata et subtiliter serrata 

— birsuta, lonchitis folio 



NOMENCLATURE MODERNE. 



Asplenium serratum, Sw 

Hymenodium crinitum, F 

Acrostichum undulatum, Willd 

— Plumieri, F 

Antrophyum lanceolatum, Klfss 

Campylonevron minus, F 

Bathmium macrocarpon , F 

Acrostichum viscosum, Sw 

Campylonevron Phyllitidis , Pr 

— Phyllitidis, Presl., forme monstrueuse 

Nevrodium lanceolatum, F 

Asplenium bifolium, L 

Campylonevron repens, Presl 

Aconiopteris longifolia, F . . . 

Oleandra nodosa, Cav . . . 

Drynaria lanceolata, Presl 

Polypodium trifurcatum , L 

Acrostichum Langsdorffii ? Hook 

Cuspidaria tricuspis, F 

— furcata, F 

Pleuridium crassifolium , F.? 

Viltaria lineata, Sw 

Trismeria aurea, F 

Cardiochlœna macrophylla , F 

— trilobata, F. (sterilis) 

Bathmium heracleifolium, F 

Asplenium pumilum , Sw 

Bathmium trifoliatum , F 

Cardiochlœna fimbriata , F 

Sagenia hippocrepis , Presl 

Hemionitis palmata, Willd 

Pteris pedata , L 

Brynariœ spec 

Olfersia cervina, Kze 

Anémia bipinnata, Sw . . . . 

Anemidictyon phyllitidis , J. Sm 

— hirtum, Presl. 



DÉCRITES ET FIGURÉES PAR PLUMIER. 



447 



LOCALITÉS INDIQUÉES PAR PLUMIER. 



Antilles; Saint-Vincent 

La Martinique, à la Calebasse. 
Même localité. 

Saint-Domingue; forêts humides. 
Ile Saint- Vincent. 
Saint-Domingue , Étang Somache. 
La Martinique, au Morne Rouge. 
Même localité. 

Presque toutes les Antilles 

Saint-Domingue; Fond de Baudin. 

Saint-Domingue; rochers humides . . . 
Saint-Domingue; trouvée une seule fois 



La Martinique, au Morne Rouge. 

La Martinique, à la Gabsterre 

La Martinique, au Morne Rouge. 
Saint-Domingue. 

La Martinique, à la Calebasse 

Saint-Domingue et la Martinique. 

Saint-Domingue 

Saint-Domingue 

La Martinique, à la Calebasse 

Saint-Domingue, au Port de Paix ...... 

Saint-Domingue. 

La Martinique, au Morne Rouge. 

Saint-Domingue , au Port de Paix 

Saint-Domingue 

La Martinique. 

La Martinique et Saint-Domingue ...... 

Saint-Domingue, vers Léogane. 
Saint-Domingue, dans les forêts. 
Guadeloupe, Saint-Domingue, la Martinique 

Ile de la Tortue , Saint-Domingue 

Saint-Domingue 

La Martinique, au Morne Rouge. 
Saint-Domingue, vers Léogane. 
Saint-Domingue, forêts. 
La Martinique 



N°« des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 



39 



38 



40 



41 



31 



32 



33 
34 



OBSERVATIONS. 



26 



État accidentel d'une fougère qui n'a point encore été 
retrouvée. 



La fronde fertile n'est pas développée complètement. 



État accidentel d'un polypode. 

Espèce peu connue. 
Proportions exagérées. 
Petite forme. 
Proportions exagérées. 



Forme du C. macrophylla, F. 



Plante inconnue. 



448 



INDEX DES FOUGERES 



Pages 
du texte. 



135 
136 
137 
138 
139 
139 
141 
144 
144 
144 
144 
144 



N os des 
planches 



158 
159 
160 
161 
162 
163 
164 

165 A 
165B 

166 A 
166 B 
166 G 



NOMENCLATURE DE PLUMIER. 



*0smunda filiculse folio major 

— asphodeli radiée 

— verticillata 

— filiculse folio , altéra 

— molliter hirsuta et profonde laciniata 

Ophioglossum palmatum 

— cordiforme et reticulatum 

Muscus maximus coridis folio, viticulis valde ramosis. . 

— squaniosus, sive Lycopodium altissimum . . . . 

— maximus erectus sabinee folio 

— maximus coridis folio tenui, viticulis longioribus. 

— maximus linariae foliis 



NOMENCLATURE MODERNE. 



Anémia adiantifolia , Sw 

Botrychium virginicum , Willd., var.: y, cicutarium 
Anémia verticillata, Sw 

— filiciUifolia , Sw 

— hirsuta, Sw 

Cheiroglossa palmata , Presl 

Ophioglossum reticulatum , L 

Lycopodium cernuum, L 

— complanatum, L 

— Sieberianum, Spring 

— acerosum, Sw 

— linifolium, L 



DÉCRITES ET FIGURÉES PAR PLUMIER. 



149 





LOCALITÉS INDIQUÉES PAR PLUMIER. 


N° s des planches 

publiées dans les 

Plantes d'Amérique 

et qui ont été 

rééditées dans le 
Traité des fougères 

du même auteur. 


OBSERVATIONS. 




Saint-Domingue; au Petit-Goive 


43 


N'a été trouvée qu'une seule fois par Plumier. 




Saint-Domingue. 

Saint-Domingue. 

Saint-Domingue. 

Saint-Domingue, au Fond de Baudin. 

Saint-Domingue , même localité 




Même localité. 

Antilles, sans désignation de localité. 

Idem. 

Idem. 

Idem. 

Idem. 





RECTIFICATIONS ET OMISSIONS. 



Page 13, ligne 15 : Au lieu de Stenochlœna volubilis, Klfss., lisez Salpichl^ena volubilis, Presl. 

Page 19, ligne 15. Nous n'avons point indiqué la planche 33 ,fig. 3, où I'Adiantum Jamaicense est figuré à 

côté de l'A. deltoideum, fig. 2, afin de comparer les deux espèces et d'établir les différences qui 

les séparent spécifiquement. 

Page 28, ligne 9 : Hypolepis delicatula, F., nom qui doit prévaloir et qui dans la planche 21, fig. 1, est 
à tort écrit dicksonioides , aussi juste, mais qui doit disparaître. 

Page 52, ligne 9 : Au lieu de Phegopteris aureo-vestitum , lisez P. aureo-vestita. Cette espèce, de genre 
douteux, se trouve figurer dans le genre aspidium, page 83, ligne 16. 

Même page, ligne 21. Phegopteris sancta, espèce indiquée page 83, ligne 28, sous le nom d'AsPimuM 
sanctum; l'indusium ayant été découvert, ce qui lui donne maintenant sa véritable place. 

Page 66, ligne 28 : Tab. XXIV, ajoutez fig. 1. 

Page 72, ligne 26. Drynaria elastica, pi. 20, fig. 2, indication omise dans le texte. 

Même page, ligne 17: Drynaria squamatum pour squamata. 

Page 74, ligne 27 : Au lieu de Polystichum triangulum, Sw., lisez Aspidium triangulum, Sw. 

Page 82, ligne 21 : Au lieu de 42 lisez 24. 

Page 83, ligne 16: Aspidium aureo-vestitum, F., fait double emploi avec le Phegopteris aureo-vestita F. 
Page 52, nous avons dit qu'il existait peut-être un indusium. Cette plante est donc de genre dou- 
teux; sans indusium phegopteris, avec indusium aspidium. 

Page 88 , ligne 15 : Phegopteris asterothryx, F., lisez Goniopteris asterothryx, F. 

Planche 6, figure 4 : Au lieu de lindsaya trapeziformis , F., lisez Lindsaya trapeziformis, Dryand. 



151 



LISTE SUPPLEMENTAIRE DES AUTEURS 

QUI ONT DÉCRIT OU FIGURÉ DES FOUGÈRES 
ET DONT L'AUTORITÉ EST INVOQUÉE DANS CE MÉMOIRE 



Agardh (Jac. G.). Recensio specierum generis pteridis. Lundse, 1839. (Agh.) 

Aiton (W.). Hortus Kewensis, 1789 à 1814, in-8°. (Ait.) 

Brown (R.). Prodromus Florse Novse Hollandiae. Londini, 1810. 

Gavanilles (A. J.). Praslectiones : Description de las plantas que demonstro en las lec- 

ciones publicas del ano 1801 et 1802. (Cav. et Cavan.) 
Eaton. Dans les mémoires de l'Académie des sciences d'Amérique, 8 e série. (Eat.) 
Fée. Mémoires 6, 7, 8, 9 et 10 sur les fougères, 1854-1866. 
Heward (R.). Some observations on a collection of ferns from the island of Jamaica. 

(Magazine of natural history, new séries, 1838, p. 453.) (Hew., Ferns of Jamaica.) 
Hooker et Walker-Arnott. The Botany of captain Beechey's, 1841. (Hook. et W. 

Arnott.) 

Hooker (W.), in opeiïbus variis. 

Jacquin (N. J.). Icônes plantarum rariorum, 1797-1804. Vindobona3,4 vol. in-fol. (Jacq.) 

Klotzsch (J. F.). Beitràge zu einer Flora der iEquinoctial-Gegenden der neuen Welt. In 

Linneea, t. XVIII, p. 515, et t. XX, p. 336. (Kl. et Klotz.) 
L'Héritier (G. L.). Sertum anglicum. Paris, 1788. 
Link (H. F.). Filicum species. Berolini, 1841, in-4°. 
Linné (G.). Species plantarum. Editio 3 a . VindobonEe, 1764. (L. et Linn.) 
Mettenius (M.). Monographies variaa, polypodii, aspidii, asplenii. In Senckenbergische 

naturforschende Gesellschaff, 1859 et seqq. (Mett. et Metten.) 

1. La liste principale a été donnée clans le 5 e mémoire: Gênera filicum , p. 259 (1850-1852). Nous ne 
relevons pas ici les citations qui s'appliquent aux publications isolées, insérées dans les mémoires des 
sociétés savantes et les ouvrages périodiques. 



452 LISTE SUPPLÉMENTAIRE DES AUTEURS. 

Moore (Th.). Index filicum, 1858? En cours de publication. (Th. Moor.) 

Feras of Great Britain and Ireland nature printed, in-fol. 1855. 
Lowe. Botanical miscellany. 
Presl (G. B.). 1° Hymenophyllaceaa. Pragae, 1843, in-4°. 

2° Supplementum tentaminis pteridographiae. Pragae, 1845, in-4°. 

3° Die Gefâssbùndel im Stipes der Farrn. Prag, 1847, in-4°. 

4° Epimeliae botanicae. Pragae, 1849, in-4°. (Pr. et Presl.) 
Roth (A. W.). Tentamen Florae germanicse. Lipsiae, 1788-1800. (Roth.) 
Schott. Gênera filicum. Vindobonae, 1834. (Schot.) 
Sims. Catalogue of Feras. 1858. 

Smith (J.). A Catalogue of feras introduced into Great Britain. (Sans date.) 
Smith (J. E.). Tentamen botanicum de filicum generibus dorsiferarum. Turin, 1793. 

Réimprimé des Actes de l'Académie de Turin pour l'année 1790. 
Sprengel (K.). Systema vegetabilium. Editio XIV, 1825-1828, t. IV, 1827. (Spr.) 
Spring (A.). Monographie de la famille des lycopodiacées. l re partie, 1841; 2 e partie, 
1848. (Spring.) 

Swartz (0.). Prodromus, seu nova gênera et species plantarum. 1783-1787. (Sw., Pr.) 
Thunberg (C. P.). Prodromus plantarum capensium. 1794-1800. (Thunb.) 
Willdenow (C. B.). Species plantarum, t. V. Filices, 1810. (Willd., Fil., et Willd., Filic.) 
Hortus Berolinensis. Berolini, 1816, in-fol. 

Van den Bosch (R. B.). Synopsis hymenophyllacearum. Lugd. Batavorum, 1858, cum sup- 
plementis. (V. d. B. et V. d. Bosch.) 



153 



RÉCAPITULATION DES PLANTES 

REPRODUITES DANS LES MÉMOIRES SUR LA FAMILLE DES FOUGÈRES 
PUBLIÉS SUCCESSIVEMENT DE 1844 A 1866. 



1 er Mémoire. — Examen des bases adoptées dans la classification des fougères, 
in-fol. , 1844. — 2 planches donnant la nervation de 53 espèces, dont 3 dans leur 
intégrité. 

2 e Mémoire, réuni au précédent. — Histoire des acrostichëes, in-fol., 1844-1845. — 
64 planches reproduisant 107 espèces, 83 inédites. 

3 e Mémoire. — Histoire des vittariées et des pleurogrammées, in-fol., 1851-1852. 

4 e Mémoire, réuni au précédent. — Histoire des antropiiyées, in-fol., même date. — 
5 planches, 27 espèces figurées, 19 inédites. 

5 e Mémoire. — Gênera filicum, in-4°, 1850-1852. — 32 planches donnant l'analyse de 
192 fougères, parmi lesquelles 37 dans leur intégrité et de grandeur naturelle; 
265 espèces présentées comme nouvelles. Le véritable titre que doit porter ce 
mémoire est celui de Gênera polypodiaceajujm. 

6 e , 7 e et 8 e Mémoires. — Iconographie des espèces décrites ou énumérées dans le 
Gênera filicum, in-4°, 1854-1857. — 27 planches, dont 2 doubles; 109 plantes 
figurées, 165 présentées comme nouvelles. 

9 e Mémoire. — Catalogue méthodique des fougères et des lycopodiacées du 
Mexique, 1857, in-4° (lithographie). 

10 e Mémoire. — Iconographie des espèces nouvelles décrites ou énumérées dans 
le Gênera filicum, in-4°, 1865. — La numérotation des planches continue celle 
des mémoires 6, 7 et 8, mais la pagination recommence. Ce mémoire renferme 
15 planches, dont 3 doubles; 48 plantes sont figurées, 43 inédites. 

20 



454 RÉCAPITULATION DES PLANTES, ETC. 

41 e el dernier Mémoire. — Histoire dés fougères et des lycopodiacées des An- 
tilles, in-4°, 1866. — 34 planches, dont 2 doubles; 87 espèces sont figurées et 
87 regardées comme nouvelles. 

Résumé: 485 planches, 570 espèces figurées ou analysées; 660 espèces pré- 
sentées comme nouvelles. 

Ces divers mémoires ont été publiés à Strasbourg; le texte est sorti des presses de 
M. Berger-Levrault; les lithographies ont été exécutées par MM. J. Brùck, J. C. Franck, 
A. Jobin, et par M. le docteur Villemin, médecin-major, professeur agrégé à l'École 
impériale de médecine et de pharmacie militaires du Val-de-Grâce, auquel est due une 
mention toute particulière pour le concours éclairé qu'en a reçu l'auteur. 



155 



TABLE ALPHABÉTIQUE DES MATIÈRES. 



NB. Le* espèces qui sont indiquées à titre d'analogues, et qui ne font pas partie de la Flore des Antilles, portent 
n *. — Les synonymes sont en caractères italiques. 







Pa 


ges. 




Pages. 




Paa-es. 


Aconiopteris, Presl. 




7, 2 


, 9 


platyne-vron, F. 


3 


eultratum , J. Sm. 




22 


longifolia, F. 




7 


, 2 


Plumieri, F. 


4 


deltoideum , Sw. Tab. 


33 




*Acropteris septentrionalis, 


Lk. 


13 


procurrens, Metten. 


3 


fig. 2. 


18 


, 19 


ACROSTICHÉES, F. 






1 


rubiginosum , F. 


4 


denticulatum , Sw. 




21 


ACROSTICHUM, F. 




1 


, 9 


rufum , L. 


29 


falcatum , Sw. 




20 


acuminatum, Willd. 






8 


scandens, B. et F. 


2 


fragile , Sw. 


21 


, 22 


affine , Galeott. 






3 


Scheidei, Kze. 


4 


fructuosum, Kze. 




20 


alatum, F. 






2 


Schomburgkii , F. 


3, 1 


hirtum , Klotz. 




20 


alienum, Sw. 






8 


simplex , Sw. 


2, 9 


intcrmedium , Sw. 




21 


alismœfolium, F. 






1 


sorbi/olium, L. 


5 


Jamaicense, F. Tab. 33, 


fig. 3 


. 19 


apodum , Klfss. 






3 


squamosum , Sw. 


5 


Kaulfussii, Kze. 


19 


,20 


aureum , L. 






9 


strictum, Radd. 


4 


Kunzeanum , Klotz, 




21 


Boryanum , F. 






2 


sulfureum , Sw. 


30 


laxum , Kze. 




22 


brachynevron , F. 




■ f 


2 


tartareum, Cavan. 


31 


lucidum , Sw. 




\% 


calomelanos , L. 






30 


tectum, Willd. 


4, 9 


macrodon , Klfss. 




19 


citrifolium , L. 






8 


irifolialum , L. 


29 


macropbyllum , Sw. 




18 


cladorrhizans , Spr. 






8 


undulatum , Willd. 


3 


macrosorum, Hook. 




20 


crifiilum, L. 






8 


unitum , B. et F. 


3 


mclanoleucum , Willd. 




21 


cuspidatum , Willd. 






5 


vestitum , Lowe. 


5 


microphyllum , Spr. 




21 


decoratum, Kze. 






1 


villosum , Sw. 


4 


microphyllum , Kze. p coria- 




erinaceum , F. 






3 


viscosum , Sw. 


4 


ceum , Hook. 




21 


Feci, Bory. 






4 


Wrightii, Metten. 


4 


nigrescens , F. 




21 


flaccidum , F. 






2 


zosierœjhlium , Bory. 


3 


oblique truncatum , F. 




18 


fœniculaceum , Hook. 


et 


Grev 


6 


ACTINOSTACHYS, "V^ r all. 


123 


obliquum, Willd. et var. 8 




furcalum , L. 




121 


Gcrmani, F. 


123 


majus. 




20 


hirtum, Sw. 






5 


Pcnnula, Sw. 


123 


obliquum , Hook. et Gr. 




19 


hybridum , Hook. et G 


rev. 




3 


*Adenophorus bipinnatus 


Gaud. 46 


obtusum , Desv. 




20 


impressum, F. 






2 


ADIANÏÉES, F. 


18 


— p majus, Hook. 




20 


Langsdorffîi , Hook. et 


Gr 




5 


Adiantopsis , F. 


27 


parvifolium , F. 




21 


latifolium , Sw. 




1 


7 


paupemila , F. 


28 


polyphyllum , Willd. 




21 


latifolium , Kze. 






3 


pedata, F. 


28 


prionophyllum H.B. Kth 


. 20 


21 


L'Herminieri , Bory et 


F. 




3 


radiata , F. 


27 


— p subcoriaceuro, Hook. 


20 


Lingua, Radd. 




2, 


9 


Adiantum , L. 


18 


pulverulentum , L. 




18 


longifolia, Sw. 






7 


aculeatum , L. 


93 


pumilum , Sw. 




19 


martinicense, Desv. 






4 


asperum , F. 


18 


? pyramidale , Willd. 




21 


Moritzianum , Klotz. 






5 


Çapillus-Veneris , L. 


22 


radiatum , Sw. 




27 


muscosum, Sw. 




5, 


9 


cardiochlœna , Kze. 


21 


rhomboideum , Schkh. 




22 


nicotianœfolfum , Willd. 




8 


cayennense, Willd. 


20 


serrulatum, L. 


20, 


21 


nivosum, Kze. 






4 


— var. stenophyllnm 


Hook. 20 


sienopkyllum , Hook. » 




?0 


? obcrenatum, F. 






4 


clavatum , L. 


93 


striatum , Hook. 




20 


*pachyphyllum , Klotz. 






i 


concinnum , W^illd. 


22 


striaium, Sw. 




21 


peltatum , Sw. 






6 


crenatum , W^illd. 


21 


striatum , Schkh. 




21 


perelegans , F. 






5 


cristatum , L. 


21 


tenerum , Sw. 




21 


piloselloides , Presl. 




5, 


9 


cubense , Hook. 


20 


ienerum , Schkh. 




22 



156 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



Pajres. 

trapezi forme , L. 22 

— j3 oblongatum , Hook. 22 
trapezoides, F. 22 
triangulaium, Klfss. 21 
Irifoliatum , L. 93 
villosum , L. 20 

— [B macrosorum , Hook. 2 

— Y falcatum, Sw. 20 
Wilesianum , Hook. 2 1 
Wilsoni, Hook. 22 

Allosurus chœrophyllus, Mart. 

et Gai. 28 

Alsophila, R. Br. 95 

aculeata , Radd. 96 , 93 

armai a, Mart. 95 

armata , Sw. 9f> 

aspera, Sw. 97 

— p spinosa, Hook. 97 

— Y serrata, Hook. 97 
"rapensis, J. Sm. 98 
rchinata, Th. Moor. 96 

ferox, Presl. 96 

hirsutissima , F. 95 

infesta, Kze. 97 

millefolia , Desv. 96 

Ait 'en s , J. Sm. 97 

phalerata, Mart. 97 

— P squamulosa, Hook. 97 
pilosa , Mart. et Gai. 58 
pruinata , Sw. 96 
Sprengeliana , Mart. 96 
strigosa, J. Sm. 97 
subincisa, Sieb. 53 
Swartziana, Mart. 96 
tenera , J. Sm. 1 02 
villosa, Mart. et Gai- 54 

ALSOPHILÊES, F. 95 

Amauropelta Breutelii, Kze. 79 
Amphicosmia multi/iora.Gdtvin . 9 S 

— strigosa, Th. Moor. 97 
Amphidesmium , Schott. 97 

Parkeri , Schott. 97 

Aiseimia , Sw. t 23 

adiantifolia, Sw. 124 

— [3 asplenifolia, Willd. 124 



aurita, Sw. 
hipinnata , L. 
Breuteliana, Presl. 
cicutaria , Kze. 
ciliata, Presl. 
cuneata , Kee. 
elegans, Presl. 
liliculifolia , Sw. 
ii li for mis , Sw. 
hirsuta , Sw. 
— $ major , Radd. 



123 
123 
124 
124 
124 
124 
125 
124 
124 
124 
124 



hirta, Sw. 

humilis , Sw. 

intermedia , R. Br. 

minor, Radd. 

obliqua, Schrad. 

Phyllitidis , Mart. 

Phyllitidis , Sw, 

tenella , Sw. 

verticillata, Sw. 
ANÉM1ACÈES , F. 
AnemI/Edictyon , Presl. 

hirtum, Presl. 

Phyllitidis , Presl. 
Aisetiujyt, Splitg. 

citrifolium , Splitg. 
Anogrammiî , Lk. 

chœrophylla , Lk. 
ANTROPHYÉES , F. 
Atstrophyum . Klfss. 

cayennense, Klfss. 

citrifolium , F. 

Feei, Schalifn. 

lanceolatum , Klfss. 

subsessile , Kze. 
Apotomiâ. 
Aqviljnjrij. 
Aroyria. 
ASPIDIÉES , F. 
Aspidium , Sw. 76,85 

acrocarpon , F. 

adscendens , Hedw. 

albicaule, F. 

ameristonevron , F. 

apiifolium , Sw. 

asperuhvm , F. 80 

augescens , Lk. 

aureo-vestitum , Hook. , sub 
lastrea. 

Berteroanum , F. 

Capitainei, F. 80 , 

cheiloplotium, F. 

cicutarium , Sw. 84 

consanguincum , F. 

ronsobrinum , F. 

conspersum , Schr. 82, 

contermimim , Desv. 

? cordifolium , Willd. 

deltoideum , Sw. 

dcntieulatum , Sw. 

dissidens, Metten. 

emarginaium , Willd. 

cxcultum , Metten. 
fimbrialum , Auct. plurim. 

formosum, F. 

fuTiestum , Kze. 

Germain, L'Hermin. 



Pages. 




' 


'âges. 


1*24 


glandulosum , H. et Gr. 




73 


124 


goggylodus (gongylodes), 


Schkh. 90 


124 


heracleifolium , W ill d . 




75 


124 


hippocrepis , Sw. 




90 


124 


hirtum, Hook. 




86 


124 


hittum , Sw. 




84 


125 


Imrayanum , Hook. 




79 


124 


in visu m , Sw. 




79 


125 


limbatum , Sw. 


79 


, 85 


123 


lutescens, Willd. 




%A 


124 


macrophyllum , Sw. 




91 


124 


macrourum, Klfss. 




82 


125 


melanochlamys, F. 




85 


8, 9 


mexiranum , Presl. 




79 


8 


nemorosum , Willd. 




84 


31 


nodosum, Willd (Olean 


dra) 


87 


31 


pachychlamys , F. 




77 


29 


patens, Sw. 82 


, 80 


, 83 


29 


pauper, F. 




80 


29 


pedatum , Desv. 




76 


29 


peilitum , Willd. 




83 


29 


proliferum , H. et Gr. 




91 


29 


pnbescens , Ii. 




84 


29 


? retroflexum , F. 




78 


19 


rhizophyllum , Sw. 




73 


23 


Rivoirei, F. 


76 


78 


30 


rival or uni , Lk. 




78 


76 


rotundatum, Willd. 


51 


52 


, 88 


rufescens , Schrad. 




87 


84 


sanctum, Sw. 




83 


74 


scolopendrioides , Metl. 


87 


88 


82 


semi-cordatum, Sw. 




75 


80 


Serra , Sw. 




79 


91 


setosum , Klotsch. 




83 


, 81 


Sprengelii , Klfss. 


82, 


76 


82 


squamatum , Willd. 




AA 


b 


stenopteris , Kze. 


87, 


88 


83 


strigosum , F. 




78 


77 


*subquinquefidum , Pal.B 


eauv. 


84 


. 81 


*tetragonum , Presl. 




83 


78 


*Thelipteris , Sw. 


76 


78 


, 91 


trapezoides , Schkh. 




92 


76 


trichophorum , F. 




81 


85 


irifoliatum , Sw. 


75 


91 


, 80 


Tossaci , F. 




85 


78 


unitum , Sw. 




flo 


85 


velalum, Kze. 




82 


90 


velleum, Willd. 




84 


84 


venustum , Hew. 




89 


89 


villosum , Sw. 




82 


75 


violascens , Lk. 




89 


80 


Wright ii, Metten. 




88 


91 


ASPLÉNIÉES, F. 




31 


85 


ASPLENIUM , F. 


31, 


32 


84 


abrotanoides , Presl. 




38 


82 


abscissum , Willd. 




35 



DES MATIERES. 



157 



Pages, 

adîantoides , Radd. 37 
Adiantum-nigrum , L. 36 , 35 

— var.(3. acutum, Th.Moor. 37 
alatum , H. R. 35 
anisophyllum , Kze. 34 
anihriscifolium , Jacq. 33 
aspidiiîorme, F., non diplazium, 

Th. Moor. 44 

auritum , Sw. 35 

— [3 macilentum, Th. Moor. 35 
bifissum , F. 38 
bifolium, Willd. 33 
bissectum , Sw. 38 
brasiliense , Radd. 34 
canariense , Weeb. et Rerlh. 37 
celtidifolium, Kze. 40 
deutarium , Thunb. 37 
cirrhatum , Rich. 35 
conspersum , Schrad. 80 
costa/e, Sieb. 42 
costale , Sw. 4 2 
*crassidens, F. 4\ 
crenulatum , Presl. 33 
+ cristatum, Wallith. 34 
cubense , Hoolc. 42 
cultrifolium, L. 42 
cuneatum, LmrL 37 
cyrtopteron, Kze. 37 
delicatulum , Presl. 33 
dentatum , L. 36 
diraidiatum , Sw. 34 
dispersum , Kze. 3(3 
ebeneuro , Ait. 3g 
erosum , L. 3(3 
Fadycni, Hook. 37 
Faix, Desv. 33 
Faix, Th. Moor. 36 
fœniculaceum, H. R. Kth. 38 
formosum , Willd. 36 
fragrans , Sw. 36 
fragans , Schkh. 3 7 
furcatum , Thunb. 37 
gibbosum , F. 33 
barpeodes , Kze. 35 
heterochroum , Kze. 3fi 
hymenodes, Metten. 42 
ineequalidens, F. 34 
integerrimum , Spr. 33 
integrum, F. 32 
juglandifolium , Lmrk. 40 
Isetum, Sw. 3g 
lœtum , Schkh. 35 
laserpitiifolium , Lmrk. 37 
macilentum , Kze. 35 
Macrœi, H. et Gr. 37 
marginatum. L. 3 g 



Pages. 

martinicense, Willd. 36 

masiigophyllum, F. 35 

*mcxicannm , Mart. et Gai. 36 

myriophyllum , Presl. 3 7 
— var. |3 divaricatum , Kze. 37 

nanum , Willd. 36 

*neogranalcnse, F. 34 

Nîdus , Radd. 33 

obtusifolium , L. 35 
pimpinellifoliiim , F. 36, 33 

polypodioides , Schkh. 36 

prœmorsum , Sw. 37 

pteropus, Klfss. 35 

pumilum , Sw. 33 
— var. oc hymenophyl- 

loides, F. 33 

Purdieanum , Hook. 38 

radicans , Sw. 3(3 

regulare, Sw. 34 

resectum, Sw. - 3.5 

rhizophorum, L. 37 

rhizophyllum , Thunb. , Presl. 37 

rhomboidale, Desv. 34 

Rœmerianum , Kze. 4\ 

rutaceum , Willd. 38 
salicifolium , L. 33 , 43 

salicifolium , Sieb. 42 
semi-hastatum , var. obtusum, 

Metten. 42 

^septentrionale , Auct. J 3 

Serra , Langs. et Fisch. 33 

serratum , L. 32 

— var. |3 crenulatum. 33 

Shepherdi , Spr. 4\ 

sorlifolium , Schkh. 44 

squamosum , L. 37 

squamulosum , Th. Moor. 32 

striatum, L. 41 

sulcatum , Lmrk. 3g 

thalictroides , Kze. 33 

Tricbomanes , L. 36 

Wagenerianum , A. Rr. 4\ 

zamiœfolium , Lodd. 34 

Athyrium, Roth emend. 31, 32 

conchatum, F. 32, 31 

Filix-fœmina , Roth. 32 

pectinatum, F. 31 

squamulosum , F. 32 

Tussaci , F. 32 

Azolla, Portoricensis , Spr. 136 

Rathmitjm, Presl. 75 

heracleifolium , F. 75 

macrocarpon , F. 72 

plantagineum, F. 72 

trifoliatum, F. 75 



Beiinhardia, 



135 



Pages. 

fiLECIWOPSIS. 1 3 

Rlechisum , L. 12 

longifolium, H. et B. 12 

occidentale, L. 12 

onocleoides , Sw. 1 1 

scandens , Bor. 1 3 

scmilatum, Rich. 13 

unilatérale, Willd. 12 

volub/le , Kl fss. 13 

BOTRYCHIUM , Sw. 127 

cicutarium, Sw. 1 27 

virginicum , Willd. 127 

— var. [3 cicutarium , Th. 
Moor. 127 

Buciwzia, Corn mers. 135 

Callipteridastuvm. 38 

Cal/ipferis castaneifolia, Rory. 39 

— proliféra, Rory. 44 

— ? undulosd, Presl. 40 
Campteria Rotileriana, Presl. 27 
Campylonevro-n , Presl. 69, 71 

angustifolium , F. 70 

costatum , F. 70 

crispum , F. 69 

cubense , F. 70 
fasciale , Presl. var. (3 gracile, 

Moor. 70 

lucidum , Sims. 69 

macrosorum , F. 70 

minus , F. 70 

Moritzianum, F. 69 

nitidutn , Klfss. 69 

Phyllitidis, Presl. 69 

repens , Sw, 69 

taeniosum , F. 70 

Cardiochl/Eisa, F. 91 

ampla, F. 91 

confluens , F. 91 

?fimbriata, F. 91 

macrophylla, F. 91 

?pentaphylla, F. 91 

trilobata,F. 91 

Ceropteris, L. 30 

calomelœna , Lk. 30 

chrysophylla , Lk. 30 

intermedia , F. 30 

L'Herminieri, Lk. 30 

sulfurea, Sw. 30 

tartarea, Lk. 31 

CHEILANTHÉES , F. 27 

Cheilanthes , Sw. 28 

aspidioides , F. 28 

Rradburii, Hook. 28 

chcerophylla , Kze. 28 

elongata, Willd. 28 

marginata, H. B. Kth. 28 



158 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



Lk. 

Sw. 



micromera , 

microphylla, Sw. 

microphylla 3 aspidioides, F. 

tomenlosa , Lk. 
Cheiroglossa , Presl. 

palmata, Presl. 
Chrysodia. 
Chrysodium , F. 

hirsutum , F. 

vulgarc, F. 
Chrysopteris , Lk. 

aurea, Lk. 

dulcis, F. 

martinicensis, F. 

multiserialis , F. 

Cnemidaria horrida, Presl. 

Cœnopteris cicutana, Thbg. 
— rhizophjlla , Thunb. 

C R ASP ED ARIA , Lk. 

piloselloides, Lk. 70 

? Plumieri , F. 

serpens , Sw. 

vacciniifolia , Lang. et F. 

veronicsefolia , F. 
Cuspidaria, F. 

furcata, F. 

subbipinnatifida, F. 

tricuspis , F. 
Cyathea, Sm. 

aculea/a, Willd. 

arborea, Sw. 100 

[3 Sternbergii , Pohl. 

aspera, Sw. 

balanophora, Eaton. 

barbata, L'Herm. 

*Delgadii, Pohl. 

elegans , Hew. 

grandifolia , "Willd. 

Grevilleana, Mart. 

guadalupensis , Spr. 

horrida , Sm . 

inermis , L'Herm. 

insignis , Eaton. 

Imrayana , Hook. 

montana , L'Herm. 

multiflora, Sm. 

muricata, Willd. 

Serra, Willd. 

tenera , Th. Moor. 

*vestita, Mart. 

violacea , L'Herm. 
Cyathe/E, F. 
Cycxodiées, F. 
Cystopteris , Bernh. 

brevinervis , F. 

fragilis, Fries. , Bernh. 



Pag, 



28 

28 

28 

28 

127 

127 

30 

9 

9 

9 

71 

71 

71 

71 

71 

98 

37 

37 

70 

, 71 

71 

70 

70 

71 

14 

14 

14 

14 

100 

98 

101 

101 

97 

102 

101 

100 

102 



99 
102 
100 

98 
1 



00 

102 

101 

101 

98 

98 

101 

102 

100 

100 

100 

73 

86 

86 

86 



fumarioides , Kze. 
*mexicana , F. 



Pages. 

86 
87 
86 
87 

126 
126 
126 
126 
126 
126 
126 
126 
36 



rufescens, F. 

translucens , Desv. 
Datj^a, Sm. 

alata , Sm. 

angustifolia , Presl. 

elliptica , Sm. 

génie ulala , Radd. 

nodosa, Sm. 

stenophylla , Kze. 
DANjEACÈES, F. 
Darea incisa. 

— ? ikalictroides, F. 
Dareastrvm , F. 
Davallia alata , Hedw. 

— capil/acea, Willd. 
dumosa , Sw. 
flexuosa , Spr. 

— fumarioides , Sw. 

— jamaicensis , Hook 

et W. Ara. 

— tegularis , Desv. 

— trifoliata, Willd. 

— triloba, Willd. 

— uncinella , Kze. 
BAVALLIÊES, F. 
Dicksonia , L'Hérit. 

adiantoides, H. et B. 
adiantoides , Lk. 
apiifolia, Sw. 
cicutaria, Sm. 

p tenera , Presl. 

Y erosa, Th. Moor. 
cicutarioides , F. 
coniifolia, Hook. 
disserta, Sw. 
distenta , Kze. 
domingensis , Desv. 
incisa, F. 
Lindeni, Hook. 
obtusifolia, Willd. 
ordinata, Klfss. 
Plumieri, Hook. 
rubiginosa , Klfss. 
tenera , Presl. 
DicKSomÉES. 

DlDYMOCHL^MA, DeSV. 

lunulaia, Kze. 
sinuosa, Desv. 

DlDYMOaWSSÊES , F. 

Didymoglossum , Desv. 111, 114 
angustifrons , F. 113 

apodum, H. et Gr. 111 

cordifolium, F. 113 

crispulum, V. d. Bosch. 112 



38 
37 
92 
93 
93 
92 
93 



92 
92 
93 
92 
92 
92 
93 
93 
94 
94 
94, 28 
94 
94 
95 
93 
94 
94 
93 
94 
92 
94 
94 
92 
94 
94 
93 

44 

44 

111 



frurtuosum , F. 
Hookeri , Presl. 
Kraussi' 



su , 
var. j3 su 



var. p suopiii 
laceralum , F. 

1! l_i 11 



Presl. 
ibpinnatifida, 



lineol 
mus 



1 aluni , 
icoides , 



V. d 
, Desv. 
punctatum , Desv. 
pusillum , Desv. 
qucrcifolium , Presl. 
reptans, Presl. 



Bosch. 



Pages. 

112 
112 
111 
111 
113 
111 
112 



sphénoïdes , 
*Digrammaria 



111 
111 
113 
111 
112 

F. 40 

38 

38, 32, 34, 43 

42 

41 

Apollinaris, L'Herm. 40 

arborcum , Presl. 42 

— var.(Botiles,M.etHoulst.42 

— var. y coarctatum, Moor. 42 
iculatum , Klfss 



Presl. 

[g/ uiiuuui la robusta 
../LAZIÉES. 
DrPLAZiUM, Sw. 
ambiguum 



ambiguum , Radd. 
ambiguum , Lowe. 

L'Herm. 



auri 



F. 



aui ivutuium 

barbadense , Kth. 
*brevifolium, Kze. 
brevisorum, J. Sm. 
callipteris , F. 
?castanesefolium, Bory. 
celtidifolium , Kze. 
costale , Presl. 
cubense , Hook. 
cultrifolium, L. 
distenlum , T. Moor. 
expansum , W'illd. 

— var. 8 glabriusculum. 
grammatoides, F. 
grandifolium, Sw. 

— var. macrochlamys 
hians , Kze. 
juglandifolium , Lmrk. 
Klotzschii, Th. Moor. 
macrophyllum, Desv. 
Ottonis, Kl. 
plantagineum , Sw. 
radicans , Desv. 

— var. [3 elegans, L'Herm 
repandum , F. ? 
Rœmerianum , Kze. 
* Schlimense, F. 
Shepherdi, Presl. 
striatum , L. 
Tussaci, F. 
Wagenerianum , Al 

Discostegia, Presl. 

alata , Presl. 

laevis , Presl. 
Disphenia aculeata , Presl. 



Br. 



42 

44 
39 
41 
39 
39 
40 
42 
42 
42 
41 
42 
42 
43 
39 
39 
42 
40 
43 
42 
41 
38 
41 
.42 
42 
41 
39 
4\ 
41 
42 
41 
125 
125 
126 
98 



DES MATIERES. 



459 



Disphenia arborea, Presl. 
Doryopteris, J. Sm. 

pédala, Sm. 
Drymoglossvm , Presl. 
Drynaria, Bory. 

*angusta , F. 



Pages. 
101 
25 
25 
14 
71 
73 

elastica, F. Tab. 20, fig. 2. 72 

clongata, F. 72 

incana, F. 72 

lanceolata, F. 72 

lepidota, F. 73 

lycopodioides, F. 71 

*macrocarpa, F. 72, 73 

plantaginea, J. Sm. 72 

squamata , F. 72 

*stenoloma, F. 73 

torulosa , F. 72 

ÈQ UISÈ TACÈES. 1 3 G 

Equisctum brasilicnse, Willd. 136 

— - elongatum , "Willd. 136 

— giganteum, L. 136 

— Tussaci, F. 136 

EïfATHYRIVM. 32 

EuELECHFtVM. 12 

EUDIDYMOGLOSSUM. 111 

EvDJPLAZIUM. 41 

EuHYMEHOPHYLLUM. 114 

eulitobrochia. 25 

euphegopteris. 50 

Euptebis. 22 

euschizeacea. 1 23 

Fadyenia, Hook. et B. 91 

proliféra, Humb. et B. 91 

FEEA,Bory. 102 

Boryi, V. d. B. 103 

polypodina, Bory. 102 

Garsavltia, Commers. 135 

Gi.aphiropteris, Presl. 58 

decussata, Presl. 58 

*erubeseens , F. 58 

*rudis , Presl. 58 

GLÈICHÈNIACÈES. 120 

Goniophlebium , Presl. 66 

acuminatum , F. 68 

arcuatum , F. 67 

attenuatum , Presl. 67, 68 

rhnoodes , F. 67 

dissimile, F. 67, 68 

dulce, Th. Moor. 71 

elatum, F. 67 

falcaria , F. 67 

gladiatum , F. 69 

glaucophyllum , F. 66 

intermedium, F. 69,68 

loriceum, F. 67 

neriifolium. 68 



Goniopteris, Presl. 
*affinis, F. 
asterothrix, F. 
crenata , Presl. 
^crenalo-dentala, F. 
*Dalhousiana , F. 



Pages. 

59, 88 
59 
60 
65 
66 
66 



domingensis , Spr. sub poly- 

podio. 59 

Feei, L'Herm. 61 

ferax,F. 59, 88 

Ghiesbrechtii. 66 

gracilis, Moor. et Houlst. 59 

guadalupensis, F. 64 

hastata, F. 65 



incisa , Pr. 


87, 88 


leptodadia , F. 


60 


megalodus , Presl. 


61 


mollis , F. 


66 


*plcsiosorum , F. 


67 


*Plumieri, F. 


59 


pyramidata, F. 


61 


quadrangularis , F. 


63 


*repanda, F. 


66 


Rivoirei , F. 


66 


rostrata , F. 


64 



scolopetidrioides, Presl. 59, 87 

strigosa , F. 59 

tenera , F. 60 

tetragona, Presl. 62, 61, 89 

— macrocarpa, F. 63 

— martinicensis , F. 63 

— Plumieri, F. 62 

— Sihkuhrii, F. 62 

— tetragonoides , F. 63 
Grammitis , Sw. 44 

elongafa , Sw. 72 

limbata, F. 44 

linearis, Sw. 44 

marginella, Sw. 44, 45 

serrulata , Sw. 1 4 

Gymnogrammatoides. 54 

Gymisogramme gracilis , Hew. 56 

chrysophila , Auit. 30 

VHerminieri , Bory. 30 

microcarpon , F. 58 

s errai a, L'Herm. 56 

Gymnopteris , Presl. 7 

acuminata, Presl. g 

aliéna, F. 8,9 

nicotianaefolia , F. 8 

portoricensis , F. 8 

semipinnatifida, F. 7 

Gymnosphœra ec/21'naia, J.Sm. 96 

Hecistopteris , J. Sm. 3o 

pumila, J. Sm. 3o 

Hemicardion, F. 75 





Pages. 


Nephrolcpis , F. 


75 


Hemidictyon , Presl. 


38 


marginatum , Presl. 


38 


Purdieanum, F. 


38 


HÉMIONIT1DÉES , F. 


29 


Hemionitjs , L. 


29 


chisrophylla, Poir. 


31 


palmata , L. 


29 


palmata , L'Herm. 


72 


Hemistegia, Presl. 


98 


grandifolia , Hook. 


99 


horrida, F. 


98 


insignis , F. 


99 


repanda, F. 


98 


spectabilis , F. 


98 


Willdcnowii, F. 


99, 100 


Hemithelia, F. 


98 


aculeata, F. 


98 


arborea, T. 


100 


grandifolia , Desv. 


99 


grandifolia , Hook. 


99 


horrida , Hook. 


98 


multiflora , F. 


98 


muricata , F. 


98 


obtusa , Hook. 


98 


spectabilis , Kze. 


98 


Heterodanjea , Presl. 


126 



'Heteronevron hcterotlitoii, F. 9 

Heterophlebium , F. 27 

grandifolium , F. 27 

Hoffmannja , "VVilld. 135 
Hymewodium , F. 8,1,9 

crinitum , F. 8 
HYMÈNOPHYLLACÈES , 

Presl. 1 02 

Hyménophyixées. 114 

Hymenophyixum, V. d. B. 114 

abruptum , Hook. 114 

aequabile , Kze. 119 

apicale , V. d. B. 117 

asplenioides , Sw. 1 16 

atrovirens, F. et L'Herm. 120 

axillare, Sw. 117 

axillare, H. et Gr. 117 

blepharodes , Presl. 117 

brevistipes , Lieb. 115 

Breulelii , Presl. 119 

caespitosum , F. 119 

ciliatum , H. et Gr. 118 

ciliatum , Sw. 1 1 9 

clavatum, Sw. 117 

*cristatum, H. et Gr. 115 

Crugeri, Mil]. 117 

cnbense, Sturm. 117 

decurrens p Sieberi , Presl. 1 1 6 

diversilobum , Hook. 1 1 8 



160 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



f 



ectocarpon , F. 

elegantissimum , F. 

flaccidum , V. d. B. 

Francavillei, V. d. B. 

Funckii, V. d. B. 

gratum , F. 

Grevilleanum , Presl 

hirsutum Hedw. 

hirsutum , Sw. 
. hirtellum , Sw. 

Kohautianum, Presl. 

lanatum, F. 

latifrons , F. 

iineare , Sw. 

marrothecium , F. 

martinicense , V. d. B. 

micrccarpum , Desv. 

nudum , Desv. 

polyanthos , Sw. 

polyanthos , H. et Gr. 

protrusum , Hook. 

*pulehellum , Schlecht. 

remolum , "V. d. B. 

sanguinolentum , Forst 

sericeum , Sw. 

Sieberi , Presl. 

torquescens, V d. B. 

trifidum, H. et Gr. 

undulalum, Sw. 

undulatum , Hedw. 
Hymenostachys , Bory. 

diversifrons . Bnr. 
Hypochlamys , F. 
Hypochlamys pectinata 
— squamulosa , F. 
Tussaci , F. 
Hypodemativim , Eze. 
Hypolepis, Bernh. 

delicatula , F. 

paupercula , Hook. 

pedata , Hook. 

radiaia , Hook. 

repens , Presl. 
Ipphia , Noronha. 
Lecanium , Presl. 

membranaceum, Presl. 
Lepidonevron, F. 

distans , F. 

obtusatum , F. 

punctulatum, F. 

rufescens , F. 
:f Leptochiuts , Klfss. 
LEPTOCiomuivr, Presl. 

fucoides, Presl. 
Leptogrammées , F. 
Lindsaya, Dryand. 



117. 



117, 



Pages. 

115 

118 

117 

118 

116 

118 

116 

119 

119 

118 

117 

116 

117 

118 

115 

116 

118 

117 

116 

116 

117 

118 

118 

116 

119 

118 

117 

117 

117 

117 

103 

103 

32 

31 

31 

3\ 

80, 81, 83 

28 

28 

28 

28 

27 

28 

135 

103 

103 

87 

87 

87 

87 

87 

9 

114 

114 

30 

15 



31 



F. 



*concinna, J. Sm. 

consanguinea , F. 

*falrata, Dryand. 

guyanensis, Dryand. 

L'Hcrminicri , F. 

montana , F. 

multifrondulosa, F. 

parvula, F. 

*sagittata, Dryand. 

trapeziformis , Dryand. 
LINDSAYÉES, F. 
Litobrochja, Presl. 

aculeata, Sw. 

affinis , F. 

Aghardii , F. 

biaurita , F. 

brevinervis, F. 

*crassipes, ' . 

denticulata, Presl. 

inœqnalis , F. 

Kunzeana, F. 

longibrachia.a , F. 

pallida , Presl. 

podophylla, Presl. 

propinqua, F. 

Tussaci , F. 
Lomaria , Willd. 1 , 

decrescens, F. 
erythrodes , F. 

exaltata , F. et L'Herm. 

L'Herminieri , Bory. 

martinicensis , Nées. 

onocleoides , Spr. 

Plumirri , Desv. 

robusia , F. 
*spicant, Desv. 

striata, Willd. 

violacea, F. 
LOMARIÉES, F. 

LOMARIOPSIS, F. 

Prieureana, F. 
sorbifolia, F. 
LONCfflTlDIUM,F. 

LONCHITIS, L. 

aurita , L. 

repens, L. 
Lophidium, Rich. 

elegans, Presl. 
Lophosoria , Presl. 
Lotzea diplazioides , Klot. 
Loxoscaphe , Th. Moor. 
LYCOPODIACÉES, Spring, 
Lycopodium , Spring. 

anomalum , H. et Gr. 

aqualupianum , Spi ing. 

aristatum , H. et Bonpl. 



Pages. 


17 


16 


15 


15, 16 


.15 


17 


17 


17 


17 


15,16 


15, 18 


25 


25 


25 


25 


27 


27 


26 


25 


26 


26 


25 


26 


25 


25 


25 


9, 12 


11 


5 


10 


10 


10 


11 


10 


11 


13 


11 


11 


10 


5, 9 


5 


5 


24 


27 


27 


28 


123 


123 


96 


43 


92 


128 


128 


135 


131 


132 



Pages. 

carolinianum , [,. 132 

cernuum , L. 131 
chamœcyparissus , Al. Br. 132 

clavatum , L. 132 

colubrinum, L'Hetm. 131 

complanatum. 132 

convolutum, Desv. 131 

cordifolium , Desv. I 34 

curvatuni , Sw. 131 

l j eymosum. 131 

curvifolium , Kze. 130 

denudatum, Willd. 134 

dichotomum, Jacq. 129 

dichoiomum, H. et Gr. 130 

didymostachyum . Desv. 134 

filiforme, Radd. 130 

filiforme, Sw. 130 

flabellatum, L. 134 

funale, Bory. 131 

funiforme, Bory. 130 

gracile, Desv. 134 

Guadalupianum , F. 130 

heterodonton , Desv. 133 

intermedium , Spring. 128 
jungermannioides , Gaudich. 134 

Jussieei, Desv. 132 

linifolium , L. 129 

var. a gracile. 1 29 

p laxum. 129 

mandioccanum, Radd. 130 

marginatum , Radd. 134 

microstachyon , Desv. 134 

mnioides , Sieb. 1 34 

myrsinites, Lmrk. 129 

nitens , Spring. 131 
nitens , Chamiss. et Schlecht. 131 

officinale, Neck. 132 

ornithopodioides, Sw. 133 
passerinoides , H. B. et Ktb. 131 

patulum, Sw. 133 
pithyoides , Cham. et Schlecht. 1 30 

porelloides , Lmrk. 133 

reflexum , Lmrk. 128 

var. minus et majus. 128 

repens , Schlecht. 1 32 

rigidum, Willd. 128 

serpens , Desv. 1 34 

Sieberianum , Spring. 128 
sioloniferum,S\\. et varie/aies. 1 35 

taxifolium , Sw. 129 

p L'Herminieri. . 129 

tenue, H. et Bonpl. 130 

tetragonum , II. et Gr. 129 

ihyoides, H. et Bonpl. 132 

trichiatum , L. 1 32 

verticillatum . L. 1 30 



DES MATIERES. 



161 



Pages. 

LVGODIACÈES,Vvt&\. 125 

Lygodium , Sw. 1 25 

cubense , Pœpp. 125 

cubensc, H. B. Kth. 125 

oligostachyon , Desv. 125 

Pœppigianum , Presl. 125 

venustum , Sw. 1 25 

volubile, Sw. 125 

Marattia alata , Sm. 125 

— lavis, Schkh. 126 
MARATTIACÈES, F. 125 
Marginaria chnoodes , Presl. 67 

— minirna , Bory. 72 
Marsilea natans , H. B. Kth. 136 
MÉMSCIÉES, F. 44 
Meniscium, Schrad. 44 

reticulatum , L. 44 

reticulatum . Schkh. A A 

sorbifolium , Jacq. AA 

Mertensia , Willd. 120,122 

dichotoma , Willd. 121 

|3 L'Hevminieri , F. 121 

farinosa, Klfss. 122 

furcata, L. 121 

glaucescens, H. et Bonpl. 1 21 

P cubense, F. 121 

Y mexicana, F. 121 

grandis, F. 120 

J/ermanni,H. et Gr. 121 

immersa, H. et Gr. 122 

Klotzsehii, Hook. 121 

longipinnata , Hook. 120 

Mathewsii , Hook. 1 22 

pectinata, Langs. et F. 121 

pubescens, H. et Bonpl. 122 

ruji nervi 's , Mart. 121 
subtrisperma , F. Tab. 32 , 

%. 2. 122 

Microgonium , Presl. 103 

Berteroanum, Presl. 112 

Microlepia, Presl. 92 

coniifolia , F. 93 
domingensis, Desv., sub dic/i- 

sonia. 93 

flexuosa , F. 92 

Galeotti, F. 92 

inaequalis , F. 92 

jamaïcensis , F. 92 

Lindeni, F. 92 

Plumieri, F. 92 

Microstegnus grandifolius, Presl. 99 

Myrtopteris, F. 28 

tomentosa, F. 28 

Myrmecostylum clavatum , 

Hedw. 1 1 7 

Nephrodium, Schott. 87, 88 



Pages. 

augescens, F. 82 

aureo-vestitum , Hook. 52 

brachyodon , Hook. 89 

*ehciIocarpon, F. 90 

deltoideum , Presl. 89 

dissîdens , Metten. 89 

guadalupense , F. 89 

incisum , F. 87 

*intermedium, F. 90 

lonchodes, Hook. 52 

molle, Schott. 89 

var. mollissimum , F. 89 

patens , Sw. , sub aspidio. 82 

pubescens, Desv. 54 

sclerophyllum , Presl. 88 
stenopteris, Hook. 88, 8 7 

?stipulare, Th. Moor. 85 

unitum, Schott. 90 

— var. p. Th. Moor. 87 

varians, F. 88 

venustum, J. Sm. 89 
violascens, Lk., sub aspidio. 89, 82 

Wrightii, Metten. 88 

NÉPHROLÉPIDÉES, F. 91 

Nephroiepis, Schott. 91 

ensifolia , Th. Moor. 87 
ensifolia, var. p. Th. Moor. 87 

exaltata, Schott. 91 

pectinata, Schott. 92 

Schkuhrii, Lk. 92 

Nevrocaixis, F. 8,9 

praestantissima , F. 8 

Nevrodium, F. 14 

lanceolatum, F. 14 

Nevrogramme, Lk. 29 

rufa, Lk. 29 

Nevrophyllum , Presl. 103 
floribundum , Presl . 104, 105 

Hedwigii, V. d. B. 104 

immersum, V. d. B. 104 
pennatum , Klfss. , sub tricho- 

mane. 104 

pinnatum , Presl. 1 04 

rhizophyllum , Presl. 105 

thecaphyllum , F. 104 

Vittaria, Presl. 103 

Nevroplatyceros , Pluk. 9 

NothochljEna , R. Br. 29 

hirsuta , Desv. 24 

trichomanoides, R. Br. 29 

Odontosoria , F. 92 

triloba , F. 92 

uncinella, F. 92 

Oleatsdra , Cavan. 87 

nodosa , Willd. 87 

Olfersia , Radd. 7 





Page». 


cervina, Radd. 


7 


corcovadensis. . 


7 


Onoclea striaia, Sw. 


11 


Onychium, Klfss. 


24 


multifidum , F. 


24 


OOCHLAMYS , F. 


76 



OPfflOGLOSSACEES, Presl. 1 2 7 

Ophioglossum , L. 127 

nudicaule, L. F. 127 

palmatum , Plum. 127 

reticulatum , L. 127 

*stoloniferum , F. 127 

Osmunda cerçina, L. 7 

— hirla, L. 124 

Pjltonium, Pr. 14 

Patania , Presl. 94 

Peluea, Lk. 24 

atropurpurea , Lk. 24 

Phegopteris, F. 50, 31 , 85, 88 

adenochrysa , F. 52 

ampla, F. 54 

* aster othry x , F. 88 

aureo-vestita , F. 52 

caudata, F. 53 

*concinna, F. 52 

cordata , F. 50 

ctenoides , F. 54 

decussata , Metten. 58 

dclicatula , F. 51 

dilatata, F. 52 

divergens, F. 54 

Duchassaingniana , F. 57 

effusa, F. 54 

flavo-punctata , F. 51 

Germaniana, F. 55 

gracilis, F. 56 

var. guadalupensis , F. 56 

hydrophila, F. 56 

leptoptera , F. 51 

lonchodes, F. 52 

macrotheca , F. 56 

polystichiformis, F. 



portoricensis , F. 



52 
54, 84 

rotundata, F. 52 

rustica , F. 55 

sancta, F. Voy. Aspidium 

sanctum , Sw. 83 

scalpturoides , F. 51 

sericea , F. 53 

Sloanei , F. 54 

*spectabile, F. 53 

subincisa, F. 53 

tenella, F. 52 

villosa, F. 53 

Phlebodium multiseriale, Moor. 
et H oui st. 71 

21 



\m 



TABLE ALPHABÉTIQUE 



Photwopteuis, J. Sm. 
Pleopeltis. 

angusta , H. et B. 

lepidota , Presl. 
Pleurjdium, F. 

crassifolium , F. 
Pleurogramme , Presl. 

linearis, Presl. 
PLEUROGRAMMÉES, F. 

POLYBOTRTA , H. et B. 

eervina , Klfss. 

cyathifolia, F. et L'Herm. 

cylindrica, Klfss. 

osmundacea , H. et B. 
POL YPOBIACÈES. 
POLYPODIÉES. 

POLYPODIUM , L. 

aculeatum, Radd. 
aculeaium, Sw. 
amplum , H. B. et Kth. 
angustifolium , Sw. 
arboreum, L. 
ûrmatum , Sw. 
asplenifolium , Sw. 
attenuatum , H. et B. 
aureum , L. 
Irachyodon , Kze. 
camplonevron , F. 
cancellatum , F. 
caudatum, L'Herm. 
caudatum , Klfss. 
chnoodes, Spr. 
comptoniaefolrum , Desr. 
coriaceum , Sw. 
costalum , Kze. 
crassifolium , L. 
crenatum, Sw. 
ciïspatum , L. 
cubense , F. 
cultratum, "Willd. 
curvatum , Sw. 
decipiens, Hook. 
decussatum , L. 
delicatulum , Mart. et Gai 
denticulatum, Sw. 
dis si mile, L. 
di ver gens , Sw. 
domingense , Spr. 
dulce , Poir. 
effusum , Sw. 
*elIipticosorum , F. 
erubescens , A?Vall. 
exaltatum , L. 
Falcaria , Kze. 
*flabelliforme, Sw. 
flavo-punctatum , Kze. 



9 
72 
72 
73 
73 
73 
15 
15 
14 
6, 6, 9 
7 
6 
6 
5, 6 
1 
44 
45 
96, 98 
74 
54 
70 
100 
96 
46, 47 
67 
71 
89 
49 
50 
48 
53 
67 
45 
75 
70 
73 
65 
47 
50 
47 
46 
45 
58 
48 
84 
67 
54 
59 
71 
54 
47 
58 
91 
67 
48 
51 



*flexile , F. 

Friederickthalianum , 
Funiculus , F. 
f arc aluni , L. 
glaucophyllum , Kze. 
Glycirrhiza, F. 
griseum, Schkh. 
hastaefolium , Sw. 
heteromorphum , H. et 
heterophjllum , L. 
horridum , L. 
insequale, F. 
incanum , Sw. 
incisum , Sw. 
invisum , Sw. 
jubaeforme, Klfss. 
lanceolatum, L. 
leucosticton , F. 
L'Herminieri , F. 
Lindenianum, Kze. 
loriceum , Sw. 
lycopodioides, H. 
megalodus , Schkh. 
molle , Sdikh. et Jacq. 
mollissimum , F. 
moniliforme, Sw. 
muricalum , L. 
neriifolium , Sw. 
nigrum, L'Herm. 
nitidum, Hook. Klfss. 
otites, L. 

palmatum , L'Herm. 
Parkeri, H. et Grev. 
pectinatum , L. 
pendulum, Sw. 
Phyllitidis, L. 
pilipes, Hook. 
piloselloides , L. 
plantagineum , Jacq. 
*plesiosorum , Kze. 
Plumula, H. et B. 
porioricense , Spr. 
pruinatum . Sw. 
pubescens, Willd. 
? quercizans , F. 
repens , Sw. 
reticulaium , L. 
rude , Kze. 
sarcatum , F. 
sanctum , L. 
sanctum, Sw. 
scolopendrioides, H. et 
scolopendrioides , L. 
serpens , Sw. 
Serricula , F. 
si mi le- Wils. 



Kz 



Pages. 




Pages. 


47 


*simile, Sloan. 


50 


,e. 50 


Sloanei , Kie. 


54 


45 


sorbifolium , Jacq. 


44 


121 


sororium , H. B. et Kth. 


50 


66 


*spectabile, Klfss. 


53 


49 


squamatum , L. 


72 


96 


?struthionis, L. 


50 


45 


subincisum , Willd. 


53 


49 


subpetiolalum , Willd. 


50 


71 


suspensum , L. 


46 


98 


tœniosum , H. et B. 


70 


47 


taxifolium , L. 


46 


72 


tenuiculum , F. 


48 


87 


tenuifolium , H. et B. 


49 


79 


letragonum , Sw. et Auct. 62, 63 


49, 48 


iriangulum , L. 


74 


72 


Trichomanes , vide Trichoma 




46 


noides. 




46 


trichomanoides , Sw. 


48 


50 


? trifurcatum , L. 45 


, 50 


50, 67 


truncicola , Kl. 


49 


71 


vacciniifolium , Lang. et F. 


70 


61 


venustum, Desv. 


49 


89 


villosum , L. 


82 


47 


virginiamim, L. 


45 


49 


*\ulgare, L. 


45 


75 


Polystichujyt , Roth. 


73 


68 


*acnleatum , Roth. 


74 


90 


adscendens, Hew. 


74 


69 


coriaceum , Schott. 


75 


46 


— var. [3 stenochlaena. 


75 


72 


cyphochl amys , F. 


74 


97 


emarginatum , F. 


75 


46 


excultum , Lieb. 


80 


46 


falcatum , F. 


74 


69 


glandulosum , H. et Gr. 


73 


45 


guadalupense , F. 


74 


70 


heterolepis, F. 


74 


72 


ilicifolium , F. 


74 


67 


*Lonchitis, Roth. 


74 


45, 46 


melanochlamys , Hook. 


85 


54 


mucronalum, Presl. 


74 


96 


muriratum , F. 


75 


84 


Plaschnickianum , Kze. 


73 


50 


rhizophyllum , Presl. 


73 


69 


triangulum , F. 


74 


44 


triangulum (Polypodium trian 




58 


gulum, L. et Sw.). 


74 


48 


tridens , Th. Moor. 


74 


52 


yiviparum , F. 


75 


83 


Psilotum , Sw. 


135 


m 45 


complanatum , S>\. 


135 


59, 88 


triquetrum , Sw. 


135 


70 


PTÉRIDÉES,F. 


22 


48 


Pteris, L. 


22 


49 


aculeata, Sw. 


25 



DES MATIÈRES. 



163 





rages. 


aquilina , I». , var. Y Hoolc. 


23 


aquilina, L. , var. # Hook. 


24 


arachnoïdes , Klfss. 


24 


atropurpurea , L. 


24 


biaurita , L. 


27 


biaurita , Sw. 


23 


caudata , L. 


23 


concinna, Heward. 


23 


*crassipes , Agh. 


26 


den/iculata, Sw. 


25 


diversifolia , Sw., var. Baha 


- 


mensis. 


23 


esculenta, Forst. 


24 


flabellata, var. P americana, Agh. 23 


furcata . L. 


14 


gigantea, Sieb. 


25 


grandi folia , L. 


27 


heterophylla,L. 


23 


hirsuta , Lmrk. 


24 


— var. flaccida , Bory. 


24 


incisa , Thunb. 


26 


Kunzeana, Agh. 


26 


laciniata , Willd. 


24 


lanceolata , L. 


14 


longibracleata, Agh. 


25 


longifolia, L. 22 


, 23 


macroura , Willd. 


23 


mutilata , L. 


23 


nemoralis, Willd. 


23 


? nigricans , Willd. 


24 


*Orizabse, Mart. et Gai. 


25 


pallida, Radd. 


26 


pedata , L. 


25 


Plumieri, Willd. 


23 


podophylla , Sw. 


25 


podophylla, Kze. 


26 


polita . Lk. 


25 


propinqua , Agh. 


25 


pungens, Willd. 


23 


quadriaurita , Retz. 


23 


scalaris, Moritz. 


24 


? stipularis , L. 


22 


slridens , Agh. 


23 


Swartziana , Agh. 


23 


trichomanoides , Schkh. 


29 


tricuspidata , Sw. 


i4 


*villosa,Sw. 


24 


Pteropsis, Presl. 


14 


angustifolia , Desv. 


14 


furcata, Presl. 


14 


furcata, Desv. 


14 


Rhipidopterjs , Schott. 6 


i 9 


peltata , Schott. 


6 


Saccoloma, Klfss. 


92 


adiantoides , L'Herm. 


92 


Imrayana , Kze. 


92 



Pages. 

Sagenia, Presl. 90 

apii folia, Schkh. 91 

cicu/aria, Th. Moor. 84 

cicutaria, Sw. 91 

hippocrepis , Presl. 90 

Salpichlïna, J. Sm. 13 

scandens , Presl. 1 3 

volubilis , J. Sm. 13 

Salvinia hispida , H. B. Kth. 136 

natans, H. B. el Kth. 136 

Schizcea elegans , Sw. 123 

— pennula , Sw. 123 

SCHIZÈACÉES, Presl. 123 

Selaginella , Spring. 1 32 
albonitcns , Spring. 132, 133 

anomala , Spring. 135 

confusa , Spring. 1 33 

cordifolia, Spring. 134 

crispulum, V. d. B. 112 

denudata , Spring. 1 32 

didymostachya , Spring. 134 

[3 integerrima , Spring. 134 

flabellata, Spring. 134 

jungermannioides , Spring. 134 

mnioides , Spring. 1 35 

mollis, F. 133 

palula , Spring. 133 

porelloides , Spring. 133 

rolundifolia , Spring. 1 33 

j3 denticulata , Spring. 1 33 

serpens, Spring. 134 

stolonifera, Spring. et var. 135 

substipitata , Spring. 135 

sulcangula, Spring. 134 

P remotifolia , Spring. 1 34 

? Spathepteris , Presl . 125 

verticillata, Sw. 125 
Sph-erocionium , Presl. 114, 120 

Grevilleanum , Presl. 118 

vestitum , Presl. 118 
Stachygynandrum subamplexi- 

caule , Palis. Beauv. 133 

Stenoloma , F. 93 

aculeatum, L. 93 

? capillaceum , F. 93 

clavatum , F. 93 

dumosum , F. 93 

fumarioides , Sw. 93 

*Schlechtendalii , F. 93 

? tegulare, F. 93 

trifoliatum, F. 93 

SrtiECHiA, F. 18 

Tœnitis furcata , H. et Gr. 14 

— linearis , Klfss. 15 

Trichomanes , Presl. 1 05 

accedens, Presl. 105, 106 



Pages. 

adscendens , Kze. 108 

a/atum, H. et Gr. 108 

alatum , Sw. 1 08 

anceps, Hook. 109 

Ankersii , Park. 1 1 

anomalum , H. et Gr. 135 

apodum , H. et Gr. 111 

attenuatum, Hook. 108 

Bancroi'tii, H. et Gr. 108 

brachypus, Kze. 1 10 

compressum , Desv. 109 

cordifolium, Desv. 134 

coriaceum, Kze. 108 

crinitum, Sw. 108 

crispulum , V. d. B. 112 

crispum, L. 106 

|3 remotum , F. 106 

crispum , H. et Gr. 105 

crispum , Hedw . 106 

cristatum , Klfss. 106 

cunéiforme, Schkh. llfl 

daucoides , Presl. 109 

fastigiatum, Sieb. 106 
f/oribundum, Humb. etB. 1 04, 1 05 

fucoides , Sw. 114 

holopterum, Kze. 107 

hymenodes , Hedw. 112 

Kaulfussii, H. et Gr. 107 

Kraussii, H. et Gr. 111 

leptophyllum , V. d. B. 110 

levissimum , F. 1 1 

L'Herminieri , F. 107 

Lindeni, Presl. 109 

lucens, Sw. 109 

lucens, H. et Gr. 107 

mac roc /ados , Kze. 109 

membranaceum, L. 103 

muscoides , Sw. 112 

muscoides , H. et Gr. 112 

pennatum , Klfss. 104 

pinnatifidum , V. d. B. 106 

pinnati/îdum , Willd. 108 

pinnatum , Hedw. 1 04 

? Pluma, Hook. 111 

Plumieri, F. 108 

Prieurei, Kze. 109 

procerum , '". 106 

ptilodes, V. d. B. 108 

punctatum , Poir. 111 

pusillum , Sw. 111 

pyxidiferum , H. et Gr. 1 1 G 

pyxidiferum , L. 110 

quercifolium , Desv. 105 

quercifolium , H. et Gr. 113 

radicans, Sw. 109 

reptans, H. et Gr. 112 



164 



TABLE ALPHABÉTIQUE DES MATIÈBES. 





Pages. 




Pages. 




Pages. 


reptans , Sw. 


Ht 


spicisorum , Desv. 


102 


Trochopteris , Gardn. 


125 


rhizophyllum , Cav. 


105 


stoloniferum , Sw. 


135 


elegans , Gardn. 


125 


rigidum, Sw. 109, 1 


superbum, V. d. B. 


. 108 


Vittaria, Sm. 


13, 9 


sanguinolentum , Forst. 


116 


trichoideum , Sw. 111, 


110, 93 


costata , Kze. 


14 


*scandens , L. 


110 


Vitiaria , DC. 


103 


filifolia , F. 


13 


serpens , L'Herm. 


106 


Tmichomanoibées. 


102 


lineata , Sw. 


14 


serpens , Desv. 


134 


Trismeria , F. 


29 


Vittarjées , F. 


13 


sinuosum , Rich. 


105 


*argentea , F. 


29 


XlPHOPTERIS , KlfsS. 


14 


sphenoides , Kze. 


112 


aurea , F. 


29 


extensa , F. 


14 


spicatum , Hedw. 


103 


Tristeca, Palis. Beauv. 


135 


serrulata , Klfss. 


14, 15 



FIN. 



FILICES ANTILLAm 



Kth. F. 



I : ' ' : I 



Fiff.f 




zJoàin de? et lilÀ, 



ZitA. £'. iSïmûTtàStrasiï? 



FigJ. AcrOSticllUTn Scandens.FaB. jRg.2,. AcrOStichuiïl obcreaatum,F. 



TILICES ANT1LLAN& 



7'ah.rt 



»m ■ l wm^* fiiMM a 






:'.-/ 



i 



xl ^t"r '' ' Mis V#fi 



0-<7 



mR- a 




VB * @ te Sgb û 

W I ; 



:^ := *' 



Hs 



>w 



JeHn'dd.dliïh. 







£ith£S'imoa- .tftwèourtf 



P ly 1) tiy a cpatigolta , F. 



FILICES ANTILLAN^. 



Tab.ïff. 




Joàùi, (£el eô ïîtA, 



ZiéAS.Simim.Sfraslf 



Lomaria exaltata.F. 



FILICES ANTILLANi&. 



Tab. W. 




Jobin- de/- ù Utk. 



lirn.E. Sâztm à oCrasbowf 



Lomaria Ylumievi,F. 



FILICES ANTILLAIS 



Tab.V. 




'Joor'/i dei 'et &t/i 



liïk.2?.£tfftû& ,S&wM 



L o m ari a v/o/acœ. F. 



FILICES ANTILLANJft. 



rab . V7 . 




•Soi in, cUl.et lith. 



HêhJE.Svnon-àJlrash? 



Ftp. /. Lind saya L 'Eermimeri, F. 
Fu?.2. Lindsaya monlana,! 7 . 



Figr. â. Lind saya consanguinea , F. 
Fzg. 4. Lind saya irapezifbrmis , M . 



FILICES ANTILLAIS. 



Tnh. 17? . 




i-foùtn àei ., .-'.'' iit/i . 



Mtià.Ji. Simon.. Stras 



R(j. / et 2. Lilldsaja parouLa, F. 



Fia.fS. Attiantum .06 ligue truncatum,_F. 



FILICES A¥TILLANJ£. 



T«7y. 1-7/7. 







Jobîn det <uLtih. 



LukJ?. Simon Slrasbourâ 



F /. Li tobr Clli a inmqualis, F Fig. 2. Li tob r clli a brevmepvis^F. 



FILICES ANTILLA1M 



Tab. U. 




z/obin. del.et lith. 



lith E, Simon à Strasbourg. 



Fig. /. Athyriuni {JiypocAfamysJ Tussacllï \Fig.2. Attyriutn (hypoc/iLwiz/s)sçuamu/osumF 

Fig.3. Asplenium inaeyua/idens, F. 



FILICES ANTILLAIS!^ 



TaM.X. 



sprtk indus 



K,.i 




d.Joùii 



JiCth.E. Sinon . Stmsboi/rg. 



Fiy. /. Diplazium Apollinaris,L'H<>rm, 

(fïp.z.l/ijjlazium balliplaris ./. ad 
comparouidum .) 



FILICES ANTILLAN^ 



Tab.XT. 




A. Jo&ùi. del.£.lit& 



£iih.E,Swum- à Straslioiirq 



Diplazilim grammatoides , F 



FILICES ANTILLAN^ . 



Tab.Xir. 






ft \ 




Joùi'n del-dUth. 



Ztih.F. Simon, &rasôovr£ 
Mj.3 Polypodilim mae?aa£>F. 



FILI CE S AMTILLANi^ . 



7'ah.MI. 




Job/'n dcletlith 



Lith.£. Sùfion r StrasOoiJrg. 



Fig.f. Phegopteris rusUcœ.H | ^y.^.Phegopteris ffermamaxaj' 

iy. J. Phegopteris Iii/dropÀi^F. 



FILICES AFTlLLAm. 



7hb. rn\ 




■Jobin,, dd.ellitk. 



Litk.E, Simon- àotrasiJ. 



Fi g. /. Fhe g opte ri s di/atata , & 



Mff.2. PLe^OpteriS cienoides , F f . 



Fù/3. Pheéopteris J)uc6assa?wiwa,F. 



FILICES ANTILLANm. 



Tab XV. 









inaot^. nui. 




Jt.Jobin., oiel tà ÙÛi. 



Zith. £■ ' Simon,Strâslt>. 



Fig.i. Goniopteris slrigosd,,F. \\ Fïg.2. Goniopteris gradlis, Moor et Houlst. 

Fiq, J Goniopteris temrajl 



PILICES ANTILLANi^ 



Toub.X/I. 



mag. 




p>U s tell 



J, Joù/n . dM, li luh . 



L ith.F.Sim on, Strjsbourq, 



Fig. /.Goniopteris leptodadia.F. J^XGoniopteris pyramidata,,F. 

Fig, 3. Goniopteris qiiadrcuigalaris.F. 



FILICES ANTILLAISE . 



TabXVir. 




eJobcn de(, et UéA. 



Ztih.J?. Simon, Strasbourg 



Fiff /- GOlliopterîS \^, Feeî, Effermin,. Mp.2. Goniopteris Guadalupensis ,F. 

Fig.3 . Goniopteris rostrcUa,,F. 



FILICES ANTILLANi^. 



Tab.XFin. 



■ ■ 




8»hf' 



Frc/mi. 
mcLqn.nat 



Jobin del. et UtA. 



Ziik.S. Simon, à Strasbourg 



ity.-t. Goniopteris kastut^F. \ r^.2. Goniopteris Rivoire^F 

Mg.3. GoiÙOphleMum ùitermedûim,!'. 



FILICES ANTILLAN7& 



Tab.XIX. 




Frag^magn nat 



J»àin delet âûk. 



Zita- S. Simon, Sdrasôc? 



Fig.L Goniophlebium acuminatum., F. Tig.2. Polystichum guadalupen$& , F . 

Fig. 3. XipllOpteris ecctensa, F. 



FILICES ANTILLAISE 



Tai.XX. 




J.Jobin.del, 



£ùÛi£. oimon.i Scra^bo- 



Mff. /. Phegopteris deUcatuia , F. \ F#.2 Drynaria eiasUca,! 7 . 

Fiff. 3. AS p 1 diaiïl (oocMami/s > conscLngruineam.F. 



FILICES ANTILLAJ^ 



Tab.Hl 



sprng 



sprrva : 



spr 







J-oHn.,aUltiUih. 



Ltth .E -Simon, Stra,s-iï 



Fvg.1 Hypolepis dicTtsonLoides , F. Flg.2 A$])i àlUVO- pactychlajm/* , F 

Tùj.3. Aspidiuill {ùochlamys ) RivoireiF. 



F1L1CE S ANTILLANi^ . 



Tah.JTir. 



sprnq;' 



spray] 



s-ping: 




•A. Jobùi , del. &â lilA. 



Fig. 1. AspidÙim (Oochlamys)Berberoanxun,E 



ZUA.J?. Simon à 3trasl>our, 



<f- 



Fig.2. Aspidium strigosiziw, F 



Flg, J AspidlTim ùtpitainei, F. 



F1LICE S ANTILLAISE . 



Tab.XÏM. 




Incbis vill. 



Job in cUL otlUh . 



Lith.E.Simon, l à StrusU. 



Fig.1. Aspidhlïïl asperulum, L. 



Fig.2. Aspidium trichophorwn f F 



Fig.3. Aspleililim ûermani,F. 



FI LIC ES AITILLAim 



TaAJMY. 




Joon delet lith. 



'Jtmtn ■: ■' ■■::.■•: 



'cure 



Fig. 1 dOTUOpteris mollis.F. %. 2.Nephrodilim variait?. F 

Fig. 3 ¥e phr diuill (madalujieiise . F . 



FILTCES ANTILLANm. 




Jobin delet hdi 



Fig.l Dick SOULa incisa, F. 



LithE. Simon, à Sbraslovrg 
Fig. 2. D ick S O nia cicutarwides- , F. 



FILICES ANTILLAN^. 



Taô.XWI. 



snviiff'. 



Sjir.' 



<;>■■' 




snxth'.' 



à • 



'?■-'/ 



à 




, •-' ■ 



VF 

fÙMvU. 






pwniila 







mm. 









§? 






Phylhila. 




stipt's pttr.v inferlor. 



hvmfn 



Jobm iel. et. lith. 



Luh E Simon a Sthtshourg 



Heniistegia msignis,^ 



F1LICES AJ\T1ILANA\. 



Tab.JÇXMI. 



IV 2. 




junna 



sert. horisonJtaiis 



Jobui.dsl ndiih- 



-<;.' t Sunon, à ùtraisoiir. 



y. 



Fig. 1, Lyatll6 3. arborea,Sw. vas: Stembergii . Kg. 2, Slip C d'une cyathh de la Giwdeloujie. 



FILTCE S ANT1LLANA,. 



TabJXyiiï. 



Kg.t 



ffpriDj. 




Jollii del il liCh. 



.-LiŒFSimon, à Sq-clsootzto 



Jfy.j. Didymo £los •sum/^o»,/: 

j%r.x Didymo glos sam au/usu/run*, f. 



Mg.2. TriclioinaResy^^rôw ,f. 
ify. Â D idynio g lo s sum cordiïoiiumj 



FILICES ANTILLANJR 



TabMIX, 







J~obtn, dùl. et /t ÏÀ . 



LithJÎ. Simon àSfoésâf 



Mg. 1 Tri c h o m an e s / tùtmmm, % 



Fig.2 HyiTieROpîiylllllTl (spliaerocionium) elsgantissimum F. 



Fig.3 ActinOStachyS Gvrmani.F. 






FILICES ANTILLAN.^ 



r«&.5xx. 




I 



"A ** 



iCh ESiia ■ 



^. /, Hyme nophylliim gmtum. e Fig.. 2jiymenopliyllui%iato. f (minus) . 

Fig. 3, Hym enophy lllim caesjiitosuM. E Fig. i, HyilieTlopliylll] TU atro virens .F. 



FIL1CE S ANTILLANi^ 



Tab.XXXl, 




spavg 
I 



Jobin iel ec lilh . 



Lith.E Simon à Stmsbonra 






lïg. 1, Hynie TlOpliyllum ectocazpon. , F. 

Fig.3, Hymen ophylluni lanoUum.K 



Mg.2, Hymen oplivllum mmcothemm } F. 
vig,4>. Hymenophyllum i a afr ns,F. 



FILICES ANTILLAISE . 



TahXXKIJ. 




ûoèin. del. e£ ?ith. 



Zit^.S. Simon à Str'sxsàou.fg. 



Figj Didymoglossum/acâ^^,^ 



Ftp. 2 Mertensia subtnsjmmm,F 



LYCOPODJACEi^ ANTILLAN& 



Tab.XXXITl. 



-_ , 










A.Joiin. dd.&UA 



liïhE.Sirrwn. à.Sfrtubowrit 



fig. 1. 1 iyœp Odlll 111 Guadalupianam .Sprnc). 

FigJ. A(Ikn VumJamaéeim, F. 



Fig. 2 . Adian tîl m deLtoideum , Sn>. 

(pagU.) 



LYCOPODIACEJ&. 



TafiXXXJV 




Lith ,E Sur on a Sirasb s 



Fig.i Selaginella moiUs.F. 

Fig.3 Selaèinella porelloides, Spring. 



Fîg.9. Sela§inella rotundifolia , Spring, 
MgA.oGiEi g 1116 lia didymostackya - , Sjirint/.var B-.inUgcrrima. 










^ I 










r > 



IUI 



I 









f'+. 






v- 



V> 






- 



-;-. 



^ \ 



Ov v 



^o N 










J Q 



V ^ » 



\- 



%> 






^ Â 












*V 



"^ ^ 



G' 



*>> 



■1 \ J* 




V O r 



s- 




■-. 



^ 



,"■ . : ■ ■ ■■ ■. 



-v 



v 



« 



^ 



A x 



\. 



va. 









/v 



«, 



-V 








G 



- 



^ 



r^ 






V 



•>: 







^p 
^ ^ 



II' c^ ^pt3. : 



^~ 



, : 



rV 



,v 



"V A 0> 









> 




\ V* 



v 



^ 



«V 



"Va. 






*r 



er 



v> 









m 



> 



o> 



^ 



/- w 



jP 






O, 



'£ 



V ? J 






g. 



" V, , 







^p®^^ > 
-v <* 



x^ 1 







"a. 




^ 



/ 



<b 



x 



v<r^i 




u 



v. 



r ^^ 



^ 4 



A N 



- 







r ^ N \ 



_ ïf, .o 



<^ -té, ' 



V 



<*. 






^ 







vV 






SI ^ % 



V 



« %^p A73& 



s 



fc» ! ./- % 2V ^ V ffe.. ' ,:• 








mi IliittÉ'ti, 



O 

5>' .iiiîlliffiiii'Jr 1 .:: J<, 







r^ 



^ 



*<>: 






\ # 



S^ Vr 






i i 



^4. vO X 



H- ^ 



^ *V W 1 ^ ^r 












I r H 'P 1 -l i -_ i ■ ™ J I L ^ff -si 




4* \ f V 'Vin 



S ^>\ 





Z 9 ^ 






%<? 



■ ^ 










i ■ 






% <* 



^hf ^ 






:i 



'q 






4- • 



: - 






t X > * % 









» <j 









^, 



H : ! 



■■'.- 



«P 






'A 




<> cj 



ma \ A 
















->, -V Vxi 










!l .'. . 



SMITHSONIAN INSTITUTION LIBRARIES 



3 9088 00734 1233 




I 



■m 
'M 



I